Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

politique nationale - Page 4

  • Expulsions à Notre-Dame-des-Landes : la réaction de FNE

    France Nature Environnement et ses associations membres des Pays de Loire et Bretagne dénoncent une opération de manipulation médiatique qui fragilise le dialogue engagé avec l’ensemble des acteurs locaux autour du projet de territoire.

    L'intervention en cours à Notre-Dame-des-Landes, à l'initiative de l'Etat, risque de compliquer la recherche de solutions pérennes, respectant le droit. Elle se déroule sous le signe prioritaire de la communication, et ne s'imposait pas dans ces délais ni sous cette forme. Alors que le dialogue commençait à bien s’enclencher entre toutes les parties, il n’y avait aucune urgence à une intervention au nom d’un soi-disant « État de droit ». Cette analyse a été transmise vendredi dernier par le président de France Nature Environnement à plusieurs membres du gouvernement, au Premier Ministre et au Président de la République. France Nature Environnement n’a pas été entendue et est aujourd’hui très inquiète.

    Lire la suite

  • FJEP/CS : le lien toujours au cœur du projet associatif

    Ce vendredi, l'Assemblée Générale du FJEP/CS s'est tenue dans la salle des fêtes de Vouziers. Une centaine de personnes étaient présentes, signe de l'implication des adhérents et de l'intérêt des partenaires pour les actions de l'association.

    Une bonne partie de la réunion a été consacrée à l'étude des nouveaux statuts. On ne retrouve pas de changements fondamentaux dans cette version actualisée, qui sera plus en phase avec le fonctionnement actuel du FJEP.

    L'adoption de ces nouveaux statuts a été aussi l'occasion de valider le nouveau nom de l'association. Après de nombreuses discussions et réunions, une proposition a été retenue. L'assemblée générale a approuvé ce changement, tout relatif. On devra désormais dire FJEPCS pour Familles Jeunes Education Projets Citoyens et Solidaires, accolé au nom "La Passerelle". Il faudra probablement du temps pour que cette dénomination s'impose dans les faits, tant le sigle FJEP est inscrit dans la mémoire collective.

    Lire la suite

  • Dénoncer le risque nucléaire : ils l’ont fait pour nous

    Les militants et militantes de Greenpeace ont récemment pris des risques pour dénoncer le manque de sécurité des centrales nucléaires d’EDF. Avec deux intrusions en six semaines à l’automne 2017, ils ont agi en lanceurs d'alerte et ont mis le doigt sur une vérité qui dérange EDF. Ils l’ont fait pour nous. Nous vous proposons d’agir pour les remercier de leur engagement.

    « Pourquoi nous ne ferions pas un peu comme aux Etats-Unis ? Ne pas se poser de questions quand il y a une intrusion et tirer. » Ces propos ont été tenus le 22 mars dernier, à l’Assemblée nationale, par la députée LREM Perrine Goulet lors de l’audition du ministre de l’Intérieur Gérard Collomb par la Commission d’enquête parlementaire sur la sûreté et la sécurité nucléaires.

    Pour Greenpeace, de telles déclarations sont graves et indignes d’une élue de la République. Nous avons donc décidé de ne pas laisser passer cela et avons déposé une plainte pour incitation au meurtre.

    Lire la suite

  • Montagne d'Or : un débat public capital pour l'avenir de la Guyane

    Communiqué de FNE le 03.04.2018

    Un débat public utile pour démontrer la non-pertinence de l’exploitation minière du site de la Montagne d’Or images?q=tbn:ANd9GcQDkC84rgsmGSQfL8PIk1A61RyEgsil4rOUsEuFfvxiT7WAl7eQBwen Guyane ? Le 7 mars s’est ouvert pour 4 mois le débat public sur le projet de méga mine d’or en Guyane, sur demande de France Nature Environnement. L’industriel s’y prête, contraint et de mauvaise grâce car c’est l’occasion en Guyane comme en métropole de soulever les faiblesses technologiques et sociales du projet ainsi que le désastre écologique que l’exploitation de la Montagne d’Or représenterait. Alors que la première réunion publique se tient aujourd’hui à St Laurent du Maroni, France Nature Environnement et Guyane Nature Environnement font le point sur les enjeux sociaux, sanitaires et environnementaux liés à la Montagne d’Or et rappellent qu’un autre projet de territoire est possible.

    Un choix de société déterminant pour l’avenir de la Guyane

    Le gigantisme de ce projet minier en pleine forêt amazonienne, les enjeux économiques, sociaux et environnementaux de la Guyane posent le grave problème du choix de développement du territoire. Soit parier sur le court terme et l'apparente facilité en misant sur l’exploitation aurifère industrielle non durable, soit proposer un développement pérenne du territoire qui préserve les particularités et les valeurs de la Guyane et sert l'ensemble de la population.

    Lire la suite

  • Entrainement intensif

    sine mensuel 04.2018.jpg

    Dessin de LB pour Sine Mensuel

  • Loi de sécurité intérieure d’octobre 2017 : les risques de dérapages pointés par le Conseil constitutionnel

    Communiqué LDH 30.03.2018

    La loi de sécurité intérieure du 30 octobre 2017, qui succédait au régime d’exception de l’état d’urgence, a été examinée par le Conseil constitutionnel par l’intermédiaire de quatre questions prioritaires de constitutionnalité (QPC) déposées à l’initiative de la Ligue des droits de l’Homme (LDH).

    Sa décision, rendue quelques jours après les attaques terroristes meurtrières de Carcassonne et de Trèbes, confirme une tendance lourde d’affaiblissement de la justice et des libertés en cautionnant des mesures de suspicion généralisée et la primauté de la police administrative en matière de lutte contre le terrorisme, en dépit de résultats douteux.

    La LDH souligne les sérieuses alertes du Conseil sur les risques de dérives, de stigmatisation et d’arbitraire, qu’elle avait pointés. Elle se félicite ainsi du rappel ferme au principe de non-discrimination des contrôles d’identité dans les périmètres de sécurité décidés au bon vouloir des seuls préfets. Elle note avec satisfaction l’exigence posée d’un encadrement, par des officiers de police judiciaire, des agents de sécurité privée intervenant dans ces périmètres, comme la limitation dans le temps des mesures administratives d’assignation à résidence désormais renommées « mesures individuelles de contrôle et de surveillance ».

    Lire la suite

  • Les 3 mesures les plus dangereuses du projet de loi Asile et immigration

    Communiqué d'Amnesty International le 22.03.2018

    A son tour, le nouveau gouvernement souhaite réviser la loi sur le droit d’asile et le droit des étrangers. Or, cette nouvelle réforme met en danger des droits des réfugiés et des migrants. Retour sur les trois mesures les plus dangereuses de cette réforme.

    Rendre plus difficile la possibilité de faire appel

    Faire appel d’une première décision négative est la toute dernière chance pour une personne de démontrer qu’elle craint des persécutions en cas de retour dans son pays. Si ce projet de loi est adopté en l’état, elle n’aura plus que 15 jours pour constituer son dossier, pour comprendre et répondre aux raisonnements de la première décision. Le plus souvent, les personnes font cela sans appui et dans une langue qu’elles ne maîtrisent pas.

    15 jours est un délai extrêmement court. Le risque est que des personnes ne parviennent pas à déposer leur recours dans ce délai et surtout qu’un plus grand nombre de recours soient rejetés en raison de leur qualité insuffisante, faute pour les personnes d’avoir pu préparer correctement leur « défense » dans un délai aussi court.

    En 2016, 17% (6 446 personnes) des personnes qui ont obtenu une protection en France l’ont eue après un recours sur un rejet initial de leur demande.

    Cette mesure du projet de loi met donc en péril la possibilité de faire appel d’une première décision négative et risque de permettre le renvoi de milliers de personnes dans leur pays alors qu’elles craignent réellement pour leur vie.

    Lire la suite