Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

culture

  • The Yokel en concert à Boult aux Bois samedi 11 juillet

    Trois ans après leur premier album, The Yokel revient en 2020 avec son deuxième opus, sobrement intitulé « Y ».

    Le groupe avait laissé ses angoisses au placard avec ‘Here comes the wild’ en 2017, un hymne à la vie et aux surprises qu’elle réserve. Avec « Y » (prononcez why en anglais), The Yokel ne cache plus ses doutes et ses questionnements. Les douze titres qui composent l’album résument les choix difficiles et la douleur au carrefour des routes. Plus profond, sans doute plus personnel, sans être moins vif ni moins jovial, « Y » dévoile une nouvelle facette d’un groupe qui a évolué au fil des ans et qui s’est affirmé.

    Y, c’est aussi Yokel. Huit musiciens qui n’ont comme seul bagage que leur amour de la musique. Après une tournée de deux ans et plus de soixante concerts à travers la France, des passages remarqués dans les plus beaux festivals aux salles les plus intimes, ils reviennent aujourd’hui avec encore plus de détermination, d’envie, de rage. Les ingrédients sont toujours les mêmes : un folk-rock sublimé par deux voix qui s’entremêlent, des instruments acoustiques et électriques qui s’épousent et créent une tornade, autant sur scène que dans les enceintes.

    « Y », c’est enfin l’avant-dernière lettre de l’alphabet, comme pour préciser qu’il y aura toujours quelque chose après. Comme si la musique, même étouffée, n’arrête jamais vraiment de vibrer. Comme un esprit de liberté chevillé au corps et à l’âme.

    Lire la suite

  • Champsboult'ou dans la continuité.

    Le collectif rural d'artistes qui propose un parcours artistique à Boult-aux-Bois continue à creuser son sillon Sans titre.jpgdans cette terre argonnaise. Au fil des années, l'événement s'est inscrit dans le calendrier estival régional, et de nouveaux artistes se greffent sur le noyau initial.

    Les principes de départ restent identiques : un parcours libre, en pleine nature, et des œuvres originales de toute nature. Depuis 2016,  le collectif poursuit son action, certaines productions faisant désormais partie du paysage local.

    Depuis dimanche dernier et jusqu'à fin septembre, vous pouvez découvrir à votre rythme ce chemin rural, entre l'église du village et la maison de la nature.

    Vous trouverez ci-dessous un aperçu de ce parcours 2020.

    Lire la suite

  • Dimanche 28 juin 2020 : Ouverture du parcours artistique de Boult-aux-Bois

    Le collectif rural d’artistes a pour ambition de :

    → Permettre l’échange, le dialogue entre artistes, artisans locaux/régionaux et public.

    → Animer le territoire par une émulsion artistique riche visuellement et intellectuellement parlant.

    → S’enrichir humainement et socialement, ainsi qu’enrichir le regard de chacun à travers les œuvres proposées. Et ce par le biais d’un parcours artistique varié, cosmopolite et ouvert : Champsboult’ou.

    → Présenter des œuvres individuelles et/collectives à un public novice et rural dans son environnement immédiat :

    – À partir d’une approche collective pour favoriser les collaborations entre artistes.

    – Dans des lieux inhabituels

    Lire la suite

  • Salut l’artiste !

    Communiqué LDH

    Humoriste, acteur de théâtre et de cinéma, Guy Bedos était tout cela et plus encore.
    Il était au côté des plus faibles, des sans-papiers, des sans-logis, des sans-droits. Guy Bedos était au côté de l’humanité, contre l’injustice et le racisme. Guy Bedos nous faisait rire en nous faisant penser et nous rappelait sans complaisance nos faiblesses.
    Guy Bedos manquera à tous, à la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en particulier dont il était membre et qu’il avait accompagné dans de nombreux combats.
    La LDH salue l’artiste, l’homme et le militant. Elle adresse ses condoléances à sa famille et à ses proches.

    Paris, le 28 mai 2020

    l-humoriste-francais-guy-bedos-et-l-eurodeputee-les-republicains-nadine-morano-devant-le-tribunal-de-nancy-le-7-septembre-2015-1_5415041.jpg

  • Lumières de femmes 2020 à Vouziers

    Grâce à Manuel Sanchez, le festival "Lumières de Femmes" a fait étape à Vouziers ce mardi au cinéma "Les Tourelles". Cette manifestation veut soutenir le cinéma en milieu rural et aussi promouvoir la place des femmes dans la société en général, et dans le monde artistique en particulier.

    Deux films étaient présentés lors de cette soirée, illustrant ces deux thèmes prioritaires. "Le Monde rêvé d'Ariane" est un court-métrage, dont la conception est vouzinoise, donc rurale. Alain Lizzit, alors Sous-préfet de Vouziers, avec la délégation départementale aux droits des femmes et à l'égalité entre les femmes et les hommes, a donné l'impulsion et les moyens nécessaires à la réalisation du film.

    Manuel Sanchez, réalisateur habitant la commune, s'est tourné vers un groupe de femmes fréquentant le FJEPCS-La Passerelle pour mener à bien cette production. Ces femmes venant de divers horizons ont participé à toutes les étapes qui ont mené jusqu'à la projection sur grand écran. Cela va de l'écriture du scénario, à la participation en tant qu'actrices, en passant par les parties plus techniques comme les costumes.

    Elles étaient à la fois fières et émues de se voir ainsi reconnues et valoriser par cette projection devant le public. Ce film relate l'histoire d'Ariane, obligée d'abandonner ses études pour laisser la priorité à son frère. Placée comme bonne, elle s'échappe rapidement de cette condition pour mener une vie indépendante.

    P1490796.JPG

    Armelle Demontis et Manuel Sanchez

    Lire la suite

  • Terrasse avec vue sur la guerre

    Ce vendredi, Laurence Tartar-Fouchier nous a transportés à Beyrouth avec son spectacle "Terrasses". Sa pièce était jouée à la salle communale de Boult aux Bois, à l'initiative de la Ligue des Droits de l'Homme (sections de Charleville et Vouziers) et du foyer des Boutats. Le message de bienvenue a été prononcé par laP1490677.JPG présidente de la section vouzinoise de la LDH, et le maire a accueilli à bras ouverts, comme à son habitude, les nombreux participants à cette soirée.

    Laurence Tartar-Fouchier a écrit la pièce, elle en est l'unique comédienne en scène. Pourtant, 5 personnages prennent vie devant les spectateurs. Par un dialogue reconstitué, l'artiste fait entendre la voix de ses trois amies et de son turbulent neveu. Grace à sa technique de jeu parfaitement maîtrisée, elle fait percevoir les personnages aussi intensément que s'ils étaient présents sur scène.

    La pièce se passe sur une terrasse de Beyrouth, un lieu de repos et de paix pour ces quatre femmes de confessions différentes. Elles veulent bannir la guerre de ce lieu, quelle qu'en soit la forme, même la petite guerre jouée par le neveu. Mais il n'est pas possible de créer un espace totalement protégé des influences extérieures. Un jour, tout bascule, car les réalités de la vie amènent les amies de Sophia ( la sage) à quitter le quartier et à rompre cette rencontre amicale hebdomadaire. Pire encore la guerre et ses horreurs s'invitent de force sur leur territoire, et la triste dynamique de la vengeance se met en place.

    A travers ce microcosme féministe et solidaire, c'est une partie de l'univers du Moyen-Orient qui nous est retracé. Entre le fragile équilibre de l'amitié  et de la solidarité d'une part, et la terrible dynamique de la guerre et de intolérance d'autre part, le combat semble inégal. Mais Laurence Tartar-Fouchier, par son écriture et son jeu, nous fait sentir que les liens humains et en particulier la solidarité féminine constituent une force capable de modifier le cours d'une histoire qui se répète tragiquement de génération en génération.

    Lire la suite

  • Lumières de femmes 2020 le 10 mars à Vouziers

    Dans la mouvance des « Rimbaud du Cinéma » et d’un de ses thèmes majeurs - la visibilité des femmes professionnelles du cinéma - Manuel Sanchez et son équipe proposent une deuxième édition de « Lumières de Femmes », les 10 et 11 mars prochains. La place des femmes dans l’élaboration politique, sociale et culturelle de nos sociétés ne saurait se réduire à une journée du 8 mars, fut ce-t-elle intitulée « Journée Internationale des Droits des Femmes ». Outre ce positionnement temporel permanent, « Lumières de Femmes » souhaite aller à la rencontre d’un public urbain mais aussi rural, souvent exclu des productions du cinéma indépendant.

    En collaboration avec la Délégation Départementale aux Droits des Femmes et à l’Égalité des Chances », d’autres dates sont à venir dans le département des Ardennes. Elles salueront notamment la mémoire de Jeanne Melin, native de Carignan, première femme candidate à l’élection présidentielle en 1947.

    Premier rendez-vous : Le 10 mars à 20H au cinéma Les Tourelles à Vouziers : En première partie, le court-métrage « Le Monde rêvé d'Ariane » de Manuel Sanchez (en présence du réalisateur et d’une partie de l’équipe), suivi de « En Mille Morceaux », long métrage de Véronique Mériadec, en présence de la réalisatrice et de l’actrice principale, Clémentine Célarié « Vingt-cinq ans après la mort de son fils, une mère donne rendez-vous à son meurtrier qui vient de sortir de prison… »

    Lire la suite