Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

oiseaux

  • En automne, c’est le moment idéal pour installer les nichoirs

    La LPO vous livre quelques conseils pour accueillir nos amis à plumes dans les meilleures conditions.

    Le manque de sites de nidification naturels peut être un obstacle à la reproduction des oiseaux nicheurs de nos jardins. Il est possible de leur donner un petit coup de pouce en équipant son jardin, son balcon, sa terrasse ou sa cour de nichoirs.

    Saviez-vous que les nichoirs doivent être installés dès le mois de novembre, et non au printemps ? En effet, certains oiseaux comme la mésange recherchent très tôt un lieu de reproduction. D’autres, comme le Troglodyte mignon, vont s’y abriter en hiver. Cette période permet également un temps d’adaptation, augmentant ainsi les chances que les nichoirs soient occupés par une future nichée.

    Retrouvez un large choix sur le site de la boutique LPO.

    Où placer le nichoir ?

    Les nichoirs type « boite-aux-lettres » peuvent être installés sur un tronc d'arbre tandis que les nichoirs semi-ouverts peuvent être fixés à un mur.

    Quelle orientation ?

    Nous conseillons d’éviter les vents dominants d'ouest et de placer le nichoir pour que le trou d'envol soit en direction du Sud ou du Sud-Est.

    Quelle hauteur ?

    Les nichoirs sont à fixer à une hauteur comprise entre 2 et 5 mètres au-dessus du sol.

    Comment l'attacher ?

    Ne clouez pas le nichoir directement sur l'arbre (sauf les clous en aluminium.) Vous pouvez utiliser du fil de fer et entourer le tronc en intercalant des petits morceaux de bois pour protéger l’arbre.

    Peut-on poser plusieurs nichoirs sur un terrain ?

    Oui, à condition qu’ils soient destinés à des espèces différentes. Deux nichoirs destinés à une même espèce doivent en revanche être éloignés d'au moins 30 mètres (limites de territoires).

    Comment entretenir le nichoir ?

    Chaque année, il est nécessaire de nettoyer les nichoirs à oiseaux. Les passereaux construisent tous les ans un nouveau nid et ne réutilisent pas l’ancien. Or l’ajout de matériaux rehausse la hauteur du nid, rapprochant dangereusement les oisillons du trou d’envol. En outre, le nettoyage prévient les risques de maladies et permet de vérifier le bon état de votre nichoir.

    En premier lieu, assurez-vous que le nichoir est vide. En l’absence des oiseaux, il peut être occupé par d’autres animaux (chauves-souris, insectes…).

    Ensuite, videz le nichoir de tous ses matériaux et brossez l’intérieur avec une brosse métallique. Si nécessaire, vous pouvez appliquer de l’huile de lin pour assurer une bonne étanchéité et la préservation du bois.

    Lire la suite

  • Les nicheurs des cours d'eau

    Durée : 3h Venez découvrir l'écologie des oiseaux nicheurs des cours d'eau.Sortie guidée et commentée par le Regroupement des Naturalistes Ardennais. Départ à 9h - Sortie gratuite - Réservation obligatoire (places limitées).Org : Communauté de Communes de l'Argonne Ardennaise 

    La vallée de l’Aisne accueille la nidification d’une grande diversité d’oiseaux rares et menacés. En tant qu’usagers des cours d’eau (naturalistes, pêcheurs, agriculteurs…), il nous est très important de mieux connaître ces habitants dans le but de pratiquer nos activités respectives sans nuire à la biodiversité.

    Dimanche 5 juin 2022
    Rendez-vous : Salle polyvalente — Vaux-lès-Mouron
    Horaires : 9h00-12h00
    Sortie naturaliste
    Gratuit et ouvert à tous
    Inscription : Aurélien Musu — 06 37 73 33 18 — 03 24 71 59 93

    Lire la suite

  • Nourrissage des oiseaux, quand et pourquoi arrêter ?

    Communiqué de la LPO le 18.03.2022

    Le nourrissage des oiseaux est pratiqué l'hiver par des millions de personnes dans leur jardin ou sur leur balcon, et il est bien souvent vital pour de nombreuses espèces durant cette période de pénurie alimentaire. Un nourrissage permanent peut cependant avoir des conséquences néfastes et mettre en danger certaines populations d’oiseaux.

    Ainsi, la LPO conseille aux Français de nourrir les oiseaux uniquement en période de froid prolongé, soit en général de la mi-novembre à fin mars. Dès que le printemps s'installe, les oiseaux commencent à établir leur territoire et débutent la construction de leur nid ou recherchent la cavité où ils pondront leurs œufs. S'il est alors tentant de les attirer aux mangeoires pour mieux les observer, la mise à disposition de nourriture n'est plus nécessaire, la nature fournissant suffisamment d'aliments "de saison" à l’avifaune, y compris dans les villes. Continuer de nourrir les oiseaux peut même devenir contre-productif et leur nuire. 

    Si vous n’avez pas encore commencé le processus de sevrage, il est désormais temps de réduire petit à petit les quantités, afin de stopper tout nourrissage au bout de 7 à 10 jours. Cet arrêt est important car les lipides des graines ou des boules de graisse ne sont pas adaptés aux futurs poussins qui doivent être nourris exclusivement de protéines. De nombreuses espèces deviennent ainsi insectivores. D’autre part, la dépendance à un lieu précis de nourrissage doit cesser pour inciter les oiseaux à chercher par eux-mêmes la nourriture la plus adéquate à leur biologie. En revanche, l'apport d'eau est utile tout au long de l'année.

    Lire la suite

  • Week-end national de comptage des oiseaux des jardins

    Retenez le samedi 29 janvier 2022 ou le dimanche 30 janvier 2022

    Mésange charbonnière, Verdier d’Europe, Chardonneret élégant… ? Quelles seront les espèces présentes dans votre jardin cette année ? Découvrez-les en participant au week-end national de comptage des oiseaux des jardins organisé par la LPO et le Muséum national d’Histoire naturelle. Petits ou grands, novices ou expérimentés, à la ville ou à la campagne… vous êtes tous invités à prendre part à la 10ème édition de ce grand comptage.

    Depuis 2013, les opérations de comptage national des oiseaux des jardins permettent à chacun d’agir concrètement en faveur de la connaissance et de la protection de notre avifaune en alimentant les bases de données naturalistes. Lors du comptage de janvier 2021, plus de 17 250 jardins ont pris part à cette opération permettant de dénombrer plus de 540 000 oiseaux partout en France, avec en tête Moineau domestique, Mésange charbonnière et Mésange bleue. Quelles seront les espèces les plus présentes dans les jardins cet hiver ? Pour le savoir participez au comptage. Il n’est pas nécessaire d’être un expert en ornithologie, il suffit d’avoir un peu de temps, d’aimer regarder ce qu’il se passe dans son jardin et de savoir compter. Facile !

    Comment faire ?

    Il n’est pas nécessaire d’être un expert, il suffit d’avoir un peu de temps, d’aimer regarder ce qu’il se passe dans son jardin et de savoir compter. Facile !

    • Choisir un jour d’observation, samedi 29 ou dimanche 30 janvier, et un créneau d’1h, idéalement en fin de matinée ou début d’après-midi, lorsque les températures sont un peu plus chaudes et les oiseaux plus actifs ;
    • Trouver un lieu d’observation, un jardin ou un balcon, à la ville ou en campagne. Un parc public peut également servir de lieu d’observation ;
    • Compter et noter durant 1 heure tous les oiseaux qui visitent le jardin. Pour les reconnaitre plus facilement, des fiches sont disponibles sur le site de l’Observatoire. Consulter les "Fiches espèce" et les "Fiches confusion";
    • Transmettre les données sur le site de l’Observatoire des oiseaux des jardins : www.oiseauxdesjardins.fr.

    Pour tout problème technique avec le site (inscription, saisi de données…) nous vous invitons à consulter le Guide d’aide à la participation. Lisez-le attentivement, vous y trouverez certainement la solution à votre problème. Sinon rendez-vous dans la Foire aux questions !

    L’équipe du programme reste également à la disposition des participants pour les aider à identifier les oiseaux observés en envoyant de simples photos à : oiseauxdesjardins@lpo.fr.

    Lire la suite

  • Mais c'était cui celui-là ?

    Voici les réponses à notre série de clichés à identifier. Certains oiseaux étaient faciles à reconnaître, d'autres plus ardus à nommer. Sauf mention complémentaire, tous ces photos ont été prises dans le même jardin à Vouziers. Bravo à Karine qui a validé 4 bonnes réponses sur 4.

    1219440146.jpg

    Choucas des tours 

    2852925403.jpg

    Étourneau sansonnet

    275202372.jpg

    Pic épeiche

    2446892305.jpg

    Rougequeue noir

    293327469.jpg

    Héron cendré, près du Chesne.

    1109238854.jpg

    Gobemouche gris

    3975958617.jpg

    Chardonneret élégant

    2424545245.jpg

    Linotte mélodieuse

    3544109694.jpg

    Fauvette à tête noire (femelle)

    2506961454.jpg

    Mésange bleue

    2268570277.jpg

    Corbeau freux

    136024866.jpg

    Mésange charbonnière

    287639872.jpg

    Pinson des arbres

    2275597326.jpg

    Pic vert

    2023736532.jpg

    Cigogne blanche ( au-dessus du canal, entre Terron et Voncq)

    909730710.jpg

    Geai des chênes

    2560484807.jpg

    Grues cendrées ( près de la gare de Voncq)

    1704116898.jpg

    Troglodyte mignon

    2125975821.jpg

    Grande aigrette ( Marais de Germont)

    4294440330.jpg

    Accenteur mouchet

     

  • Bilan inquiétant de 30 années de comptages des oiseaux en France

    Communiqué de la LPO le 31.05.2021

     Le programme de Suivi Temporel des Oiseaux Communs (STOC) recense l’avifaune française selon un protocole répété chaque année par un réseau d’ornithologues bénévoles répartis sur tout le territoire. Le rapport de synthèse sur plus de 30 ans vient confirmer que de trop nombreuses espèces ont connu un fort déclin au cours des trois dernières décennies. 

    Largement distribués, occupant de nombreuses niches écologiques et présentant des régimes alimentaires variés, les oiseaux sont d’excellents indicateurs de l’état de santé des écosystèmes. C’est pourquoi l’état de conservation des oiseaux est scruté de près depuis plus de trente ans. Les dizaines de millions de données collectées sur le terrain par plus de 2000 observateurs depuis 1989 sont compilées et analysées afin de mesurer l’évolution des populations des 123 espèces d’oiseaux les plus communes en France. 

    Le bilan 1989-2019 publié par la LPO, le Muséum national d’Histoire naturelle et l’OFB est contrasté:  32 espèces sont certes en expansion, comme le Rouge-queue à front blanc ou la Fauvette à tête noire, mais 43 régressent, telles que le Chardonneret élégant, la Tourterelle des bois ou l’Hirondelle de fenêtre. Les autres sont stables ou en trop faible effectif pour déterminer une tendance significative. L'impact du réchauffement climatique est également perceptible : il a par exemple été démontré que certaines populations d'oiseaux se décalent vers le nord pour tenter de rester dans des zones où la température leur convient. 

    Lire la suite

  • Plages : attention on marche sur des oeufs !

    Le Conservatoire du littoral, l’Office français de la biodiversité, l’Office national des forêts, la LPO, Rivages de France et le réseau de la protection de la nature en France appellent à la vigilance !

    L’opération « Attention, on marche sur des œufs ! » vise à sensibiliser les usagers du littoral et les gestionnaires de plages au respect de la faune sauvage qui partage ces espaces souvent touristiques et fréquentés.

    En ce début de printemps, les Gravelots à collier interrompu, Grands gravelots, Sternes naines, Huîtriers-pies et autres oiseaux du bord de mer reviennent de leurs quartiers d’hivernage africains pour se reproduire en France métropolitaine. En Outre-mer, les tortues marines et de nombreuses espèces d’oiseaux de mer pondent également sur les plages.

    Lors du déconfinement de mai 2020, un appel similaire avait permis une mobilisation exceptionnelle afin d’éviter une hécatombe de nids et de poussins installés sur des sites inhabituellement désertés par les humains. En informant le grand public, en alertant les services responsables du nettoyage des plages, en identifiant voire en isolant les nids par un balisage à caractère pédagogique, il a été possible d’épargner la biodiversité littorale menacée.

    Lire la suite