Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

politique nationale

  • Élevage : un scandale de plus étouffé dans l’œuf ?

    Communiqué de Greenpeace le 11 août 2017.

    Les autorités essaient de minimiser les conséquences de ce scandale, il fait la une de tous les médias européens depuis plusieurs jours : au cours de la première semaine d’août, l’autorité de sécurité alimentaire des Pays-Bas, la NWMA, a annoncé avoir découvert des milliers d’œufs contaminés au fipronil, un pesticide anti-poux rouges dont l’utilisation pour la production alimentaire est interdite dans l’Union européenne. Ce produit est connu pour sa toxicité sur les abeilles et pour son impact sur la production d’hormones thyroïdiennes ; autant dire qu’il n’a rien d’anodin. Les polices néerlandaise et belge ont d’ores et déjà procédé à des perquisitions et à des arrestations.

    Des millions d’œufs pourraient être contaminés. On ignore encore l’ampleur de cette crise, mais 180 exploitations néerlandaises ont temporairement été fermées, et de grands distributeurs allemands comme Lidl et Aldi ont retiré des œufs de leurs rayons. En Allemagne, les autorités procèdent à des tests sur des produits contenant des œufs, comme les pâtes, la mayonnaise ou les gâteaux. En France, sept entreprises sont concernées et près de 250 000 œufs contaminés auraient été mis sur le marché.

    Lire la suite

  • Le gouvernement prône une meilleure gestion de la ressource en eau. FNE aussi, mais pour de vrai…

    Communiqué de FNE le 10 août 2017

    La France est à sec. La carte des arrêtés de restriction d’eau le montre très clairement. Il est plus que temps d’en prendre conscience et de mettre en place des mesures efficaces et durables quant à la gestion quantitative de l’eau. Il semble que le Gouvernement ait eu cette prise de conscience lors du Conseil des Ministres du 9 août. Messieurs Hulot et Travert souhaitent agir, faire en sorte que cette période critique de sécheresse, cette année exceptionnelle, ne devienne pas la norme d’ici à 2050. France Nature Environnement partage cette volonté : il faut prendre des mesures urgemment. Mais les solutions que propose le Gouvernement ne sont pas (toutes) viables et la question des retenues d’eau fait une fois de plus réagir le mouvement associatif.

    Lire la suite

  • LES BURESLESQUES : Bois debout contre poubelle atomique

    Festival Les Bure’lesques,11-12-13 août à Biencourt-sur-Orge BOIS DEBOUT contre poubelle atomique !

    Alors que CIGÉO soulève des interrogations massives, des associations, des artistes et des militant-e-s proposent trois jours de festival, du 11 au 13 août, à Biencourt-sur-Orge (Meuse), pour faire le point sur les failles de ce projet, pour échanger sur de nombreux sujets et surtout, pour passer un bon moment ensemble. L’action « Bout de bois = Bois debout » clôturera le rassemblement.

    Mauvaise passe pour le projet CIGEO
    L’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), puis l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN),ob_e8343b_19702308-1393026110795349-675354487612.jpg organismes officiels, viennent de confirmer les craintes qui mobilisent une forte opposition depuis des années. En émettant de sérieuses réserves sur le dossier d’options de sûreté de l’Andra, ils confirment le caractère irréaliste du projet CIGEO. L’Agence doit revoir sa copie : architecture du stockage, neutralisation de la réactivité chimique de certains déchets, risques d’incendie, gestion de situations post-accidentelles, etc. Mais à quoi bon s’entêter sur une voie sans issue ?

     

    Lire la suite

  • La condamnation de Cédric Herrou : une insupportable dérive politique de la justice

    Communiqué LDH suite à la condamnation en appel de Cédric Herrou à 4 mois de prison avec sursis

    Communiqué LDH

    En condamnant Cédric Herrou, la Cour d’appel d’Aix-en-Provence montre qu’elle a parfaitement intégré la volonté politique du gouvernement d’interdire l’aide aux réfugiés en faisant de la solidarité un instrument de la répression.

    Alors que, dans le même temps, le préfet de région interdit, impunément, aux réfugiés de déposer leurs demandes d’asile, un homme, soucieux du sort de personnes dans le plus grand dénuement, est poursuivi et condamné.

    La LDH dénonce cette situation et assure Cédric Herrou de sa totale solidarité.

    Paris, le 8 août 2017

    Lire la suite

  • Hiroshima, Nagasaki : où en est-on 72 ans après ?

    Communiqué de Greenpeace  le 7 août 2017(extraits).

    L’ONU a adopté le mois dernier un projet de traité visant à bannir les armes nucléaires. Greenpeace se réjouit que les idées qu’elle défend depuis plus de 40 ans aient enfin fait leur chemin dans la communauté internationale. Cependant, elle condamne l’attitude du Japon et des États qui possèdent l’arme nucléaire (dont la France) : en refusant de participer aux négociations, ils ont trahi la mémoire des victimes d’Hiroshima et de Nagasaki et les espoirs des survivants.

    Septembre 1971. Les États-Unis mènent des essais nucléaires sur l’île d’Amchitka, au large de l’Alaska. Une dizaine de militants pacifistes décident de s’opposer à cette folie nucléaire. Ils affrètent un bateau et se rendent sur place. Greenpeace était née.

    Près de 50 ans plus tard, en juillet 2017, les Nations unies adoptent enfin un traité visant à bannir les armes nucléaires. Ce texte interdit de mettre au point, de tester, de fabriquer, de posséder et d’utiliser des armes nucléaires, mais aussi de menacer d’en faire usage. Il sera ouvert à la ratification des États à partir du 20 septembre.

    (...)

    Lire la suite

  • Projet Cigéo de stockage de déchets radioactifs en couche géologique profonde : l’ASN émet des réserves

    L'autorité de sûreté nucléaire (ASN) contrôle les activités liées au nucléaire en France. Elle doit donner son avis sur le projet CIGEO porté par l'ANDRA ( Agence Nationale pour la gestion des Déchets Radioactifs). C'est à Bure dans la Meuse que ce stockage est prévu, enfouissant pour des milliers d'années des matières hautement radioactives dans le sous-sol. Il n'existe bien entendu aucun exemple qui permet de garantir une pareille installation sur une durée si longue.

    La très courte période où ces stockages ont été mis en place a donné lieu à deux accidents majeurs : un à Asse en Allemagne, l'autre à Hanford aux Etats-Unis. Deux accidents majeurs, aux conséquences incalculables, car la situation n'y est toujours pas maîtrisée. Et l'ANDRA veut poursuivre dans la même technologie, promettant une stabilité du terrain et celle des fûts enterrés pour les millénaires à venir. Nous ne serons pas là pour le vérifier, les initiateurs du projet non plus. Mais le pari est risqué : un événement exceptionnel a peu de chance de se produire à court terme, mais sur une période très longue un risque très faible voit sa probabilité de survenir multiplié par 1000, 10 000 ou plus ...

    L'ASN insiste particulièrement sur le risque d'incendie lié au bitume utilisé comme enveloppe pour les déchets nucléaires. Il existe d'autres risques (instabilité du terrain, corrosion des fûts, infiltration d'eau, activité humaine, ... et certains dont nous n'avons pas connaissance actuellement).

    C'est pourquoi depuis des années un collectif se bat contre ce projet d'enfouissement à Bure. Un rassemblement y est organisé cet été (voir notre note).

    Voici le pré-avis complet de l'ASN, avant l'enquête publique ( Le projet d'avis de l’ASN relatif au dossier d’options de sûreté de l’installation de stockage de déchets radioactifs Cigéo est mis à disposition du public par voie électronique sur le site de l’ASN pour une durée d'un mois et demi : du 1er  août au 15 septembre 2017.
    Les observations peuvent être faites par voie électronique sur le site de l’ASN jusqu’à la date du 15 septembre 2017.)

    Lire la suite

  • 40 ans du décès de Vital Michalon, tué par une grenade offensive lors d’une manifestation contre le projet Superphénix

    Communiqué du réseau "Sortir du nucléaire" le 31 juillet 2017

    Il y a 40 ans, le 31 juillet 1977, Vital Michalon, jeune professeur de physique de 31 ans, est mort alors qu’il manifestait contre le projet de surgénérateur Superphénix avec 60 000 personnes près de Creys-Malville (Isère). Il avait été tué par une grenade militaire offensive tirée par l’un des 5 000 gardes mobiles, CRS et forces de police, qui avaient utilisé 2 500 grenades de ce type. Nous tenons, encore une fois, à lui rendre hommage et à rappeler le contexte de sa disparition.

    Ce jour-là, des dizaines de milliers de personnes, à l’appel des Comités Malville et de nombreux mouvements, avaient défilé sous la pluie sur des chemins étroits qui débouchaient dans le guet-apens du Devin à Faverges, rebroussant chemin par les champs, sous les tirs de lacrymogènes. Le mouvement était lessivé, en pleurs. Le coup de force du gouvernement avait eu raison, pour un long temps, du manque de préparation des organisateurs divisés sur l’objectif de la manifestation.

    En 1977, le CEA prévoyait, d’ici 2000, de construire 10 surgénérateurs en France et d’en exporter 10 autres. Pourtant, Superphénix, ce prototype expérimental de centrale nucléaire à neutrons rapides à caloporteur sodium et utilisant du plutonium comme combustible, constituait une source de dangers non maîtrisé, pire que Tchernobyl ou Fukushima. Le CEA se contentait de parler pudiquement d’« excursion nucléaire ».

    Lire la suite