Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'AN VERT de Vouziers : écologie et solidarité.

  • Elections municipales 2020

    Il est fondamental de participer aux débats, de voter et faire voter. C’est pourquoi la Ligue des droits de l’Homme (LDH) entend porter dans le débat public des valeurs et des propositions qui servent l’intérêt général dans les politiques publiques, éclairées de droits et de libertés posés de manière égale pour toutes et tous, aptes à aider à un renouveau démocratique, social et écologique.

    Une évolution de l’organisation territoriale depuis les élections municipales de 2014
    La loi NOTRe de 2015, acte III de la décentralisation, a transféré des compétences administratives de l’Etat vers les collectivités territoriales, particulièrement aux régions, a redéfini celles déjà attribuées, et dissout davantage la commune dans des intercommunalités aux pouvoirs renforcés, avec le risque d’aggraver l’éloignement entre les populations et leurs élu-e-s. 4 échelons administratifs locaux se partagent compétences et financements : 34 968 communes (au 1er mars 2019), 2510 intercommunalités, 101 départements et 13 régions. Cet empilement, qualifié de « millefeuille territorial », est illisible pour beaucoup.
    La commune, née de la Révolution de 1789, reste le premier échelon de proximité, celui où peut s’exercer au mieux la citoyenneté. Les élections municipales sont donc importantes, avec leurs conséquences sur les intercommunalités et sur la composition du Sénat (les élu-e-s votant pour les sénatrices et sénateurs).

    Lire la suite

  • L’allié que l’on sacrifie

    Au début du XIXe siècle, les monarques kurdes qui régnaient sur les principautés semi-autonomes aux confins de l’Empire ottoman et de l’Iran Qadjar n’ont pas compris que l’avenir de leur peuple passait par la création d’un État-nation. Il a fallu attendre la fin de la première guerre mondiale pour que cette revendication se concrétise, grâce notamment à des cercles d’intellectuels et de notables. C’est ce retard que paie, aujourd’hui encore, le « plus grand peuple du monde sans État », éparpillé entre l’Irak, l’Iran, la Syrie et la Turquie.

    Les raisons du malheur kurde, car c’est bien ainsi qu’il faut nommer cette longue succession d’indépendances refusées, de revers militaires, de révoltes matées, de trahisons et de massacres de populations civiles, ne se limitent pas à une absence de vision de la part de princes incapables de penser au-delà du fait tribal et de résister à l’hégémonie centralisatrice de l’Empire ottoman. L’histoire, elle aussi, n’a pas fait de cadeaux aux Kurdes. Au Proche-Orient et dans la péninsule arabique, de nombreux peuples ont bénéficié d’heureux coups du sort, souvent liés aux appétits coloniaux des grandes puissances occidentales. Il en fut ainsi de la naissance de l’Irak, du Qatar et des Émirats arabes unis, le sous-sol gorgé de pétrole de ces États créés de toutes pièces aiguisant les appétits du Royaume-Uni.

    Lire la suite

  • 2020, l’année de la fin pour Gaza

    Par Gidéon Levy, Haaretz, 2 janvier 2020

    C’est comme ça quand on s’amuse, le temps file. Il y a huit ans, en 2012, les Nations Unies ont publié un rapport intitulé « Gaza en 2020 : un endroit vivable ? » La réponse était contenu dans le corps du rapport : non. Sauf si des mesures étaient mises en œuvre pour la sauver.

    Aucune réelle mesure n’a été prise mais les projections dans ce rapport sévère ne sont en plus pas confirmé : la situation est bien pire que ce qu’il prédisait.

    Il y a un Tchernobyl à Gaza, à une heure de Tel Aviv. Et Tel Aviv n’est pas gêné par cela. Pas plus que ne l’est le reste du monde. Les analyses des informations de la dernière décennie incluent tout le reste, excepté le désastre humanitaire qui se déroule dans l’arrière cour d’Israël, et pour lequel Israël est principalement à blâmer, est responsable.

    Au lieu de prendre ses responsabilités pour les avoir expulsés et conduits à Gaza en 1948, et d’essayer de compenser et réparer ce qui a été fait, à travers réhabilitation et assistance, Israël poursuit les politiques de 1948 d’une autre façon : une cage au lieu d’une expulsion, la prison au lieu du nettoyage ethnique, le siège au lieu de la dépossession.

    Lire la suite

  • Des cordons sanitaires autour des écoles pour interpeller les candidats aux élections municipales sur la mobilité

    Ce mardi 21 janvier, des citoyens engagés dans la campagne Alternatives Territoriales, portée par Alternatiba, ANV-COP21 et le Réseau Action Climat, en partenariat avec Greenpeace France, le Pacte pour la Transition et UNICEF France, ont réalisé des cordons sanitaires autour d’écoles situées en zones polluées. L’objectif était de donner à voir l’urgence climatique et sanitaire face à la menace que représente l’usage immodéré des transports polluants, en particulier pour les enfants, et la nécessité de développer des mobilités alternatives.

    Ainsi, à Grenoble et à Lyon un espace sans voiture a été installé permettant de créer une zone de récréation pour les enfants. A Paris, 120 activistes ont proposé des activités dans le but de sensibiliser petits et grands à l’importance d’une mobilité douce et non-polluante dans la ville, pendant que les militants et bénévoles brandissaient des banderoles sur lesquelles on pouvait lire des messages de sensibilisation comme “3 enfants sur 4 respirent un air malsain en France”. Une action réussie grâce à une coalition entre différents acteurs : les citoyens d’Alternatives Territoriales et du Pacte pour la Transition étaient aux côtés des groupes de Greenpeace engagés dans une campagne contre la pollution de l’air ; cette mobilisation était également soutenue par UNICEF France, mobilisé pour défendre le droit des enfants à respirer un air sain. A leurs côtés, parents, enfants, médecins, professeurs et usagers étaient présents.

    Lire la suite

  • Algérie : main dans la main avec le peuple algérien pour la démocratie et la liberté

    Communiqué commun

    Le peuple algérien se révolte. Pacifiquement, et depuis le 22 février 2019, il réclame jour après jour le passage à un ordre démocratique, la garantie de tous les droits humains, la liberté d’expression, l’égalité et la fin de la corruption.

    En réponse, les autorités algériennes organisent la répression avec l’aide d’une justice qui leur est inféodée. Ce sont plusieurs centaines d’hommes et de femmes, dont de nombreux défenseurs des droits humains et syndicalistes autonomes, qui sont poursuivis, condamnés et emprisonnés. Ces femmes et ces hommes n’ont commis aucun crime, aucun délit, ils ont simplement exprimé leur refus d’un système qui les piétine et détruit leur pays.

    Nous taire serait une forme de complicité et en exprimant notre solidarité au peuple algérien et à celles et ceux victimes de la répression nous ne faisons que réaffirmer notre attachement à l’universalité des droits humains, en Algérie comme ailleurs.

    Lire la suite

  • Assemblée générale de l'ASPV le 31 janvier à 20heures.

    ASPV.png

    Nos réunions en soirée commencent toujours à 20 heures précises. Vous savez combien nous tenons à la ponctualité par respect pour celles et ceux qui y participent. L’Assemblée générale se tiendra en salle B du CPR, rue de l’Agriculture. Ce sera l’occasion, en préalable, de renouveler ou de prendre votre adhésion dont les tarifs n’ont pas varié - individuelle : 10 euros ; couple : 15 euros.

    Toutes les activités de 2019 seront évoquées par un diaporama et celles du programme 2020 présentées de la même façon. Suivra un large débat permettant de répondre à vos curiosités et d’entendre vos attentes, vos propositions et critiques éventuelles.

    L’association a besoin de vous pour vivre et mener à bien son action. Pour échapper à la routine, pour renouveler ses initiatives, l’ASPV a besoin de tous ses membres. Votre engagement ne doit pas relever du sacerdoce mais consister en une contribution raisonnable pas trop exigeante en temps passé, en efforts et contraintes. Venez donc nous épauler, nous vous le demandons ! Le bilan financier 2019 et le budget prévisionnel 2020 précéderont les élections de renouvellement du conseil d’administration. Rendez-vous le vendredi 31 janvier. L’AG débutera à 20 heures.

    Lire la suite