Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

culture - Page 4

  • Y'a le feu à Sine Mensuel

    Appel à l'aide (financière) du journal Sine Mensuel

    Ils ont tant et tant aidé Notre-Dame… Nous, on ne brûle pas, mais il y a le feu ! Aidez-nous, nous, la presse libre, qui bouffe du curé (entre autres), garantie sans plomb (mais avec un peu de plomb dans l’aile), et qui vous fait marrer. Enfin, on espère…

    Depuis 2008, Siné Mensuel, sans pub ni mécènes, ne vit que grâce à ses lecteurs. Chaque mois, dessinateurs, illustrateurs, chroniqueurs, humoristes, économistes, philosophes, spécialistes de l’environnement, chercheurs, généticiens, sociologues, éducateurs, avocats, cinéastes, journalistes, musiciens, écrivains, gastronomes, j’en passe, et des meilleurs, dessinent, écrivent, sont interviewés. La cinquantaine de collaborateurs du journal, que du beau monde, est rémunérée, c’est la moindre des choses vu les idées que nous défendons ! Mais pas de quoi partir aux Barbades. Les maigres subventions et le tristement célèbre CICE ont permis l’embauche de deux personnes.

    Et pas une seule fake news depuis 2008 ! Qui dit mieux ?

    Du beau papier, de la qualité, tout cela a un prix. Malgré la fidélité des kiosquiers et de nos abonnés, chaque mois, nous sommes en déficit. Et nos réserves s’épuisent.

    Nous devons donc augmenter le nombre de nos lecteurs et faire appel à vous, nos fidèles.

    On continue ? Oui ? Dans ce cas, en un mot comme en cent, nous avons besoin de vos dons qui, bien entendu, seront exonérés aux deux tiers d’impôt. Surtout, ne nous versez rien directement car, pour bénéficier de la réduction d’impôts, vous devez impérativement faire vos dons à Presse et pluralisme.

    Et encore un grand merci ! Banzaï !

    Lire la suite

  • Les chevaux de Rimbaud ou l'homme aux sabots de vent.

    Dans le cadre des rencontres de la Fontaine qui bruit, Alexandre Blaineau, professeur d’Histoire et Géographie, viendra présenter son dernier ouvrage intitulé « Les chevaux de Rimbaud » publié chez « Actes Sud ».

    Cette rencontre avec l’auteur se déroulera :
    le samedi 14 septembre à 16h30, à Bar lès Buzancy,
    Dans « ce trou de verdure où chante une rivière… »

    Voici la présentation de l'ouvrage par son éditeur :

    Alexandre Blaineau s'est immergé dans les archives de Rimbaud pour découvrir et exhumer cette partie inconnue de sa vie, sa relation aux chevaux.
    Rimbaud en cavalier : cela ne va pas de soi de le concevoir ainsi… En effet, la marche est à l’évidence le prolongement de son être, ses pas marquant les chemins de l’Ardenne, d’Europe et d’ailleurs comme autant d’empreintes construisant par touches impressionnistes cette figure du passant considérable. Et pourtant, il devint cavalier dans la deuxième partie de sa vie, alors qu’il arpentait en tous sens les terres immenses de l’Afrique orientale. Malgré ces promesses de crépuscule, Rimbaud à cheval s’emploie à poursuivre sa route, à la recherche de l’autre, à la recherche de soi, et c’est ce que ce livre tente d’appréhender.

    Et voici un extrait de la critique du blog cheval d'aventure :

    Remarquablement écrit, d’une plume poétique à la frontière du littéraire et de l’historique, l’ouvrage d’Alexandre Blaineau mérite l’attention de tous les cavaliers voyageurs. Et même s’il s’adresse à un public exigeant, point n’est besoin, pour l’apprécier, d’être spécialiste en géographie africaine ou en poésie rimbaldienne…
    Au-delà de son érudition et de son intelligence, ce texte hors du commun offre une réflexion inspirée sur la découverte du monde et sur le voyage - fût-il à pied ou à cheval... Mais aussi un autre regard sur l’auteur des "Illuminations", « cet en-allé, homme de cheval sans frontières, combattant l’horizon afin de ne pas se compromettre, refusant le fixe, vénérant l’instable, s’effrayant de l’ennui. Libre, définitivement ». 

    Lire la suite

  • Les Journées européennes du patrimoine des 21 et 22 septembre.

    32466716-30260503.jpg?v=1562663154

     

    Voici le programme de ces journées proposé par l'ASPV

     Le samedi 21 après-midi à 15 heures : Chestres découverte de la jolie petite église de la reconstruction et d’un artiste ardennais, Henri Louis, qui y a laissé des œuvres. Ensuite, présentation de l’oppidum et de son enceinte pré romaine. Présentation du chantier de la fontaine. Rendez-vous à 15 heures devant l’église.

    Le dimanche 22 après-midi à 15 heures : Blaise, l’église Saint Clément et son superbe mobilier liturgique issu de l’église de Théline détruite en 1786. Ensuite, promenade jusqu’à la butte de Théline, tertre de cette dernière église. Rendez-vous à 15 heures devant l’église St Clément.

    356638243.png

     

    Lire la suite

  • Cabaret vert 2019

    5d06e3fdb75ec.png

    - DURABLE JUSQU’À LA MOELLE

    Le développement durable, c’est pas juste un concept à la mode. C’est l’affaire de tous, et c’est l’âme du Cabaret Vert. Le festival ne se serait jamais monté sans l’envie des organisateurs de sensibiliser le public à ces problématiques.

    Le Cabaret est un tout. On la joue durable dans tous les compartiments du festival… La musique, le cinoche, la BD, les spectacles, la nourriture, la boisson, l’accueil, les intervenants. On essaie être cohérent.

    On parle d’écologie bien sûr, de biodiversité, de gestion des déchets, d’énergie, mais aussi de lien social, de consommation responsable, de circuits courts, de la vie d’un territoire, d’entrepreneuriat social, de solidarité…

    Parce que le développement durable, c’est une question de vivre ensemble. Cette année, tous les intervenants, les prestataires, les partenaires, les bénévoles du festival ont signé les Engagements du Cabaret durable, avec des objectifs à long terme et d’autres à atteindre dès cette année. Un véritable engagement concret, chiffrable, réel. Histoire que cet idéal ne soit pas que des mots jetés en l’air. On dit, on fait. Qu’est-ce qu’on construit ? Qu’est-ce qu’on va laisser ? Qu’est-ce qu’on peut apprendre les uns des autres ? Et comme en Ardennes on a du savoir-vivre, on se nourrit de tout ça sans se prendre la tête, et sans jouer les naïfs, en écoutant un bon concert et buvant une bonne bière, au vert.

    Lire la suite

  • Edition 2019 de Champsboult'ou

    Depuis 2016, un collectif d'artistes présente  une exposition d’œuvres originales dans un cadre nature. Cette année encore, vous pouvez découvrir leur travail dans un parcours libre à Boult-aux-Bois, jusqu'à fin septembre.

    Voici comment le groupe définit son projet, sur la page "Facebook" dédiée :

    Champsboultou, est un projet lancé en 2016, qui invite des artistes et des artisans locaux. Son but est de créer et présenter des œuvres d'art (sculpture, tableaux, installations, vitraux,...) autour d'un thème défini


    ٠ Champsboultou, c'est plus qu'une exposition, c'est une rencontre, une invitation au parcours, à la déambulation. Le public peut interagir avec les œuvres, toucher, respirer... Il s'agit de lui proposer une expérience visuelle hors du commun, en ré-inventant son quotidien, en lui présentant son environnement d'une autre manière, sous un autre angle. On lui permet alors de (re)découvrir des endroits, des lieux devenus habituels tout en pouvant appréhender et se sensibiliser à l'art.


    ٠ Ces œuvres sont présentées au sein de la commune de Boult-aux- Bois à l'extérieur comme à l'intérieur

    Quelques photos pour vous donner une idée de cette présentation originale.

    Lire la suite

  • Musicales de Louvergny 2019 : déjà deux concerts et deux réussites

    C'est parti pour l'édition 2019 des Musicales de Louvergny. Attigny a accueilli les deux premiers concerts. Le succès populaire se confirme pour cette organisation, avec une église bien remplie et un public manifestement conquis par le talent des artistes.

    Il reste d'autres rendez-vous avec ces musiciens, jeudi 15 août à 19h ; vendredi 16 août à 18h et samedi 17 août à 18h à l'église de Louvergny.

    Cela fait 25 années que la musique classique s'invite, en août, dans le petit village de Louvergny (70 habitants) et ses environs !
    La résidence d'artiste accueille plus d'une quinzaine de musiciens internationaux, qui interpréteront de grandes œuvres de musique classique et du répertoire lyrique, pour des moments privilégiés d'échanges musicaux avec les spectateurs. Le programme est librement choisi et élaboré par les artistes, sous la direction de Pablo Gatto.

    Chaque année le festival des Musicales de Louvergny accueille plus de 1300 spectateurs.
     
     
    Le concert du 17/08 sera suivi d’un repas champêtre à Le Chesne.

    Réservation obligatoire pour ce concert de clôture.
     
     
    Pour voir le site dédié : http://musicales-louvergny.com/
     
    Voici quelques clichés des concerts 2019.

    Lire la suite

  • Les disparus de la guerre d’Algérie du fait des forces de l’ordre françaises : vérité et justice ?

    Journée d’étude
    Vendredi 20 septembre 2019
    salle Victor Hugo, bâtiment Jacques Chaban-Delmas
    Assemblée nationale, 101, rue de l’Université 75007 Paris.

    Cette journée d’étude est née d’une rencontre, celle d’historiens, de juristes et d’archivistes. L’origine en remonte à la déclaration du président de la République du 13 septembre 2018, lors de sa visite à Josette Audin, veuve du mathématicien et militant communiste Maurice Audin, « disparu » à l’âge de vingt-cinq ans suite à son arrestation à Alger, le 10 juin 1957, par des parachutistes français : « La disparition de Maurice Audin a été rendue possible par un système dont les gouvernements successifs ont permis le développement : le système appelé “arrestation-détention” à l’époque même, qui autorise les forces de l’ordre à arrêter, détenir et interroger “tout suspect dans l’objectif d’une lutte plus efficace contre l’adversaire” et affirmant que “ce système s’est institué sur un fondement légal : les pouvoirs spéciaux”. »
    Des historiens, notamment Pierre Vidal-Naquet (1930-2006), ont travaillé depuis longtemps sur cette pratique généralisée de la torture pendant ce qu’il est convenu d’appeler la « bataille d’Alger » et sur ce système institutionnalisé d’arrestation-détention, avec son cortège de disparitions. Dans le temps de la guerre elle-même, des journalistes l’ont porté à la connaissance de l’opinion publique, ce qui a valu condamnation de plusieurs journaux et éditeurs. Depuis les années 2010, des historiens, des mathématiciens et des élus de la nation ont joué un rôle décisif dans l’obtention de la déclaration du président de la République. Celle-ci a été une occasion d’ouvrir, le 15 septembre 2018, à l’initiative de l’association Histoire coloniale et postcoloniale et de l’Association Maurice Audin, le site de recueil de témoignages « 1000autres.org », qui a reçu très vite de nombreuses contributions sur les autres disparus algériens de la « bataille d’Alger ».

     

    Lire la suite