Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

politique nationale

  • Hommage à Samuel Paty à Vouziers

    A l'appel des enseignants du Vouzinois et de la section locale de la Ligue des Droits de l'Homme, un rassemblement s'est tenu ce jour à Vouziers. Il s'agissait de rendre hommage à Samuel Paty, mais aussi de rappeler les valeurs fondamentales de la République et le rôle central de l'école dans la transmission de ces valeurs.

    Une bonne soixantaine de personnes ont répondu à cet appel, et se sont regroupés devant la Mairie. Un texte a été lu par la présidente locale de la LDH et par une déléguée des enseignants. Ceux-ci étaient largement représentés parmi les participants.

    Une minute de silence a ensuite été respectée en hommage à Samuel Paty.

    Ensuite, un cortège s'est formé pour se diriger vers la sous-préfecture, en passant par les établissements scolaires du centre-ville.

    Le texte lu précédemment a été remis au secrétaire général de la sous-préfecture (voir le texte ci-dessous), avant dispersion du cortège.

    P1520887.JPG

    Lire la suite

  • Rassemblement en hommage à Samuel Paty mardi 20 octobre à Vouziers

    Pour la laïcité, Pour la liberté d'expression, Pour les libertés,
    En hommage à Samuel Paty, professeur d’histoire, de géographie et d'enseignement moral et civique, pour la défense de la laïcité et pour rappeler notre attachement à la liberté d'expression, garante de toutes les libertés, nous appelons à un rassemblement citoyen mardi 20 octobre à 12 heures devant l'Hôtel de Ville de Vouziers.


    Une prise de parole sera suivie d'un moment de recueillement silencieux, puis le cortège descendra déposer la déclaration lue à la sous-préfecture.


    Les enseignants du Vouzinois          La section vouzinoise de la Ligue des Droits de l'Homme

    5f8aeed4240000450461de90.jpeg?cache=bHqo7uGkaU&ops=scalefit_630_noupscale

     

    Lire la suite

  • L’état d’urgence sanitaire permanent

    Communiqué LDH le 16.10.2020

    Pour la deuxième fois en quelques mois, et pour la sixième fois sous la Ve République, la France est placée sous un régime d’état d’urgence, décidé de manière discrétionnaire par le président de la République. Alors que la prorogation de la loi du 9 juillet 2020 organisant la sortie de l’état d’urgence sanitaire était en cours de discussion au Parlement le jour même de l’annonce présidentielle, le chef de l’Etat a choisi de recourir à un régime de rigueur renforcée qui octroie des pouvoirs exorbitants du droit commun à l’autorité administrative, sans véritable contrôle juridictionnel.

    Décidé, une première fois en mars 2020, pour pallier les carences des pouvoirs publics en matière de politique de santé publique, l’état d’urgence sanitaire a finalement duré quatre mois.

    Lire la suite

  • Journée mondiale du refus de la misère 2020

    Journée mondiale du refus de la misère : 60 organisations se mobilisent pour la justice sociale et environnementale

    Facebook_17Oct-1024x379.png

    Vers la justice sociale et environnementale !

    Les personnes les plus pauvres, premières touchées par les effets du changement climatique
    On l’a vu avec la crise de la COVID-19 : nous ne sommes pas égaux devant la pandémie. Nous ne le sommes pas davantage face aux changements climatiques. Comme les pays les plus pauvres sont davantage exposés aux effets du changement climatique, les personnes les plus défavorisées sont surexposées aux dégâts environnementaux. D’abord, du fait de leurs lieux d’habitation, souvent situés à proximité de poches de pollution – près d’activités industrielles ou agricoles polluantes, de carrefours routiers, dans un environnement bétonné – souvent mal isolés ou en situation de sur-occupation. Dans ces passoires énergétiques, nombreux sont ceux qui cherchent à faire des économies sur des factures qu’ils ne peuvent pas payer. Les conséquences sur leur santé, souvent déjà fragile, sont graves : saturnisme, asthme, maladies respiratoires chroniques qui, en France, concernent 57,3 pour mille bénéficiaires de la couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C) contre 35,4 pour mille de la population générale. En France, 5,8 millions de ménages sont en situation de précarité énergétique dont 2,6 millions de ménages modestes.

    Lire la suite

  • Biodiversité : les aires protégées méritent mieux que des effets d'annonce

    Communiqué de FNE le 12.10.2020.

    La future Stratégie pour les Aires Protégées 2020-2030 est en cours d’élaboration. Objectif : améliorer et renforcer le réseau français d’aires protégées de façon à mieux protéger la biodiversité, dans les 10 prochaines années. Plusieurs instances ont récemment rendu des avis critiques sur le projet proposé, confortant l’analyse et les demandes de France Nature Environnement. Si l'objectif est partagé, le projet proposé doit être encore largement amélioré pour l’atteindre. Explications et propositions.

    Une stratégie essentielle face à l’érosion rapide de la biodiversité

    Le Président et le gouvernement ont plusieurs fois annoncé le cap : atteindre une protection de 30% du territoire, en France hexagonale et dans les territoires ultramarins, avec 10% en protection forte, encadrée par des outils réglementaires. Il y a en effet urgence : les rapports et bilans sur l'aggravation de l'érosion de la biodiversité s'accumulent[1] ; la communauté scientifique mondiale et l’ONU appellent à des politiques de conservation de la biodiversité plus ambitieuses et concrètes. Le gouvernement proclame que la France va relever ces enjeux mais malheureusement, en l'état, la stratégie projetée et son plan d'actions ne permettront pas d'atteindre les ambitions affichées. Le Comité National de la Biodiversité vient de rendre un avis critique sur le projet de stratégie présenté par le gouvernement. Auparavant, le Conseil National de la Protection de la Nature avait préféré voter une contribution au projet pour l’améliorer, afin qu’il réponde pleinement aux urgences en matière de biodiversité.

     

    Lire la suite

  • Action écologique à Roissy-Charles de Gaulle : des journalistes placés en garde-à-vue

    Communiqué d'Amnesty International le 09.10.2020

    Samedi dernier, à la suite d'une action militante écologique pour réduire le trafic aérien, une dizaine de journalistes ont été interpellés. Celles et ceux qui ne disposaient pas de cartes de presse ont été placés en garde-à-vue. En réaction, nous co-signons avec différentes organisations et syndicats de journalistes ce communiqué de presse.

    Samedi 3 octobre 2020, lors d’une action de militants écologistes sur le Tarmac de l’aéroport Roissy-Charles de Gaulle, aux alentours de 9h30 la gendarmerie a procédé à l’interpellation d’une dizaine de journalistes. Dans l’attente des consignes du procureur, ils ont été dans un premier temps, regroupés ensemble, indépendamment des militants.

    Puis le groupe des journalistes a été scindé en deux : les journalistes possédant une carte de presse et ceux sans carte. Le premier groupe de journalistes a été libéré aux alentours de 13h30 après leur audition en tant que témoins. Ceux qui ne possédaient pas la carte ont été placés en garde à vue et regroupés avec les militants. Leur libération n’a été effective que le soir.

    Les signataires de ce communiqué réaffirment avec force qu’arrêter des journalistes qui ne font que leur métier est inadmissible, les placer en garde à vue l’est encore davantage.

    Lire la suite

  • « Une citoyenneté réprimée », un état des lieux des entraves aux actions associatives en France

    Communiqué de presse, Paris, le mardi 6 octobre 2020, l’Observatoire des libertés associatives rend public un rapport inédit réalisé avec l’appui d’un comité scientifique, dressant le tableau d’une « citoyenneté réprimée ». Cette analyse de fond s’appuie sur une centaine de cas récents d’entraves et de répression contre des associations et des collectifs de citoyens. Ce rapport est le fruit d’une collaboration entre chercheurs, associations nationales et locales, intervenant dans divers domaines d’activités (défense des droits, écologie, social, culture…), membres de la Coalition pour les libertés associatives.

    Des associations dont l’activité est suspendue suite à une coupe-sanction de subvention pour avoir contredit un élu, des militants poursuivis devant des tribunaux pour des actions solidaires, une association de quartier interdite d’accès aux espaces communaux pour se réunir, des représentants politiques stigmatisant des associations antiracistes ou musulmanes, des militant.e.s écologistes cibles de contrôles routiers et d’amendes à répétition…

    Lire la suite