Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

solidarité

  • Concert solidaire à Boult-aux-Bois

    La petite salle des fêtes de Boult-aux-Bois a accueilli ce samedi plusieurs dizaines de spectateurs qui ont pu écouter le groupe " Les Vagabonds".

    Ce groupe a pris naissance en décembre 2017 sur le Camp Saint John Perse de Reims où des réfugiés se sont installés dans leur infortune à leur arrivée dans la région. La musique a pu créer un lien entre les militants solidaires et les demandeurs d'asile ne maîtrisant pas la langue française . Ainsi, lors d'une soirée glaciale où la musique a pu réchauffer les esprits, quatre artistes se sont rencontrés : Agim, Shkelkim, Philippe et Léa.

    Ils se produisent toujours en solidarité avec les réfugiés, qu'ils soutiennent dans leur quotidien difficile et qu’ils accompagnent dans leurs démarches de régularisation.

    Pendant la soirée, ils ont pu annoncer une très bonne nouvelle : leur accordéoniste vient d'obtenir l'asile pour 10 ans.

    Lire la suite

  • Martine Landry : l’acharnement judiciaire

    Le 24 juillet 2018, dans la soirée, nous apprenions avec consternation que le procureur général d’Aix-en-Provence faisait appel du jugement rendu le 13 juillet par le tribunal correctionnel de Nice. La relaxe avait été prononcée pour Martine Landry poursuivie pour « aide à l’entrée sur le territoire de deux mineurs en situation irrégulière ».

    Quelques jours après avoir été relaxée, Martine Landry déclare : « Cette décision me sidère. Je pensais pouvoir recommencer à vivre normalement, sans épée de Damoclès au-dessus de ma tête. Mon répit est de courte durée. Je reste toutefois déterminée et sûre de la légalité de mes actes ».

    Lire la suite

  • La fraternité face au « délit de solidarité »

    Communiqué d"Amnesty International le 06.07.2015

    En ayant recours au principe de fraternité, le Conseil constitutionnel vient d’affirmer que chacun est libre d’aider personne indépendamment de la régularité de son séjour sur le territoire. Une bonne nouvelle qui doit être suivie dans les faits.

    Le Conseil constitutionnel devait décider si la législation en vigueur concernant le « délit de solidarité » est en conformité avec notre Constitution .

    Pour la première fois, le Conseil a utilisé le principe de fraternité, principe de valeur constitutionnelle :"Il découle du principe de fraternité la liberté d'aider autrui, dans un but humanitaire, sans considération de la régularité de son séjour sur le territoire national"

    C’est un pas très positif pour le respect des droits des réfugiés et migrants et surtout de ceux qui leur viennent en aide.

    Lire la suite

  • Nous soutenons les 3 de Briançon : oui à l’asile, non à la loi Collomb

    Nous serons tous une « bande organisée » autour des militant.e.s de la Solidarité.

    Le 21 avril les militants d'un groupe d’extrême-droite suprématiste « Génération Identitaire », a mis en scène au col de l'Echelle (05) une opération de « blocage des frontières » entre la France et l'Italie, interdisant l'accès à des personnes épuisées par un trajet en montagne, les mettant ainsi potentiellement en danger. Cette action fut largement diffusée sur les réseaux sociaux à renfort de commentaires xénophobes

    Le lendemain, une manifestation de 150 habitants des vallées frontalières, engagés dans la solidarité concrète avec les migrants transitant dans cette région, traversent symboliquement la frontière de Clavière jusqu'à Briançon, pour protester contre la militarisation de la frontière et la non prise en charge des personnes mineures ou en demande d’asile par les autorités. La gendarmerie française effectue alors 6 interpellations arbitraires. Trois personnes seront relâchées et trois autres sont en liberté provisoire, en Savoie et à Marseille. Elles sont poursuivies pour « avoir par aide directe ou indirecte, facilité ou tenté de faciliter l’entrée irrégulière en France de plus d’une vingtaine d’étrangers, avec cette circonstance que les faits ont été commis en bande organisée », elles risquent selon la loi française jusqu’à 10 ans de prison, assortie de 750 000 euros d’amende.

    Le jugement a été renvoyé au 31 mai 2018.

    Lire la suite

  • On ne se taira pas ! Solidaires contre l’injustice

    Il y a quelques mois, Greenpeace se mobilisait pour dénoncer les procédures bâillons dont elle était victime, en particulier en Amérique du Nord, suite à sa campagne contre l’exploitant forestier canadien Résolu. Greenpeace n’est malheureusement pas la seule à être poursuivie pour avoir pacifiquement dénoncé des pratiques illégales ou illégitimes, et nous dénonçons régulièrement ces procédures.

    Ces prochains jours, deux retraitées, bénévoles pour des associations françaises, vont faire face à des procédures juridiques abusives.

    Tout comme le militant Jon Palais poursuivi l’an dernier et que nous avions également soutenu, l’une d’elles, Nicole Briend, est accusée d’avoir participé à une réquisition citoyenne de chaises dans une agence de la BNP Paribas à Carpentras, activité organisée par plusieurs associations dont Attac et ANV pour protester contre les pratiques bancaires favorisant l’évasion fiscale.

    Elle est convoquée le 6 février au tribunal  pour « vol en réunion ».

    La seconde, Martine Landry, est membre d’Amnesty International à Menton, à la frontière italienne. Munie de documents attestant de leur demande de prise en charge par l’Aide sociale à l’enfance, elle a attendu deux mineurs isolés étrangers au poste frontière Menton/Vintimille, du côté français, pour les présenter à la police aux frontières.

    Elle risque jusqu’à cinq ans d’emprisonnement et 30 000 euros d’amende pour avoir « facilité l’entrée de deux mineurs étrangers en situation irrégulière ».

    Pour Amnesty international et l’Association nationale d’assistance aux frontières pour les étrangers (Anafé), dont Martine Landry est également adhérente, son intervention a été dictée par le renvoi illégal vers l’Italie de ces deux mineurs, en dépit de la protection dont ils auraient dû bénéficier en tant que mineurs.

    Lire la suite

  • Patrick Kabré de retour dans les Ardennes

    De retour dans les Ardennes, l'artiste burkinabé Patrick Kabré, séjourne 2 semaines dans notre département.
    L'association Argonne Manengouba a organisé une série d'interventions de l'artiste dans des établissements scolaires et des centres sociaux, ainsi que 3 concerts
    Ces concerts sont donnés au profit des réfugiés maliens qui se trouvent dans 2 camps au Nord du Burkina Faso.


    Très engagé pour l’alphabétisation des enfants burkinabè, Patick Kabré a fondé l‘Association des Arts Solidaires (2AS) avec ses musiciens et collaborateurs afin de rendre son combat durable, grâce à des concerts de solidarité, des ventes artisanales et des recherches de volontaires au cours de ses tournées. En 2015, il crée Atelier Silmandé, structure dédiée au développement des jeunes à travers l'art et la musique.

    Parallèlement à sa carrière de musicien professionnel, Patrick Kabré a développé une réelle expertise de musicien intervenant afin d'animer des ateliers auprès d'enfants, mais également dans les écoles de musique, hôpitaux, institutions spécialisées, etc.
    De l’individuel au collectif, l’enjeu est avant tout d’accompagner les citoyens de demain à l’appropriation de l’art et de la culture comme moteurs et résultats positifs du développement personnel et plus largement de la cohésion sociale.
    Via le prisme des différents domaines artistiques, l’accent est mis sur la valorisation de la diversité culturelle, du dialogue interculturel et sur la promotion des droits humains et des valeurs universelles.

    Lire la suite

  • Toutes et tous passeurs d’humanité

    Appel pour que la solidarité ne devienne pas un délit

     

    Chaque jour des dizaines de migrants fuyant la guerre, la misère ou l’oppression tentent de demander asile à la France au bout d’un long parcours de cauchemar.

    Notre pays, au regard de son histoire et de ses responsabilités internationales, se devrait de les accueillir dans le respect de leur dignité, avec la bienveillance et le réconfort qui leurs sont dus.

    Au lieu de cela, dans la vallée de la Roya, des migrants et particulièrement des mineurs, sont systématiquement rejetés en Italie. La loi est ainsi bafouée et piétinée. Alors de simples citoyens de cette vallée qui n’acceptent pas ce règne de l’inhumanité font face, avec honneur, aux défaillances de l’État. Ils accueillent, nourrissent, soignent, logent ces personnes affaiblies et souvent exténuées.

    Parmi ces justes, un jeune agriculteur, Cédric Herrou, a mis sa ferme à disposition. Il a été condamné à 4 mois d’emprisonnement avec sursis et risque aujourd’hui la prison parce qu’il refuse d’abdiquer ce qu’il appelle son « devoir d’hospitalité ». C’est également le cas du chercheur niçois Pierre-Alain Mannoni et de bien d’autres de la Roya citoyenne.

    Lire la suite