Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

conférence

  • Les sites Natura 2000 et autres joyaux naturels de l'Argonne Ardennaise

    Le jeudi 10 novembre à 18h, à la salle des fêtes, venez découvrir les joyaux naturels de l'Argonne Ardennaise, dont les sites Natura 2000, les habitats et espèces prioritaires ainsi que les actions engagées pour préserver la biodiversité !

    Entrée gratuite 

    Les sites Natura 2000 ont pour objec­­­­­­­­tif de préser­­­­­­­­ver les espèces et leurs habi­­­­­­­­tats tout en main­­­­­­­­te­­­­­­­­nant, voire en déve­­­­­­­­lop­­­­­­­­pant les acti­­­­­­­­vi­­­­­­­­tés humaines qui leur sont favo­­­­­­­­rables. En Argonne Arden­­­­­­­­naise, la Commu­­­­­­­­nauté de communes assure l’ani­­­­­­­­ma­­­­­­­­tion des mesures de gestion sur 6 sites clas­­­­­­­­sés Natura 2000, en parte­­­­­­­­na­­­­­­­­riat avec les agri­­­­­­­­cul­­­­­­­­teurs et les natu­­­­­­­­ra­­­­­­­­listes. Après une phase d’in­­­­­­­­ven­­­­­­­­taires et d’éla­­­­­­­­bo­­­­­­­­ra­­­­­­­­tion de docu­­­­­­­­ments d’objec­­­­­­­­tifs, c’est désor­­­­­­­­mais le temps de l’ac­­­­­­­­tion !

    En Argonne Arden­­­­­­­­naise, les actions Natura 2000 sont pilo­­tées par la Commu­­­­­­­­nauté de communes.

    Le dispo­­­­­­­­si­­­­­­­­tif est piloté par le Préfet des Ardennes et financé à hauteur de 50% par l’État et 50% par les fonds euro­­péens FEDER.

    Divers parte­­naires tech­­niques locaux accom­­pagnent le service au quoti­­dien, afin de mener à bien les missions d’études, de suivi d’es­pèces ou d’ha­bi­­tat, ou bien encore d’ani­ma­­tions. 

    Lire la suite

  • Des femmes ardennaises remarquables, conférence le 18 novembre au CPR

    Le vendredi 18 novembre à 20 heures au CPR rue de l’Agriculture, plusieurs conférenciers de « Terres ardennaises » présenteront des femmes qui ont servi de nobles causes dans les Ardennes ou y ont pratiqué des activités remarquables.

    L’ASPV à travers cette soirée rend un hommage général aux femmes.

     

    couverture_150.jpg

    Sommaire
    Femmes résistantes

    - Lidia Collin-Alessi-Anghini (Marie France Barbe)
    - Marie Hélène Cardot Jacquemin (Marie France Barbe)
    - Marguerite Fontaine (Robert Pascolo)
    - Cécilia Gazanaire (Guy Patoureaux)
    - Eva Thomé (Marie France Barbe)
    - Léa Quatreville Millet (Sylvie Laverdine)
    Pacifistes et féministes
    - Hélène Brion (Alain Chiron)
    - Jeanne Mélin (Jacques Lambert)
    Femmes dans la guerre ou dans les guerres
    - Marie Louis Dromart Grès (Guy Lépine)
    - Mireille Miltsztayn (Mireille Miltsztayn)
    Pionnières
    - Yvonne Dauby (Jacques Lambert)
    - Yvonne Edmond Foinant (Claire Hugerot)
    - Monique Gentil Drapier (Jean Pierre penisson)
    - Marguerite Lebrun Nivoit (Claire Hugerot)
    - Elisabeth Lion (Claire Hugerot)
    - Alexandrine Pommery Mélin (Françoise Parizel)
    - Geneviève Robida (Jean Pierre Pénisson)
    - Andrée Viénot Mayrish (Marie France Barbe)
    Artistes
    - Jeanne Marie Darré (Jacques Lambert)
    - Elisabeth de la Mauvinière (Sylvie Laverdine)
    - Marie Madeleine Petit Falaize (Sylvie Laverdine)
    - Marguerite Sarazin (Sylvie Laverdine)
    - Edmée Schmittel Nicaise (Sylvie Laverdine)
    - Henriette Tirman (Françoise Parizel)
    Tableaux généalogiques par Alain Chapellier

    Lire la suite

  • Comment transmettre l'indicible ?

    P1560863.JPGL’expérience vécue par les déportés dans les camps nazis est presque impossible à transmettre. L'horreur y a atteint un tel degré que les mots sont souvent impuissants à la décrire. Et puis, les survivants peuvent-ils trouver le courage de se replonger dans cet univers concentrationnaire, et ceux qui ne l'avaient pas connu voulaient-ils savoir ou étaient-ils capables de l'entendre ?

    Juliette Cheriki-Nort est venue à Vouziers pour évoquer la mémoire de Ceija Stojka. Membre d'une famille Rom vivant en Autriche, elle a été déportée comme beaucoup de "tziganes". On estime que 220 000 membres des différentes communautés de "gens du voyage" sont morts dans les camps lors de la 2e guerre mondiale.

    Ceija Stojka a commencé tard à témoigner de son expérience. Il semble que la mort d'un deP1560867.JPG ses fils et la rencontre avec une documentariste aient constitué le facteur déclenchant à la libération de sa mémoire, dans les années 1980. Elle utilise la peinture, le récit et aussi la chanson comme outils pour laisser une trace de la tragédie des camps.

    Juliette Cheriki-Nort utilise cette diversité de matériaux pour évoquer par touches successives la vie de Ceija Stojka, avant, pendant et après sa déportation.

    Avant, c'était la vie errante dans les roulottes tirées par les chevaux au travers de la nature et au sein d'une communauté unie. Pendant, ce n'est plus que la faim, la maladie, la brutalité, l’humiliation à un degré extrême dans un monde où le temps n'existe plus, mais où l'humour et la tendresse maternelle survivent malgré tout.

    P1560868.JPGJuliette Cheriki-Nort utilise les projections d'images et de films pour évoquer ce parcours, elle le confronte à d'autres témoignages (Simone Veil, Germaine Tillion, Boris Cyrulnik). Ces autres récits confortent les mémoires de Ceija Stojka, que ce soient ses écrits ou ses productions artistiques.

    Les expériences traumatiques, surtout de cette ampleur, demandent souvent du temps pour cicatriser, comme l'indiquait la conférencière, pouvoir mettre les souvenirs dans les archives de sa mémoire. Il n'est pas question d'oubli, mais de laisser ces moments les plus terribles d'une vie dans un dossier encore accessible, mais à une distance suffisante pour continuer à vivre parmi les autres.

    Quelques ouvrages avaient paru peu de temps après la libération des camps ("L'univers P1560869.JPGconcentrationnaire" de David Rousset en 1945 ou "Si c'est un homme" de Primo Levi en 1947) mais d'autres on attendu des années avant de témoigner à leur tour ( "l'écriture ou la vie" de Jorge Semprun date de 1994).

    Malheureusement; tous ces témoignages résonnent encore avec l'actualité de notre monde, ce qui prouve bien la nécessité de les faire connaître, afin que personne n'ignore où peuvent mener la haine et le rejet de l'autre.

     

    Les tableaux reproduits sur cette page sont de Juliette Cheriki-Nort.

    Vous trouverez ci-dessous des photographies de cette conférence.

     

     

    Lire la suite

  • Ceija Stojka, témoin et artiste, à découvrir ce vendredi 29 avril au CPR de Vouziers (rappel)

    Un moment proposé par la Ligue des droits de l’Homme - section de Vouziers

    Pendant la Seconde Guerre mondiale, les nazis et leurs alliés déportèrent une grande partie de la population Rom dans des camps de concentration et d’extermination. Environ 500 000 y moururent.

    1995273643.jpg

     

    Lire la suite

  • Les Ardennes plus que nature

    Ardennes plus que nature.png

    Lire la suite

  • Conférence sur l'histoire de l'abbaye de Belval-Bois-des-Dames

    Des auteurs du numéro 115 de la revue Le Curieux Vouzinois consacré à Belval-Bois-des-Dames donneront une conférence sur l'histoire de l'abbaye de cette petite commune.
    Cette conférence, organisée par l'Association pour la Sauvegarde du Patrimoine du Vouzinois (ASPV), que nous remercions de son aimable invitation, se tiendra le :
    Vendredi 1er avril à 20 h, au Centre Polyvalent Rural (CPR) de Vouziers, 2 rue de l'Agriculture.
    Venez nombreux ! Le numéro 115 sera en vente et pourra être dédicacé à cette occasion.

    Belval.jpg

    Lire la suite

  • Conférence le vendredi 4 mars : l'église Saint-Maurille, une histoire mouvementée.

    Conférence "L'église Saint-Maurille, une histoire mouvementée"

    animée par Michel Coistia

    Entrée libre et gratuite

    L’association de sauvegarde du patrimoine vouzinois propose beaucoup d’autres manifestations.

    Vous pouvez en prendre connaissance sur le site de l’ASPV : https://patrimoine-vouzinois.fr/

    Organisation : Association de Sauvegarde du Patrimoine du Vouzinois.

    Voici un bref  aperçu historique sur l'église Saint-Maurille, tiré de Wikipédia .

    "Les terres sur lesquelles s'est élevé le bourg de Vouziers appartenait à l'abbaye de Saint-Thierry, près de Reims. La paroisse est citée à la conférence ecclésiastique de Reims de 1148, présidée par le pape Eugène III. Les décimateurs de l'église, sous l'Ancien régime, étaient pour trois quarts les religieux de Saint-Thierry, et pour un quart les messieurs du Chapitre et la Charité de Reims4.

    L'église de style gothique date des XIVe siècle et XVe siècle. Le portail a été construit isolément au XVIe siècle, dans un style Renaissance. Une porte latérale a été ajoutée pour servir pendant près de deux cents ans de porte d’entrée au cimetière qui entourait à l’époque l’église. En 1764-1768, cette porte est rattachée à l'église, et le portail est réuni à l'église ogivale par des murs latéraux, un plafond et une couverture d'ardoises au-dessus de laquelle s'élève une tour carrée à toit arrondi.

    Les deux guerres mondiales endommagent l'église, obligeant à différentes réfections. Le clocher et le portail sont restaurés en 1987-1988 et le parvis en 1989.

    L'édifice est classé au titre des monuments historiques en 1913 ."

    Lire la suite