Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

culture

  • Assemblée générale de l'ASPV le 31 janvier à 20heures.

    ASPV.png

    Nos réunions en soirée commencent toujours à 20 heures précises. Vous savez combien nous tenons à la ponctualité par respect pour celles et ceux qui y participent. L’Assemblée générale se tiendra en salle B du CPR, rue de l’Agriculture. Ce sera l’occasion, en préalable, de renouveler ou de prendre votre adhésion dont les tarifs n’ont pas varié - individuelle : 10 euros ; couple : 15 euros.

    Toutes les activités de 2019 seront évoquées par un diaporama et celles du programme 2020 présentées de la même façon. Suivra un large débat permettant de répondre à vos curiosités et d’entendre vos attentes, vos propositions et critiques éventuelles.

    L’association a besoin de vous pour vivre et mener à bien son action. Pour échapper à la routine, pour renouveler ses initiatives, l’ASPV a besoin de tous ses membres. Votre engagement ne doit pas relever du sacerdoce mais consister en une contribution raisonnable pas trop exigeante en temps passé, en efforts et contraintes. Venez donc nous épauler, nous vous le demandons ! Le bilan financier 2019 et le budget prévisionnel 2020 précéderont les élections de renouvellement du conseil d’administration. Rendez-vous le vendredi 31 janvier. L’AG débutera à 20 heures.

    Lire la suite

  • Attac 08 fait son cinema

    Basta Capital 28 janvier 2020.jpeg

    Lire la suite

  • Attac 08 fait son cinema

    Basta Capital 28 janvier 2020.jpeg

    Lire la suite

  • Rencontres chez "Verte Blanche"

    Samedi dernier, l'espace "Verte Blanche" accueillait dans ses locaux de la rue Chanzy des artistes qui ont trouvé là l’occasion de rencontrer un public curieux et intéressé. Les personnes qui ont poussé la porte de cet espace artisanal et culturel ont découvert des talents très divers par leur inspiration et leur technique.

    exposition,verte blanche,alexandre blaineau,nicolas sembeni,genevieve mansart,cecile dalq,dominique baillonDominique Baillon est une céramiste qui réside en région parisienne. Voici comment elle présente son travail :

    "La céramique : une aventure simple qui a commencé voici 28 ans. Au départ un hobby qui, au fil des soirées passées dans l'atelier d'Annie Beurel, devient une passion. Les modelages que je monte comme des pots évoluent petit à petit vers des pots que je façonne comme des modelages. Au fil des années et de plusieurs stages, j'ai pratiqué de nombreuses techniques de façonnage, de cuisson ou d’émaillage.
    exposition,verte blanche,alexandre blaineau,nicolas sembeni,genevieve mansart,cecile dalq,dominique baillonMaintenant, un élément de cuivre, de laiton, de verre, une pièce industrielle suggèrent une forme, une forme douce comme le long polissage à l’engobe de porcelaine qui assure le moelleux de mes pièces. La technique du "naked raku", ma technique de prédilection, m’est apparue comme une évidence, une victoire même après l’achat de mon propre four il y a 9 ans."

     

    Lire la suite

  • La hulotte n°109

    lh_109_plus_zoom.jpg

     

    Lire la suite

  • L'Harmonie municipale en grande forme.

    Laurent Bacquenois pouvait se montrer satisfait du concert donné cet après-midi par la formation musicale dont il assure la présidence depuis plusieurs années. Les voyants sont au vert pour l’association, qui anime également une école de musique. Celle-ci propose des cours de plusieurs instruments : clarinette, flûte, saxophone, trompette, trombone, tuba, percussions.

    Les jeunes (ou les moins jeunes) ainsi formés intègrent rapidement le "petit orchestre", puis deviennent le plus souvent membres de l'Harmonie. Celle-ci est présente aux manifestations patriotiques et officielles de la ville de Vouziers, et elle organise plusieurs concerts dans l'année, celui de ce jour étant donné à l'occasion de la Sainte-Cécile.  Des répétitions ont lieu tous les samedis après-midi, afin d'obtenir un ensemble cohérent et de bon niveau.

    Laurent Bacquenois a souligné l'implication des musiciens, présents nombreux aux différentes cérémonies, et dont le nombre dépassait la cinquantaine pour ce concert.

    Il pouvait également se réjouir de voir une salle des fêtes bien remplie : plus de 300 personnes avaient fait le déplacement ce samedi. Le président a souligné la présence de têtes nouvelles dans la salle, preuve que le bouche à oreille ( et les réseaux sociaux) avaient un impact positif.

    Lire la suite

  • Paris la blanche

    Lidia Leber Terki met beaucoup d'elle-même dans ce premier long-métrage qui nous fait traverser la Méditerranée, comme tous ces immigrés qui passent d'Algérie en France. Le film relate le voyage de Rekia qui quitte sa Kabylie pour tenter de retrouver son mari. Celui-ci est parti depuis de très longues années en France pour travailler dans le bâtiment. Mais depuis sa retraite, il ne donne plus de nouvelles. Et Rekia veut le revoir pour le convaincre de revenir au pays.

    La réalisatrice explique dans "Allocine" son parcours personnel qui résonne avec celui de ces migrants de générations successives. "Je venais de perdre mon père et, même si ces pages ne racontaient pas son histoire, cela m'a renvoyée à ses origines, et donc aux miennes. Algérien, né en Kabylie, sous la colonisation, mon père a épousé ma mère française à la fin des années 50. Elle a vécu en Algérie durant dix ans par amour. Je suis née là-bas. Nous sommes venus en France quand j'avais trois ans. Je suis sûrement le parfait produit de ce qu'on appelle une intégration réussie, celle de mon père, jusqu’à en oublier mes propres origines. Ma grand-mère kabyle, que j’ai peu connue, se prénommait Rekia, et c’est terrible, car je l’ai appris très récemment ; alors j’ai donné son prénom au personnage principal du film."

     

    Paris-la-Blanche-3-827x465.jpg

    Lidia Leber Terki ajoute a propos de son film :  "L’amour est assez rare dans les films qui traitent de l’immigration algérienne en France. Quand j’ai lu ces pages, cela a été évident pour moi qu’il fallait que je développe et m’approprie cette histoire. On ne parlait pas encore autant des Syriens. Les arrivées en Italie commençaient à peine. Je me suis dit : "C’est la même histoire qui se répète". J'ai toujours voulu faire un film qui englobe toutes les immigrations."

    Lire la suite