Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

social

  • Mimmo Lucano : « L’histoire, c’est nous »

    Domenico Lucano, est un homme politique italien, ancien maire de Riace, en Calabre. Il se fait connaître pour ses positions favorables à l’accueil des migrants, dont la mise en œuvre redonne vie à Riace dans les années 2000. Cette action lui vaut une lourde condamnation en 2021 : selon la justice italienne, « le modèle Riace n’était rien d’autre qu’une sorte de faux système d’accueil qui a profité des migrants plutôt que de les aider» ( repris de Wikipédia)

    Traduction de la lettre de Mimmo Lucano lue sur la place de Riace, en Calabre, le 3 octobre.

    Il est inutile de vous dire que j’aurais voulu être présent avec vous, non seulement pour les salutations formelles, […] mais pour profiter de cette sensation de spontanéité, pour sentir l’émotion que les paroles créent dans l’âme ; enfin, pour vous remercier un par un, tous, dans une accolade collective forte, avec toute l’affection dont les êtres humains sont capables.

    À vous qui êtes un peuple en route vers un rêve d’humanité, vers un lieu imaginaire de justice, à vous qui mettez votre engagement quotidien pour défier même l’inclémence du temps, je dis merci. Le ciel est traversé par de sombres nuages, les mêmes couleurs, la même vague noire dans les cieux d’Europe, qui bouchent les horizons indescriptibles de cimes, abysses, terres, douleurs et croix, cruauté de nouvelles barbaries fascistes.

    Ici, dans cet horizon, il y a les peuples. Et avec eux les souffrances, les luttes et les conquêtes. Les faits croisent les événements politiques, les problèmes cruciaux de toujours, des menaces d’expulsions renouvelées aux attentats, à la mort et à la répression.

    Lire la suite

  • les parlementaires sauvent l’esprit de la loi sur le devoir de vigilance !

    Paris, 21 octobre 2021 – Nos organisations de défense des droits humains et de l’environnement saluent la décision des parlementaires d’attribuer à un tribunal judiciaire la compétence pour connaître des litiges relevant de la loi sur le devoir de vigilance des multinationales.

    Réunis en Commission mixte paritaire dans le cadre de l’examen du Projet de loi pour la confiance dans l’institution judiciaire, les député.e.s et sénateur.ice.s ont tranché en faveur des droits humains et de l’environnement en se prononçant sur la compétence des tribunaux définie à l’article 34, afin de préserver l’esprit et l’effectivité de la loi sur le devoir de vigilance. Ce débat faisait suite à un dangereux revirement du Sénat, qui, sous la pression des lobbies, avait adopté un amendement confiant au Tribunal de commerce de Paris la compétence pour connaître des contentieux fondés sur cette loi.

    Lire la suite

  • Les Afghanes et Afghans en danger doivent pouvoir obtenir une protection

    Associations engagées ensemble dans la défense des droits fondamentaux, et particulièrement du droit d’asile, nous nous inquiétons des discours remettant en cause la légitimité pour les Afghanes et Afghans de demander asile et protection en France.

    Nous constatons que, depuis la prise de Kaboul par les talibans, des Afghans en France ont fait l’objet de décisions de refus d’asile ou d’obligations de quitter le territoire français.

    Nous rappelons que la très grande majorité des réfugié-e-s afghan-e-s le sont actuellement dans les pays limitrophes et nous estimons que l’Europe et la France doivent prendre toute leur part dans l’accueil de celles et ceux qui doivent fuir un régime de terreur.

    Lire la suite

  • Muriel Pénicaud, directrice de l’OIT ?

    Publié par "Politis" le 06.10.2021

    Le gouvernement a annoncé le 30 septembre la candidature de Muriel Pénicaud à la direction générale de l’Organisation internationale du travail (OIT). L’ex-ministre du Travail, de mai 2017 à juillet 2020, s’est illustrée par un détricotage en règle duthumbnail_wide_medium-43643.jpg code du travail, un rétrécissement sans précédent des droits syndicaux, le plafonnement des indemnités pour licenciement abusif aux prud’hommes et la baisse drastique des allocations-chômage pour les travailleurs précaires. La France voit donc en elle le profil idéal pour diriger le vaisseau de l’ONU chargé de défendre les droits des travailleurs et œuvrer à « la construction d’un nouveau contrat social » à l’échelle planétaire.

    Lire la suite

  • Octobre rose à Vouziers

    Ce vendredi premier octobre a eu lieu  à Vouziers le lancement de la campagne "octobre rose 2021" pour les Ardennes.

    La cérémonie s'est déroulée sur la place Carnot, redécorée pour l'occasion (en rose bien entendu).

    Yann Dugard, le Maire de Vouziers a présenté les actions prévues localement et il a salué le partenariat avec la Ligue contre le cancer pour la mise en place d'un espace sans tabac devant l'école Dora Levi.

    Désiré Nanji représentait le Président de l'intercommunalité à cette inauguration, il a insisté sur l'importance du dépistage précoce pour vaincre le cancer.

    Nadège Lampson a rappelé l’implication de tous les partenaires mobilisés pour cette cause, et elle a souligné le temps fort prévu les 23 et 24 octobre.

    Aurélie Trussardi Régnier, présidente départementale de la ligue contre le cancer, a remercié les acteurs locaux, dont la ville de Vouziers, pour leur rôle dans l'organisation de cette manifestation de lancement. Elle a rappelé les trois piliers sur lesquels repose les succès de la lutte contre le cancer ; les chercheurs, les professionnels de santé, et les citoyens. Leur mobilisation est indispensable pour réussir le dépistage précoce, organisé pour le cancer du sein, le cancer colo-rectal et le cancer du col de l'utérus.

    Des chansons et des danses par des jeunes de Top Jazz ont souligné le caractère festif de ce mois d'octobre rose, qui se veut un hymne à la vie.

    P1550395.JPG

    Aurélie Trussardi Régnier aux côtés de Yann Dugard

    P1550397.JPG

    Lire la suite

  • Comment la législation française bafoue le droit au logement des « gens du voyage »

    Publié dans Bastamag, par Rachel Knaebel

    Ségrégation, discriminations, répression : l’Observatoire pour le droit des citoyens itinérants montre dans un rapport que la France exclue les voyageuses et voyageurs du droit au logement et des politiques urbaines.

    Dans un rapport rendu public le 15 septembre, l’Observatoire pour le droit des citoyens itinérants (ODCI) démontre que la France bafoue largement le droit au logement des voyageuses et voyageurs. Ce rapport décrypte en quoi la législation et la réglementation française conduisent à la ségrégation et à l’exclusion des populations voyageuses, y compris en ne leur accordant pas des droits garantis au reste de la population, comme la trêve hivernale ou l’interdiction des coupures d’eau, ou encore le libre choix de son lieu de résidence.

    Au cœur de ces discriminations, il y a la catégorie juridique même de « gens du voyage », créée en 1972, qui « perpétue la mise à l’écart des voyageurs » : « Cette catégorie est faussement neutre, écrit l’ODCI. Elle exclut les camping-caristes à l’année, les campeurs, les "backpackers" [routards], mais inclut les voyageuses et voyageurs qualifiés de semi-sédentaires ou sédentaires. » Ce qui amène à l’inclusion dans cette catégorie est, selon la loi française, le caractère « traditionnel » de l’habitat mobile. « Les personnes sont assignées à la catégorie “gens du voyage” par les autorités publiques, l’État et les collectivités territoriales sur un critère non-dit, principalement ethnicisant, et caché derrière le terme “tradition” ».

    Lire la suite

  • Le Texas restreint violemment le droit à l’avortement

    Le 1er septembre 2021, la loi anti-avortement TX SB8 entre en vigueur au Texas. Cette loi rétrograde met en danger la vie de milliers de femmes.

     

    Désormais, il est interdit d’avorter au-delà de six semaines de grossesse au Texas. À cette date, la plupart des personnes enceintes ne savent même pas encore qu’elles le sont.

    Cette interdiction va avoir de graves conséquences, en mettant en danger la vie de personnes et en rendant passibles de poursuites des professionnels de santé qui fournissent des soins vitaux. Elle doit être condamnée sans équivoque car elle réduit à néant plusieurs décennies de garanties obtenues pour le bien-être de toutes les femmes, les filles et les personnes enceintes.

    Lire la suite