Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

europe

  • Greenpeace engage un recours contre le greenwashing de l’Union européenne sur le gaz fossile et le nucléaire.

    Contestant l’inclusion du gaz fossile et de l’énergie nucléaire dans la liste des investissements durables de l’UE, la taxonomie, Greenpeace a décidé de porter le dossier devant les tribunaux. Le 8 septembre, l’association  a déposé une demande officielle de révision devant la Commission européenne dans laquelle elle dénonce la décision de cette dernière d’inclure ces deux énergies polluantes dans la taxonomie en janvier dernier, ainsi que l’échec du Parlement européen à y mettre son véto lors d’un vote en juillet. Greenpeace rappelle que cette décision a été prise en dépit d’une forte mobilisation de la société civile contre l’inclusion du gaz fossile et du nucléaire dans la taxonomie européenne et alors que plusieurs climatologues, des institutions financières ou des associations avaient pris position contre.

    Pour Greenpeace, l’inclusion du gaz fossile et du nucléaire dans la taxonomie contrevient aux critères définis de la taxonomie, à la loi européenne sur le climat et aux obligations de l’UE au titre de l’accord de Paris de 2015. 

    Lire la suite

  • L’Europe face à la crise énergétique

    Edito de Cartooning for Peace du Jeudi 15 Septembre 2022

    Mercredi 14 septembre, lors de son discours sur l’état de l’Union européenne au Parlement de Strasbourg, la présidente de la commission Ursula von der Leyen a annoncé « une réforme complète et en profondeur » du marché de l’électricité européen pour protéger les citoyens devant la flambée des prix du gaz et de l’électricité. Parmi les mesures d’urgences évoquées, le plafonnement des super-profits (qui rapporterait 140 milliards d’euros aux Etats de l’UE) et la création d’une banque publique dédiée à l’hydrogène.
    Ursula von der Leyen a également redit la « solidarité indéfectible » de l’Europe avec l’Ukraine, où elle se rend ce jeudi 15 septembre.
    Depuis le début de la guerre et face aux défis immenses qui se profilent, l’édifice européen parvient malgré tout à s’adapter et à sauvegarder son unité. Notamment pour s’orienter vers une indépendance énergétique, plus que jamais nécessaire.

    Lire la suite

  • Les réfugiés de la guerre d’Ukraine

    Edito de Cartooning for Peace du Vendredi 04 mars 2022

    des forces russes dans le pays qui, bien que confrontée à une résistance ukrainienne courageuse, se confirme chaque jour dans l’est, le sud et le nord.
    Un million de réfugiés ukrainiens ont déjà fui le pays en une semaine, selon l’ONU qui a, ce mercredi 2 mars, adopté une résolution exigeant « que la Russie cesse immédiatement de recourir à la force contre l’Ukraine ».
    L’Union européenne va appliquer pour la première fois une directive de 2001 permettant une « protection temporaire » aux réfugiés ukrainiens. Un geste de solidarité fort qui contraste avec la récente réticence de certains pays d’Europe centrale et orientale à accueillir des réfugiés syriens ou afghans, notamment… Cela est d’autant plus vrai que plusieurs sources (dont l’Organisation internationale pour les migrations) ont constaté ces jours-ci, à la frontière entre l’Ukraine et la Pologne, de violentes discriminations envers certains candidats au départ d’origine africaine ou asiatique, refoulés à la frontière.

    Lire la suite

  • Les portraits d’Emmanuel Macron mazoutés devant le Parlement européen pour dénoncer son bilan climatique

    Strasbourg, 19 janvier 2022. Alors qu’Emmanuel Macron inaugure la présidence française de l’Union européenne, des activistes d’Action non-violente COP21 ont plongé des portraits officiels du président dans du simili-pétrole aux abords du Parlement européen pour dénoncer son bilan climatique et social désastreux. Soutenus par Greenpeace France et les Amis de la Terre, ils pointent le sabotage climatique du quinquennat d’Emmanuel Macron et le scandale de ses pratiques de greenwashing au service des lobbies et de la finance. Une douzaine d’actions similaires ont lieu en ce moment partout en France.

    Ce matin à Strasbourg aux abords du Parlement européen, peu avant le discours d’inauguration de la présidence française de l’Union européenne (PFUE), les portraits présidentiels d’Emmanuel Macron sont réapparus, près de trois ans après les premiers décrochages dans les mairies par le mouvement Action non-violente COP21 [1]. Les activistes les ont brandis tête en bas et plongés dans un fût de simili-pétrole. Des banderoles “Sabotage climatique : Macron coupable” en français et en anglais ont été déployées pendant que les porte-paroles ont dressé le bilan désastreux d’Emmanuel Macron en matière de lutte contre le dérèglement climatique. L’action s’est terminée juste avant l’intervention des forces de l’ordre qui ont évacué les activistes. Les portraits mazoutés ont été abandonnés sur place.

    Lire la suite

  • Morts ou Vifs ?

    Sans-papiers 12.2021.jpg

    Dessin de Mix et Remix pour Sine mensuel

  • L"Europe ferme ses portes

    image-43862.jpg

    Dessin d'Aurel pour Politis

  • Les États européens complices des violences contre les personnes migrantes en Libye

    Hommes, femmes et enfants interceptés en Méditerranée par les garde-côtes libyens sont renvoyés dans des centres de détention en Libye, où ils souffrent d’atroces violations de droits humains. Torture, violences sexuelles et travail forcé y sont monnaie courante, en toute impunité. Notre dernier rapport met en lumière les conséquences d’une politique européenne honteuse qui accepte de collaborer avec la Libye.

    Notre rapport intitulé « Personne ne te cherchera ». La détention abusive des personnes réfugiées et migrantes débarquées en Libye révèle que les violations commises depuis une décennie contre les personnes réfugiées et migrantes se sont poursuivies sans relâche dans les centres de détention libyens durant les six premiers mois de 2021, malgré les engagements répétés à y mettre un terme.

    Le rapport détaille ce qu’ont vécu 53 personnes réfugiées et migrantes, la plupart interceptées en mer, puis détenues dans des centres officiellement contrôlés par la Direction de la lutte contre la migration illégale (DCIM).

    Lire la suite