Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

histoire locale

  • Le Roi-Soleil, Vauban, et les demi-lunes

    A l'initiative de l'ASPV, Bruno Squevin est venu à Vouziers le 19 mars dernier pour une conférence sur Vauban. Vaste sujet, tant la vie et l’œuvre du maréchal de Louis XIV sont riches, et ont marqué le règne du roi.

    Le conférencier s'est donc limité aux traces laissées par Vauban dans les Ardennes, en sélectionnant plusieurs villes : Rocroi, Mézières, Sedan, Givet et Bouillon. Pour chaque site, Bruno Squevin avait mis en avant un élément caractéristique des ouvrages créés par Vauban.

    En préambule, le conférencier avait fait un rappel synthétique de la vie de Sébastien Le Prestre, le nom de naissance de Vauban. Il a vécu 73 ans, ce qui est remarquable pour l'époque, en particulier pour un militaire présent sur les champs de bataille. Il a eu une activité civile très importante, mais assez méconnue.

    Conférence Vauban ASPV 04 (5).JPG

    Bien entendu, son activité militaire est également considérable. Il a travaillé aux quatre coins de la France, parcourant des milliers de kilomètres pour étudier les sites à fortifier, puis pour suivre les travaux. Il avait pris en compte les progrès de l'artillerie, qui devenait capable de détruire des murailles. Il a donc cherché à faire reculer les canons, en ajoutant des demi-lunes ou des ouvrages à cornes.

    Mais il a aussi créé des bâtiments de soutien, comme des casernement ou des poudrières. Il donnait une importance majeure aux portes des villes fortifiées, l'exemple de Mézières est typique de cette préoccupation.

    Conférence Vauban ASPV 04 (4).JPG

    Lire la suite

  • C'est à Vouziers, mais avez-vous réussi à le localiser ?

    Si besoin, voici les légendes  qui correspondent aux clichés proposés.

    4849398555_42bd59d2a8_k.jpg

    Le  soldat du monument tchécoslovaque de Bobo.

     

    4907796594_c7525fdd89_k.jpg

    L'escalier de la rue Bondon

     

    4946056950_727edc7fb9_k.jpg

    Décor sur la façade de l'ancien cinéma, rue du Chemin Salé

     

    5047829376_b7423d6f23_k.jpg

    Plaque sur la maison Scheuer, rue Taine

     

    5067774497_75063b0c49_k.jpg

    L'entrée du quartier Savary, rue de Condé.

     

    5270884417_0652ac199f_k.jpg

    La ruelle de la Place, qui débouche rue Bournizet

     

    5299807865_f028e57f52_k.jpg

    L'arbre est planté au parc Bellevue.

     

    5652915151_4ced6bcb8b_k.jpg

    Le mur de soutènement, le long de l'ancienne voie de chemin de fer, au port de Vouziers.

     

    5653482230_c49dadd76b_k.jpg

    Maison à l'angle de la rue Taine et de la rue Gaignère

     

    5773395968_bd8d762bec_k.jpg

    Les bâtiments de la ferme Caquot, rue Gambetta.

     

    5829605848_a3cdfb0744_k.jpg

    Une ruine, rue Gaignère.

     

    5995030624_72f5d47f40_k.jpg

    Cheminées de l'ancienne gare de Vouziers

     

    6017824904_fe0ee7e016_k.jpg

    Ancien bunker, rue Gambetta.

     

    6180607979_507d4f591c_k.jpg

    Ancienne boulangerie,rue Bournizet.

     

    6302154571_ad02a9f585_k.jpg

    L'usine électrique,rue Désiré Guelliot.

     

    6318182696_5da82b5bb7_k.jpg

    Le ginkgo biloba, devant l'église de Condé lès Vouziers.

     

    7157586410_9072e58b8c_k.jpg

    Au milieu du bâtiment du CPR, rue de l’Agriculture.

     

    7227929642_8dee79cf43_b.jpg

    Petit montre souriant, sur l'église Saint-Maurille.

     

    7274984206_55a237cf4d_k.jpg

    La tour de la caserne des pompiers, rue Albert Caquot.

     

    7945518544_615108609b_k.jpg

    La sous-préfecture rue Gambetta (vue du jardin).

     

    8688582063_fb961bca6c_k.jpg

    Un coin de campagne,vers Syrienne.

     

    9103343850_6c88ea3cb6_k.jpg

    Dans la cour de l'ancienne école Dodeman.

     

    10103119464_90d12c4cba_k.jpg

    Un ange au cimetière communal.

     

    12972346304_2c6d56e1c9_k.jpg

    Le ruisseau de la Muette à Condé lès Vouziers.

     

    20597911263_c4791c66f6_k.jpg

    Apparition miraculeuse à l'hôpital de Vouziers, rue Henrionnet.

     

    24525110137_13b8162958_k.jpg

    Un escalier, dans le bois du Nan.

     

    28338633879_1675270b5c_k.jpg

    Stèle pour les combattants tchécoslovaques, à la nécropole nationale de Chestres

     

    37636284415_4a87ef0f0e_k.jpg

    Fresque sous le pont de Vouziers.

     

    38523733941_891f43f7d8_k.jpg

    L'entrée du cimetière allemand,rue de Syrienne.

     

    44858737914_f3d610334a_k.jpg

    Monument dans le cimetière allemand, rue de Syrienne.

  • Partenaire associatif cherche partenaire institutionnel

    Les adhérents à l'ASPV ont eu droit à deux Assemblées Générales pour le prix d'une : lors de la soirée de vendredi dernier, une AG extraordinaire a précédé l'AG ordinaire de l'Association pour la Sauvegarde du Patrimoine du Vouzinois.

    Cette AG extraordinaire avait pour objet de toiletter les statuts, qui n’avaient pas été modifiés depuis 42 ans. Parmi les changements, on retiendra surtout deux points : le déroulement de l'assemblée générale, qui a été complété et précisé, et la modification du conseil d'administration, qui comptera désormais deux membres de droit en son sein. La ville de Vouziers et la communauté de communes de l'Argonne ardennaise devront désigner chacune un représentant pour y siéger.

    Ce changement illustre la volonté de l'association de travailler encore plus en partenariat, en particulier avec les collectivités locales.

    P1640581.JPGCette volonté de travail en commun a été développée par Michel Coistia dans son rapport moral. Il a donné l'exemple de la restauration du lavoir de Clairefontaine, hameau de Ballay. Ce chantier s'est déroulé avec la Mairie de Ballay, à la satisfaction des deux partenaires. Philippe Thirriard,, le premier magistrat de la commune, était d'ailleurs présent dans la salle.

    Comme contre-exemple, Michel Coistia a cité le renouvellement de la convention avec la communauté de communes. L'association et son président avaient la volonté de signer une convention précisant les objectifs pluriannuels validés par les deux parties. Mais cela s'est révélé impossible, seule la convention de moyen a été renouvelé.

    L'absence de représentant de la ville et de la communauté de communes illustrait d'une autre manière le chemin qui reste à parcourir pour réaliser un partenariat constructif avec ces collectivités.

    C'est Denise Carles qui a présenté le rapport d'activité. Les nombreuses diapositives projetées ont illustré les actions de l'année passée. Et elles furent riches et variées, entre les conférences, les sorties et les chantiers. Il y aura eu également un fait marquant cette année : Denise Carles a reçu la médaille d'or de la Jeunesse, sport et engagement associatif, pour son implication dans plusieurs associations, dont l'ASPV.

    Le rapport financier a été approuvé sans difficulté, et un budget prévisionnel ainsi qu'un calendrier d'activités pour 2024 ont été présentés.

    L'assemblée générale s'est terminée par le renouvellement du tiers sortant du conseil d'administration.

    La parole a ensuite été donnée à Jean-Luc Warsmann, député des Ardennes.

    Lire la suite

  • L’abbaye de Chéhéry : une histoire, un présent, un projet.

    P1630835.JPGCe vendredi, une conférence organisée par l'ASPV (Association pour la Sauvegarde du Patrimoine du Vouzinois) nous a fait (re)découvrir l'abbaye de Chatel-Chéhéry. C'est son actuel copropriétaire, Guillaume Ull, qui a présenté l'évolution de ce site remarquable.

    Un rappel historique s'imposait, bien qu'il soit difficile de résumer tous les événements des siècles passés en quelques minutes.

    Rappelons quelques moments importants pour ce monument :

    Il a été fondée au XIIe siècle, par des moines venant de l'abbaye de La Chalade, qui découlait elle-même de l'abbaye de Clairvaux. L'abbaye a prospéré jusqu'au XIVe siècle, avec une activité agricole prédominante, mais aussi avec une activité industrielle (forges et verreries). La guerre de Cent Ans et les guerres de religion mettront fin à ce développement, le site étant victime de pillages et de destructions.

    Il a été rebâti au XVIIIe siècle dans un style classique, mais l'abbaye subit une baisse P1630841.JPGd'influence avec une raréfaction des vocations. Avec la Révolution, les bâtiments sont vendus comme biens nationaux. Ils deviennent une résidence de plaisance au début du XIXe siècle, le propriétaire faisant détruire deux ailes du cloître. L'ensemble a peu évolué depuis cette date, mais a subi de gros dégâts suite à plusieurs tempêtes.


    Mais le présent de cette abbaye est également riche en événements et fort intéressant :

    En 2019, le «château» et ses hectares de terrain sont rachetés par Charles du Jeu, et Guillaume Ull, architecte du patrimoine. Ils entament des travaux d'urgence dans un bâtiment qui le nécessitait, stoppant les infiltrations d'eau, mais souhaitent rénover davantage, relancer une production de légumes, de fruits et de miel et ouvrir le site au public. (source Wikipédia).

    Pour cela, ils s'appuient sur une association, les amis de l'abbaye de Chéhéry. Les bénévoles forment une grande famille, et donnent de leur temps pour aider à la rénovation de la demeure. Ils s'investissent également dans la réalisation de journées artistiques, qui permettent à un large public de découvrir le site.

    Les archéologues s'intéressent de près à ce site riche d'histoire. Des fouilles ont permis de retrouver les traces des bâtiments détruits, en particulier au niveau de l'ancienne église abbatiale.

    Cette entreprise pour la restauration de l'abbaye nécessite de gros moyens financiers. Heureusement la qualité du travail et les résultats déjà obtenus ont permis d'obtenir des soutiens multiples, notamment par des fondations ainsi que par l'obtention de prix.

    Et cette mobilisation prend tout son sens quand on connaît les projets pour demain et après :

    Les propriétaires veulent bien entendu restaurer le bâti. Mais il leur tient à cœur de redonner vie à l'abbaye, en particulier en faisant démarrer une activité économique, qui s'inspire de celle existante dans les siècles passés.

    Déjà, une partie du jardin a été remise en culture, et un laboratoire de transformation des produits récoltés est prévu dans le bâtiment des communs, récemment restauré.

    Une vigne a été plantée non loin du site, une première récolte a eu lieu cette année. La vinification est prévue, le réchauffement climatique peut contribuer à en tirer un breuvage fort correct.

    756330_419554.pngUne grande serre  a été acquise, sa restauration demande des moyens financiers importants. Mais elle prendra sa place près du jardin actuel, permettant de diversifier la production.

    D'autres domaines d'activités sont envisagés, en s'appuyant sur la qualité du bâtiment. Des événements culturels continueront à se dérouler à Chéhéry, mais aussi des rassemblements familiaux sont envisagés (mariages, fêtes familiales) aussi bien que de nature professionnelle ou tout autre registre.

    Les locaux de l"abbaye étaient prévus afin d'accueillir des personnes pour des retraites de durée variable. Les chambres sont toujours présentes dans la partie préservée du bâtiment, il sera donc possible de créer des séjours touristiques, dès que la rénovation sera suffisamment avancée.

    Vous pouvez aider ces projets en adhérant à l'association des amis de l'abbaye, ou en faisant un don défiscalisé à 66%, pour cela rendez vous sur le site dédié : https://www.chehery.com

     

    Lire la suite

  • L’abbaye de Chéhéry : une histoire, un projet.

    Le vendredi 24 novembre à 20 heures, dans la salle du CPR rue de l’agriculture à Vouziers, Guillaume Ull, copropriétaire actuel et historien de l’abbaye de Chéhéry, vous racontera la riche histoire de cette fondation datée de 1147 des moines cisterciens de Lachalade, abbaye–fille de Cîteaux. En 1147, l’abbaye de Lachalade compte 300 moines occupés à défricher des forêts jusque là inaccessibles, sous l’autorité de l’Abbé Gontier.

    C’est à cette date que les frères de l’église NotreDame de Reims font don de la terre de Chéhéry qu’ils possédaient de longue date « au seigneur Gontier, abbé de Lachalade et à ses frères servant pieusement Dieu en ce lieu sous la règle de Saint-Benoît […] pour y construire une abbaye de son ordre ». L’abbaye de Chéhéry est née. Quelques quarante ans plus tard, en 1189, elle sera rattachée directement à Trois-Fontaines.

    Suit la longue histoire, brillante et aussi chaotique de l’abbaye jusqu’à la vente de tous ses biens, le 28 février 1792 à un avocat parisien, Gérard de Melcy. L’avocat fait démolir l’église abbatiale et la partie du cloître abritant sans doute les cellules les plus simples. Il la transforme en une grande demeure bourgeoise, dont la propriété restera au sein de la famille jusqu’au début du XXème siècle. Les propriétaires se succèdent ensuite au XXIème siècle jusqu’à cette renaissance récente portée par un projet audacieux que Guillaune Ull aura à cœur de vous présenter.

    Lire la suite

  • Si l'Abbaye m'était contée... Samedi 4 Novembre 2023

    Avec la participation de Nathalie, Dorothée, Annick, Nadine et Kaya, les spectateurs se risqueront de pièces en pièces, d'étrangeté en surprises, à suivre les pas du Comte entre Transylvanie et Londres.

    Nathalie Azam, comédienne et Frédéric Pougeard, conteur, jouent les métamorphoses multiples de cette immense histoire ; passent d'un personnage à l'autre dans un univers où le pourpre, et les voiles, côtoient les ombres et les sons toujours mystérieux... Où peur et séduction, « suspens » et courses poursuites, sont au cœur d’un des plus vifs récits fantastiques de l’histoire du genre.

    L'abbaye en est le décor inquiétant pour quelques heures de fantasmagories et de jeu !

    Restauration

    En attendant l’heure de votre représentation, venez découvrir le salon de la Grisi et pour la première fois, une partie du 1er étage. Vous aurez la possibilité d’y prendre une boisson (champagne, café, bière, jus de pomme, soft…) et d’y déguster une soupe, accompagné d’une tranche de pain bio, son morceau de fromage et d’un financier comme dessert pour la modique somme de 5 euros.

    Samedi 4 novembre 2023

    Deux départs : 18h15 et 20h00

    Ouverture des portes à 17 heures 30 (pour tous ceux qui auront une réservation, peu importe l’heure de la représentation).

    Réservation obligatoire, nombre de places limitées

    Prix 12€, gratuit pour les moins de 6 ans

    Petite restauration sur place (non-incluse)

    L'abbaye n'est pas chauffée, venez couverts !

     

    Réservation "Si l'Abbaye m'était contée"

    Lire la suite

  • Rimbaud à Roche, en terre maternelle, le dimanche 17 septembre.

    Communiqué de l'ASPV

    Nous vous invitons à participer à une marche originale, biographique et poétique, à propos d’Arthur Rimbaud  à Roche, sur les terres des Cuif, sa famille maternelle. Nous vous proposons une marche tranquille, de 3,5 km, entre Méry et la gare de Voncq, que nous parcourrons en 3 heures, avec une dizaine de pauses.

    Chaque marcheur viendra avec un pliant, une canne-siège, un tabouret léger et ainsi des temps de repos animés rythmeront la marche. Nous prendrons notre temps et nous l’enrichirons d’évocations d’épisodes de la vie de Rimbaud et de sa famille à Roche et ses environs et de poésies rimbaldiennes.

    Départ de Méry à 14h30. Une navette ramènera les chauffeurs de la gare de Voncq à leurs voitures stationnées à Méry. Cette animation gratuite, ouverte à tous, se déroulera le dimanche 17 septembre, dans le cadre des journées européennes du patrimoine. 

    Lire la suite