Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

écologie

  • Alternatiba et ANV-COP21 sur les chapeaux de roues

    Alors que se préparent partout des Villages des Alternatives et Tours locaux pour l’été et la rentrée de septembre, la quatorzième Coordination européenne a réuni sur deux jours les mouvements citoyens Alternatiba et ANV-COP21 Quinze groupes locaux se sont réunis à Clermont-Ferrand pour parler mobilisations citoyennes, engagement concret pour une transition sociale et écologique, résistance et lutte contre les fausses solutions. L’occasion de faire le point sur les projets en cours comme le Grand Défi des Alternatives, les prochains grands rendez-vous et le plan d’action 2017-2018.

    Les citoyens passent à l’action

    La dynamique Alternatiba bat son plein. Toulouse, Haïti, Paris…. C’est 17 Villages des alternatives et 3 Tours vélo locaux qui sont prévus d’ici à décembre 2017. C’est autant de mobilisations citoyennes, de convergence des alternatives qui émergent partout sur le territoire pour répondre à l’urgence climatique, sensibiliser, relier, construire, sortir de l’inertie et avancer concrètement sans attendre que les solutions viennent d’en haut.

    C’est aussi avec cet objectif que le Grand Défi des alternatives s’est lancé il y a quelques semaines mettant déjà en action près de 10 000 personnes au cours de 33 défis pour faire grandir les alternatives concrètes au dérèglement climatique, de la transition énergétique à l’alimentation soutenable en passant par la finance solidaire.

    Lire la suite

  • Vote sur les pesticides : un pas en avant pour la crédibilité de la PAC et pour la biodiversité

    Communiqué de FNE.

    Un vote encourageant vient de se tenir au Parlement européen, ce mercredi 14 juin. La majorité des parlementaires n’a pas approuvé la motion qui visait à poursuivre l’autorisation d’épandage des pesticides sur les surfaces agricoles dédiées à la biodiversité. Bien que nous déplorions le manque de transparence de ce vote, France Nature Environnement salue les 267 députés qui se sont élevés contre cette motion et donc pour la biodiversité. Nous saluons également la mobilisation des citoyens : afin d’interpeller les eurodéputés français et porter une volonté forte de verdissement de la PAC, plus d’un millier de mails d’interpellation ont été envoyés à chaque eurodéputé français. FNE reste mobilisé pour que le verdissement de la Politique Agricole Commune (PAC) devienne, enfin, une réalité.

    Les enjeux de l’agriculture durable concernent chacun d’entre nous

    Au cours de la consultation de la Commission européenne sur la modernisation de la PAC, plus de 258 000 personnes se sont mobilisées pour une politique plus verte, plus cohérente et enfin en phase avec les attentes des citoyens-contribuables. Ce mouvement, sans précédent, s’est construit pour promouvoir un modèle agricole durable, respectueux des agriculteurs, de la santé des consommateurs et de l’environnement. Par ailleurs, la réduction de l’usage des produits phytosanitaires et l’interdiction de certains d’entre eux devient un sujet de préoccupation majeur pour la société civile : l’initiative citoyenne européenne (ICE) lancée en ce sens aura bientôt réuni 1 million de signataires. Dans ce contexte, France Nature Environnement peine à comprendre le vote des 363 eurodéputés qui ont soutenu la motion et donc rejeté l’interdiction des produits phytosanitaires sur les surfaces dédiées à la biodiversité.

     

    Lire la suite

  • Notre-Dame-des-Landes : 12 raisons de dire "non"

    Un dossier de FNE

    Contesté depuis plus de cinquante ans, le projet d'aéroport à Notre-Dames-des-Landes fait l'objet de multiples polémiques et rebondissements. Pourquoi le mouvement France Nature Environnement s'oppose-t-il à sa construction ? Petite liste (non exhaustive) des arguments contre le transfert de l'aéroport de Nantes-Atlantique dans le bocage de Notre-Dame-des-Landes.
    Lutter contre le dérèglement climatique
    Le 12 décembre 2015, l’Accord de Paris sur le climat était adopté sous les applaudissements. En tribune, François Hollande le promettait : « nous entrons dans l’ère du bas carbone ». Alors pourquoi vouloir développer encore et toujours le transport aérien, mode de transport champion de l’émission de gaz à effet de serre par kilomètre ? À l’heure de la sobriété et de l’efficacité énergétiques, il est temps de revoir la copie.

    Refuser l’obsolescence programmée de Nantes-Atlantique
    Aux origines du projet, deux idées : doter Nantes d'un aéroport international et enrayer la saturation de l'aéroport actuel. Au sud de la ville, Nantes-Atlantique propose déjà plus de 100 destinations, vers une vingtaine de pays. Il a reçu le trophée ERA du meilleur aéroport européen en 2011-2012. Initialement conçu pour 4 millions de passagers par an, Nantes-Atlantique en a accueilli 4,4 millions en 2015. Son réaménagement permettrait d'en accueillir jusqu'à 9 millions, sans entraîner une forte augmentation des décollages et atterrissages. Car le taux de remplissage des appareils progresse, notamment grâce aux systèmes de réservations en ligne et aux stratégies commerciales des compagnies low cost.
    Malgré le survol d’une partie de la ville, il est classé dans la meilleure catégorie en matière de sécurité par la Direction générale de l’aviation civile (DGAC), l’approche de l’aéroport ne présentant pas de risque particulier. La question du bruit subi par les riverains, souvent soulevée par les partisans du projet, n’a jamais été correctement étudiée mais ne semble pas insoluble. L’arrêt des vols de nuit (entre 23 h et 6 h) et la révision des plans de vol ont fait leurs preuves ailleurs. Par ailleurs, les avions sont de moins en moins bruyants.

    Lire la suite

  • NDL2017 8-9 juillet : De nos terres à la Terre : Résister, agir, vivre...

    À nouveau, la Coordination des Opposants nous invite, habitant.es, voisin.es, collectifs de lutte, organisations locales... et bien au-delà, à nous rassembler ici, à Notre-Dame-des-Landes contre le projet d'aéroport. Nous avons besoin de ce moment fédérateur et convivial, expression et instrument d'une mobilisation intacte.

    De nos terres à la Terre

    Réaffirmée le 8 octobre 2016 lors du « serment des bâtons », notre base demeure la défense de nos terres agricoles, des paysan.nes et habitant.es menacé.es d'expulsion, et celle de ce territoire : nous nous y sommes préparé.es activement cet automne, tout en poursuivant les actions politiques, juridiques et d’information des citoyens.

    Notre lutte locale participe, avec beaucoup d’autres, à la recherche d’un mieux vivre général, solidaire, pour tous les peuples de notre Terre. Nos préoccupations précédentes demeurent (réchauffement climatique, démocratie...).

    Résister, agir, vivre

    Ces trois verbes se complètent et se répondent. Loin d'une résistance « passive », nous agissons ensemble, tissons des liens, vivons déjà d'autres possibles. La participation active d'un collectif syndical** nous ouvre des perspectives de solidarités réciproques, comme aux grandes heures des alliances ouvriers-paysans de Loire-Atlantique.

    D'ici et d'ailleurs, retrouvons-nous ces 8 et 9 juillet...

    Quelles que soient les issues du long tunnel électoral 2017, et les nouvelles décisions gouvernementales qui s’ensuivront, sur le sujet de NDL, nous maintiendrons nos positions :

    NON au projet d’aéroport ! Résistance !


    * La Coordination des Opposants est constituée de plus de 60 groupes : associations, collectifs, syndicats et mouvements politiques qui travaillent ensemble mensuellement.
    ** Union Départem. Solidaires 44 - CNT 44 - CGT AGO - Collectif National des Syndicats CGT de Vinci - CGT Travail-Emploi-FP 44 - CGT CDC et des syndiqués CGT opposés à l'aéroport...

    Lire la suite

  • Fête de la Nature 2017

    Cet évènement a été créé en 2007 sur l’initiative du Comité Français de l’Union Internationale de Conservation de la Nature et du magazine Terre Sauvage avec pour l’objectif de, tous ensemble, célébrer la nature chaque année.
    La Fête de la nature, ce sont 5 jours de manifestations gratuites au contact direct de la nature, pour permettre à tous les publics de la découvrir ou la re-découvrir.

    Des milliers de manifestations sont ainsi organisées par les associations de conservation et d’éducation à la nature, les collectivités locales, les établissements scolaires, les entreprises, les particuliers… sur tout le territoire français, en métropole et en Outre-mer, dans les villes comme à la campagne, mais aussi en Suisse, au Portugal, aux Pays-Bas.

    Pour cette 11ème édition, petits et grands étaient ainsi conviés sur tout le territoire national du 17 au 21 mai 2017 pour découvrir la nature à travers la thématique "Les super-pouvoirs de la nature" !

    En effet, pour son 11ème anniversaire, la Fête de la Nature a souhaité faire découvrir au public les capacités extraordinaires des êtres vivants. Les écosystèmes et les espèces font en effet preuve d’adaptations, de stratégies, de mécanismes complexes et étonnants qu’il est possible d’observer et de découvrir à deux pas de chez soi.

    La 11e édition de la Fête de la Nature propose donc d’explorer ces spécialités, rôles et fonction de la nature et de lever, en partie, le mystère sur ses « super-pouvoirs ».

    Rendez-vous sur le site http://www.fetedelanature.com/ pour y retrouver toutes les manifestations dédiées à cette thématique.

    Lire la suite

  • Transformer la Politique Agricole Commune pour aller vers l’agro-écologie : les 10 propositions de FNE

    En vue de l'élaboration de la Politique Agricole Commune 2020, France Nature Environnement se mobilise pour porter un modèle de PAC qui sache conjuguer agriculture avec protection de l'environnement et fourniture d’une alimentation durable. La Politique Agricole Commune influence fortement l’agriculture européenne. La fédération défend depuis de nombreuses années l’idée que cette influence doit s’exercer dans le bon sens, en promouvant et en accompagnant la transition agroécologique.

    Une politique européenne à réinventer

    France Nature Environnement propose de s’affranchir totalement du système existant pour une refonte complète de l’organisation de la PAC. Le système en vigueur n’est plus efficace pour répondre aux enjeux auxquels sont confrontés les territoires ruraux, les agriculteurs et la société dans son ensemble.

    L’ensemble des acteurs doivent être impliqués dans la conception de cette nouvelle PAC, dans sa mise en œuvre et dans son évaluation, à toutes les échelles territoriales.

    France Nature Environnement propose un système de primes allouées sur 10 critères de résultats, répondant à des enjeux environnementaux mais également économiques et sociaux, selon les principes de l’agro-écologie. Plusieurs primes peuvent être cumulées.

    L’argent public affecté à des prestations d’intérêt général

    Notre objectif est de construire une PAC qui rémunère les prestations d’intérêt général de l’agriculture, à commencer par une production alimentaire durable.

    La future PAC doit répondre à l’intérêt général tout en permettant à tous les agriculteurs d’obtenir un revenu suffisant. Il paraît essentiel de passer du principe d’aide au revenu au principe de rémunération de services à la fois pour ne pas placer les agriculteurs dans une position de dépendance et rendre à la PAC son caractère de politique d’intérêt général.

    France Nature Environnement propose de sortir de la logique actuelle des paiements compensateurs et d’instaurer un système de rémunération indexée sur des résultats qui s’inscrivent dans un accompagnement de la transition agroécologique.

    Au-delà de ces primes, des paiements spécifiques, conçus comme des surprimes, devront garantir une préservation effective de la biodiversité dans les zones à enjeux forts. La PAC doit aussi aider à financer l’animation territoriale, dans l’ensemble de l’espace agricole, cultivé ou non, et en particulier sur les zones à enjeux fort de biodiversité.

    Lire la suite

  • Action spectaculaire de Greenpeace à la Tour Eiffel

    Communiqué de Greenpeace.

    Face au risque de voir le Front National emporter cette élection, nous ne pouvions rester spectateurs. Avec soixante autres associations, nous avons pris la parole entre les deux tours pour rappeler la nécessité de se mobiliser face à l’intolérance et à l’exclusion revendiquées par l’extrême droite. Dans tous les domaines dans lesquels nous agissons collectivement, des droits humains à l’environnement, de la lutte contres les inégalités à l’accueil des migrants, de l’accès aux soins à l’éducation, le projet du Front National représente une menace.

    C’est pourquoi il est urgent de défendre les valeurs universelles de notre devise nationale. Nous lançons un cri d’alarme et refusons que le FN s’accapare et mette à sac les idéaux de liberté, d’égalité et de fraternité qui nous animent. Ces valeurs ne peuvent supporter d’être enfermées derrière des murs ou des frontières. Leur strict respect et leur universalisme sont indispensables à notre combat pour la protection de l’environnement.

    Nous avons besoin de notre liberté de critiquer, de manifester, de proposer des alternatives et même de désobéir. Nous revendiquons la nécessité d’une égalité bien réelle entre toutes et tous face aux droits, à l’accès aux soins, à l’éducation ou à la possibilité de vivre dans un environnement sain et protégé. La fraternité, c’est-à-dire la solidarité et l’humanité, est à la base de notre mission : construire un monde écologique et en paix pour le bien-être de toutes et tous.

    Nous appelons les citoyens à se mobiliser pour défendre ces principes fondamentaux face à ceux qui prônent l’exclusion et l’intolérance. C’est le message adressé ce matin par nos 12 militants qui ont déployé une immense banderole de 300 mètres carrés sous le premier étage de la tour Eiffel. On peut lire la devise française « Liberté, Égalité, Fraternité #Resist ».

    Lire la suite