Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

amnesty international

  • Iran : les manifestations depuis la mort de Mahsa Amini violemment réprimées

    Le décès d’une jeune femme, arrêtée par la « police des mœurs » pour port du voile non conforme à la loi, a embrasé la jeunesse iranienne. Des protestations se répandent dans tout le pays et sont brutalement réprimées par les autorités iraniennes.

     

    Le drame de trop. Mahsa (Zhina) Amini est devenue un symbole de l'oppression des femmes exercée par la République islamique d'Iran et de la brutalité du régime.

    « Femmes, vie, liberté ! », voici l’un des slogans scandés dans les rues iraniennes. À cette vague de protestation largement pacifique, les autorités répondent par la violence pour réprimer les manifestants. On compte déjà huit morts et des centaines de blessés.

    Elle s’appelait Mahsa Amini  

    Elle avait 22 ans. Le 13 septembre, alors qu’elle visite Téhéran avec sa famille, la jeune kurde-iranienne est arrêtée arbitrairement par la « police des mœurs ». Elle porte mal son voile. Elle est alors embarquée par cette unité spéciale chargée de faire respecter des règles vestimentaires strictes, en vertu de la législation abusive, dégradante et discriminatoire imposant le port du voile pour les femmes depuis la révolution islamique de 1979.

    Des témoins expliquent que Mahsa Amini a été violemment battue lors de son transfert forcé dans un centre de détention à Téhéran. Elle tombe dans le coma et est transférée à l'hôpital. Elle décède trois jours plus tard. Sa mort embrase le pays.

    Depuis, la colère de la jeunesse iranienne explose. Le visage de Mahsa Amini est partout, son nom est scandé dans les rues. Des gestes symboliques accompagnent la protestation : des femmes se filment sur les réseaux sociaux en train de se couper les cheveux, d’autres vont jusqu’à brûler leur voile dans les rues.

    4da2a8ec-807b-45cc-aa4b-fecf33e26a7c_Mahsa_TW.png?auto=compress,format

    Lire la suite

  • Russie : des lois pour réduire au silence les voix anti-guerre

    Alors que la Russie poursuit sa guerre contre l'Ukraine, elle mène également une bataille sur le "front intérieur". Les cibles : les étudiants, avocats, journalistes, artistes s'exprimant contre la guerre en Ukraine. Beaucoup sont aujourd’hui en prison. Analyse de l’arsenal législatif déployé par le Kremlin pour faire taire les voix critiques.

    Dès les premiers jours de l’invasion russe de l'Ukraine, les autorités ont réprimé des milliers de manifestants pacifistes et se sont attaqués à de nombreux médias indépendants.

    Très vite, le Kremlin a déployé de nouvelles lois afin d’incriminer toute voix critiques remettant en cause le récit officiel imposé par le régime de Poutine. Résultat : des opposants politiques, artistes, journalistes et simples citoyens ayant exprimé publiquement leurs opinions sont aujourd'hui en prison. Nous appelons à leur libération immédiate et inconditionnelle.

    LES FAUSSES INFORMATIONS DU KREMLIN DEVIENNENT LA VÉRITÉ ABSOLUE

    En Russie, des dizaines de personnes risquent jusqu'à dix ans d'emprisonnement, voire davantage, pour avoir diffusé ce que les autorités qualifient de " fausses informations sur les forces armées ", un nouveau crime introduit dans la loi pour réprimer les personnes critiques de la guerre. 

    Quelques jours après l'invasion, les membres de la Douma ont amendé un ancien projet de loi et ont, notamment, introduit plusieurs articles criminalisant la diffusion de « fausses informations » concernant les forces armées russe ainsi que toutes les expressions d'opinions critiques à l'égard des autorités russes, de leurs actions et de leurs politiques.  

    Article 207.3 concernant la "'diffusion publique d'informations sciemment fausses sur l'utilisation des forces armées russes"

    Article 280.3 concernant les "actions publiques visant à discréditer les forces armées russes"

    Article 284.2 concernant les "appels à l'introduction de mesures restrictives contre la Fédération de Russie, ses citoyens ou ses entités juridiques"

    La loi a été promulguée par le président Vladimir Poutine et est entrée en vigueur le 4 mars 2022. Cette procédure éclair a empêché tout débat public sur les amendements et a démontré que les autorités ne toléreraient aucune critique de la guerre en Ukraine. Le 25 mars 2022, les législateurs ont encore modifié l'article 207.3 afin de criminaliser la "diffusion d'informations sciemment fausses", non seulement au sujet des forces armées russes, mais aussi de tout organisme d'État russe agissant à l'étranger.  

    Lire la suite

  • Salah Hamouri dans le dédale carcéral de la détention administrative en Israël

    Ce lundi 5 septembre, une cour militaire doit décider de reconduire ou non la détention de Salah Hamouri, avocat franco-palestinien emprisonné sans jugement depuis déjà six mois. Jean-Claude Samouiller, président d'Amnesty International France, et Elsa Lefort, épouse de Salah Hamouri et défenseure des droits humains, demandent sa libération immédiate.

    C'est un scénario qui semble inimaginable, sauf pour ceux qui le vivent au quotidien. Chaque matin, dans les territoires palestiniens occupés, vous risquez d’être réveillé par l’intrusion de l’armée à votre domicile, ou arrêté lorsque vous vous rendez à votre travail, sans qu’aucune charge ne vous soit notifiée. Une juridiction militaire décide alors que vous représentez « une menace pour la sécurité », et vous place en « détention administrative » pendant trois mois. Sans jugement. Sans preuve. A peine une suspicion.

    Un cauchemar ? Une fiction dystopique digne d’un série B ? Non, il s’agit d’une réalité contre laquelle se débat Salah Hamouri, ce franco-palestinien lui-même détenu depuis maintenant plus de six mois, sans qu’aucune de nos démarches auprès des autorités israéliennes n’ait pu aboutir pour le faire libérer. Le 26 juillet dernier, les conditions de détention de Salah Hamouri se sont durcies.

    Il a été transféré dans la prison d’Hadarim en guise de mesure punitive, à la suite d’une lettre qu'il a écrite à Emmanuel Macron pour lui demander d'intervenir sur son cas. Aujourd'hui, sa cellule est sous vidéosurveillance et il doit faire face à de nombreuses fouilles nocturnes. Le 5 septembre prochain, une cour militaire va se réunir, pour décider de reconduire ou non sa détention. Toujours sans charge officielle, ni procès équitable. Sa femme et ses deux enfants, qui vivent en France, sa famille à Jérusalem ainsi que tous ses proches sont ainsi maintenus dans l’incertitude d’une décision aussi expéditive qu’arbitraire.

    Lire la suite

  • Arabie saoudite : condamnée à 34 ans de prison pour des tweets

    Publié le 19.08.2022 par Amnesty International

    En Arabie saoudite, Salma Al-Chehab, une doctorante de 34 ans, a été condamnée à 34 ans de prison pour son militantisme sur Twitter. Ce jugement inacceptable est un énième exemple de la répression féroce en cours dans le pays contre les militants et militantes pacifiques.

     

    Salma Al-Chebab a été prise pour cible pour avoir utilisé Twitter afin de suivre, de discuter et de soutenir des défenseures des droits des femmes, parmi lesquelles Loujain al-Hathloul. Cette dernière avait été emprisonnée à l’issue d’un procès contraire aux règles d’équité les plus fondamentales devant le Tribunal pénal spécial, pour « espionnage pour des instances étrangères » et « conspiration contre le royaume ». Loujain al-Hathloul a bénéficié d’une libération conditionnelle en 2021, mais se trouve toujours sous le coup d’une interdiction arbitraire de voyager.  

    Pour sa part, Salma Al-Chebab a dans un premier temps été condamnée à six ans de prison à la mi-2022. Après son audience d’appel devant le Tribunal pénal spécial le 9 août 2022, un juge a prononcé contre elle une peine de 34 ans de prison à l’issue d’un procès manifestement inique. Ce jugement sera ensuite suivi d’une interdiction de voyager d’une durée de 34 ans à compter de la date de sa libération. 

    Salma al Chehab n’aurait pour commencer jamais dû être condamnée, mais faire passer sa peine de six à 34 ans de prison au terme d’un procès inique montre que les autorités ont l’intention de faire d’elle un exemple dans le cadre de leur répression implacable contre la liberté d’expression. Elle doit être libérée immédiatement et sans condition. Les autorités saoudiennes doivent lui permettre de retrouver sa famille et de poursuivre ses études au Royaume-Uni.

    Lire la suite

  • Sous le régime taliban, une année de terreur pour la population afghane

    Il y a un an, le 15 août 2021, les talibans ont pris le contrôle de l’Afghanistan. Depuis, le régime a réduit à néant les maigres progrès accomplis en faveur des droits des femmes et drastiquement restreint les droits à la liberté de réunion et d’expression. Ce triste anniversaire nous permet de remettre en lumière la menace qui pèse sur des millions d’Afghans, et surtout d’Afghanes.

    Il y a un an, les talibans se sont publiquement engagés à protéger et promouvoir les droits humains. Pourtant la vitesse à laquelle ils réduisent à néant 20 années d’avancées en matière de droits humains est effrayante. Tout espoir de changement s’est vite évaporé, les talibans s’étant employés à gouverner par la répression violente en toute impunité. 

    Détentions arbitraires, torture, disparitions et exécutions sommaires sont de nouveau à l’ordre du jour. Les femmes et les filles ont été privées de leurs droits et font face à un avenir bien sombre, dans lequel elles sont privées d’éducation et de participation à la vie publique.

    La liberté d’expression et de réunion attaquées

    Nos recherches ont permis de mettre en lumière un recours à une force excessive par les forces de sécurité des talibans lors de leurs opérations de maintien de l’ordre visant à imposer une interdiction des manifestations pacifiques. Dans plusieurs grandes villes, les forces de sécurité ont balayé les manifestations pacifiques en frappant des manifestants non armés et en leur tirant dessus. 

    Cette répression vise les défenseurs des droits humains et les militants de la société civile, dont un grand nombre ont été harcelés, menacés, arrêtés, voire tués en raison de leur travail de défense des droits humains.  

    La liberté de la presse est également attaquée. Le 19 septembre 2021, le Centre d’information et des médias du Gouvernement (GMIC), contrôlé par les talibans, a publié une ordonnance aux formulations vagues interdisant aux journalistes de publier des articles « contraires à l’islam » ou « insultant des personnalités nationales ».  

    Au cours de l’année écoulée, plus de 80 journalistes ont été arrêtés et torturés pour avoir couvert des manifestations pacifiques.

    Lire la suite

  • Mondial 2022 : un ballon pour le Qatar

    Du 5 au 7 août 2022, lors du premier festival "Semeurs Fest", qui s'est tenu sur le site de la Carrière à Fégréac, les militants du groupe de Redon organisaient une action symbolique d’envergure, afin d’alerter sur les violations des droits des milliers de personnes migrantes exploitées au Qatar dans le cadre du mondial 2022. Témoignage de Martin Vincent, coordinateur de cette action pour notre groupe local de Redon.

     

    Nous nous étions donné rendez-vous en milieu de matinée, à la Carrière de Fégréac (tout près de Redon) avec tout le matériel habituel : tracts, pétitions, T-shirts avec le logo Amnesty, barnum, et drapeaux... et puis un accessoire un peu hors du commun : un gigantesque ballon de papier jaune et noir, de 5 mètres de haut, construit en papier de soie par une association qui porte un nom plein de promesses "les semeurs d'étoiles".

    Il faut dire que le "Semeurs fest" (festival qui nous accueillait ce jour-là) était lui aussi peu banal. Il s'agit d'un rassemblement d'amateurs de lancers de ballons-montgolfière en papier venant de toute la France, et même pour certains de Colombie, du Mexique et du Brésil.

    Nous étions une petite dizaine de militants d'Amnesty, et nous avions une journée pour aller à la rencontre des festivaliers pour parler du Qatar, et bien entendu faire signer un maximum de pétitions. Nous avions également préparé une "pétition volante" : un grand drapeau de papier que nous faisions dédicacer, avec de petits messages ou des dessins personnels, et qui était destiné à être accroché à notre ballon.

    Lire la suite

  • Les autorités polonaises créent un climat anti-LGBTI dans le pays

    Publié le 04.08.2022 par Amnesty International

    Les autorités polonaises ciblent les personnes LGBTI à coups de discours stigmatisants. Quand celles-ci tentent de s’exprimer, notamment dans la rue, elles sont réprimées. C’est ce que conclue notre nouvelle enquête sur le terrain. 

    Depuis 2019, la situation des personnes LGBTI s'est rapidement détériorée en Pologne. Les politiques et les discours hostiles se sont multipliés à leur encontre, y compris de la part de responsables de haut niveau.  

    Certaines collectivités locales ont adopté des résolutions ouvertement homophobes, comme la création de « zones sans LGBTI ». Ces zones ne sont pas juridiquement contraignantes mais elles restent nuisibles car elles alimentent le climat d'hostilité envers les personnes LGBTI vivant dans ces régions. 

    De moins en moins d’espace pour revendiquer les droits des personnes LGBTI 

    Les personnes LGBTI et leurs alliés qui manifestent courageusement pour leurs droits subissent les attaques de contre-manifestants homophobes sans que la police n’intervienne. Lors de plusieurs prides à Bialystok, Gniezno et Lublin, des manifestants ont ainsi été attaqués sans être protégés de manière adéquate par la police. 

    Lire la suite