Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

atd quart monde

  • Fraude sociale : des préjugés à la réalité

    ATD-QM_220x285_Fraudes-2-914ac.jpg

  • Elections 2012 : tous concernés par les "Paroles de Sans voix"

    Faire changer le regard sur les personnes pauvres en France trop souvent stigmatisées, interpeller nos candidats sur les conditions de vie des plus démunis, les pousser à prendre position sur nombre de situations qui font scandale, telle est l’ambition du journal "Paroles de sans voix".

    Ce journal réalisé par l’Association Georges Hourdin et l’équipe des "Reporters citoyens" aux côtés d’Amnesty International France, du Secours Catholique et d’ATD quart-monde, sera inséré le 27 et 28 mars dans la plupart des quotidiens de la presse nationale et régionale, en vue des élections présidentielles.

    parolesdesansvoixmars2012_couv.jpgDiffusé à près de 7 millions d’exemplaires et intitulé "Paroles de sans voix" , il restitue des témoignages de personnes qui vivent dans la pauvreté mais ont décidé de se prendre en main en se faisant entendre.

     

    Ceux dont les droits sont bafoués, qui souffrent d’exclusion et de discrimination, trouvent là un espace d’expression qu’ils n’ont pas habituellement. Réédition de l’initiative de 2007, ce journal a pour but de réveiller les consciences et d’interpeller les candidats.

     

    Chantal, salariée dans une entreprise d’insertion le résume ainsi  : "on sait que les politiques ne peuvent pas tout régler, mais qu’ils soient au moins à l’écoute ! Il faut juste les pousser un peu car nos soucis, ce n’est pas leurs quotidiens".

     

    Les initiatives solidaires qui sont présentées dans "Paroles de Sans voix" doivent convaincre et amener tout un chacun à changer de regard sur les personnes trop souvent confrontées aux préjugées : personnes pauvres, hébergées, sans emploi ou sans domicile, réfugiés politiques, Roms etc.

     

    Le regard sur l’exclusion doit changer, chacun de nous n’est-il pas enclin à une attitude de rejet vis-à-vis de celui qui nous dérange parce qu’il est différent ? 

    soulignent les trois présidents d’Amnesty International France, le Secours Catholique et ATD Quart-Monde.

     

    Seule une démarche collective et solidaire permettra d’avancer vers une société plus équitable, respectueuse de l’individu, de sa parole et de sa dignité. Nous sommes tous concernés.

  • Loppsi 2 : refusons l'expulsion des habitants de fortune

     

    Extraits de la tribune parue dans "Le Monde"

     

    Au moment où repasse à l'Assemblée nationale la Loppsi 2 (loi d'orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure) qui dans son article 42 Ter rend quasi-automatique l'expulsion des habitants de fortune nous pouvons malheureusement en prévoir les conséquences. Les équipes d'ATD Quart Monde sont en relation avec des familles qui, après avoir été expulsées de HLM pour insuffisance ou irrégularité de revenus, ont réussi à trouver, après plusieurs années, une certaine stabilité de résidence malgré un habitat précaire.

    mal-lo10.jpgOr, à la suite de ce qu'il est convenu d'appeler le "virage sécuritaire", consécutif au discours du président de la République à Grenoble, le 30 juillet 2010, elles se trouvent aujourd'hui jetées sur les routes sans aucune perspective de solution.

    Le mouvement ATD Quart Monde, comme d'autres associations, responsables politiques et courants spirituels de différentes sensibilités, a condamné publiquement les postures de stigmatisation d'individus et de groupes – comme les Roms et les gens du voyage –, qui sont directement contraires à nos valeurs et à l'expérience de vie des plus pauvres.

     

    (...)

    La tentative de choisir des boucs émissaires parmi les populations les plus fragiles est une manière archaïque de créer l'unité. Elle s'accompagne d'une augmentation du sentiment d'insécurité pour tous. Elle ajoute à la violence. Ces discours stigmatisants conduisent à une forme de discrimination non dite qui fait que des citoyens ordinaires en viennent à rejeter les enfants les plus démunis de leurs écoles, à refuser de soigner un porteur de carte CMU (couverture maladie universelle) ou d'embaucher un jeune au seul vu de son adresse, ou encore à s'opposer à la construction de logements sociaux ou d'aires d'accueil dans leur quartier.

    (..)

     

    Pierre-Yves Madignier, président d'ATD Quart Monde, et Marie-France Zimmer, militante d'ATD Quart Monde