Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Monde agricole - Page 5

  • Le parc éolien du Mont des quatre Faux toujours en attente d'une décision définitive

    L'étude de l'implantation d'un parc éolien entre Juniville et Machault remonte à 2005. Au départ, c'est une société belge (Windvision) qui portait le projet. En 2012, une enquête publique a eu lieu, et a donné lieu à un avis favorable à cette installation. Les interférences possibles avec un radar de la Défense Nationale ont ensuite bloqué le projet.

    Cette difficulté a été levée avec l'arrivée d'EDF Énergies Nouvelles (EDF EN) et les études connaissent un nouveau départ. Un dossier comprenant 71 éoliennes est ensuite finalisé par le demandeur.

    Une nouvelle enquête publique se déroule du 23 janvier au 24 février 2017. De nombreuses personnes participent à cette enquête, avec une majorité d'opposants parmi ceux qui ont exprimé un avis. Il faut souligner qu'au fil des années, de nombreuses éoliennes se sont implantées dans le secteur, et qu'un sentiment de "ras-le-bol" s'est développé dans le territoire concerné. Les enquêteurs donnent un avis défavorable, et préconisent le retrait de 16 éoliennes du projet.

    Finalement le Préfet des Ardennes, après un avis favorable de la Commission Départementale de la Nature, des Sites et des Paysages des Ardennes, signe fin juin 2017 l'autorisation unique pour le Mont des 4 Faux avec 63 éoliennes (8 de moins que le projet du demandeur, 8 de plus que la préconisation des commissaires enquêteurs).

    Mais cette décision est attaquée au tribunal administratif en octobre, et toute avancée est maintenant suspendue jusqu'à la décision du tribunal de Châlons-en-Champagne.

    Lire la suite

  • C'est en promo ...

    08-JIHO-SOCIETE-AGRICULTURE-AUTORISATION-GLYPHOSATE-HD-Marianne-171129-e1512123634787.jpg

    Dessin de Jiho pour Marianne

  • L’huile de palme n’a pas encore coupé les ponts avec la déforestation

    Ces dernières années, les plus gros négociants d’huile de palme du monde se sont engagés à mettre en œuvre des politiques zéro déforestation. Greenpeace a voulu savoir comment ils progressent sur le terrain. Les conclusions de notre nouveau rapport sont alarmantes : la déforestation entache toujours les chaînes d’approvisionnement d’huile de palme.

    Alors que se tient actuellement (du 27 au 30 novembre 2017) à Bali la réunion annuelle de la RSPO (Table ronde pour l’huile de palme durable), Greenpeace jette un pavé dans la marre en publiant le rapport Still Cooking the Climate [rapport en anglais].

    En 2007, Greenpeace avait publié un premier rapport, intitulé Cooking the climate (synthèse disponible en français : La palme du réchauffement) . A l’époque, l’impact de la production et de la consommation d’huile de palme sur l’environnement (et sur les forêts tropicales indonésiennes en particulier) n’était pas un sujet préoccupant pour la plupart des entreprises concernées. Le grand public n’était pas encore très familier non plus des conséquences néfastes que peut avoir la production d’huile de palme sur les forêts et le climat

    L’industrie de l’huile de palme est la première cause de déforestation en Indonésie. Les forêts indonésiennes ont perdu  31 millions d’hectares –  presque la taille de l’Allemagne  depuis 1990.

    Un nouveau rapport de Greenpeace aux conclusions alarmantes

    Après plusieurs mois d’investigations fouillées, et sur la base de questionnaires et d’échanges avec 11 négociants d’huile de palme, Greenpeace peut affirmer qu’aucun des négociants évalués n’a pu prouver qu’il n’y avait pas de déforestation dans sa chaîne d’approvisionnement.

     

    Greenpeace révèle que les principaux  négociants d’huile de palme du monde qui vendent l’huile de palme aux plus grosses entreprises de bien de consommation ne sont aujourd’hui pas en mesure de garantir la mise en place effective de leur politique zéro déforestation, c’est-à-dire que leur huile de palme n’a pas contribué à la déforestation.

    Ces conclusions alarmantes doivent inciter les grandes marques comme PepsiCo, Unilever, Procter & Gamble et Mondelez à se réveiller. En effet, ces marques omniprésentes sur le terrain agroalimentaire ont promis à leurs clients qu’elles couperaient leurs liens avec la déforestation.

    Lire la suite

  • Glyphosate : vous en reprendrez bien pour 5 ans ?

    Communiqué de FNE le 27.11.2017

    Après de nombreux rebondissements, le verdict est tombé ; le glyphosate a été ré-autorisé pour 5 années supplémentaires. Cette molécule chimique est l’herbicide le plus utilisé à travers la France, l’Europe et le monde. Son usage massif rend la situation extrêmement préoccupante pour l’avenir : dangereux pour l’environnement, cancérigène pour les animaux, probablement pour l’Homme, perturbateur endocrinien… l’Europe a raté le coche de la santé environnementale et décide de bafouer le principe de précaution. Si la bataille pour interdire immédiatement cette molécule s’achève, France Nature Environnement reste mobilisée pour que l’agriculture se désintoxique du glyphosate.

    agriculture-1359862_1920.jpg?itok=x6w47KmAFrance Nature Environnement salue la position de la France au cours des âpres négociations sur la sortie du glyphosate. Malheureusement, et malgré la forte mobilisation de la société civile, le Gouvernement n’a pas réussi convaincre les 18 Etats membres qui ont voté pour le texte de la Commission européenne : une réautorisation du glyphosate pour 5 ans.

    Pour Carmen Etcheverry, chargée de mission chez France Nature Environnement, « cette proposition de la Commission européenne n’apporte rien de plus qu’une simple prolongation de l’autorisation et c’est intolérable. Il n’y aura donc pas de plan d’accompagnement des agriculteurs pour sortir de leur dépendance au glyphosate. Les cinq ans s’écouleront et nous n’aurons toujours pas d’alternatives à proposer à notre agriculture ».

    Lire la suite

  • Non au poulailler de Saint-Morel

    Ce samedi était organisée une manifestation contre l'implantation d'un poulailler industriel à Corbon(écart de Saint-Morel).

    Les manifestants venaient principalement de la commune visée par cette installation, et ils ont tenu leur rassemblement entre 9 h et 12 h. Le froid un peu vif n'a pas freiné leur détermination, et on peut estimer à une soixantaine de personnes qui sont passées à un moment ou un autre devant la Sous-préfecture de Vouziers.

    Une délégation, menée par Thierry Deglaire, le maire de la commune, a été reçue en Sous-préfecture.

    Les habitants craignent principalement les nuisances sonores et olfactives liées à ce projet, ainsi que d'autres atteintes à leur environnement (circulation). Un pisciculteur installé à proximité dénonce le risque pour son entreprise qui nécessite un approvisionnement d'eau de qualité.

    Cette nouvelle mise en place d'une installation d'agriculture industrielle pose la question du choix de développement voulu pour notre territoire. On est à l'opposé d'une agriculture paysanne qui repose sur le respect de l'environnement et des consommateurs, et  qui n'entre pas dans la course au gigantisme et à la rentabilité avant tout.

    Lire la suite

  • Randonnons sur la ZAD le dimanche 26 novembre 2017

    Texte d'appel des organisateurs : habitant.e.s et voisin.e.s de la zad, comités de soutien et Coordination des opposants à NDL


    "Le dimanche 26 novembre 2017 Une JOURNÉE de BALzADE Randonnons sur la ZAD !

    A l'invitation de l'ensemble du mouvement contre le projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, voisin.e.s, promeneurs/euses et randonneurs/euses sont convié.e.s à une grande et belle journée de balade sur la zad, le dimanche 26 Novembre 2017.

    Un groupe d'habitant.e.s de NDDL et de la ZAD ont été touché.e.s par la disparition des propositions de randonnées sur le territoire affecté par le projet d'aéroport. C’est pourtant un bocage ouvert à tous, qui mérite le détour et qui vaut d’être mieux connu.
    Appuyé.e.s de membres de comités de soutien de la région, ils/elles se sont réuni.e.s pour pallier ce manque. Ils/elles ont repéré des parcours et réalisé des cartes de cheminement. Ils/ elles ont ré-entretenu des chemins parfois abandonnés, puisque non utilisés dans la vie quotidienne, et ont balisé trois boucles sur la zone. Ils/ elles ont édité une brochure disponible sur place au lieu d’accueil de la zad et sur internet...
    L’inauguration du premier circuit a eu lieu le 2 juillet, avec plus de 150 personnes. D’autres sorties en groupe ont été programmées les 16 et 30 août sur les trois boucles. Les sentiers ont été parcourus tout l’été, à leur guise, par de nombreux/ses marcheurs/euses.

    Lire la suite

  • Mobilisation contre le projet de poulailler de Saint-Morel

    22089332_176350066273189_5193546953797468038_n.png?oh=bd1df371ad96e71e3e99dbe727e3ef27&oe=5A9EA456Les projets d'agriculture industrielle se multiplient dans le Sud-Ardennes : porcs à Leffincourt, poulailler à Sugny, et maintenant à Corbon (commune de Saint-Morel), etc. Ces projets sont représentatifs d'une pratique agricole qui tourne le dos à une agriculture paysanne. Le respect de la terre et des eaux,  celui des animaux et en dernier lieu la prise en compte du bien être des citoyens (environnement, alimentation, ...) ne sont pas des priorités pour ceux qui pratiquent cette agriculture industrielle.

    A Saint-Morel, une association s'est créée pour dire non à ce projet, elle organise une manifestation le 18 novembre à Vouziers. Voici un extrait de sa présentation sur sa page Facebook.

    L’association « Non Au Poulailler de Corbon » est un regroupement de personnes contre ce projet. La plupart de ces personnes vivent sur la commune de Saint-Morel et seront impactées, au quotidien, par cet élevage. Cependant toutes personnes peut rejoindre notre association afin d’aider à nous faire entendre.

    (...)

    Après de nombreuses discussions il en ressort des arguments des deux côtés.

    Arguments Commune et Environnement :

    • Pollutions de l’air : Ammoniac (11 470 kg/an)/poussières/ Mouches.
    Ces arguments sont prouvés scientifiquement (Estimation des rejets d’azote phosphore-potassium calcium - cuivre – et zinc par les élevages avicoles, Mise à jour des références CORPEN-Volailles de 2006. Juin 2013).
    • Pollution de l’eau : Pollution de 113 000 m3 d’eau par an aux abords de la pisciculture.
    Avec en plus 6,84 tonnes d’azote dans la nappe phréatique (Etude d’impact PERCAFRANCE, 2017)
    • Route de Corbon non adaptée pour une telle fréquence de passage supplémentaire liée aux approvisionnements et ventes du poulailler.
    • Dégradation du chemin rural qui sera essentiellement utilisé par l’EARL GOUBLE, cette dégradation sera payée par les habitants de la commune de Saint-Morel. Rappelons que Mr Sylvain G n’habite pas Saint-Morel mais Mont Saint-Martin.
    • Risques de pollution de l’eau et de l’air pour la pisciculture (Etude d’impact PERCAFRANCE, 2017)




    Arguments Mr Sylvain G :

    • Il n’y a pas de rejets, il n’y a pas d’odeur. Sources scientifiques : Lui-même.
    • Il n’y a pas de risque pour la pisciculture. Sources scientifiques : Lui-même.


    Nous pouvons que constater la grande différence d’argumentations et de preuves entre les différentes parties.

    Lire la suite