Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

alternatiba

  • TOP 10 des raisons de marcher pour le climat le 14 mars

    Le 14 mars sont organisées de nouvelles mobilisations pour le climat partout en France. De nombreuses organisations écologistes, dont Alternatiba, appellent à se mobiliser le samedi 14 mars. Des marches sont organisées dans plus de 120 villes en France. A la veille des élections municipales, l’équipe de la campagne Alternatives Territoriales te donne le Top 10 des raisons de marcher pour le climat !

    #1 Pour rappeler une dernière fois à nos candidat·es aux municipales que 50 à 70% des solutions pour le climat se situent à l’échelle locale

    Ce n’est pas nous qui le disons (enfin si, aussi), c’est le PNUD ! Pour que les élu·es soient aussi au courant, depuis plusieurs mois les groupes Alternatives Territoriales rencontrent les candidat·es, analysent leurs programmes et font des actions symboliques pour obtenir de vrais engagements de leur part. A la veille des élections, c’est l’occasion de leur faire savoir que nous resterons là pour nous assurer qu’ils et elles agissent pour changer les territoires et pas le climat.

    #2 Parce que c’est le #DernierMandatPourLeClimat

    Pour limiter le réchauffement global à +1,5°C, il faut inverser les tendances des émissions de gaz à effet de serre dès maintenant : le GIEC précise ainsi que d’ici à 2030 des mesures radicales doivent être prises si nous voulons rester sous la barre des +1,5 °C degrés ! Nous ne pouvons plus attendre six années de plus pour que nos maires se mettent au travail !

    #3 Parce que c’est l’activité militante et physique du week-end 

    Tu as sûrement prévu d’aller voter dimanche, après avoir étudié les positions de chaque candidat·e sur le vélo en ville, les grands projets inutiles ou encore les cantines scolaires… C’est super, bravo ! Mais c’est un peu court non ? Il te faut une activité de plein air, et quoi de mieux que quelques kilomètres de marche, dans une rue sans voiture et en bonne compagnie ?

    #4 Parce que si tu n’as pas encore rencontré le groupe Alternatives Territoriales de ta ville, c’est l’occasion ou jamais !

    Plus de 120 collectifs engagés dans la campagne Alternatives territoriales se mobilisent toute l’année aux quatre coins de la France. Regarde sur notre carte quel collectif se trouve près de chez toi, et, s’ils se mobilise, retrouve-les à la Marche samedi 14 ! Tu les trouveras sûrement cachés derrière une banderole de ce type =>

    Lire la suite

  • Le 14 mars, la veille des élections municipales, réclamons le droit à notre avenir.

    Communiqué d'Alternatiba le 12.02.2020.

    Les élections municipales vont renouveler les maires des 35000 communes de France, les 15 et 22 mars 2020. Un an après les marches historiques du 15 et 16 mars pendant lesquelles nous étions plus de 550 000 dans la rue partout en France, nous marcherons pour le climat le samedi 14 mars à la veille des municipales. Car face à l’inaction et aux reculs, nous ne n’attendrons plus. Nous devons et nous pouvons transformer nos territoires dès maintenant.

    En 2018, par dizaine de milliers dans la rue, nous avons tiré la sonnette d’alarme. Jeunes, familles, habitant·es des quartiers populaires, gilets jaunes, syndicalistes, femmes, nous avons manifesté et agi pour dire haut et fort notre volonté de changer le système et pas le climat. 

    En 2019, plus que jamais nous avons vu avec nos yeux les effets dramatiques du changement climatique : inondations et sécheresse en France, l’Amazonie ravagée par la main de l’homme, l’Australie et sa biodiversité sombrer dans les flammes. Mais en plus de l’aggravation du dérèglement, nous avons vu aussi à quel point l’Etat peut être cynique face à la souffrance de nos millions de concitoyen·nes vivant les catastrophes écologiques causées par des décennies d’industrialisation aveugle sur le dos des plus démunis. De la catastrophe de Lubrizol aux écroulements d’immeubles à Marseille, en passant par la pollution de l’air qui s’élève à première cause de mortalité dans notre pays, nous voyons bien que le système est à bout de souffle et celleux qui ont gouverné jusqu’ici sont impuissant·es voire méprisant·es vis à vis du danger qui pèse sur nos vies. 

    Lire la suite

  • Élections Municipales : il est venu le temps d’agir

    Communiqué d'Alternatiba, d'Action Non-Violente COP21 (ANV-COP21) et de Réseau Action Climat.

    Oyez oyez citoyen.nes,

    Alternatiba, Action Non-Violente COP21 (ANV-COP21) et le Réseau Action Climat allient leurs forces dans le cadre de la campagne Alternatives Territoriales afin de lancer une série de journées d’action jusqu’en mars pour mettre le climat au cœur des élections municipales !

    Les festivités débuteront dès le lundi 16 décembre avec un goûter à la sortie des écoles ! Cet évènement qui se veut convivial marquera le début de la séquence et aura pour but d’engager les candidates et candidats dans une politique alimentaire respectueuse de l’environnement et de notre santé. Autour d’un chocolat chaud équitable et d’une part de gâteau local, devant les enfants et les parents d’élèves, nos groupes locaux défendront leurs revendications : repas végétariens à la cantine, aide à l’installation de jeunes agriculteurs en bio, sanctuarisation des terres agricoles… sont autant de mesures sur lesquelles les candidates et candidats pourront se positionner !

    ALTER-RAC-650x650-V9.jpg

    Lire la suite

  • Une stratégie imposée par la force

    Communiqué d'Alternatiba Paris le 27.09.2019.

    Samedi 21 septembre, à Paris, la Marche pour le climat et la justice sociale a été perturbée par des affrontements violents, pour la première fois depuis le début de la dynamique des marches. Nous avons immédiatement dénoncé les violences complètement disproportionnées de la police à l’égard des manifestant-e-s. Mais ce jour-là, nous avons tou.te.s aussi subi les agissements d’une minorité qui a imposé son choix tactique à l’ensemble de la mobilisation.

    Plus de 90 organisations diverses impliquées dans l’organisation et appelant à la marche ont fait le choix d’un consensus non-violent de mobilisation, qui a été publié sur les réseaux sociaux avant chaque marche. C’est par ce dispositif que des familles, des enfants, des personnes âgées, des personnes nouvellement engagées peuvent participer en toute confiance à ces événements.

    Mais ce 21 septembre à Paris, la marche pour le climat a été infiltrée par des centaines de Black blocs venus délibérément imposer par la force leur propre stratégie d’affrontements violents, de manière anti-démocratique, à des dizaines de milliers de personnes qui n’étaient pas consentantes. Ces Black blocs ont semble-t-il répondu à des appels explicites à déborder les manifestations que nous organisons (1).

    Alternatiba et ANV-COP21 n’ont jamais cherché à empêcher d’autres mouvements de développer d’autres types de stratégies que la nôtre. Mais nous ne pourrons jamais accepter que d’autres mouvements nous imposent par la force leur propre stratégie.

    Les affrontements violents qui ont perturbé cette marche pour le climat ont mis en danger de très nombreuses personnes dont la plupart n’étaient absolument pas préparées à ce type de situation.

    Pris dans un mouvement de foule, confinées sur le boulevard Saint Michel, gazées, empêchées de se mettre à l’abri, familles, enfants, jeunes et personnes âgées ont été la cible des forces de l’ordre qui ont déclenché une répression disproportionnée et généralisée sur l’ensemble des participant-e-s en se saisissant du prétexte des incidents. Il sera difficile pour un certain temps de faire revenir ces personnes qui étaient venues en faisant confiance au cadre non-violent des marches.

    Lire la suite

  • Camp Climat 2019 : le mouvement climat confirme sa montée en compétence

    Communiqué d'Alternatiba le 13.09.2019

    Le Camp Climat organisé par Alternatiba, les Amis de la Terre et Action Non-Violente COP21 (ANV-COP21) à Kingersheim (Alsace) s’achève sur un bilan extrêmement positif : pendant douze jours de formations, plus de mille participants, majoritairement jeunes, ont suivi un programme axé sur la mise en pratique immédiate et le partage de stratégies. Ce pari audacieux confirme la montée en puissance et en compétence du mouvement climat. Dans un contexte de catastrophes climatiques qui marquent l’été 2019 (incendies massifs, tempêtes de grêle au Mexique…), l’exercice aura permis de préparer une rentrée militante qui s’annonce chargée.

    300 sessions de formations 

    Du 1er au 10 août, les participants ont pu assister à des formations assurées par 155 intervenants bénévoles sur différentes thématiques de la mobilisation climat. Un programme diversifié allant des techniques de blocage non-violentes à l’élaboration d’une stratégie, en passant par l’usage des réseaux sociaux ou la réalisation de banderoles. Ces ateliers étaient complétés par des tables rondes politiques, où différentes personnalités comme Didier Lestrade, fondateur d’Act Up-Paris, ou encore Cyril Dion, réalisateur, ont pu échanger sur la désobéissance civile, la construction d’un récit mobilisateur ou encore les luttes locales. Grâce à une organisation collective minutieuse, le Camp Climat a fonctionné sur la base du bénévolat de tous les participants, permettant notamment de servir en moyenne 1 800 repas par jour, d’assurer une ambiance bienveillante et de proposer un programme ouvert à tous chaque soir.

    Lire la suite

  • G7 : Appel à une marche des portraits

    Dimanche 25 août à 10h dans le centre ancien de Bayonne

    Les mouvements Alternatiba, ANV-COP21 et Bizi organisent une “marche des portraits” pour le climat et la justice sociale le dimanche 25 août à 10h00 dans le centre ancien de Bayonne, à l’occasion de la tenue du G7 à Biarritz.

    Nous appelons toutes les personnes exigeant des politiques cohérentes avec les grands et beaux discours sur le climat et la justice sociale, et prêtes à se mobiliser de manière exclusivement non-violente, à participer à cette marche. Elle convergera vers une conférence de presse géante qui se tiendra à 10h30 dans un lieu du centre ancien qui sera rendu public à 10h00 (suivre le hashtag #DécrochonsMacron ou rester attentifs aux messages diffusés ce matin-là dans le centre ancien).

    Lire la suite

  • Climat: l’heure de vérité

    Extraits d'un article publié par Alternatiba.

    (…)

    On a planté

    Si le dérèglement climatique gagne inexorablement du terrain, c’est parce que ses responsables sont encore en position de force. Or, il n’y a malheureusement pas de haricot magique permettant de faire pousser d’un claquement de doigts un mouvement apte à renverser la table et à construire une alternative pérenne. C’est pour ça que ces dernières années, il a fallu travailler le terreau, l’amender, semer et planter les graines permettant l’éclosion d’un tel mouvement. Construire le rapport de force est un travail de longue haleine, souterrain et silencieux. C’est ce qui le rend en grande partie invisible. On pourrait rétorquer : “mais face à l’urgence climatique, nous ne pouvons pas nous payer le luxe de la patience !” C’est vrai, et c’est ce dosage entre urgence et nécessité de construire des bases solides qu’il convient sans cesse de trouver. Car pour inverser des situations qui nous sont défavorables sans épuiser ressources et militant⋅e⋅s et sans se solder par un échec, il faut faire une analyse honnête de la situation, et des paliers à franchir. On ne gravit pas l’Himalaya d’une traite sans reprendre des forces au camp de base.

    Or, en 2013, le mouvement climat français cuvait une “gueule de bois” post-Copenhague. Malgré une forte mobilisation internationale pour le climat à la COP15 de Copenhague en 2009, aucun accord n’avait été trouvé, ce qui avait démobilisé et démoralisé bon nombre de militant⋅e⋅s. C’est dans ce contexte de Berezina climatique qu’est née la dynamique Alternatiba. Le mot d’ordre ? “Changeons le système, pas le climat” pour affirmer la nécessité d’un changement radical du système actuel, premier responsable du dérèglement climatique. Le pari ? Impulser de nouvelles mobilisations populaires sur le climat en organisant 10, 100, 1000 “villages des alternatives” partout sur le territoire en amont de la COP21 de 2015. Ces événements permettaient non seulement de montrer le jour J que les alternatives pour lutter contre le système existaient, mais leur préparation était également l’occasion de renforcer les liens, sur chaque territoire, entre les porteurs d’alternatives, pour donner corps à une nouvelle dynamique collective. Puis, une deuxième branche a poussé avec la naissance du mouvement ANV-COP21, dont l’objectif était d’organiser des actions de désobéissance civile de masse sur le climat en affirmant une ligne 100 % non-violente. Deux ramifications qui se voulaient complémentaires au précieux travail mené par nos alliés.

    (…)

    Dans ce terreau pouvaient ainsi être semées plusieurs graines. Grâce aux nombreux villages, mais aussi aux deux Tours Alternatiba qui ont sillonné le territoire, à des événements ponctuels ou à l’établissement de lieux alternatifs, les “alternatibases” servant de hub et de base arrière aux mobilisations, des groupes militants sont nés, se sont structurés et renforcés dans tous les territoires. Une attention particulière a été (et est toujours) dédiée à la montée en compétence de tou⋅te⋅s : par la pratique, évidemment, mais aussi grâce à un programme de formation continue, aux camps de formation estivaux (Camps Climat) et aux coordinations européennes, qui sont autant de temps de rencontre, de débat et de discussion au sein du réseau sur les objectifs du mouvement.

    En parallèle, un travail de fond est mené pour transformer les territoires : formation au plaidoyer, stratégies gagnantes pour agir sur les politiques locales et renforcer le rapport de force citoyen sont en train d’être déployés un peu partout. Enfin, la résistance est constitutive de la genèse du mouvement. Que ce soit pour arracher le changement de politique d’une banque, ou pour faire grandir le rapport de force, nos stratégies intègrent le passage à la désobéissance civile 100 % non-violente en proposant plusieurs niveaux d’engagement pour permettre à chacun⋅e de contribuer en fonction de ses appétences et contraintes. Le récent blocage inédit de la Défense par 2030 citoyen⋅ne⋅s et plusieurs organisations fut l’occasion de démontrer que la massification de la désobéissance civile est possible. La multiplication des décrochages de portraits de Macron dans les mairies, loin d’être un jeu, est l’opportunité de taper où ça fait mal : en s’attaquant aux symboles, ce qui a provoqué une répression judiciaire disproportionnée, les militant⋅e⋅s ont dénoncé la vacuité de la politique gouvernementale et popularisé les véritables mesures qu’il faudrait mettre en place, même si le coût à payer se compte en gardes à vue et en procès.

    Lire la suite