Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Monde agricole

  • Grand coutournement ouest de Strasbourg : pourquoi une grève de la faim ?

    Une grève de la faim. Refuser de se nourrir pour être entendus, écoutés. Après 50 ans de tentatives non violentes, c'est la lourde décision qu'ont pris, le 22 octobre 2018, 10 citoyens engagés pour la préservation de la nature et la protection de la santé des Alsaciens. Ils et elles militent contre la construction du projet d'autoroute A355, aussi appelé Grand contournement ouest de Strasbourg ou « GCO ». En quoi ce projet pose-t-il problème ? Qu'attendent les grévistes de la faim ? Engagés de longue date sur ce dossier, Alsace Nature, FNE Grand Est et France Nature Environnement font le point.

    Les grévistes ont faim… d'une écoute... et d’un moratoire !

    Le 22 octobre 2018, 10 citoyens et citoyennes ont fait le constat que leurs voix, leurs plumes et leurs mots n'étaient pas entendus et ont décidé de tenter d'attirer l'attention de l'Élysée en entamant une grève de la faim. Cette lourde décision met aujourd'hui en péril leur santé. Sans alimentation autre que des tisanes, 6 personnes la poursuivent en ce 14 novembre. Ils et elles en sont à leur 4ème semaine de grève de la faim : sur les 4 autres, une a dû s’arrêter pour raison médicale et trois pour raisons professionnelles.

    Leur détermination est forte, mais leur santé en grand danger, tel que le montre une attestation médicale datée du 11 novembre et le malaise fait par l’un d’entre eux le 12.

    Depuis le début, de nombreux membres du mouvement France Nature Environnement et ainsi que de multiples organisations leur ont apporté un soutien par le biais de messages et de plus de 420 journées de jeûnes solidaires. Toutes ces voix demandent une chose : un moratoire sur le projet de Grand Contournement Ouest de Strasbourg, surnommé GCO.

    Lire la suite

  • L’inquiétante victoire du candidat d’extrême droite, champion de l’oligarchie terrienne brésilienne

    Communiqué de la Confédération Paysanne le 30.10.2018

    Dimanche le verdict est tombé au Brésil. Le candidat d'extrême droite, dont les déclarations font froid dans le dos, a été élu. Durant la campagne, Jair Bolsonaro s'en est notamment pris aux Amérindiens et aux paysansBresil.jpg sans terre : « Il faut éradiquer les Indiens, c'est un peuple trop indolent », a-t-il asséné pour les premiers, qualifiant les seconds « de terroristes » qu'il chasserait « à coups de fusils ».

    En ciblant le Mouvement des sans terre (MST), Jair Bolsonaro rappelle qu'il est aussi le candidat de l'oligarchie des grands propriétaires fonciers qui ont toujours refusé, y compris par la violence, toute réforme agraire dans un des pays les plus vastes du monde. La Confédération paysanne ne peut donc qu'être inquiète de sa volonté de libéraliser totalement l'usage des armes, dans un pays déjà connu pour sa violence.

    Lire la suite

  • Nous voulons des coquelicots

    Appel pour l’interdiction de tous les pesticides de synthèse

    logo-les-coquelicots.svgLes pesticides sont des poisons qui détruisent tout ce qui est vivant. Ils sont dans l’eau de pluie, dans la rosée du matin, dans le nectar des fleurs et l’estomac des abeilles, dans le cordon ombilical des nouveau-nés, dans le nid des oiseaux, dans le lait des mères, dans les pommes et les cerises. Les pesticides sont une tragédie pour la santé. Ils provoquent des cancers, des maladies de Parkinson, des troubles psychomoteurs chez les enfants, des infertilités, des malformations à la naissance. L’exposition aux pesticides est sous-estimée par un système devenu fou, qui a choisi la fuite en avant. Quand un pesticide est interdit, dix autres prennent sa place. Il y en a des milliers

    Lire la suite

  • Suspension nationale du métam-sodium : une première étape vers la sortie des pesticides

    Au journal officiel de ce jour un arrêté interministériel suspend l’utilisation des pesticides à base de Métam-sodium jusqu’au 31 janvier 2019, dans l’attente des résultats de la réévaluation de son autorisation par l’ANSES. France Nature Environnement et la Sauvegarde de l’Anjou saluent cette annonce favorable à la protection de la santé et de l’environnement et appellent à une révolution des systèmes de production intensifs du maraichage, en particulier du secteur de la mâche.

    Un pesticide hautement nuisible à la santé humaine et l’environnement

    Par trois reprises fin septembre et début octobre, des intoxications de travailleurs agricoles, de lycéens et de riverains d’exploitations maraichères ont eu lieu en Maine-et-Loire, rendant même nécessaire l’hospitalisation d’une vingtaine de personnes. La cause de ces incidents est l’utilisation du Métam-sodium, pesticide extrêmement puissant qui est employé dans le cadre de la culture de la mâche. La Sauvegarde de l’Anjou, fédération départementale membre du mouvement France Nature Environnement,  a porté plainte afin de faire la lumière sur les dysfonctionnements particulièrement inquiétants pour la population.

    « La répétition de ces intoxications à un intervalle si court montre les difficultés à maitriser les effets de cette substance volatile, dont les effets délétères pour l’homme et son environnement sont documentés de longue date  » explique Yves Lepage, président de la Sauvegarde de l’Anjou.

    Lire la suite

  • Autoroute A45 : la mobilisation a payé !


    Communiqué de la Confédération Paysanne le 18.10.2018

    La Ministre des Transports a confirmé ce matin l'abandon du projet d’autoroute A45 entre Lyon et Saint-jtm_off_trac_a45-00_00_08_24-3149193.jpg?itok=p5WsE0SsÉtienne (clic droit sur l'image ci-contre pour l’afficher en plus grand). Élisabeth Borne l'avait annoncé ce mercredi lors d'une rencontre avec des parlementaires de la région AURA. ll s'agit d'une grande victoire pour toutes celles et ceux qui se sont mobilisés contre ce projet, dont la Confédération paysanne qui s'est fortement impliquée.

    Ce projet constituait une aberration en termes d'aménagement du territoire et de développement économique. Il aurait conduit à faire disparaître des terres agricoles situées dans les Coteaux du Lyonnais et du Jarez, menaçant plus de 375 fermes, des emplois et la richesse d'au moins 500 hectares directs de terres cultivables. Une activité économique jamais prise en compte par nombre des décideurs locaux soutenant ce projet.

    Lire la suite

  • Argonne Ardennaise : 20 ans, cela se fête.

    Le soleil a aussi voulu être de la partie pour fêter les 20 ans de la Communauté de Communes ce dimanche à Grandpré.

    Dès 11 heures, les personnalités étaient conviées à l'inauguration de cette journée qui constitue le point d'orgue des festivités prévues pour l'occasion. En présence du Sous-préfet de Vouziers et d'élus du territoire (dont Noël Bourgeois, Président du Conseil Départemental et Jean-Luc Warsmann, député de la circonscription) , le Président Signoret a retracer l'historique de la collectivité. Celle-ci  a été créée sans  les communes du canton de Vouziers, qui rejoindront la Communauté quelques années plus tard.

    Le fonctionnement a été plutôt difficile dans les débuts, avec des réticences à transférer leurs compétences de la part de nombreux maires, et le boulet financier qu'à constitué Nocturnia première version.

    Après ce moment officiel, un repas était prévu à la salle des fêtes de Grandpré. Le menu était centré sur le thème des fruits, qui était aussi celui de la journée. Près de 200 convives ont partagé ce repas.

    Lire la suite

  • Francine Saint Ramond et les croix des chemins

    Francine Saint Ramond est une historienne spécialiste de l"histoire militaire, qui a passé sa thèse sur la campagne d'Orient ( 1915-1919). C'est d'une campagne plus proche qu'elle a choisi de parler ce vendredi auP1410759.JPG CPR de Vouziers, à l’invitation de l'ASPV. Le thème de sa conférence portait sur les croix et chapelles de la Meuse et des Ardennes.

    Elle a su retenir l'attention de la trentaine de personnes présentes, dont beaucoup de férus de patrimoine qui ont pu apporter leur contribution au sujet traité.

    Les croix et chapelles de nos campagnes sont souvent implantées sur des sites repérés avant la christianisation du pays. Les premiers évangélistes se sont installés près des villages, sur des sites particuliers (près d'une source, d'un arbre remarquable, ... ). Le lieu de leur séjour a parfois été le site d'implantation d'une chapelle.

    Les croix  et chapelles ont été longtemps des lieux de pèlerinage, pas toujours bien vus de l'Eglise qui y voyait une concurrence et  parfois une réminiscence de rites païens.

    Lire la suite