Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

journal

  • Ce que nous sommes par Politis

    Depuis bientôt trente ans, Politis s’efforce de défendre une presse libre et digne. Vous pouvez nous y aider en nous faisant connaître.

    Dès sa création, voilà bientôt trente ans, Politis a fait le choix de défendre une presse libre et digne. Une presse qui n’est pas soumise aux conditions des publicitaires. Une presse qui refuse le sensationnalisme et la démagogie, l’exploitation des haines et des peurs. Nous sommes fiers de maintenir en toutes circonstances ces exigences, mais elles ont un coût. Notre critique sans concessions du néolibéralisme nous éloigne des lieux de pouvoir et de toutes les sources de financement. Notre seul patrimoine, c’est votre confiance, lectrices et lecteurs, et votre engagement à nos côtés. Plus que jamais, dans le contexte difficile du raz de marée électoral du printemps dernier, et en perspective des combats qui s’annoncent, nous avons besoin de vous. Cette page est destinée à vous aider à nous faire mieux connaître auprès de vos amis et de vos proches. À défendre les trois grands principes qui guident notre action : indépendance, engagement, pluralisme.

    Lire la suite

  • Les Ardennes se repeuplent

    Il semblait certain que la faiblesse démographique des Ardennes ait été reconnue comme un fait avéré.

     

    Voici qu'à l'occasion du lancement d'un nouvel hebdomadaire dans le département on apprend le contraire. Philippe Martin est le directeur de image_57355992.jpg"La Semaine des Ardennes", et d'après Le Figaro ,il déclare:

    "Nous avons choisi de nous implanter dans les Ardennes car il s'agit d'une région à l'identité forte, avec un bassin de population important et il n'y a pas d'hebdomadaire régional en place".

     

    "Un bassin de population important", cela se saurait. La région est une des seules à perdre des habitants, et les Ardennes sont les plus touchées par ce phénomène.

    Pourquoi le lancement d'un tel hebdomadaire? D'après notre (toujours objectif) confrère "L'Union", ce serait pour contrer "L'union-L'Ardennais" sur le département.

     

    Le quotidien local et le président du conseil général sont en conflit, le deuxième ne trouvant pas assez soutenu par le premier. Le président Huré serait derrière l'apparition de ce nouveau journal, dont le pari peut paraître osé, surtout dans cette période de crise.

    Alix_VaeVictis_WEB.jpgL'Union affirme que le président du conseil général a fait usage de pression très "amicales" sur des patrons ardennais pour qu'ils investissent dans le nouveau journal.

     

    Le combat risque d'être sans pitié, il suffit de voir le dernier titre du quotidien sur "le Flop du conseil général" : allez bonne lecture à tous et vae victis (malheur aux vaincus)

     


     

     

  • L'An Vert n° 51 en format PDF

    Pour lire le dernier n° de l' An vert, cliquez sur le lien suivant : lanvert

    Bonne lecture 

  • c'est pour demain

    On y arrive, le numéro 51 de L'an Vert sort ce w-end de chez l'imprimeur . Il sera distribué dans toute les boites à lettres de Vouziers dans les jours qui suivent par les bénévoles de l'équipe de rédaction et sympathisants .

    Le journal comporte 8 pages cette fois-ci , les articles sont des originaux qui ne sont pas parus sur le blog . Ce qui ne vous empêchera pas de faire des commentaires si vous le souhaitez .

    En avant-première, une version PDF (format qui reprend la mise en pages ) sera disponible demain en début d'après-midi sur ce blog .

    Elle sera envoyée à une liste d'habitués par mail, dans la journée de samedi. Si vous désirez la recevoir, vous pouvez envoyer votre adresse électronique à lanvert.vouziers@orange.fr

    Vous pourrez l'imprimer chez vous, ou le faire suivre à des personnes intéressées . 

     

    Bonne lecture, nous attendons vos réactions . 

    lee_t.jpg

                                                                               Attention à ne pas lire l'an vert à l'envers