Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'AN VERT de Vouziers : écologie et solidarité.

  • Une fête nationale en mode Covid-19

    Les cérémonies de ce 14 juillet ont été bouleversées par les conditions sanitaires actuelles.

    Le 13 juillet, les habituelles célébrations n'ont pas eu lieu : pas de défilé en ville, pas de lampions, pas de feu d'artifice et pas de bal non plus.

    La municipalité a voulu organiser un hommage aux personnes impliquées dans le combat contre la pandémie actuelle, le personnel soignant bien sûr, mais aussi toutes les personnes du public et du privé qui se sont mobilisées à cette occasion. Pour ce faire, un appel à un rassemblement a été diffusé de manière restreinte pour assister à l'embrasement de la mairie. Plusieurs centaines de personnes se sont retrouvées place Carnot ce lundi soir, certaines portant un masque et d'autres non.

    L'Harmonie municipale a fait patienter les présents à partir de 22 h en interprétant différents morceaux tirés de son répertoire.

    Yann Dugard a ensuite pris la parole pour rappeler le sens donné à cette soirée, avant que la nuit tombe pour permettre aux techniciens de lancer le spectacle pyrotechnique.

    Ce 14 juillet, des célébrations se sont déroulées devant les différents monuments aux morts de la commune. La cérémonie de Vouziers a eu lieu à 11h 15 devant la mairie, en présence du Sous-préfet de Vouziers de Madame Noiret-Richet, conseillère régionale. Les différents temps de la cérémonie se sont déroulés avec la distanciation rendue nécessaire (distance entre les personnes, absence de contact direct ). Le défilé vers la salle des fêtes et la réception habituelle avec discours et vin d'honneur ont été supprimés.

    Voici des clichés de ces deux temps de la fête nationale à Vouziers.

    Lire la suite

  • Center Parcs Roybon : quelle belle victoire !

    Le projet de Center Parcs à Roybon est abandonné après un contentieux de 11 ans. Reconnaissance de l’importance majeure des zones humides, mise en lumière du rôle majeur des associations et des citoyens. Le virage vers un tourisme durable ?

    logo-header-aura.png

    Un contentieux de 11 ans avec de multiples rebondissements

    Depuis les premières batailles juridiques, suivies de l’action en référé contre les autorisations administratives, permettant la destruction des espèces protégées et des zones humides de la forêt des Chambarans, les jugements favorables sur le fond au Tribunal Administratif de Grenoble puis à la Cour Administrative d’Appel de Lyon, la douche froide du Conseil d’Etat, les changements de définition des zones humides pour finir par le rejet de question prioritaire de constitutionnalité de Pierre et Vacances et abandon de la partie…
    Cette guerre d’usure laisse exsangue la trésorerie des associations de protection de la nature…

    Lire la suite

  • Nouveau gouvernement : un travail d'équipe

    aurel-darmanin-moretti.jpg

    Dessin d'Aurel pour Politis

  • La France viole le droit d’asile à la frontière italienne

    Le 8 juillet 2020, le Conseil d’Etat a confirmé ce que nos associations dénoncent depuis de nombreuses années : le ministère de l’Intérieur bafoue le droit d’asile à la frontière avec l’Italie. 

    En mai dernier, une femme et son fils de 5 ans ont été refoulés en Italie alors même qu’elle avait exprimé le souhait de demander l’asile dès leur arrivée en France. Il s’agit d’une pratique systématique à la frontière franco-italienne et parfaitement assumée par le ministère de l’Intérieur. 

    Une pratique illégale systématique  

    Saisi de cette affaire, le Conseil d’État a sanctionné fermement le refoulement de cette femme et de son enfant par la police aux frontières. La décision est sans appel : en refusant d’enregistrer et examiner sa demande d’asile, « l’autorité administrative a porté une atteinte grave et manifestement illégale au droit d’asile, qui constitue une liberté fondamentale ».  

    Cette décision confirme l’illégalité des situations que nos organisations observent à la frontière depuis de nombreuses années. En deux journées seulement, ces lundi 6 et mardi 7 juillet 2020, nos observateurs présents sur le terrain à Menton ont déjà recensé 83 personnes qui ont été refoulées par la France vers l'Italie.  

    Lire la suite

  • The Yokel en concert à Boult aux Bois samedi 11 juillet

    Trois ans après leur premier album, The Yokel revient en 2020 avec son deuxième opus, sobrement intitulé « Y ».

    Le groupe avait laissé ses angoisses au placard avec ‘Here comes the wild’ en 2017, un hymne à la vie et aux surprises qu’elle réserve. Avec « Y » (prononcez why en anglais), The Yokel ne cache plus ses doutes et ses questionnements. Les douze titres qui composent l’album résument les choix difficiles et la douleur au carrefour des routes. Plus profond, sans doute plus personnel, sans être moins vif ni moins jovial, « Y » dévoile une nouvelle facette d’un groupe qui a évolué au fil des ans et qui s’est affirmé.

    Y, c’est aussi Yokel. Huit musiciens qui n’ont comme seul bagage que leur amour de la musique. Après une tournée de deux ans et plus de soixante concerts à travers la France, des passages remarqués dans les plus beaux festivals aux salles les plus intimes, ils reviennent aujourd’hui avec encore plus de détermination, d’envie, de rage. Les ingrédients sont toujours les mêmes : un folk-rock sublimé par deux voix qui s’entremêlent, des instruments acoustiques et électriques qui s’épousent et créent une tornade, autant sur scène que dans les enceintes.

    « Y », c’est enfin l’avant-dernière lettre de l’alphabet, comme pour préciser qu’il y aura toujours quelque chose après. Comme si la musique, même étouffée, n’arrête jamais vraiment de vibrer. Comme un esprit de liberté chevillé au corps et à l’âme.

    Lire la suite

  • EPR de Flamanville : un échec opérationnel, des dérives de coûts et de délais considérables

    Et ce n'est pas nous qui le disons, mais la Cour des Comptes, vénérable institution chargée de veiller sur la bonne utilisation des fonds publics.

    Voici le communiqué qu'elle publie ce jour (pour voir le rapport complet, cliquer ici)

    Le projet de réacteur nucléaire européen à eau pressurisée (EPR) est issu d’une coopération franco-allemande engagée en 1989, dont l’Allemagne s’est retirée en 1998. À partir de 2001, le groupe Areva, nouvellement constitué, a développé une stratégie de vente d’EPR « clé en main », s’opposant à EDFqui se voulait chef de file du « nouveau nucléaire » en France et à l’étranger.
    Les rivalités entre ces deux groupes publics, non arbitrées à l’époque, se sont traduites par le lancement précipité des chantiers des deux premiers EPR, en Finlande et à Flamanville. Cette préparation insuffisante a conduit à sous-estimer les difficultés et les coûts de construction, qui ont dérivé, et à surestimer la capacité de la filière nucléaire française à y faire face, au prix de risques financiers pour les entreprises du secteur.
    Malgré un choix technologique désormais éprouvé en Chine et l’amélioration apportée au pilotage de ces grands chantiers, les gains financiers et techniques attendus du projet EPR 2 doivent être confirmés. La construction de nouveaux EPR en France ne saurait en tout état de cause être envisagée sans réponses préalables claires sur les modes de financement et la place de la production électronucléaire dans le mix électrique de demain.

    Lire la suite

  • Le Conseil Municipal de Vouziers sur la voie de la sagesse ?

    Ce mardi s'est tenue la dernière séance du Conseil Municipal avant les vacances. Des débats ont eu lieu, mais dans un esprit plutôt serein, sans polémiques. On pourra mettre en relation cet état d'esprit avec le choix du nom des rues pour le futur lotissement La Garenne II . Le conseil a validé les propositions de la commission communication, à savoir rue de la Liberté et rue de la Sagesse.

    Ces propositions ont été remises en cause par les élus de l'opposition  qui se sont abstenus lors du vote. Jean-Baptiste Machinet s'est exprimé à titre personnel, en mettant en avant que la sagesse est une qualité morale individuelle, d'une autre nature que la liberté qui est un droit exercé dans une société. Malgré une demande de repousser le choix après une nouvelle consultation, les noms ont été retenus par le vote majoritaire.

    La séance avait débuté par les informations du maire. Yann Dugard a fait respecter une minute de silence en hommage à plusieurs personnes décédées parmi les familles de membres du personnel communal.

    Il a indiqué que deux groupes avait été constitués au sein du conseil : un groupe majoritaire de 21 membres avec Dominique Carpentier comme président et un groupe minoritaire de 7 membres présidé par Agnès Haudecœur. Yann Dugard, en tant que maire, n'a pas rejoint de groupe.

    Un comité de pilotage de l'eau est mis en place pour encadrer l'implantation de la régie qui va succéder à la délégation de service donnée à Véolia. Celle-ci doit prendre fin en décembre prochain.

    Yann Dugard a confirmé l'ouverture d'une 6e classe de maternelle à la rentrée, ainsi que l'ouverture au collège d'une classe de 6e et d'une de 4e.

    L'accueil collectif de mineurs compte un effectif réduit à 49 enfants sur deux sites pour cette année. Le maire a déclaré que cette organisation était liée aux conditions sanitaires, et qu'aucun enfant de la commune n'avait été refusé à l'inscription.

    Lire la suite