Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

politique nationale - Page 5

  • Grenpeace analyse le programme du FN sur l'environnement

    Extraits de l'article de Greenpeace.

    Le caractère irréconciliable des valeurs du FN avec celles qui nous animent ne nous dissuade pas de tenter d’éclairer les électeurs potentiels de Marine Le Pen sur ses propositions environnementales. Depuis quelques années, et notamment avec le lancement fin 2014 de son collectif Nouvelle Ecologie, sorte de think-tank interne chargé d’alimenter le parti en propositions, le FN essaie de verdir son image afin d’élargir la base de ses soutiens. Et si le revirement peut parfois paraître spectaculaire sur certains sujets, le parti d’extrême-droite maintient une ligne nationaliste et excluante, incompatible avec la notion même d’écologie.

    Ecologie : quand les problèmes environnementaux s’arrêtent aux frontières

    PHO00c4f372-8096-11e4-9a6e-6f928e44186f-300x200.jpgLe Front National a ravalé sa façade mais le cœur de son projet s’appuie sur des principes qui demeurent inchangés depuis la création du parti d’extrême droite par Jean-Marie Le Pen. Il s’agit tout d’abord de la notion de “priorité nationale”, une appellation toute neuve pour un concept qui ne l’est pas : celui de “préférence nationale”. Selon ce dogme, tous les citoyens ne sont pas égaux et certains ne doivent pas être protégés ni aidés par la collectivité. Un autre principe cher au FN est celui de la frontière comme ligne de barrière à la fois physique et psychologique entre une France qui devrait être uniforme et le reste du monde.

    L’enjeu de préservation de l’environnement est intrinsèquement lié, dans le discours du FN, à la question de l'identité nationale. La question écologique sert à légitimer le repli sur soi : sur le site du collectif Nouvelle Ecologie, on parle ainsi d’ “écologie patriote” et le fameux slogan altermondialiste “penser global, agir local” est tristement détourné pour devenir un “penser et agir local”.

    Affirmons-le avec force : cette vision est fondamentalement incompatible avec celle de Greenpeace. Quelles que soient les propositions du FN sur l’environnement, nos valeurs d’ouverture, de diversité, de solidarité, d’humanisme et de non-violence sont profondément mises à mal par le projet du Front National. Les problèmes économiques et sociaux ne se règlent pas en attisant la peur et la haine de l’autre et en stigmatisant les migrants. Les menaces globales qui pèsent sur l’environnement - réchauffement climatique, pollution de l’air, risque d’accident nucléaire… - ne peuvent pas être atténuées par des Etats repliés sur eux-mêmes et qui refusent d’assumer leur responsabilité globale. Imaginer que l’on puisse simplement fermer hermétiquement les frontières et échapper ainsi aux malheurs du monde est non seulement une vue étroite de la marche de la planète mais témoigne aussi d’une conception égoïste et misanthrope.

    Lire la suite

  • Le 1er Mai, faire barrage à l’extrême droite

     

    Communiqué LDH

    Comme tous les ans, le 1er Mai sera l’occasion pour nos concitoyen-ne-s de faire entendre leurs préoccupations en matière de priorités sociales et d’emploi. Face à la montée des inégalités et de la précarité, ils réaffirmeront aussi leur attachement à une société construite sur les solidarités et la défense des libertés publiques et individuelles.

    Pourtant, cette année, et comme en 2002, les manifestations du 1er Mai auront une dimension particulière puisqu’elles s’inscrivent dans un contexte qui risque d’amener l’extrême droite au pouvoir. Une telle éventualité est porteuse de lourds dangers pour la démocratie, et verrait la mise en place de politiques toutes entières tournées vers la haine de l’Autre, la stigmatisation de l’étranger.

    Tout en regrettant profondément  la division des forces progressistes face au danger qui menace la France, la LDH appelle chacun-e  d’entre nous à participer aux différentes initiatives qui visent à faire barrage au FN.

    Paris, le 28 avril 2017

     

    Lire la suite

  • Bure : Menace d’expulsion du Bois Lejuc

    Menace d’expulsion du Bois Lejuc : le Réseau “Sortir du nucléaire“ réaffirme son soutien aux occupant.e.s

    Communiqué du réseau "Sortir du nucléaire" du 27 avril 2017.

    Le Réseau “Sortir du nucléaire“ réaffirme son soutien aux personnes qui occupent le Bois Lejuc, près de Bure, et qui en sont désormais expulsables à tout moment suite à une décision de justice.

    Depuis neuf mois, des dizaines de militant.e.s habitent ce bois, en le préservant ainsi de la destruction et de la reprise des travaux préparatoires à la construction de la poubelle nucléaire CIGÉO. L’Agence pour la gestion des déchets radioactifs (Andra) prévoit en effet de le raser et d’y construire les accès aux galeries et les puits d’aération pour l’évacuation des gaz radioactifs. Face à un projet imposé dangereux et démentiel, et face au comportement de l’Andra, qui avait commencé en 2016 à y entreprendre des travaux illégaux, cette action légitime et courageuse doit être saluée.

    Le Réseau "Sortir du nucléaire" dénonce cette décision d’expulsion illégitime. L’Andra oserait-elle expulser les militant.e.s alors que sa propriété sur le Bois Lejuc est remise en question, la justice ayant déclaré illégale la délibération à l’issue de laquelle la commune de Mandres-en-Barrois lui a cédé ce terrain ? Persisterait-elle à vouloir reprendre des travaux dans un bois qui pourrait ne plus lui appartenir du tout si les conseillers municipaux en décident ainsi ?

    Une expulsion par la force, en catimini, alors que l’attention des médias est rivée sur le feuilleton présidentiel, constituerait par ailleurs un procédé particulièrement déloyal. François Hollande, qui s’est targué de renforcer la démocratie environnementale, oserait-il finir son quinquennat sur un acte aussi lâche ?

    Le Réseau “Sortir du nucléaire“ appelle à soutenir les personnes qui occupent le Bois Lejuc et, en cas d’expulsion, à rejoindre la manifestation qui sera organisée deux semaines plus tard.

    Lire la suite

  • Citoyens-résistants d'hier et d'aujourd'hui

    Rassemblement 19, 20 et 21 mai : programme

     


    Soirée d’ouverture vendredi 19 mai, 20h, salle du Parnal (Thorens-Glières)
    - "Résistantes !"
    par la compagnie "C’était demain"
    Réservation par mail conseillée.

    Les débats du samedi, à partir de 10h30 salle Tom Morel et alentours. (Thorens-Glières) Cliquez sur le lien pour le détail.

    - Services publics : des biens communs à reconquérir pour une société solidaire.
    - Le sport : asservissement ou émancipation ?
    - Les médias classiques ont-ils perdu la guerre de l’information ? Intérêts et difficultés des médias alternatifs.
    - L’anticapitalisme, l’éco-socialisme comme réponse face au défi climatique !
    - Les flux migratoires : accueil, solidarité.
    - Gestation pour autrui : la fabrique d’enfants est-elle sans limites ?
    - Le recours à des instruments protectionnistes est-il nécessaire à la défense des intérêts des travailleurs.
    - L’évasion fiscale.
    - La présence de Kaddour Hadadi dit HK, et de ses musiciens pour un débat/concert inédit !
    Pas de réservation (salle Tom Morel).

    Les films, samedi et dimanche au cinéma Le Parnal (Thorens-Glières) Cliquez sur le lien pour le détail.

    Les prises de paroles du dimanche, au plateau des Glières à 10h30 Cliquez sur le lien pour le détail.

    PDF - 8.1 Mo
    PDF - 2 Mo

    L’affiche et le tract du rassemblement 2017 :
    N’hésitez pas à les imprimer, les diffuser, les afficher...Merci....

    Vous pouvez dès maintenant déposer vos propositions (et demandes) de logement chez l’habitant en cliquant sur ce lien.
    et poster vos propositions et demandes de covoiturage en cliquant sur celui-ci.

    Retrouvez les archives de l’édition 2016 ICI

    NB : la participation à l’ensemble des activités du week-end est libre. Un soutien à notre action peut se faire selon vos possibilités, vos envies (chapeau).

    Lire la suite

  • Le premier tour Présidentielles à Vouziers

    Marine Le Pen en tête à Vouziers, ce n'est pas tout à fait une surprise, mais c'est malgré tout un résultat qui choque beaucoup de personnes. Le Maire de Vouziers n'a pas souhaité annoncer les résultats bureau par bureau, car il ne voulait pas mettre en avant le score de la candidate d'extrême-droite dans certains secteurs de la ville. Celle-ci est à la première place dans pratiquement tous les bureaux, exceptés ceux de la salle des fêtes et de Blaise. A Bellevue ( où était délocalisé le bureau de Dora Levi), Marine Le Pen fait 132 voix, soit 34 % dans cet ancien secteur qui votait à gauche. A Terron-sur-Aisne elle réalise un score de 36 voix, soit 40 %.

    Cette poussée du FN semble très forte dans le Grand Est, et heureusement un peu moins important dans la France entière. Les voix qui se sont portées sur Marine Le Pen ne sont pas au niveau de celles recueillies par le FN aux dernières élections. Il faudra analyser avec précision cette baisse.

    Le deuxième tour ne devrait pas permettre une victoire de l'extrême-droite : nous appelons clairement à la faire battre dans deux semaines. Le programme soutenu par Emmanuel Macron est loin de nous satisfaire par son libéralisme économique assumé, mais il serait trop dangereux de laisser un espace important à l'extrême-droite.

    Pour les législatives à venir, la situation est pour le moins complexe : les deux grandes formations de droite et de gauche sont K.O. Macron ne dispose pas d'un réseau d'élus locaux implantés dans les circonscriptions, ce qui lui  rendra la victoire difficile, même après un probable succès aux présidentielles. Quant au FN, les législatives ne lui ont jamais trop réussi, et il ne semble pas être dans une dynamique suffisante pour triompher lors de ces élections. Celles-ci s'annoncent donc plus ouverte que jamais.

    Lire la suite

  • Françaises, Français, en cette année électorale "Parlons Vélo" avec les candidats !

    Communiqué de FNE

    A quelques jours du premier tour de l’élection présidentielle, la FUB et ses partenaires mobilisent les Français et demandent aux candidats de se prononcer sur leur stratégie vélo. Le site web dédié « Parlons Vélo » images?q=tbn:ANd9GcQR8P49bCNNF4987XFY4MybbQp-Lj7DJPdCONY-hATNXQASzCwwrappelle les leviers pour développer la solution vélo, informe du programme cyclable des onze candidats. Une campagne neutre et transparente pour parler sérieusement vélo, car la France en a besoin !

    Les candidats à l’élection présidentielle se préparent à relever les défi s auxquels la France est confrontée. Nos concitoyens vivent chaque jour les implications concrètes de ces enjeux nationaux : coût de la mobilité qui grève le pouvoir d’achat, sédentarité et pollution qui affectent la santé et le bien-être, étalement urbain qui déstructure les territoires et tue le petit commerce, difficulté d’accès à l’emploi faute de systèmes de mobilité plus inclusifs. Nos pratiques de transports et de mobilité sont aussi la première source d’émissions de gaz à effet de serre responsables du changement climatique global.

    Pour répondre à ces enjeux, nous souhaitons attirer l’attention des candidats sur un levier encore largement sous-exploité en France : les modes actifs et particulièrement le vélo. Si plusieurs de nos voisins européens[1] ont une stratégie nationale pour le développement de l’usage du vélo, ce n’est pas un hasard. Qu’il s’agisse de santé, de tourisme, d’économie, d’environnement ou de cadre de vie, le vélo est selon eux une réponse efficace et peu coûteuse pour moderniser leur pays et améliorer le quotidien des citoyens.

    Lire la suite

  • La démocratie, ça se défend !

    Appel de la Ligue des Droits de l'Homme

    L’élection présidentielle à venir va constituer un tournant politique majeur. Le résultat pèsera lourdement sur notre vie à toutes et tous. Or, nous sommes des millions que ce rendez-vous plonge dans le doute, l’inquiétude, voire la colère.


    Nos doutes portent sur l’utilité même du vote et sur notre capacité collective à porter plus haut la démocratie logo.gifet la République. Ils portent sur la capacité et la volonté de candidats, dont le rôle est de défendre le bien commun, de porter nos valeurs de justice, de solidarité, de respect des libertés, d’honnêteté.


    Ils sont alimentés par les trahisons subies, la prolifération des divisions, des querelles, des concurrences d’ego et par une campagne électorale qui fait aussi peu de cas des grands enjeux d’avenir que des urgences d’aujourd’hui.


    Ces enjeux et ces urgences, nous les connaissons : ils s’appellent chômage et racisme, discrimination et crise du logement, privilèges contre l’égalité des droits, services publics et territoires abandonnés, violences sociales et violences policières, Europe en crise, défi écologique à relever, militarisation du monde.

    Lire la suite