Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

énergies fossiles

  • « Cette mobilisation contre les pétroliers off-shore est fondatrice ! »

    Extraits de l'article de Politis

    Pendant trois jours, 600 militants climatiques très déterminés ont perturbé jour et nuit le congrès MCEDD du pétrole off-shore de Pau, promettant de multiplier ce type d'action.

    Dernier coup de sirène lugubre : le panonceau affichant la température vient de passer à +3°C : des grappes de militants s'effondrent sur le bitume de l'allée Alfred de Musset, devant le Palais Beaumont de Pau, où se conclut le congrès « Marine, construction and engineering deepwater development » (MCEDD, du 5 au 7 avril) des professionnels de la prospection pétrolière et gazière en eaux profondes. « Total, serial killer du climat » dénonce une banderole. Le géant pétrolier français, hôte de la rencontre, est la cible prioritaire des slogans. Depuis trois jours, le Palais a été transformé en forteresse, protégé par de hautes grilles anti-émeute. Des compagnies de CRS ont suppléé les gendarmes mobiles du premier jour, débordés. Des dizaines de mètres de d'adhésifs délimitent cette « scène de crime climatique » figée plusieurs minutes durant dans un silence solennel. « 500 morts selon la police, 4 milliards selon les organisateurs, glisse un militant. On n'a pas de “planète B” à notre disposition ». 15h, une violente ondée s'abat. Les militants dansent sous des bâches « On est plus chaud, chaud, chaud que le climat !

    (...)

    Lire la suite

  • Sommet de Pau : l'obstination de l'industrie pétrolière doit cesser

    Communiqué de la FNE

    Quatre mois seulement après la COP21, un sommet international, nommé MCE Deepwater Development (MCEDD), réunira à Pau du 5 au 7 avril les multinationales pétrolières et opérateurs offshore pour « réussir une baisse significative des coûts pour que l’industrie opérant en mer profonde puisse rester compétitive ». France Nature Environnement s’oppose fermement à la tenue de ce sommet des énergies du passé polluantes et destructrices qui ne paient d’ailleurs pas leur « vrai prix » et dénonce une provocation des industriels quelques mois après l’accord de Paris sur le climat.

    Lire la suite