Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

warsmann

  • Deuxième tour des législatives à Vouziers

    Photo "L'AN VERT", Droits Réservés.

     

     Les Ardennes auront trois députés de droite. Le dernier bastion, la première circonscription, était déjà perdue depuis le premier tour. Les candidats "En Marche" n'ont pas réussi à percer lors de ce scrutin. Les causes en sont, bien entendu, multiples : bonne implantation des candidats LR, choix des candidats EM, poids du FN, et effacement de la gauche"modérée". Malgré tout, certains élus se positionnent proches de la majorité présidentielle, ce qui marque une évolution (une fracture ?) parmi la droite ardennaise.

    Parmi ceux-ci, on note Jean-Luc Warsmann, qui bat largement son opposante FN, avec près de 75 % des suffrages exprimés. Ses 21 années de mandat n'auront pas usé l'indéboulonnable représentant de la 3e circonscription des Ardennes.

    Les résultats de Vouziers sont conformes à ceux de la circonscription. A noter les 158 bulletins blancs ou nuls, contre 40 au premier tour.

    Lire la suite

  • Premier tour des Législatives à Vouziers

    La constitution de la 5e République est décidément fort bien conçue : avec à peine 1/3 des suffrages au premier tour, la République en Marche peut espérer obtenir plus des 2/3 des sièges dans la prochaine assemblée. La droite et le PS avaient, en leur temps, également profité de cette mécanique institutionnelle.

    La République en Marche bénéficie plus d'un effondrement du monde (politique) ancien que d'une adhésion massive à ses idées. Le taux exceptionnellement élevé des abstentions en est une preuve. Il représente aussi un sujet de préoccupation, le comportement à venir de ces abstentionnistes étant impossible à définir simplement : désintérêt, dégoût, attentisme, suivisme, ..., probablement que tous ces cas de figure se juxtaposent parmi ceux qui ne se sont pas déplacés aujourd'hui. Comment ces (non)électeurs pourraient seP1350746.JPG positionner demain, la réponse à cette interrogation est une des clefs du succès ou de l'échec de Macron et de son gouvernement.

    Pour la 3e circonscription des Ardennes, Jean-Luc Warsmann est largement en tête ( 46,19 %) devant la candidate de FN, ( 17,56 % ), qui est en net recul par rapport au score de Marine Le Pen . Les candidats de gauche réalisent des scores décevants, 9,25 % pour Didier Herbillon (PS) et 9,03 % pour Sophie Perrin (FI).

    Au deuxième tour, Jean-Luc Warsmann ne devrait rencontrer aucune difficulté pour retrouver son siège. Il a confirmé ce soir son attitude ouverte et positive vis-à-vis de la future majorité présidentielle promise à Emmanuel Macron.

    Voici les résultats pour Vouziers (commune nouvelle)

    Lire la suite

  • Fillon laché par les siens.

    La campagne présidentielle prend de plus en plus une tournure inquiétante. Les programmes des candidats ne sont pas l'objet d'un débat, ou si peu. On est réduit à suivre un spectacle médiatico-judiciaire qui rappelle le feuilleton Dallas en pire.

    Ce jour a été particulièrement surréaliste, avec un François Fillon qui fait durer le suspens toute la matinée pour annoncer finalement le contraire de ses promesses : il se présente même s'il est mis en examen. Il dénigre le comportement des juges (et des policiers chargés de l'enquête), alors que s'il était élu, il aurait comme fonction d'être garant de l'indépendance de la justice.

    Ses soutiens semblent de moins en moins solides, mais comme il est impossible de lui trouver maintenant un remplaçant, beaucoup se résignent à rester derrière lui.

    Des "notables" le lâchent cependant, et parmi eux, on retrouve Bruno Lemaire (un de ses porte-paroles de campagne) et Jean-Christophe Lagarde responsable de l'UDI (allié centriste de LR).

    Dans la région, beaucoup de "grands élus" annoncent qu'ils prennent leurs distances avec Fillon.

    Lire la suite

  • Bazeilles, Buzancy, Le Chesne : le ministère soutient la position du Dasen

    Dans la lutte des opposants contre les fermetures annoncées dans les établissements scolaires ardennais, la personne qui a le plus été désignée comme l'adversaire est le Dasen.

    Or le Directeur académique des services de l'éducation nationale (Dasen) représente directement le ministère dans son département. Il applique localement les directives nationales, il ne peut donc exister de différence significative entre ses décisions et la politique menée par son ministre de tutelle. C'est une des difficultés que doivent affronter les opposants locaux : tenter de faire changer une décision qui a été prise pour son principe au plus haut niveau de l'Etat.

    Il est possible de critiquer les méthodes et le comportement du Dasen des Ardennes, il peut éventuellement être "recadré" par sa hiérarchie sur ces points. Mais sur ses décisions politiques, il ne sera pas lâché par le ministre ou son cabinet, puisqu'il applique les choix qu'ils ont fait. Tout au plus un aménagement mineur peut être obtenu, sur une décision "tactique", en fonction d'une analyse de la situation locale.

    Pour se convaincre de cette réalité, il suffit d'écouter la réponse faite à l'assemblée au nom du ministre de l'éducation, suite à une question de J-Luc Warsmann député de Sedan-Vouziers. A aucun moment le Dasen ou le recteur ne sont désavoués dans la réponse ministérielle. La grève de la faim d'Emmanuel Jacquemin est indiquée par le député, le ministre n'en fait absolument pas état dans sa réponse

    Lien vers la video

     

     warsmann,bazeilles,dasen,ardennes,buzancy,le chesne

    Le collège de Le Chesne (photo DR)

  • Communauté de communes : la piscine, la nuit.

    Hier soir le conseil de communauté de la 2C2A était réuni pour deux réunions consécutives, le précédent conseil du 15 mai étant  convoqué à nouveau pour cause de quorum non atteint.

    On a donc assisté à la quasi rencontre de deux dossiers, celui de la piscine et celui de Nocturnia. Avec un peu d'imagination, on pouvait visualiser une animation nocturne dans le bassin de natation. Ce qui est étonnant c'est que ce concept sera réellement appliqué lors de la soirée du premier juin, date à laquelle se dérouleront les "nuits de l'eau" à la piscine de Vouziers. La vraisemblance et la ressemblance s'arrêtent là, puisqu'aucun animal nocturne ne sera présenté lors de cette soirée organisée au bénéfice de l'UNICEF.

    La première partie de la soirée était donc principalement consacrée à la piscine, des délibérations devant être prises pour faire avancer le dossier et son financement.

    ccaa 27. 05..2013 003.jpgDans un premier temps, Jean-Luc Warsmann avait été invité à présenter son projet de société d'économie mixte destinée à financer les petites entreprises du département. Le député de la circonscription a fait un descriptif de ce dispositif, dont le but est de renforcer le capital de petites entreprises du secteur qui auraient du mal à réunir une "tête de bilan" suffisante. Il ne s'agirait donc pas d'aider des entreprises en difficulté, ni de ce substituer à un entrepreneur. Lorsqu'elle aura réuni un capital suffisant , la SEM pourra entrer pour un temps donné parmi les actionnaires d'une société dont le dossier aura été validé par une commission indépendante. Ce capital serait constitué de contributions  de communautés de communes volontaires, sur la base de parts de 40.000 €. Dès que la phase fragile initiale serait passée, ce capital serait récupéré pour être réinvesti dans une autre société.

    Jean-Luc Warsmann a reconnu deux points délicats : ce type d'intervention comporte une prise de risque de la part des investisseurs, et sur un autre plan il semble bien que le Conseil Général des Ardennes se fasse tirer l'oreille pour être partenaire de l'opération. On peut en conclure que les relations entre le président du CG et le député sont toujours aussi tendues.

    L'assemblée ne s'est pas prononcée ce soir sur sa participation au projet de SEM.

    Le deuxième point concernait donc la piscine, avec une présentation par l'atelier Po et Po de l'avant-projet définitif. Celui-ci diffère très peu des précédentes présentations et devrait donc constituer la base du permis de construire et du dossier de financement.

    ccaa 27. 05..2013 012.jpg

    En ce qui concerne le bassin, le carrelage traditionnel sera abandonné pour une surface en résine, plus facile d'entretien et moins coûteuse à la pose. Le chauffage sera assuré par une chaudière au gaz. La solution d'une chaudière au bois ne semble pas réaliste pour la structure seule, elle pourra être réalisée ultérieurement en mutualisant les investissements.

    Des panneaux solaires pourraient être installés pour une préchauffe de l'eau sanitaire.

    Un fond mobile pourrait être disposé, afin d'optimiser le bassin selon le type d'activité (option qui sera validé ou non selon le chiffrage du coût).

    Voici le plan de financement validé à ce stade :

    ccaa 27. 05..2013 020.jpg

    Soit un total de plus de 7 Millions d'€, qui a eu du mal a passer pour quelques délégués. Cependant après un débat portant sur quelques points techniques, le vote a été largement positif (1 contre et 6 abstentions).

    Le point suivant portait sur la construction d'une plate-forme de stockage de bois déchiqueté. C'est  Jean-Pierre Corneille, le maire de Landres et Saint-Georges qui a porté la contradiction. Il a rappelé que la ressource en bois de qualité suffisante était limitée, et qu'elle était déjà bien utilisée par des entreprises existantes ou en création. Pour lui, il n'est pas réaliste de se lancer dans un tel projet aux conditions actuelles. Il faudrait mobiliser les ressources de la forêt privée, ce qui difficilement réalisable. Il a été rejoint sur cet argumentaire et pour des raisons plus locales par d'autres délégués Finalement l'adoption de la proposition s'est faite avec 17 voix contre et 1 abstention.

    Cette première partie s'est terminée par quelques points financiers.

    On retiendra que le bâtiment d'entreprise sera modifié, pour les besoins d'un entrepreneur local qui a des projets nouveaux. Pour créer deux nouvelles sociétés il lui faut deux cellules avec un pont roulant. Suite à son engagement la hauteur du bâtiment sera augmentée sur une partie pour permettre cette installation sans modifier le reste du projet.

     

    L'assemblée a enchaîné sans pause pour un deuxième conseil qui reprenait l'ordre du jour de celui du 15 mai (reporté pour raison de quorum non atteint).

    C'est Anne Frézard qui a remplacé les membres du cabinet l'Harmatan venus faire la précédente présentation. Elle a réussi à faire un exposé beaucoup plus clair et synthétique des améliorations proposées pour Nocturnia.

    ccaa 27. 05..2013 033.jpg

    Le président Signoret a de nouveau insisté sur l'impossibilité de maintenir la scénographie dans sa présentation actuelle (avec beaucoup de pannes constatées et un mécontentement assez général).

    Cependant la hauteur des investissements prévus a heurté des délégués, certains se souvenant des promesses faites lors de la présentation de la première version de Nocturnia. Avec son directeur, ils ont voulu rassurer l'assemblée : les nouveaux investissements sont inférieurs à ceux faits au départ. Et ils ne s'ajouteront pas à ceux-ci en charge financière, puisque ces premiers travaux sont amortis totalement. A fréquentation égale, le bilan devrait donc s'améliorer, et les responsables tablent en fait sur une fréquentation en hausse, liée à cette nouvelle offre.

    Cet vision optimiste n'a pas été partagée par la vingtaine de délégués qui ont voté contre ce projet (avec 5 abstentions), mais au final la rénovation est validée.

    Il restait deux points techniques à étudier :

    La loi organisant la représentation des communes au sein des communautés a été modifiée. Pour garder la représentation actuelle qui déroge à la nouvelle loi, les communes devront délibérer dans les trois mois.

    Le directeur de la 2c2a était en position de détachement de son établissement d'origine. Pour pouvoir l'intégrer au personnel communautaire un poste sera créé.

  • Elections législatives : un vote de trop ?

    La campagne électorale s'achève, et il ne semble pas qu'elle ait déclenché une vague de passions.

     

    Ce scrutin venant après les présidentielles, il est difficile de rester au même niveau d'intérêt, puisque l'élection du président a pour objectif de poser la clef de voûte de nos institutions.

    Que reste-t-il à construire après ? Des fondations, cela paraît un peu tard.

    S'agit-il simplement de confirmer ou d'infirmer le choix précédent ? A quelques semaines d'intervalle, la démarche est étonnante.

    La démocratie repose notamment sur la séparation des pouvoirs. Le jumelage des élections rend le pouvoir législatif (les députés) dépendant du pouvoir exécutif (le président et son gouvernement). A ce positionnement discutable s'ajoute une certaine lassitude, tout ceci devrait entraîner une participation nettement plus faible qu'aux présidentielles.

    Ce qui n'empêche pas qu'il reste souhaitable, voire essentiel d'aller voter.

    Nous avons laissé la parole aux candidates de gauche qui se présentent dans la troisième circonscription des Ardennes, en leur demandant de s'exprimer sur 4 thèmes.

    Vous avez pu voir leurs réponses sur ce blog, et nous remercions les 3 candidates d'avoir pris le temps de nous faire connaître leurs idées. Ainsi vous êtes en mesure de faire votre choix demain dans l'isoloir.

    En ce qui nous concerne, notre choix est basé sur le respect des valeurs qui fondent note action : en particulier l'écologie et la solidarité.

    C'est pourquoi nous nous situons clairement à gauche, et combattons une droite qui se confond de plus en plus avec l'extrême droite.

    Même Jean-Luc Warsmann, qui se présente comme en dehors de toute idéologie, verse dans ce travers. Il fait distribuer ces jours-ci un luxueux document où comme à son habitude il s'approprie toute une série de réalisations. Pour ceux qui ont un peu de mémoire, il avait démontré de la même manière la fois précédente comment il avait sauvé le tribunal de Vouziers et fait valider le tracé de la route à quatre voies entre Vouziers et Rethel. Comme le ridicule ne tue toujours pas, il peut reprendre encore une fois son procédé.

    Le pire dans sa publication se trouve sur le vote des étrangers aux élections locales ; pour lui ce vote doit être lié à la nationalité française, argumentation un peu courte qui sent très fort le clin d'œil aux électeurs du FN. Monsieur le président de la commission des lois, savez-vous que les européens votent aux municipales, sans avoir besoin de posséder la nationalité française. Et cela n'a entraîné aucun problème au sein des conseils municipaux en France.

    Au sein de la gauche, la candidate du PS a comme handicap d'arriver "parachutée" dans le département. Cela ne nous paraît pas constituer un obstacle majeur, si elle vient pour s'implanter dans cette circonscription au long cours. Par contre elle se situe clairement dans une gestion "sociale-démocrate" de l'économie libérale. C'est son choix, mais pas le nôtre, pas plus que sa position en faveur du maintien des centrales nucléaires.

    Les deux autres candidates à "la gauche de la gauche", ont des positions qui sont proches de celles que nous avons.

    D'ailleurs Pierre Potron, le suppléant de Sophie Perrin (Europe- Ecologie Les Verts) a été notre candidat lors des dernières cantonales à Vouziers. Le groupe local "EE Les Verts" de Sedan -Vouziers est de création récente, mais la campagne dynamique menée par Sophie Perrin leur laisse espérer une visibilité électorale qui sera à confirmer.

    Claudette Moraine, candidate du Front de Gauche a été impliquée dans bien des combats qui sont aussi les nôtres, avec ATTAC ou au sein du mouvement syndical par exemple. Au sein du Front de Gauche, la "dynamique Mélenchon" a occupé le devant de la scène dernièrement. Il nous semble encore plus important de souligner la dynamique d'union crée au sein de ce Front. Le proche avenir nous dira si cette tendance peut durer et s'amplifier.

    L'An Vert et le groupe Ecologie- Solidarité de Vouziers ne vous donneront donc pas de consigne de vote. Ce sera à vous de faire votre choix personnel, même si en fonction de nos valeurs essentielles, notre regard se porte préférentiellement vers les deux candidates avec lesquelles nous avons beaucoup en commun.

    elections.jpg

  • Chômage : 12 mois de hausse dans les Ardennes et en France

    Le bilan chiffré du chômage vient d'être publié pour le mois d'avril 2012.

     

    C'est le dernier mois pour lequel l'équipe Fillon-Sarkozy était en pleine responsabilité, et doit donc prendre le résultat à son compte. Depuis 12 mois, la hausse des demandeurs d'emploi n'a pas cessé, images?q=tbn:ANd9GcQq91dpjkzoL4pqsJ6UbQBkoK3mjbucTe3C4Rhrl5wUhTCgh5T96Qmalgré toutes les mesures prises : augmentation des emplois aidés, retard d'annonce des plans sociaux, radiations pour causes administratives.

    Voici les chiffres officiels :

    Pour la région, les demandeurs d'emploi de catégorie A s’établit à 61 509 , fin avril 2012. Ce nombre augmente de 0,6 % (+ 347) par rapport à la fin mars 2012 (+ 9,2 % sur un an). En France métropolitaine, le nombre de demandeurs d’emploi inscrits en catégorie A augmente de 0,1 % par rapport à fin mars 2012 (+ 7,5 % en un an).

    Par département, le nombre de demandeurs d’emploi de catégorie A varie de - 0,4 % à + 1,0 % en avril 2012 par rapport à fin mars : Ardennes (+ 0,4 %), Aube (+ 0,4 %), Marne (+ 1,0 %), Haute-Marne (- 0,4 %).

    En Champagne-Ardenne, le nombre des demandeurs d’emploi de catégories B et C s’établit à 32 793 fin avril 2012. Ce nombre diminue de 0,8 % (- 274) au mois d’avril (+ 3,9 % sur un an).

     

    cgtcg08-cgt-cg08-ardennes-envol-chomage.jpgOn remarque  à nouveau le résultat très décevant de la zone franche des Ardennes, qui couvre pratiquement tout le département (sauf le Rethelois). Warsmann va pourtant continuer à vanter ce dispositif qu'il a contribué à créer. En fait cette zone coûte cher en impôts non prélevés, mais elle n'a pas contribué à faire baisser le chômage : cherchez l'erreur.

    Il est certain que cette tendance ne va pas s'inverser brutalement. Même si un gouvernement socialiste est reconduit après les législatives, les années 2012 et 2013 seront très vraisemblablement difficiles pour l'emploi en France.