Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

collectivité locale

  • Vouziers intoxiqué ?

    Le monde de la finances n'a pas fini de nous révéler tous ses secrets et toutes ses astuces.

    Le journal Libération consacre ce jour un dossier aux emprunts toxiques que les collectivités territoriales ont contractés.

     

    Plusieurs banques dont Dexia ont fait souscrire aux communes des emprunts avec des modalités de dexia-einstein.jpgcalcul très complexes pour le taux d'intérêt.

    Actuellement certaines devises montent (Franc suisse par exemple), les taux de référence varient et au total les sommes à rembourser peuvent augmenter considérablement.

    La ville de Vouziers est citée dans l'enquête de Libération, parmi des dizaines d'autres. Heureusement notre commune est peu endettée, et ses emprunts ont été renégociés il y a peu de temps, avec l'aide d'un cabinet spécialisé.

    D'après l'article du journal, Vouziers serait concerné pour un seul contrat auprès de Dexia. Cet emprunt de 336 000 euros entraînerait un surcout de 39.000 euros, l'échéance finale étant fixée en 2022.

    Cette somme sera à la charge de la ville, mais son payement s'étalera sur plusieurs années budgétaires.

    Au total, on peut voir que cette situation ne met pas du tout en péril les finances de la ville.

     

    Ce n'est pas la même chose pour d'autres communes, dont certaines de la région, qui sont confrontées à des surcouts beaucoup plus importants.

    Dette_Toxique.jpgCitons dans le département Fumay (2 000 000 d'euros), Givet (2 597 000 euros) ou bien hors département Romilly sur Seine (4 491 000 euros ).

    Des difficultés sérieuses sont donc à prévoir pour ces collectivités, sans pouvoir attendre d'aide de l'état ou des départements déjà bien endettés ou encore moins des banques dont la situation est actuellement délicate.

    La préparation des budget 2012 va constituer un sérieux casse-tête pour ces communes qui vont payer au prix fort les "bons conseils" des banques.