Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

social

  • Attac 08 fait son cinema

    Basta Capital 28 janvier 2020.jpeg

    Lire la suite

  • Attac 08 fait son cinema

    Basta Capital 28 janvier 2020.jpeg

    Lire la suite

  • Libres et inégaux, naître sans toit en France en 2019

    Elles sont enceintes, jeunes accouchées avec leur bébé dans les bras, souvent seules, étrangères, prises en charge par une maternité française et elles sont sans domicile.

    Nous sommes soignants, travailleurs sociaux, bénévoles ou professionnels, tous au contact quotidien ou presque de la grande précarité. Chaque nouvelle rencontre d’une de ces femmes, chaque nouveau récit sur les solutions de fortune à même le sol d’une salle d’attente de l’hôpital ou de la remise à la rue d’une mère avec son enfant quelques jours après son accouchement, chaque alerte sur le nombre d’enfants qui dorment dehors, nous désespèrent un peu plus par le manque de solutions à offrir.

    Mais aussi tout cela éteint la révolte en nous habituant petit à petit ces situations indignes, sans se rendre compte qu’on finit parfois par tolérer l’intolérable.

    Le Samu social alerte chaque année sur ce constat dramatique dans la 6ème économie mondiale : de plus en plus femmes enceintes et des familles dorment dehors sans solution d’hébergement disponible.

    Le 20 novembre dernier, leur manifeste le rappelait : 700 enfants dorment dans la rue chaque soir à Paris, 160 en Seine-Saint-Denis.

    100 femmes avec un nouveau-né ne trouveraient pas de solution d’hébergement à Paris actuellement.

    Lire la suite

  • La maire de Calais jugée incompétente… pour interdire les distributions de nourriture aux personnes exilées

    Communiqué commun

    Par un jugement rendu ce lundi 16 décembre 2019, le tribunal administratif de Lille a annulé trois décisions prises par la maire de Calais les 2, 6 et 9 mars 2017 dans le but d’empêcher les distributions de nourriture aux exilé-es, alors joliment qualifiées « d’occupations abusives, prolongées et répétées » de la zone industrielle des Dunes, du site du Bois Dubrulle et de la place d’Armes.

    Une décision qui devrait mettre un coup d’arrêt à l’une des mesures les plus honteuses dans la panoplie des pratiques de harcèlement des personnes migrantes toujours en vigueur sur la commune.

    Le 7 février 2017, la maire de Calais opposait un refus à la demande des associations d’être autorisées à mettre en place un nouveau lieu de distribution de repas pour les exilé-es. Par deux arrêtés des 2 mars et 6 mars, elle avait ensuite interdit « des occupations abusives, prolongées et répétées » des différents lieux où s’organisaient ces distributions dans le but d’y faire obstacle. Enfin, par une décision du 9 mars, elle avait rejeté la demande de plusieurs associations visant à être autorisées à occuper un lieu de la zone industrielle des Dunes pour y poursuivre leurs activités de distribution de vivres.

    Lire la suite

  • Marché de Noël du FJEPCS de Vouziers

    fjepcs 11.2019.jpgLe mois de décembre voit se dérouler de nombreux Marchés de Noël, à l'initiative de professionnels ou d'associations. Le FJEPCS de Vouziers maintient cette tradition depuis des années. C'est l'occasion de découvrir le travail des sections de l'association, et de soutenir leurs actions. D'autres associations invitées pour ce jour participent à cette initiative.

    L'inauguration s'est déroulée en présence du Maire de Vouziers et du Sous-préfet de l’arrondissement. La présidente a accueilli les présents à ce moment par quelques paroles de bienvenue. Elle a surtout remercié les bénévoles impliqués dans l'organisation de cette manifestation.

    La chorale des chants marins a animé cette journée, le Père Noël étant bien entendu aussi présent. Les gaufres confectionnées sur place ont contribué à l'ambiance conviviale créée autour de ce moment festif.

    Voici quelques photos de ce marché de Noël.

    Lire la suite

  • Solidarités rurales : l'Argonne récompensée.

    Le Conseil économique social et environnemental régional ( Ceser ) est une assemblée consultative auprès des Conseils régionaux. Sa mission centrale consiste à " (...)donner aux élus régionaux l’éclairage de la société civile organisée sur toutes les affaires pouvant concerner la région." Il a aussi pour " (...)ambition de participer au débat public régional et à la gouvernance territoriale permettant un développement nouveau de la démocratie participative."

    Le CESER Grand Est a pris la succession des 3 CESER antérieurs. Celui de Champagne-Ardenne organisait chaque année le prix Gauby-Lagauche, qui s'est transformé en Prix Régional des Solidarités Rurales depuis la fusion en grande région. Ce prix est organisé sous la forme d'un concours ouvert aux associations, aux groupements, aux entreprises, aux collectivités et à leurs établissements qui, dans les communes rurales de la région Grand Est, œuvrent pour soutenir l’initiative économique, sociale ou environnementale dans le but de dynamiser les territoires ruraux et d’améliorer les conditions de vie des habitants.

    image.jpgDans le palmarès 2019, dévoilé la semaine dernière, on remarque deux associations argonnaises :

    L'association« Pays d’Argonne » aux Islettes (55) reçoit le Prix Spécial Foire de Châlons-en-Champagne(7 000 €) pour son projet Argonne 1792. Il "propose aux visiteurs de marcher sur les pas des armées prussiennes et françaises en revêtant leur uniforme pour suivre les circuits de randonnées qui retracent leurs déplacements.

    Action culturelle et festive visant à promouvoir le territoire en valorisant son Histoire et son patrimoine, Argonne 1792 est un projet de développement local global qui cherche à créer de nouvelles formes de solidarité et de coopération entre tous les acteurs du territoire."

     

     

    Lire la suite

  • En France, des milliers d’enfants à la rue ou dans des hébergements précaires !

    Communiqué commun

    Alors que le pays célèbre le 30e anniversaire de l’adoption de la Convention internationale des droits de l’enfant ce 20 novembre, les associations de solidarité constatent sur l’ensemble du territoire une dégradation de la situation des femmes et des familles avec enfants à la rue ou vivant dans des habitats précaires. Ainsi, à Paris, chaque soir, 700 enfants en famille sollicitent le 115 sans obtenir d’hébergement et vivent à la rue ou dans des habitats précaires. La situation est également dramatique en Seine-Saint-Denis avec chaque jour 160 enfants sans solution et plus de 5000 enfants hébergés à l’hôtel, dont la moitié ont moins de 3 ans.

    Faute d’hébergement pérenne et d’accès au logement, 20 000 mineurs-es sont actuellement hébergés à l’hôtel en Ile-de-France, dans une situation de précarité extrême. Leurs besoins fondamentaux tels que l’accès aux soins, à une alimentation équilibrée, à la scolarité, aux loisirs, n’y sont pas satisfaits, laissant alors parfois des enfants séparés de leur famille du fait de l’inadaptation des solutions d’hébergement. La situation de ces enfants, contraints de dormir dans la rue ou dans des abris de fortune est intolérable !

    Lire la suite