Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

actualités Ardennes

  • Argonne ardennaise : des logements indignes mais des finances saines.

    Le conseil de communauté de l'Argonne ardennaise qui s'est tenu mercredi 13 février à Leffincourt comportait deux points principaux à son ordre du jour. Le premier était présenté en information et concernait le programme "Habiter mieux en Ardennes". Le second était le débat d'orientations budgétaires qui précède légalement le vote du budget par l'assemblée communautaire.

    Le programme "Habiter mieux en Ardennes" est présenté ainsi sur le site dédié :

    Afin de résorber les situations de mal-logement dans le département et de répondre aux enjeux d’économies d’énergie et d’adaptation des logements à la perte d’autonomie, le Conseil départemental des Ardennes, l’Anah (Agence nationale de l’habitat) et leurs partenaires (intercommunalités, CAF des Ardennes, Région Grand Est) mènent un nouveau programme départemental d'amélioration de l'habitat privé. 

    Lancé depuis le mois de septembre 2018 et prévu pour trois années, « Habiter Mieux en Ardennes 2018-2021 » est un programme de soutien technique et financier dédié à la rénovation de l'habitat privé. Il permet de bénéficier de conseils gratuits et personnalisés, d'aides financières (sous conditions d'éligibilité) et d'avantages fiscaux.

    Le pilotage et l'animation du projet sont portés par le Conseil départemental des Ardennes, en lien avec 3 opérateurs, Urbam Conseil - Enercoop Ardennes Champagne - Soliha Ardennes.

    En chiffres, il s'agit de rénover plus de 2 000 logements ardennais d'ici à 2021, avec une enveloppe financière d'aides aux travaux de plus de 24,5 M€ financée par l'Etat, l'Anah, les EPCI et la Région Grand Est. 

    Il concerne donc plusieurs types de situations :

    • Les économies d’énergie et la rénovation thermique des logements,
    • L’adaptation du logement à la perte d’autonomie,
    • La résorption de l’habitat indigne ou très dégradé,
    • La réhabilitation complète ou la mise aux normes d’un logement vacant,
    • Les copropriétés fragiles.

    Pour l'Argonne ardennaise, près de 200 logements sont potentiellement concernés.

    logo_hma.png

    Lire la suite

  • Conférence-débat à Rethel "Nucléaire : le prix du danger"

    Plus que jamais, l’industrie nucléaire profite de la lutte contre le réchauffement climatique pour se présenter comme une alternative aux énergies fossiles. Ni propre, ni décarbonée, l’énergie nucléaire n’est pourtant pas une solution miracle. Avec les énergies renouvelables et les économies d’énergie, nous ne sommes plus contraints de devoir choisir entre charbon et nucléaire. Découvrez pourquoi et comment.

    Conférence-débat organisée par Nature et Avenir

    Mardi 5 février 2019, à la mairie de Rethel à 18h : Le nucléaire : le prix du danger

    Avec Laurence Coutant et Muriel Martin de l'association "Sortir du nucléaire 08"

    cop21-700x240b-700a4.jpg

    Lire la suite

  • Chiffres du chômage en légère baisse

    Pour le dernier trimestre 2018, 5 915 700 personnes sont inscrites à Pôle emploi pour les catégories A, B et C. La baisse est de 0,8 % par rapport au trimestre précédent. S on ne tient compte que de la catégories A, les 3 676 500 inscrits sont en diminution de 1,1 %. On ne peut que se réjouir de voir ces chiffres baisser, même si des décennies seront nécessaires à ce rythme pour retrouver une situation saine.

    On peut par contre s’inquiéter des motifs de sortie des tablettes de Pôle emploi. Les "cessations d'inscription pour défaut d'actualisation" et les "radiations administratives" représentent 52 % des cas. Les "reprises d'emploi déclarées" ne regroupent que 20,6 % du total des motifs de sortie. On est donc loin d'une création massive d'emplois, on serait plutôt devant une gestion politico-administrative des statistiques.

    Voici les chiffres officiels de la DARES :

    En moyenne au quatrième trimestre 2018, en France métropolitaine, le nombre de personnes inscrites à Pôle emploi et tenues de rechercher un emploi (catégories A, B, C) s’établit à 5 605 000. Parmi elles, 3 418 600 personnes sont sans emploi (catégorie A) et
    2 186 400 exercent une activité réduite (catégories B, C).

    En France métropolitaine, le nombre de demandeurs d’emploi en catégorie A baisse de 1,1 % (–38 200) ce trimestre et de 1,5 % sur un an. Le nombre de personnes exerçant une activité réduite courte (catégorie B) diminue de 2,8 % par rapport au trimestre précédent et celui des personnes en activité réduite longue (catégorie C) croît de 1,1 %. Au total, le nombre de demandeurs d’emploi en catégories A, B, C diminue de 0,8 % sur ce trimestre (–44 600) et de 0,3 % sur un an.

    Au quatrième trimestre, 632 100 personnes inscrites à Pôle emploi ne sont pas tenues de rechercher un emploi. Elles sont soit non immédiatement disponibles et sans emploi (catégorie D, par exemple : formation, contrat de sécurisation professionnelle, maladie), soit pourvues d’un emploi (catégorie E, par exemple : création d’entreprise, contrat aidé). Sur ce trimestre, le nombre d’inscrits en catégorie D augmente de 5,4 % et celui des inscrits en catégorie E diminue de 1,6 %.

    En France (y compris départements-régions d’outre-mer, hors Mayotte), le nombre de demandeurs d’emploi s’élève à 3 676 500 pour la catégorie A. Il diminue de 1,1 % sur le trimestre ( –1,4 % sur un an). Pour les catégories A, B, C, ce nombre s’établit à 5 915 700. Il diminue de 0,8 % sur ce trimestre et recule de 0,2 % sur un an.

    Lire la suite

  • Marché campagnard : Les 4 Saisons vouzinoises le 10 février

    29496068_1752417781482317_8705669443637739520_n.jpg?_nc_cat=104&_nc_ht=scontent-cdt1-1.xx&oh=62b65bb35b8e75c5990347d77d62e091&oe=5CC8609DL'Association Richesses d'Ardennes vous invite à venir rencontrer ses adhérents et leurs produits lors de sa journée des "4 Saisons Vouzinoises"
    Vous pourrez vous divertir, vous régaler et, bien sûr, converser avec les producteurs qui vous livreront, peut-être un peu de leur savoir-faire.
    Venez égayer vos envies et satisfaire votre gourmandise parmi les terrines, les pâtés en croutes, les volailles et viandes rouges, les confitures et pâtes de fruits, les miellidous et caramels au miel, les fruits et légumes, les cidres et les jus de bien d'autres "régaleries"...

    Lire la suite

  • Démographie : une hausse en trompe-l’œil

    L'INSSE nous donne les chiffres de population de la France en 2018, voici son constat :

    Au 1er janvier 2019, la France compte près de 67 millions d’habitants. Au cours de l’année 2018, la population a augmenté de 0,30 %. Comme les années précédentes, cette progression est principalement due au solde naturel (+ 144 000 personnes), différence entre les nombres de naissances et de décès, bien que ce solde soit historiquement bas.

    En 2018, 758 000 bébés sont nés en France, soit 12 000 de moins qu’en 2017. Il s’agit de la quatrième année consécutive de baisse. L’indicateur conjoncturel de fécondité s’établit à 1,87 enfant par femme en 2018. Il recule depuis quatre ans, mais la baisse ralentit. Il retrouve son niveau de 2002. La France reste encore en 2016 le pays le plus fécond de l’Union européenne.

    En 2018, le nombre de décès s’établit à 614 000, soit 8 000 de plus qu’en 2017. L’espérance de vie à la naissance s’établit à 85,3 ans pour les femmes et 79,4 ans pour les hommes.La France est l’un des pays européens où les femmes vivent le plus longtemps, alors qu’elle n’est qu’en neuvième position pour les hommes.

    Les chiffres des naissances sont en diminution depuis plusieurs années, et on retient surtout un taux de fécondité en baisse. Pour simplement maintenir une population stable, il faut que ce taux atteigne 2,1, enfants par femme en moyenne. Tant que les hommes ne porteront pas d'enfants, ce seront toujours les femmes qui feront naître de nouveaux citoyens. Il  faut donc au moins deux successeurs pour chaque couple (et deux naissances par femme) pour laisser stable une population. Le taux de fécondité actuel est de 1,87, largement en dessous du taux de 2,1. Une remontée de ce taux parait peu probable, si on considère son évolution ces dernières années.

    Par ailleurs, le nombre de décès augmente, du fait du vieillissement de la population. L'INSEE constate donc un solde naturel historiquement bas (nombre des naissances moins nombre des décès). Le solde migratoire ne modifie pas significativement cette tendance. La pyramide des âges montre cet état de fait, avec une base des nouvelles générations plus étroite qu'au niveau des générations antérieures.

    pyramide_ages_2018_fr.png&f=png

     

    Lire la suite

  • L'Atomik Tour et le Cine Attac à Charleville le 29 janvier

    Une caravane, une cinquantaine d’étapes de 2 ou 3 jours, 8 mois. Pour questionner notre rapport au nucléaire, mieux cerner les enjeux localement et susciter des actions.

    L’Atomik Tour, c’est un voyage à travers la France, en 50 étapes pour se rencontrer, s’interroger sur la France Nucléaire (et son monde), et sortir du cadre imposé par le (faux) débat public uniquement au sujet de ses déchets.

    La caravane commence son périple à Lunéville (54), où elle restera 3 jours. Au programme : discussions, échange et partage de matériel militant et d’expériences, temps conviviaux, projections-débats, actions de porteur.euse.s de parole...

    Pour lire le mot de présentation des organisateurs.trices. c’est par ici :

    http://atomik-tour.org/index.php/page-d-exemple/

    bandeau-accueil-3d3f3.jpg

    Lire la suite

  • Pas d'huile de palme dans nos réservoirs

    C'est impensable ! 75 % de l'huile de palme consommée en France est sous forme de carburant !
    Nous la chassons de notre assiette, elle nous revient à la pompe, à cause de la réglementation européenne.
    Heureusement, cela pourrait changer bientôt, grâce à notre mobilisation !

    40664587_289459725118703_6143467133675241472_n.png?_nc_cat=103&_nc_ht=scontent-cdt1-1.xx&oh=71e923fce866091a5998f7e2b9301da0&oe=5CD5AA1DLe 12 janvieri, à la station-service Total de Woinic, 9 citoyen.ne.s des Ardennes ont mené une action pour informer les automobilistes sur la présence d’huile de palme dans les carburants. Comme 7 européens sur 10, nous sommes nombreux à vouloir mettre fin à ce scandale. Ça tombe bien! La Commission Européenne doit rendre son verdict le 1er février. Rejoignez les 400 000 européens qui ont déjà signé la pétition pour dire STOP à l’huile de palme dans les carburants!

    Pour signer la pétition, cliquer ici

    Lire la suite