Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'AN VERT de Vouziers : écologie et solidarité. - Page 4

  • Nicaragua : sanglante répression

    Depuis trois mois, près de 300 personnes ont été tuées par la police ou des groupes armés progouvernementaux suite aux diverses manifestations qui ont secoué le pays. Retour sur une répression inédite.

    Le président Daniel Ortega a démontré à de nombreuses reprises qu’il ne s’arrêterait devant rien pour écraser tous ceux qui osent s’opposer à son gouvernement et quiconque a le malheur de se mettre en travers de son chemin, que ce soit des mineurs, des étudiants, des mères de victimes ou des membres du clergé.

    Ces derniers jours, les attaques généralisées contre la population civile ont gagné en ampleur et en coordination et des assaillants portant des armes létales ont été déployés dans des villes telles que Masaya qui sont devenues le symbole de l’opposition au régime impitoyable du président Daniel Ortega.

    Lire la suite

  • Le Tour Alternatiba dans les Ardennes : le programme

    Le tour Alternatiba est parti le 9 juin de Paris et arrivera à Bayonne le 6 octobre pour un grand village des Alternatives.

    Pendant 4 mois, douze cyclistes pédalent collectivement sur la quadruplette, symbole du mouvement Alternatiba, symbolisant à la fois la solidarité, l'effort collectif et la reconversion écologique.

    Leur mission : promouvoir les alternatives au dérèglement climatique et former une nouvelle génération d'activistes et de citoyens sensibilisés. Chaque ville traversée est l'occasion d'un véritable événement rassemblant tous les acteurs du territoire !

    plus d'info sur le site alternatiba

    Le Tour Alternatiba arrive dans les Ardennes les 1er et 2 août.

    Il fait étape le 1er août à Charleville-Mézières sur la place Ducale à 19h et le 2 août à midi à Attigny

     

    Lire la suite

  • Boues rouges : Alteo enfin contraint de respecter les normes

    Pendant plus de 60 ans, la production d’alumine à Gardanne s’est accompagnée du rejet de plus de 20 millions de tonnes de boues rouges, puis de liquide, dans la Méditerranée. Aujourd’hui, la justice a contraint Alteo à respecter les normes, alors qu’ils bénéficiaient d’une dérogation depuis décembre 2015. France Nature Environnement et ses fédérations régionale et départementale saluent cette décision qui va dans le sens de la protection de la biodiversité rare du Parc National des Calanques.

    Une victoire pour la mer Méditerranée et sa biodiversité

    Aujourd’hui, le tribunal administratif de Marseille vient de donner raison à France Nature Environnement, ses fédérations régionale et départementale ainsi que d’autres associations en imposant à Alteo une mise aux normes du rejet liquide envoyé par 300 mètres de fond dans la Méditerranée, au plus tard avant le 31 décembre 2019. Un traitement complémentaire des rejets en mer sera ainsi mis en place très rapidement par Alteo, permettant d’atteindre une qualité des eaux conformes aux normes en vigueur. Dans ce nouveau contexte, le mouvement France Nature Environnement demande également l’arrêt total du rejet des effluents liquides en mer dans la zone cœur du Parc National des Calanques par une réutilisation de ces eaux dans le procédé industriel et/ ou par leur envoi en station d’épuration.

    Lire la suite

  • Australie : le modèle à ne pas suivre

    La tristement célèbre politique de l’Australie, qui consiste à placer en détention les réfugiés et les demandeurs d’asile hors de son territoire, risque d’être copiée par l’Union européenne.

    Certains membres de l’Union européenne veulent forcer des personnes secourues en mer à débarquer dans des endroits situés hors de l’Europe.

    Des « plateformes de débarquement » dans lesquels ces personnes risquent d’être exposées à de graves violations des droits humains.

    Le cas australien

    En 2013, l'Australie a adopté une politique au titre de laquelle toute personne arrivant en bateau où que ce soit sur le territoire australien est interdit de demander l'asile dans le pays.

    Toutes ces personnes sont ainsi transférées sur l’île de Manus en Papouasie-Nouvelle-Guinée ou à Nauru, et même celles qui ont obtenu le statut de réfugié. Elles ne seront jamais autorisées à s’installer en Australie.

    Plus de 1 600 personnes se trouvent toujours sur l’île de Manus, en Papouasie-Nouvelle-Guinée, et à Nauru. La majorité d'entre elles étant considérées comme des réfugiés.

    Sur ces îles, les conditions de vie sont épouvantables.

    Lire la suite

  • Affaire Benalla : l’Elysée ne peut impunément cacher un délit

    Communiqué LDH le 20 07 2018

    L’intervention violente et hors de tout cadre légal d’un collaborateur du président de la République lors d’une manifestation, le refus d’en saisir la justice et la succession de révélations qui mettent en évidence la volonté de dissimuler ces faits soulèvent de graves inquiétudes.

    Le traitement réservé par la présidence de la République, le gouvernement et la préfecture de police de Paris aux faits portés à leurs connaissances confirment une succession de manquements au plus haut niveau de l’Etat. Il remet en cause le rôle et le fonctionnement régulier de chaque institution par le recours à des prérogatives prétoriennes et illégales.

    Lire la suite

  • Perte d’alimentation électrique externe à la centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine

    L'autorité de sûreté nucléaire a publié le 18 juillet un communiqué concernant un début d'incendie dans un transformateur de la centrale de Nogent-sur-Seine.

    En voici la teneur ;

    " À la suite d’un incendie survenu le 17 juillet vers 22h sur un transformateur de la centrale de Nogent-sur-Seine, le réacteur 2  - actuellement en arrêt pour maintenance - a perdu ses alimentations électriques externes. Le cœur du réacteur était complétement déchargé, le combustible se trouvant dans la piscine de refroidissement.

    Le groupe électrogène disponible a alors assuré l’alimentation électrique des installations, en particulier le refroidissement de la piscine. Le second groupe électrogène était en maintenance.

    EDF a mis en place une organisation adaptée et a alerté l’ASN vers minuit.

    Le dispositif d’astreinte de l’ASN a été mobilisé, au niveau national et local, pour suivre en temps réel l’événement avec son appui technique l’IRSN.

    L’incident a été clos vers 5h00 avec le rétablissement d’une alimentation électrique externe. Il n’a pas eu de conséquence sur les personnes et l’environnement."

    Lire la suite

  • Soudures défectueuses sur le chantier de l’EPR de Flamanville : le Réseau “Sortir du nucléaire“ et Greenpeace France portent plainte

    Voici quelques mois, des soudures défectueuses ont été détectées sur des tuyauteries du circuit secondaire de l’EPR de Flamanville ; plus d’un tiers d’entre elles seraient concernées. Ce 18 juillet 2018, le Réseau “Sortir du nucléaire“ et Greenpeace France déposent plainte à ce sujet contre EDF, Framatome et contre X pour 10 infractions devant le procureur de la République de Cherbourg.

    En effet, les industriels ont laissé fabriquer et installer sur le chantier ces tuyauteries dont les soudures ne correspondaient pas aux exigences de sûreté, et omis d’en informer l’Autorité de sûreté nucléaire. Nous ne laisserons pas l’industrie nucléaire jouer la tactique du fait accompli !

    Des soudures non-conformes sur des équipements cruciaux

    Lors de la conception de l’EPR de Flamanville, EDF avait décidé que certains composants parmi les plus essentiels relèveraient du principe d’ « exclusion de rupture ». N’étant surtout pas censés rompre, ces équipements étaient supposés présenter une qualité de conception et de fabrication à toute épreuve. Leur rupture étant de ce fait supposée impossible, EDF pouvait se dispenser d’en étudier les conséquences. C’était le cas, notamment, de la cuve de l’EPR.

    Or d’autres équipements sont concernés par ce principe. Après la cuve de l’EPR, ce sont des soudures du circuit secondaire, qui transfère la vapeur sous pression des générateurs de vapeur vers les turbines, qui sont concernées par un nouveau scandale.

    Le 22 février 2018, EDF a dû rendre public ce nouveau défaut, qui faisait l’objet d’échanges avec l’ASN depuis plus d’un an. Ainsi, lors de la préfabrication de ces soudures, en 2012 et 2013, EDF n’avait pas transmis à son sous-traitant Framatome (anciennement Areva) les prescriptions renforcées permettant d’atteindre le niveau de qualité supérieur exigé. Le problème aurait été détecté dès 2015 en usine ; l’ASN n’en a cependant été informée que début 2017. Par ailleurs, ces exigences renforcées n’auraient pas été transmises pour les soudures réalisées à partir de 2016 sur le chantier, si bien que de nouveaux défauts y ont été découverts.

     

    Lire la suite