Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Monde agricole

  • Glyphosate : La stratégie du gouvernement pour ne sortir de rien du tout

    Communiqué de la Confédération Paysanne du 05.11.2020

    Aujourd'hui, les Ministres de la transition écologique et de l'agriculture ont été auditionnés sur la stratégie du gouvernement pour la sortie du glyphosate par la mission d'information commune de l'Assemblée Nationale sur les produits phytosanitaires.

    Sans surprise, les deux ministres ont martelé le nouveau mot d'ordre gouvernemental sur le sujet des pesticides : "pas d'interdiction sans alternative" et ont repris les conclusions de l'ANSES* qui confond alternatives techniques et contraintes économiques.

    Que nous disait l'ANSES* il y a un mois ? Que le désherbage non chimique est déjà largement adopté pour certains usages (en particulier en inter-rang) et que l'interdiction du glyphosate peut donc avoir lieu pour ces usages. On interdirait donc le glyphosate juste pour les usages où il est déjà en train de disparaître... Pour le reste, l'ANSES* nous informe que l'INRAE met en évidence des "situations d'impasses techniques" (en particulier sous le rang) pour lesquelles il faudrait "une modification substantielle des pratiques, qui aurait un fort impact sur l'activité agricole". Ainsi, comme toujours, l'ANSES*, l'INRAE et le gouvernement refusent d'admettre que sortir des pesticides demande des changements profonds et systémiques et que ce sont ces changements qu'il faut accompagner par le déploiement de politiques publiques agricoles et économiques !

    Lire la suite

  • Deux ans après la promulgation de la loi EGalim, ses ambitions sont définitivement enterrées !

    Paris, le 3 novembre 2020 - Deux ans après l’adoption de la loi EGalim[1], un collectif de 28 syndicats et associations publie un bilan dont le constat d’échec est sans appel : la quasi-totalité des indicateurs est au rouge et des reculs sont à noter. Presque aucune des ambitions et bonnes intentions déclarées en grande pompe n’ont été suivies d’effet.

    edrftgyhui-4032a.png?1604399643

    Cette note d’analyse dresse le bilan des États Généraux de l’Alimentation et de la loi EGalim et prend acte de leur enterrement ! Avec lui, ce sont aussi les principales ambitions du quinquennat pour la transition sociale et écologique du système agroalimentaire qui sont à la dérive.

    Nous dénonçons :

    • Le revenu paysan n’est pas revalorisé, les profits de l’industrie et de la distribution continuent d’augmenter, les prix au consommateur aussi.
    • Les négociations commerciales ne sont pas plus encadrées qu’avant et subissent même des tensions croissantes.
    • Les ambitions en matière de réduction de pesticides ont été revues à la baisse, avec un recul notable : le retour des néonicotinoïdes.
    • La protection des riverains contre les pesticides n’a pas avancé, l’Etat se défausse en livrant cette protection au rapport de forces sur les territoires.
    • Les objectifs d’au moins 20 % de bio dans la restauration collective et de 15 % de surface en agriculture biologique en 2022 ne pourront être atteints faute de moyens suffisants. Nous n’en sommes respectivement qu’à 4,5% et 8,5 %.
    • Aucune transition des modes d’élevage, intégrant notamment une meilleure prise en compte du bien-être animal, n’a été sérieusement amorcée au sein des filières.
    • Enfin, la loi a laissé de côté de nombreuses questions pour lesquelles tous les indicateurs sont au rouge : climat, solidarité internationale, biodiversité, nutrition et alimentation…

    Lire la suite

  • Retirez la PAC : lettre ouverte à la Présidente de la Commission Européenne

    Une coalition d'organisations demande à Ursula von der Leyen de retirer la proposition de la Commission Européenne pour la prochaine Politique Agricole Commune qui continue de favoriser l'agriculture intensive, l'une des causes principales de l’effondrement de la biodiversité et de la crise climatique, alors que nous avons désespérément besoin d'une transition écologique agricole.

    facebook_2_0.jpg

    Madame la Présidente de la Commission,

    Objet: retrait de la proposition de la Commission relative à la politique agricole commune pour l'après-2020

    Nous vous écrivons pour demander à la Commission européenne de retirer sa proposition sur la politique agricole commune (PAC) afin de sauvegarder son projet phare : le Pacte vert européen.

    Les positions sur la PAC adoptées fin octobre par le Parlement européen et le Conseil vont en effet à l'encontre des objectifs du Pacte vert de l'UE, et des stratégies de la ferme à l'assiette et de la biodiversité qui y sont associées :

    • Elles autorisent des milliards de subventions néfastes pour l’environnement, que vous veniez de promettre de supprimer progressivement et qui auraient déjà dû être éliminées avant 2020 conformément aux engagements internationaux de l’UE. Par exemple, les positions remettent gravement en cause le principe de base de «ne pas nuire» (conditionnalité); augmentent les paiements couplés à la production et suppriment des dispositifs de précaution comme pour l'expansion de l'irrigation ;
    • Elles limitent l'ambition en matière de climat, d'environnement, de bien-être animal et de santé publique, permettant ou même obligeant les États membres à consacrer la plupart des fonds à la subvention des pratiques actuelles, voire potentiellement pires ;
    • Elles excluent explicitement tout lien avec les objectifs des stratégies de la ferme à l'assiette et de la biodiversité.

    Lire la suite

  • Après les député·e·s, les sénateurs et sénatrices manquent de vision et de courage en votant pour le retour des « insecticides tueurs d’abeilles »

    Après les député·e·s, le Sénat vient de donner son feu vert à la réautorisation des néonicotinoïdes après un débat des plus clivants. Malgré l’opposition déterminée de nombreux sénateurs et sénatrices, une majorité (à 56 voix) a décidé d’entériner une décision qui met à mal la biodiversité dans un état déjà catastrophique et la durabilité de nos pratiques agricoles. Face à ce recul historique, nos organisations alertent les pouvoirs publics : elles n’en resteront pas là et se battront pour la biodiversité, la santé humaine et un avenir agricole durable.

    La soirée aura été marquée par un rebondissement notable : l’adoption à une voix près par scrutin public de 3 amendements de suppression de l’article 1er réautorisant les néonicotinoïdes, suite à l’erreur d’un groupe politique. In fine, en fin de soirée, après un nouveau vote demandé par Julien Denormandie, le Sénat a adopté comme attendu à une majorité le retour des néonicotinoïdes. Les élus de droite et du centre ont majoritairement voté en faveur de cette loi qui enterre les lois votées en 2016 (loi biodiversité) et 2018 (loi agriculture et alimentation issue des EGA) instaurant pourtant l’interdiction des néonicotinoïdes (ainsi que toutes les substances ayant le même mode d’action).

    abeille-en-danger.jpg

    Lire la suite

  • Lactalis : hors la loi et prédateur de la valeur

    Communiqué de la Confédération Paysanne le 22.10.2020

    lactalis2.pngLe géant laitier est sous le feu des projecteurs. Une enquête d'investigation met en avant ses abus, exercés depuis plusieurs années en toute impunité, au détriment des paysan.nes, des consommateur.trices et de l'environnement. Il n'y a pas de petites économies : non content de pressurer les paysan.ne.s en imposant des prix bas, le groupe économiserait en réutilisant les eaux de rinçage dans les produits vendus et ne traiterait pas correctement ses eaux usées. L'enquête donne des chiffres vertigineux sur la pollution de l'eau sur 38 sites alors même que le géant laitier reçoit des subventions publiques à ces fins, estimées à près de 40 millions d'euros depuis 2002 !

    Lire la suite

  • PAC : le vote du Parlement européen condamne l’agriculture et la nature

    Publié le 20 octobre 2020

    Pour Greenpeace, le vote de la session plénière du Parlement européen ce soir condamne l’agriculture européenne. La majorité des eurodéputé·es n’ont pas souhaité transformer à la hauteur des crises climatique et écologique la politique qui façonnera l’agriculture du bloc au cours des sept prochaines années.

    Le Parlement européen a adopté un accord conclu entre les groupes Renew, PPE et S&D et a rejeté les propositions de la commission environnement du Parlement européen visant à réduire les subventions en faveur de l’élevage industriel ou à augmenter considérablement le financement de mesures environnementales par rapport à la PAC actuelle.

    S’il fallait un exemple de plus de l’écart qui se creuse entre le monde citoyen et les politiques, ce vote est malheureusement un cas d’école. D’un côté les citoyens et citoyennes veulent une agriculture à taille humaine et plus écologique, de l’autre les eurodéputé·es votent pour perpétuer un système d’un autre âge. Ce dernier ne fera que renforcer un système profondément inégalitaire, au détriment de celles et ceux qui sont capables de produire une nourriture de qualité sans menacer l’environnement”, rappelle Suzanne Dalle, chargée de campagne agriculture pour Greenpeace France. “Faut-il vraiment attendre qu’il n’y ait plus de paysan-nes, plus de biodiversité, dans un contexte où le climat s’emballe déjà, pour que les politiques prennent la mesure de la situation et des changements radicaux à accompagner ?“.

    Lire la suite

  • Le Salon de l'Agriculture près de chez vous : les paysan.ne.s ouvrent leurs portes

    Les vacances de février sont habituellement le moment pour plusieurs centaines de milliers de citoyen.ne.s de venir au Salon de l'Agriculture à Paris, dans l'objectif de rentrer en contact avec les agriculteurs.trices, leurs animaux d'élevage ou encore de déguster les produits de nos terroirs. La prochaine édition du Salon international de l'Agriculture venant d'être annulée, la Confédération paysanne a décidé de faire salon partout en France.

    Elle organisera, avec l'aide de son réseau, des fermes ouvertes pour faire découvrir, au plus près du terrain, l'agriculture paysanne.
    Ces moments de rencontre, 100% paysans, seront l'occasion d'engager le débat avec les citoyennes et citoyens, qui chaque année sont de plus en plus nombreux à se rendre au SIA.

    Lire la suite