Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

climat

  • Tribune collective “Ne rien céder, pour la justice climatique et contre l’extrême droite”

    Greenpeace, Attac, Notre affaire à tous, Oxfam… Une vingtaine d’associations appellent à voter contre le projet xénophobe, rétrograde et anti-écologique de l’extrême droite. Tout en refusant d’accorder un blanc-seing au président sortant, dont le bilan social et écologique est médiocre.

    Lundi 11 avril, la gueule de bois est rude. Après avoir été largement absente des débats, l’écologie n’a pas réussi à se hisser au second tour de l’élection présidentielle. A l’annonce des résultats, nous avons d’abord ressenti le choc, comme un amer sentiment de déjà-vu. Le duel qui oppose Emmanuel Macron à Marine Le Pen n’augure rien de bon pour l’environnement : d’un côté, un président-candidat dont les rares et maigres promesses de campagne perdent toute crédibilité au vu de son bilan calamiteux. De l’autre, une candidate qui laisse craindre un danger pire encore pour l’écologie, mais aussi et surtout pour notre démocratie, nos libertés et les droits humains.

    Nous sommes lucides sur la brutalité de l’action politique d’Emmanuel Macron pendant cinq ans, notamment à l’égard des populations les plus vulnérables et des mouvements sociaux et environnementaux. Nous partageons la colère légitime qui s’exprime ces jours-ci contre Emmanuel Macron. Nous entendons toutes celles et ceux qui crient haut et fort qu’il n’est pas question de rempiler pour cinq ans de plus. Nous aussi, nous sommes en colère : nous avons passé ces dernières années à dénoncer sans relâche ses nombreuses trahisons sur les enjeux environnementaux et les questions sociales. Pour autant, nous savons que nous avons une responsabilité particulière et que nous devons le dire clairement : les projets des deux finalistes ne sont pas de même nature.

    Lire la suite

  • Face à la menace de l’extrême-droite, mobilisons-nous

    Le résultat du premier tour de l’élection présidentielle est une défaite pour le climat, et plus généralement pour l’environnement. A cette inquiétude très vive face à la crise climatique, s’ajoute celle de voir l’extrême-droite arriver au pouvoir en France, et avec elle ses idées à l’opposé non seulement des valeurs de l’écologie mais aussi de nos principes fondamentaux.

    Au lendemain du premier tour de la Présidentielle 2022, ce dur constat s’impose : ni Emmanuel Macron ni Marine Le Pen ne proposent un programme contenant les changements radicaux nécessaires pour faire face à l’urgence climatique et l’effondrement de la biodiversité. Ni l’un ni l’autre ne proposent ainsi de remettre en cause notre modèle économique alors que le dernier rapport du GIEC souligne, justement, la nécessité de réaligner l’économie avec les limites planétaires.

    Marine Le Pen, l’extrême-droite et la destruction de l’environnement

    Marine Le Pen appartient à une famille politique d’extrême-droite qui a montré dans d’autres pays à quel point elle méprise la protection de l’environnement et la sacrifie au profit des intérêts des industries polluantes : aux Etats-Unis avec Donald Trump ou au Brésil avec Jair Bolsonaro.

    Marine Le Pen passe à côté des grands enjeux structurels de la transition écologique et porte des positions absurdes et à contre-sens complet des enjeux environnementaux et climatiques. Ses annonces sur le démantèlement des éoliennes, la réduction pérenne de la TVA sur les produits énergétiques (y compris ceux les plus néfastes pour le climat), la remise en cause des limitations de vitesse, etc. en sont quelques exemples frappants.

    Le programme de la candidate du Rassemblement National sur l’environnement est dangereux pour le climat, comme le montrent notre décryptage et celui du Réseau Action Climat.

    Emmanuel Macron : cinq années perdues pour le climat

    Emmanuel Macron a pour sa part démontré pendant les cinq années de son mandat à quel point l’écologie n’appartient pas à son registre d’action. Malgré des grands discours, ces cinq années ont été perdues pour le climat et l’environnement. Son bilan sur le climat, marqué par des renoncements et des décisions néfastes, est catastrophique. Et son nouveau programme, que nous avons également passé au crible dans notre décryptage et celui du Réseau Action Climat, paraît tout aussi faible sur ces questions.

    Nous sommes aussi lucides sur la brutalité de l’action politique d’Emmanuel Macron pendant cinq ans, notamment à l’encontre de populations vulnérables comme les personnes en situation de précarité ou les migrants. Nous avons également conscience des atteintes faites à la vie démocratique, de la répression et du mépris affiché par le président vis-à-vis notamment des militants et manifestants mobilisés en opposition à ses choix politiques.

    Lire la suite

  • A un mois de l’élection présidentielle, les marches « Look Up » imposent le climat dans la campagne

    Communiqué d'Alternatiba.

    Paris – Samedi 12 mars 2022 – Ce samedi, 80 000 personnes ont marché dans plus de 135 territoires en France pour réclamer plus de justice climatique et sociale. A un mois du premier tour de la présidentielle, cette mobilisation massive vient rappeler aux candidats qu’ils ne peuvent plus ignorer l’urgence climatique et qu’il est temps d’agir radicalement. Pour maintenir la pression, une nouvelle journée de marche est prévue le 9 avril, la veille du premier tour.

    Portées par 573 organisations, dont Alternatiba, les Amis de la Terre, 350.org, Attac, Zero Waste, Fondation Abbé Pierre et bien d’autres, les marches climat « Look Up » du 12 mars ont rallié de nombreux citoyens inquiets de l’inaction climatique des décideurs, mais déterminés à ne pas les laisser faire. Cette mobilisation s’est faite partout sur le territoire : 32000 personnes ont marché à Paris et 8000 à Lyon. Un signal fort, à la veille du Débat du Siècle entre les candidats organisé dimanche à 16h par les 4 ONG de l’Affaire du Siècle.  

    À Paris, le cortège s’est élancé à 14 heures de la place de la Nation. Des milliers de personnes ont défilé dans une ambiance rythmée par les slogans lancés au mégaphone et les nombreuses fanfares. Plusieurs banderoles évoquaient la guerre en Ukraine en appelant à la paix le plus rapidement possible. « Nous sommes évidemment solidaires de toutes les victimes de cette guerre », a tenu à rappeler Gabriel Mazzolini, porte-parole pour les Amis de la Terre France. « Cette guerre nous rappelle notre extrême dépendance aux énergies fossiles, dont il faut se débarrasser au plus vite pour aller vers un monde plus stable et apaisé ».

    Lire la suite

  • Importante mobilisation pour le climat à Boult aux Bois

    C’est du moins ce qu’assurait Fred Mathias, un des organisateurs du rassemblement d’une dizaine de personnes, ce samedi matin, au milieu du village. En effet, selon ses calculs, en proportion de la population, cela correspondrait à 14000 manifestants à Reims.

    Comme il est de coutume chez les Boutats, le ton de l’humour était donné pour alerter sur le sujet du réchauffement climatique, étrangement absent des débats de la présidentielle malgré l’urgence.

    Des slogans inscrits sur des cartons, un parasol vert et une tenue estivale (le réchauffement des températures), constituaient la mise en scène de l’enterrement de la biodiversité : des animaux en peluche ont en effet été symboliquement inhumés un à un dans un carton au pied du parasol.

    La scène se jouant sur un parking au niveau du dos d’âne, les automobilistes qui traversaient le village ne pouvaient pas ne pas comprendre le message et certains ont adressé des signes de soutien.

    Il reste à espérer que les nombreux rassemblements sur le territoire national permettront d’imposer le thème du climat dans la campagne électorale !

    Cette manifestation s'inscrit dans la mobilisation du 12.03.2022,initiée par le collectif 'plus jamais ça" (voir notre note du 16.02.2022)

    Voici extrait du compte-rend publié par s" Le Monde " , 

    Les organisateurs de ces marches annoncent près de 150 mobilisations à travers le pays, soutenues par plus de 450 organisations non gouvernementales (ONG), associations et collectifs. Des syndicats et partis politiques ont également lancé des appels à y participer..

    Lire la suite

  • Inégalités climatiques : l’empreinte carbone vertigineuse des milliardaires

     

    Le patrimoine financier des 63 milliardaires français émet autant de gaz à effet de serre que celui de 50 % de la population française : c’est ce que révèlent Oxfam France et Greenpeace France dans une étude inédite. L’ampleur de ces inégalités climatiques pose la question du partage de l’effort dans la transition écologique à accomplir, surtout après un quinquennat marqué par le mouvement des Gilets jaunes. Pour les deux associations, si le gouvernement choisissait de faire peser la fiscalité carbone sur les plus pollueurs en créant un Impôt sur la fortune (ISF) climatique, il gagnerait en crédibilité et la transition écologique en acceptabilité sociale.

    Le patrimoine financier des milliardaires : une empreinte carbone colossale

    Avec au moins 152 millions de tonnes équivalent CO2 en une année, le patrimoine financier (1) de 63 milliardaires français émet autant que le Danemark, la Finlande et la Suède réunis (2).

    En regardant dans le détail, seulement trois milliardaires français émettent, au travers de leur patrimoine financier, un peu plus d’un cinquième   des Français. À elle seule, la famille Mulliez (Auchan) émet autant que 11 % des ménages français, soit plus que tous les habitants d’une région comme la Nouvelle-Aquitaine.

    Pourquoi s’intéresser au patrimoine financier des milliardaires ?

    Jusqu’à présent, plusieurs études ont calculé les émissions associées au style de vie et de consommation des milliardaires. Or, lorsque l’on s’intéresse à l’empreinte carbone de leurs actifs financiers, on s’aperçoit que leur consommation (jets privés, yachts etc.) n’est que l’arbre qui cache la forêt (3). La réalité est qu’au-delà de leur mode de vie, c’est leur patrimoine financier, via leur participation dans des entreprises polluantes, qui est le poste le plus important de leur empreinte carbone totale. Dès lors, les disparités climatiques explosent, pour atteindre des niveaux vertigineux.

    Selon Alexandre Poidatz, chargé de plaidoyer Finance et Climat chez Oxfam France : “Pour garantir une transition écologique socialement juste, le changement de logiciel est simple : le poids de la transition écologique doit être transféré des consommateurs les plus précaires, qui polluent le moins, aux producteurs les plus riches, qui polluent le plus et ont les moyens de transformer ces outils de production”. 

    Lire la suite

  • Elections 2022 : 7 axes pour le climat

    Pour les élections présidentielle et législatives, le Réseau Action Climat et ses organisations membres proposent un ensemble de mesures ambitieuses pour réduire nos émissions de gaz à effet de serre dans les secteurs des transports, de l'agriculture, de l'industrie, de l'énergie, de l'international, du bâtiment et de la fiscalité verte.

    Le changement climatique est l’une des préoccupations les plus fortes des Français1, avec le pouvoir d’achat et la santé. Proposer un projet fédérateur répondant à ces trois enjeux est le défi des élections à venir, alors que les Français se détournent de plus en plus des urnes.

    Utiliser une voiture moins polluante, tout en se déplaçant davantage à vélo ou en transport collectif, vivre dans un logement bien isolé, équilibrer
    ses repas pour donner davantage de place aux protéines végétales et consommer de la viande locale et de qualité, c’est bénéfique pour la santé
    et pour le climat. C’est aussi un gain de pouvoir d’achat, à condition de soutenir les ménages en situation de précarité dans l’investissement de départ pour un nouveau véhicule ou la rénovation de leur logement.

    Agir pour le climat, c’est aussi respecter les engagements pris dans l’Accord de Paris. Le tribunal administratif, dans le cadre de l’Affaire du Siècle initiée par quatre ONG membres du Réseau Action Climat, a enjoint l’Etat à prendre de nouvelles mesures pour rattraper d’ici fin 2022 le retard pris par la France dans la baisse de ses émissions de gaz à effet de serre.

    Lire la suite

  • Présidentielle : un positionnement d’extrême-droite dangereux (aussi) pour le climat

    Samedi 5 février, la candidate du Rassemblement national Marine Le Pen présentera son programme pour l’élection présidentielle tandis que l’autre candidat principal d’extrême droite, Eric Zemmour, sera en meeting, après un déplacement à Fessenheim jeudi 3  février.

    Pour Greenpeace France, dont les valeurs sont aux antipodes de celles portées par les deux candidats, l’instrumentalisation de la question écologique et leur positionnement rétrograde dans le débat autour du futur énergétique de la France, sont extrêmement problématiques.

    A ce stade, ni l’une ni l’autre ne se sont prononcé·es sur la rehausse de notre ambition climatique, alors que la crise climatique ne fera qu’aggraver la crise sociale en frappant en premier lieu les plus précaires, le monde paysan, les mal-logés etc.. 

    Rien non plus sur la nécessaire transformation de notre appareil productif et de nos modes de consommation et de déplacements vers plus de sobriété.
    Les deux passent notamment à côté de mesures structurantes qui ont pourtant trouvé leur place dans le débat public et sur lesquelles d’autres candidat·es se sont positionné·es, comme la mise en place d’un ISF climatique ou le développement d’une sécurité sociale de l’alimentation.

    Lire la suite