Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

économie et finances

  • Le parc éolien du Mont des quatre Faux toujours en attente d'une décision définitive

    L'étude de l'implantation d'un parc éolien entre Juniville et Machault remonte à 2005. Au départ, c'est une société belge (Windvision) qui portait le projet. En 2012, une enquête publique a eu lieu, et a donné lieu à un avis favorable à cette installation. Les interférences possibles avec un radar de la Défense Nationale ont ensuite bloqué le projet.

    Cette difficulté a été levée avec l'arrivée d'EDF Énergies Nouvelles (EDF EN) et les études connaissent un nouveau départ. Un dossier comprenant 71 éoliennes est ensuite finalisé par le demandeur.

    Une nouvelle enquête publique se déroule du 23 janvier au 24 février 2017. De nombreuses personnes participent à cette enquête, avec une majorité d'opposants parmi ceux qui ont exprimé un avis. Il faut souligner qu'au fil des années, de nombreuses éoliennes se sont implantées dans le secteur, et qu'un sentiment de "ras-le-bol" s'est développé dans le territoire concerné. Les enquêteurs donnent un avis défavorable, et préconisent le retrait de 16 éoliennes du projet.

    Finalement le Préfet des Ardennes, après un avis favorable de la Commission Départementale de la Nature, des Sites et des Paysages des Ardennes, signe fin juin 2017 l'autorisation unique pour le Mont des 4 Faux avec 63 éoliennes (8 de moins que le projet du demandeur, 8 de plus que la préconisation des commissaires enquêteurs).

    Mais cette décision est attaquée au tribunal administratif en octobre, et toute avancée est maintenant suspendue jusqu'à la décision du tribunal de Châlons-en-Champagne.

    Lire la suite

  • Au conseil municipal de Vouziers : chiroptères et gallinacés

    Qu'y a-t-il de commun entre une chauve-souris et une poule ? Au moins un point, être à l'ordre du jour du Conseil municipal qui s'est tenu ce soir dans la grande salle de la mairie de Vouziers.

    Une convention a été validée avec l'association ReNArd (Regroupement des Naturalistes Ardennais) pour préserver l'habitat de chauves-souris. Un certain nombre d'entre elles ont trouvé refuge dans deux portions d'une ancienne conduite enterrée sur le territoire de Chestres. On sait que ces animaux nocturnes voient leurs lieux d'hibernations disparaître petit à petit. Ces tunnels doivent donc être préservés. C'est le but de la convention, qui va permettre d’installer des grilles aux extrémités de ces conduites abandonnées. Les chiroptères seront ainsi protégées, à moindre coût pour la commune puisque l'association supportera une partie des frais engendrés par ces mesures de protection. Yann Dugard  a souligné que cette  action s'inscrivait dans le cadre de la mission écologique de la collectivité.

    L'arrivée de 70 000 volailles sur le territoire de Sugny est beaucoup moins écologique. L'installation industrielle est déjà existante, et ses propriétaires souhaitent l’agrandir. Ils sont dans la même logique que la porcherie de Lefficourt (7 000 porcs) ou le poulailler de Saint-Morel ( 40 000 poulets). L'épandage des fientes se fera sur des parcelles situées dans notre secteur, dont une sur le territoire de Vouziers. C'est pour cela que le Conseil Municipal était amené à donner son avis ce soir. Avec un vote contre et 9 en abstention, l'assemblée a voté favorablement pour ce projet. Nous voila bien loin de la mission écologique de la commune. Le bien-être des Vouzinois  n'a pas représenté un argument suffisant pour la majorité des conseillers , que ce soit pour les nuisances olfactives (parcelle d'épandage à l'ouest de la commune, avec les vents dominants qui amèneront les odeurs vers les habitations), ou pour le choix économique qui tourne le dos à l'agriculture paysanne et aux circuits courts.

    Lire la suite

  • 2C2A : il y a un avant et un après conseil.

    Si le conseil s'est déroulé pratiquement sans débat, l'avant conseil et les questions diverses ont donné lieu à des échanges parfois vifs.

    Suite à la présentation des décisions du bureau de la communauté par le Président, Pierre Laurent-Chauvet est intervenu. Le Maire de Champigneulle a regretté que le choix de la commission déchets ménagers n'ait pas été validé par le Bureau. Il a soutenu que l'évolution de la réglementation sur le tri sélectif demanderait des adaptations importantes. Il a souhaité un ramassage alterné (une semaine sur 2) entre les ordures ménagères et le tri sélectif. Il a souhaité que l'on sorte des schémas du passé, et il a préconisé l'étude d'une prime pour les bons trieurs.

    Francis Signoret lui a répondu que les commissions ne donnaient qu'un avis, le bureau ou le conseil de communauté étant décisionnaires. Il a reconnu qu'un débat serait à mener, en particulier avec l'obligation prochaine de la mise en place du tri des fermentescibles.

    Après cet échange verbal, l'étude des points à l'ordre du jour pouvait débuter.

    Lire la suite

  • Chômage : une évolution qui semble difficile à expliquer.

    Si on se fie aux indicateurs récents, l'économie française redémarre, et crée des emplois. Pourtant les chiffres du chômage publiés ce jour indiquent une hausse des inscriptions à Pôle Emploi pour le mois d'octobre. Il faut, comme toujours, prendre les variations mensuelles avec prudence. Mais la tendance sur un an n'est pas à la baisse, et rien ne dit qu'une nette amélioration surviendra dans les mois à venir.

    Il faut savoir que plusieurs facteurs masquaient de manière artificielle l'importance du chômage ces derniers mois. Les emplois aidés sont une de ces raisons. Leur nette et brutale diminution entraîne automatiquement le retour de milliers de personnes à la case chercheur d'emploi. Il semble qu'un nombre important de personnes ne pointaient plus à Pôle Emploi, découragées par une situation bloquée depuis trop longtemps. Le redémarrage de l'économie et la création de postes à pourvoir ont, semble-t-il, ramené une partie de cette population vers la recherche d'emploi. Il s'agissait en fait de chômeurs "cachés", ou en tout cas non comptabilisés, qui réapparaissent maintenant.

    Au total, ces différents mouvements laissent une situation toujours aussi catastrophique, avec pour les catégories A, B et C un total de 5 923 200 demandeurs d'emploi en France, selon les chiffres officiels.

    Voici les chiffres publiés ce jour :

    Lire la suite

  • L'injustice est parfaitement légale

    165_injustice.jpg

    Dessin de Martin Vidberg pour Le Monde

  • Le gouvernement enterre les (insuffisants) objectifs de la loi de transition énergétique

    Communiqué du réseau"Sortir du nucléaire" du 7 novembre 2017

    logo.png

    Suite à une présentation de RTE qui dresse un tableau fallacieux d’une réduction de la part du nucléaire prétendument incompatible avec les objectifs climatiques, Nicolas Hulot vient d’annoncer le report de l’échéance de 2025 pour réduire la part du nucléaire. Le Réseau “Sortir du nucléaire“ dénonce une mise en scène pour justifier un renoncement inacceptable.

    Un recul inacceptable du gouvernement

    En enterrant l’échéance de 2025 pour la réduction de la part du nucléaire, Nicolas Hulot a effectué un renoncement inacceptable. Sous couvert de « réalisme », le gouvernement cherche à dissimuler une absence de volonté de s’interposer face à EDF !

     

    Lire la suite

  • Marché du beurre : Urgence à la régulation des marchés et à la souveraineté alimentaire

    Communiqué de la Confédération paysanne le 30.10.2017

    Cet épisode de flambée des prix du beurre et de pénurie dans les magasins est symptomatique duLogo_conf%C3%A9d%C3%A9ration_paysanne.jpg fonctionnement absurde de la filière laitière et de notre système alimentaire.

    Premièrement, cette situation met en évidence la mainmise des industriels sur les orientations de la filière ainsi que l'opacité de l'industrie laitière. Les paysan.ne.s et consommateurs devraient subir sans broncher les choix stratégiques des entreprises, opportunistes et court-termistes : aller à l'export ou sur le marché spot, réorienter les fabrications vers les fromages… tout cela sans aucune concertation démocratique.

    Lire la suite