Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

actualités Ardennes

  • L'Entente Aisne-Oise s'adapte mais ne change pas de stratégie

    La lutte des habitants de Savigny contre le projet de barrage sur l'Aisne a été un moment important pour notre territoire. Elle a constitué une prise de conscience locale et régionale des buts poursuivis par l'Entente Aisne-Oise. D'autres se sont aussi révoltés contre la vision de cet Établissement Public Territorial de Bassin (EPTB), chargé de la lutte contre les inondations dans les bassins de l'Aisne et de l'Oise. Sa stratégie repose prioritairement sur des barrages (ouvrages d’écrêtement des crues, comme ils disent) comme celui prévu à Savigny. Cette stratégie est vouée à l'échec en cas de crue majeure, ces retenues ne pouvant qu'éventuellement retarder ou écrêter une crue décennale. En cas d'une crue majeure (centennale), aucun barrage ne serait utile en face du volume d'eau et de la durée de la crue. Cette évidence a déjà été démontrée dans le bassin de la Seine. D'immenses barrages-réservoirs ont été créés (lac du Der-Chantecoq, lac de la Forêt d'Orient, ...), ils ont marqué leur limite lors des dernières inondations : une fois remplis au maximum, ce qui arrive fréquemment en fin d'hiver, ils ne sont plus d'aucune utilité. D'ailleurs, la région parisienne vient de réévaluer toutes les mesures nécessaires en cas de crue centennale : des secteurs entiers seraient submergés, et seules des actions ciblées localement auraient une utilité.

    Pourtant l'Entente Aisne-Oise continue d'offrir ses offres de service. Son président déclare sur le site officiel de l'établissement : "Au nom de la solidarité de bassin, l’EPTB Oise-Aisne trouve ainsi toute sa légitimité à réaliser sur les bases d’une stratégie globale des ouvrages sur certains territoires moyennant l’indemnisation occasionnelle des dégâts aux cultures au profit de populations sinistrées distantes. " Cette pseudo-solidarité au profit des populations distantes sonne faux : l'Aisne déborde également dans notre secteur, mais le bon sens a empêché la multiplication des constructions en zone inondable. De plus comme nous venons de le montrer, la construction de plusieurs "petits" barrages ne mettrait pas à l'abri les populations de l'aval.

    L'Entente Aisne-Oise est en demi-sommeil depuis quelque temps, du fait d'un transfert de compétence.

    Lire la suite

  • Le parc éolien du Mont des quatre Faux toujours en attente d'une décision définitive

    L'étude de l'implantation d'un parc éolien entre Juniville et Machault remonte à 2005. Au départ, c'est une société belge (Windvision) qui portait le projet. En 2012, une enquête publique a eu lieu, et a donné lieu à un avis favorable à cette installation. Les interférences possibles avec un radar de la Défense Nationale ont ensuite bloqué le projet.

    Cette difficulté a été levée avec l'arrivée d'EDF Énergies Nouvelles (EDF EN) et les études connaissent un nouveau départ. Un dossier comprenant 71 éoliennes est ensuite finalisé par le demandeur.

    Une nouvelle enquête publique se déroule du 23 janvier au 24 février 2017. De nombreuses personnes participent à cette enquête, avec une majorité d'opposants parmi ceux qui ont exprimé un avis. Il faut souligner qu'au fil des années, de nombreuses éoliennes se sont implantées dans le secteur, et qu'un sentiment de "ras-le-bol" s'est développé dans le territoire concerné. Les enquêteurs donnent un avis défavorable, et préconisent le retrait de 16 éoliennes du projet.

    Finalement le Préfet des Ardennes, après un avis favorable de la Commission Départementale de la Nature, des Sites et des Paysages des Ardennes, signe fin juin 2017 l'autorisation unique pour le Mont des 4 Faux avec 63 éoliennes (8 de moins que le projet du demandeur, 8 de plus que la préconisation des commissaires enquêteurs).

    Mais cette décision est attaquée au tribunal administratif en octobre, et toute avancée est maintenant suspendue jusqu'à la décision du tribunal de Châlons-en-Champagne.

    Lire la suite

  • Au conseil municipal de Vouziers : chiroptères et gallinacés

    Qu'y a-t-il de commun entre une chauve-souris et une poule ? Au moins un point, être à l'ordre du jour du Conseil municipal qui s'est tenu ce soir dans la grande salle de la mairie de Vouziers.

    Une convention a été validée avec l'association ReNArd (Regroupement des Naturalistes Ardennais) pour préserver l'habitat de chauves-souris. Un certain nombre d'entre elles ont trouvé refuge dans deux portions d'une ancienne conduite enterrée sur le territoire de Chestres. On sait que ces animaux nocturnes voient leurs lieux d'hibernations disparaître petit à petit. Ces tunnels doivent donc être préservés. C'est le but de la convention, qui va permettre d’installer des grilles aux extrémités de ces conduites abandonnées. Les chiroptères seront ainsi protégées, à moindre coût pour la commune puisque l'association supportera une partie des frais engendrés par ces mesures de protection. Yann Dugard  a souligné que cette  action s'inscrivait dans le cadre de la mission écologique de la collectivité.

    L'arrivée de 70 000 volailles sur le territoire de Sugny est beaucoup moins écologique. L'installation industrielle est déjà existante, et ses propriétaires souhaitent l’agrandir. Ils sont dans la même logique que la porcherie de Lefficourt (7 000 porcs) ou le poulailler de Saint-Morel ( 40 000 poulets). L'épandage des fientes se fera sur des parcelles situées dans notre secteur, dont une sur le territoire de Vouziers. C'est pour cela que le Conseil Municipal était amené à donner son avis ce soir. Avec un vote contre et 9 en abstention, l'assemblée a voté favorablement pour ce projet. Nous voila bien loin de la mission écologique de la commune. Le bien-être des Vouzinois  n'a pas représenté un argument suffisant pour la majorité des conseillers , que ce soit pour les nuisances olfactives (parcelle d'épandage à l'ouest de la commune, avec les vents dominants qui amèneront les odeurs vers les habitations), ou pour le choix économique qui tourne le dos à l'agriculture paysanne et aux circuits courts.

    Lire la suite

  • Chômage : une évolution qui semble difficile à expliquer.

    Si on se fie aux indicateurs récents, l'économie française redémarre, et crée des emplois. Pourtant les chiffres du chômage publiés ce jour indiquent une hausse des inscriptions à Pôle Emploi pour le mois d'octobre. Il faut, comme toujours, prendre les variations mensuelles avec prudence. Mais la tendance sur un an n'est pas à la baisse, et rien ne dit qu'une nette amélioration surviendra dans les mois à venir.

    Il faut savoir que plusieurs facteurs masquaient de manière artificielle l'importance du chômage ces derniers mois. Les emplois aidés sont une de ces raisons. Leur nette et brutale diminution entraîne automatiquement le retour de milliers de personnes à la case chercheur d'emploi. Il semble qu'un nombre important de personnes ne pointaient plus à Pôle Emploi, découragées par une situation bloquée depuis trop longtemps. Le redémarrage de l'économie et la création de postes à pourvoir ont, semble-t-il, ramené une partie de cette population vers la recherche d'emploi. Il s'agissait en fait de chômeurs "cachés", ou en tout cas non comptabilisés, qui réapparaissent maintenant.

    Au total, ces différents mouvements laissent une situation toujours aussi catastrophique, avec pour les catégories A, B et C un total de 5 923 200 demandeurs d'emploi en France, selon les chiffres officiels.

    Voici les chiffres publiés ce jour :

    Lire la suite

  • L'art contemporain s'éclate dans le Vouzinois.

    Le FRAC Champagne-Ardenne a pour vocation d'agir en faveur de la création et de la promotion de l'art contemporain. Basé à Reims, ce fonds régional d'art contemporain se décentralise régulièrement. Actuellement, des œuvres d'artistes contemporains sont visibles à Attigny et à Vouziers. Le vernissage des expositions a permis aux personnes présentes de bénéficier des explications du responsable du fonds rémois. Il est vrai que pour des néophytes, l'abord de ces œuvres n'est pas évident.

    Voici la présentation de l'exposition telle qu'elle est faite sur le site du frac :

    "Au cœur de ses mémoires, l’aviateur Roland Garros, enterré à Vouziers, évoque un vol en solitaire « face au soleil couchant », lors duquel les contingences matérielles lui avaient semblé disparaître pour laisser place à l’aventure et au rêve, dans un sentiment de puissante fusion avec la nature environnante. C’est ce même horizon que contemple l’exposition présentée par le FRAC Champagne-Ardenne dans différents lieux de Vouziers et Attigny : désir d’un ailleurs onirique, dépassement des frontières de la réalité quotidienne et regard renouvelé sur le paysage et la nature qui nous entourent."

    Lors du vernissage, des remerciements ont été adressés aux artistes et aux responsables du frac, ainsi qu'au Sous-préfet de Vouziers qui s’est fort impliqué dans cette décentralisation culturelle.

    P1370646.JPG

    Lire la suite

  • Non au poulailler de Saint-Morel

    Ce samedi était organisée une manifestation contre l'implantation d'un poulailler industriel à Corbon(écart de Saint-Morel).

    Les manifestants venaient principalement de la commune visée par cette installation, et ils ont tenu leur rassemblement entre 9 h et 12 h. Le froid un peu vif n'a pas freiné leur détermination, et on peut estimer à une soixantaine de personnes qui sont passées à un moment ou un autre devant la Sous-préfecture de Vouziers.

    Une délégation, menée par Thierry Deglaire, le maire de la commune, a été reçue en Sous-préfecture.

    Les habitants craignent principalement les nuisances sonores et olfactives liées à ce projet, ainsi que d'autres atteintes à leur environnement (circulation). Un pisciculteur installé à proximité dénonce le risque pour son entreprise qui nécessite un approvisionnement d'eau de qualité.

    Cette nouvelle mise en place d'une installation d'agriculture industrielle pose la question du choix de développement voulu pour notre territoire. On est à l'opposé d'une agriculture paysanne qui repose sur le respect de l'environnement et des consommateurs, et  qui n'entre pas dans la course au gigantisme et à la rentabilité avant tout.

    Lire la suite

  • Pour en finir avec les violences faites aux femmes

    Le jeudi 23 novembre, la section vouzinoise de la Ligue des droits de l’Homme vous invite à la suite de son assemblée générale statutaire (18h30), à un débat intitulé «  Pour en finir avec les violences faites aux femmes  », à 20h00 au FJEP, 15 rue du champ de foire.

    Ce débat s’inscrit dans le cadre d’une action nationale autour du 25 novembre, que l’ONU a déclaré « Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes » et que des associations, dont la LDH, ont choisie pour rappeler aux 47 états membres du conseil de l’Europe les engagements pris dans la «  Convention d’Istanbul  » le 11 mai 2011 pour organiser «  la prévention et la lutte contre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique  ».
    La soirée sera animée par Agnès LEBORGNE, avocate au barreau de Charleville-Mézières et David LEGROS, juriste du CIDFF 08(Centre d’Information sur les Droits des Femmes et de la Famille).

    Lire la suite