Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

social

  • Salauds de pauvres !

    En grande difficulté financière, le gouvernement fait feu de tout bois pour renflouer un peu les caisses de l'Etat.

    taxe_pauvres.gifLes exclus et les plus démunis risquent d'être les premières victimes de cette politique. A la demande de la "droite populaire"(l'aile droite de l'UMP), Xavier Bertrand veut mettre en place un fichier des allocataires sociaux. Comme si la richesse nationale dépendait de la recherche de quelques fraudeurs potentiels. Il existe de nombreux domaines où l'Etat pourrait récupérer des sommes qui seraient d'un montant nettement plus important. Il faudrait alors s'intéresser à une autre population, plus aisée financièrement. Mais cette population représente le fond de commerce électoral de l'UMP, alors il ne faut pas leur faire peur. Cette décision n'a rien d'économique, c'est un choix purement politique. Le message est : "voyez on fait plein de choses contre les fraudes, et vous vous vous doutez bien que les bénéficiaires des allocations sont les plus gros tricheurs." C'est reprendre la tactique du FN contre les immigrés "3 millions d'immigrés, c'est 3 millions de chômeurs".

    Mais entre la Droite Populaire et le FN il y a de moins en moins de différences.

    Voici la réaction de la LDH


    Communiqué LDH

    La Ligue des droits de l’Homme condamne fermement le projet annoncé par Xavier Bertrand, ministre du Travail et de la Santé, de la création d’« un fichier unique des allocataires sociaux avant la fin de l’année », création destinée, selon le ministre, à « renforcer la lutte contre des fraudes sociales ».

    Cette annonce vise à donner, une fois encore, des gages à la droite populaire, qui en avait fait un de ses thèmes favoris, et au-delà à l’électorat du Front national.

    Sous couvert de lutte contre les fraudes, la mesure vise à stigmatiser les plus démunis et les plus faibles comme autant de fraudeurs potentiels, tout en renforçant les instruments d’un contrôle social sans grand rapport avec l’idée de justice sociale, de justice tout court.

    Elle s’inscrit enfin dans une dynamique de multiplication de fichiers et dans une logique de leur interconnexion, lourde de périls pour les droits et les libertés tant individuels que collectifs.

  • Souvenirs, souvenirs ...

    Comme nous vous l'annoncions mardi dernier, la démolition des blocs de la rue de l'Agriculture est en route.

    Ce vendredi le deuxième bloc a été attaqué par la grue, et il ne reste que des gravats qui vont être évacués dans les prochains jours.

    Ces blocs ont été occupés par des familles pendant plusieurs dizaines d'années et avaient été le cadre de bien des épisodes, tristes ou heureux, de la vie des locataires.

    Lors de la démolition ,quelques Vouzinois nostalgiques (?)  ont assisté à ces derniers instants. Parmi eux, un habitant du quartier qui a passé 37 ans de sa vie dans un logement qu'il regardait disparaître. Il avait connu la construction des blocs, avant d'en occuper un appartement avec sa famille, alors qu'il travaillait comme bûcheron.

    En effet ce ne sont pas des familles aisées qui étaient logées à cet endroit, la "rue de l'Agriculture" sonnait à l'oreille de beaucoup de Vouzinois comme "logements pour cas sociaux".

    Il ne reste plus qu'un bloc collectif dans cette rue, mais les "cas sociaux" ne sont pas moins nombreux à Vouziers. Les immeubles HLM qui étaient considérés comme "haut de gamme" connaissent aussi les problèmes liés à l'exclusion et à la précarité. Le quartier "Gambetta" concentre de nombreuses familles en difficulté.

    La démolition des immeubles de la rue de l'Agriculture était nécessaire, tant leur état rendait les logements pratiquement insalubres.

    Cette disparition ne résoud par contre aucunes des difficultés socio-économiques qu'affrontent de nombreuses familles de Vouziers : la "crise" et le chômage endémique qui en découle y sont pour beaucoup.

    vouziers,hlm,social

  • Monsieur le Président, où sont passées vos promesses ?

    Appel du Nouvel Observateur soutenu par la LDH

    2255334.jpg


    Charleville-Mézières, décembre 2006. Nicolas Sarkozy lance en pleine campagne présidentielle : « Je veux que d’ici à deux ans, plus personne ne soit obligé de dormir sur le trottoir. Parce que le droit à l’hébergement, c’est une obligation humaine ».

    Paris, juillet 2011. Des centaines de familles sont contraintes de trouver refuge dans les services d’urgence des hôpitaux déjà débordés. Xavier Emmanuelli, fondateur du Samu social, jette l’éponge après 18 ans de service.

    Le constat est amer. Le nombre de mal-logés, de sans-abris ne fait qu’augmenter. Seule une volonté politique déterminée permet de vaincre la misère sociale. La France a-t-elle baissé les bras ? Que répondre aux trois millions et demi de mal-logés ? Au plus de 100.000 personnes qui vivent « dans la rue » ou passent de foyers en chambres d’hôtel ?

    Monsieur le Président, où sont vos promesses ? Associations, travailleurs sociaux, médecins, bénévoles ou simples citoyens, ne peuvent plus faire face. A des besoins grandissants, on répond par des budgets, déjà étriqués, amputés en 2011 de 41 millions d’euros. Vous préconisez des solutions pérennes. Mais où sont-elles ? Votre ministre du Logement affirme vouloir diminuer le nombre de places d’hôtels pour les remplacer par « des places de logements ». Comment croire que cette nouvelle promesse ne restera pas, une fois de plus, lettre morte ? Donnez-nous des garanties ! Appliquez enfin le droit au logement opposable (DALO). Prenez des mesures pour mobiliser les bureaux et appartements laissés vacants à la faveur de la spéculation immobilière. Arrêtez de fermer des places d’hébergement d’urgence. Empêchez les expulsions sans solution de relogement. Sortons de cette logique purement financière. Cessons d’abandonner ainsi à la violence de la rue des milliers d’hommes et de femmes. N’attendez pas l’échéance présidentielle, monsieur Sarkozy, tenez enfin vos promesses.

     

    Ce texte est soutenu par :
    Emmaüs France, La Fondation Abbé Pierre, L’Uniopss, Emmaüs Solidarité, Advocacy France, France Terre D’Asile, Jean-Baptiste Eyraud (porte-parole du DAL), la Fnars, le Secours Catholique, l’Association des Cités du Secours Catholique, le Collectif Les Morts de la Rue, Bernard Devert (président de la Fédération Habitat et Humanisme), Sylvain Cuzent (DG Centre d’action sociale protestant), Les Enfants de Don Quichotte, Mouvement ATD Quart Monde, La Fédération d’Aide à la Santé Mentale Croix-Marine, Jean-Marie Faucher (DG ARAPEJ Ile de France), le CHRS Fondation Mérice, la Ligue des droits de l’Homme, le Collectif Jeudi Noir, Médecins du Monde, Maud Bigot (Coordination nationale des professionnels de l’urgence sociale).

     

    Les premiers signataires :
    Fadela Amara, Martine Aubry, Jean-Marc Ayrault, Josiane Balasko, Patrick Bloche, Pascale Boistard, Alain Bocquet, Richard Bohringer, Carole Bouquet, Jean-Paul Carceles, Nathalie Corre, Emmanuelle Cosse, Bertrand Delanoë, Harlem Désir, Cécile Duflot, Rémi Féraud, Christophe Girard, Anne Hidalgo, François Hollande, Myriam El Khomri, Pierre Laurent, Augustin Legrand, Corinne Lepage, Arnaud Montebourg, Thierry Repentin, Ségolène Royal, Dominique Sopo, Manuel Valls, Dominique Versini, Dominique Voynet, …

    2 août 2011

    Signez la pétition en ligne.

  • Vouziers n'est pas épargnée

    L'absence de quartier concentrant les problèmes sociaux ne met pas Vouziers à l'abri des difficultés de société.

    La taille de la ville, sa composition sociale, son éloignement des centres urbains ont relativement épargné à Vouziers la problématique des "quartiers difficiles".

    Pour autant le chômage sévit largement, et une partie de la population vit à la limite de la société : logement insalubre, manque de formation, sans emploi prolongé, entraînent une précarité qui prend de l'ampleur.

    Il est un facteur que l'on ne retrouve pas à Vouziers, c'est la présence de l'immigration. Les quelques familles d'origine étrangères font partie de celles qui ne posent pas de problèmes dans la cité.

    N'en déplaise aux tenant des thèses racistes du Front National, ce sont bien des "Français de souche" qui sont la composante de cette fraction fragilisées de la population. Et c'est parmi eux que se retrouvent les personnes qui doivent avoir recours à la solidarité (RSA, Restos du Cœur,..) et qui sont les plus exposées aux problèmes sociaux (chômage, précarité, accès aux soins,...)

    Le malaise social est bien lié à cette situation, et il peut se traduire également par une "petite"vouziers, social délinquance. L'incivisme et la petite criminalité ne sont pas liés automatiquement à la situation sociale, mais l'exclusion, le désœuvrement peuvent mener à des comportements de violence.

    Les drogues"dures" sont présentes depuis des années dans le Vouzinois, et à un niveau important.

    Cette consommation peut aussi être comprise comme une agression contre soi-même, une auto destruction programmée. L'héroïne, la cocaïne sans oublier l'alcool font des ravages ici comme ailleurs. Les plus démunis payent un lourd tribu à ces dépendances, bien que l'on retrouve des victimes dans toutes les couches de la société.

    On peut regretter le manque flagrant de moyens mis à disposition pour lutter contre ces fléaux, et ce n'est pas le désengagement actuel de l'État qui va arranger les choses.

    La violence se traduit également par des conflits intra-familiaux ou de voisinage pour lesquels les Gendarmes sont de plus en plus amenés à intervenir. Là aussi le manque de travailleurs sociaux est criant, puisque les Gendarmes n'ont ni la mission ni les moyens de régler ces problèmes sur le fond.

    De temps en temps un fait divers nous rappelle qu'une telle situation peut dégénérer en un incident mineur. Faudra-il attendre une conséquence dramatique pour que chacun mesure bien l'ampleur du problème ?

    Hier soir une voiture à brûlé sur le parking de l'école Dodeman, réveillant le voisinage au milieu de la nuit. Que faudra-il qu'il arrive pour réveiller les responsables locaux et nationaux ? Espérons  que des mesures à la hauteur de la situation seront prises avant  la survenue d'un drame d'une autre ampleur.

     

     

  • Les restos du coeur démarrent à Vouziers

    Est-ce une bonne ou une mauvaise nouvelle ? : Il y a du monde aux restos du coeur à Vouziers.

     

    Comme nous l'avions annoncé dans une précédente note dans l'an vert, les restos du coeur commencent une campagne hivernale à Vouziers.

    La célèbre association fondée par Coluche a mis en place une équipe à Vouziers, qui s'est installée à la salle des fêtes.

    Les inscriptions sont déjà nombreuses, et près de 100 familles, soit plusieurs centaines de personnes reçoivent depuis la semaine dernière une aide alimentaire équilibrée.

    176663-0037.jpg?t=8280L'inscription préalable est obligatoire pour voir si les revenus sont dans les limites des critères prévus . Cela permet également d'approvisionner de manière la plus juste possible, sans manques ni surplus.

    Ce lundi, la file d'attente était marquée dans le hall de la salle des fêtes. Chaque famille est accompagnée dans son parcours ( vérification administrative, pointage, réception des provisions,...) . Un petit espace café et détente est prévu, les bénéficiaires signalant volontiers que l'accueil est chaleureux.

    Il faut bien entendu se réjouir de cette réussite . Mais il ne faut pas oublier que toute cette organisation se justifie à cause de l'incapacité de notre société d'abondance à procurer  le nécessaire de base pour de nombreuses familles (de Vouziers et des alentours). Et ce fait n'a rien à voir avec la crise ou une situation d'urgence : il est juste inscrit comme normal et habituel dans la société française.

  • Premier mai: Non à la politique de la peur

    Pour un premier  mai unitaire.

     

    Le premier mai 2009 va réunir les organisations syndicales, qui organisent depuis février la riposte aux mesures prises par le gouvernement. Cette unité est exceptionnelle, et en plus elle dure ce qui est encore plus remarquable.

    Pour les Ardennes un rassemblement est prévu à Charleville  (10 heures, place Ducale). A Vouziers, une réunion débat semuguet.jpg tiendra à 10h30 dans la grande salle de l'Hôtel de Ville, comme tous les ans. Elle sera suivie par un hommage au Docteur Denis, qui a été très engagé dans la politique sociale de la ville, et aux militants locaux qui nous ont quittés.


    La section vouzinoise de la ligue des droits de l'Homme s'associe à l'appel national "non à la politique de la peur".

     

    Cette initiative veut dénoncer le climat sécuritaire qui règne dans notre pays, et qui atteint également le champ professionnel.

    La politique sécuritaire dresse les uns contre les autres, entretient un climat de délation et de méfiance. Le collectif juge qu'à l'inverse, c'est du lien social, de la solidarité qu'il faut recréer. C'est pour cela que la date du premier mai a été choisie, pour faire converger cette lutte à celle des syndicats.

    La section locale de la Ligue des Droits de l'Homme appelle à un rassemblement à 10 heures devant la sous-préfecture de Vouziers.

    Ceux qui le souhaitent pourront bien sûr rejoindre la réunion à la mairie à la suite.

     


  • Mesures sociales de Sarkozy: insuffisant

    A la sortie de la réunion avec le président, les syndicats ont fait part de l'insuffisance des mesures annoncées . En particulier dans le domaine des salaires, Sarkozy n'a concédé aucune augmentation du Smic .

    Les réactions des dirigeants syndicaux prennent acte des mesures annoncées , mais maintiennent la journée de mobilisation du 19 mars afin ALeqM5hkMIsiaS4x7IhApsd5QxK9Bw8WKQ?size=md'obtenir satisfaction sur le plan de l'augmentation des salaires .

    Voici les déclarations rapportées par l'AFP :

    Les dirigeants syndicaux ont jugé mercredi "insuffisantes" les mesures annoncées par le gouvernement lors du sommet social autour du président Nicolas Sarkozy à l'Elysée, soulignant qu'il fallait "maintenir la pression" sur le gouvernement et le patronat.

    "L'action syndicale a permis une première inflexion dans la politique gouvernementale. Les quelques mesures annoncées aujourd'hui (...) vont dans ce sens. Mais face à la situation des salariés, les mesures sont insuffisantes", a déclaré le secrétaire général de la CFDT François Chérèque.

    "Comme l'action syndicale commence à payer, la CFDT estime qu'il faut continuer à mettre la pression sur le gouvernement et le patronat. Il faut aller jusqu'à un vrai changement de cap", a ajouté M. Chérèque.

    Les syndicats doivent se revoir lundi pour déterminer les modalités de la journée d'action qu'ils ont programmée pour le 19 mars.

    De son côté, son homologue de la CGT Bernard Thibault a qualifié les décisions présidentielles de "série de mesures d'accompagnement social à la crise (...)".

    article_RTXBRR4.jpgRappelant qu'elles avoisinent 2,6 milliards d'euros, il s'est dit "bien obligé de ramener ce chiffre à la somme de 8 mds d'euros correspondant à la suppression de la taxe professionnelle pour les entreprises".

    Bernard Thibault a estimé qu'il allait "falloir pousser plus fort pour changer vraiment la situation". "Nous nous rendrons à la rencontre unitaire de lundi avec l'esprit de travailler à un prochain rendez-vous revendicatif, qui est programmé le 19 mars", a-t-il dit.

    Pour sa part, le patron de FO Jean-Claude Mailly a relevé "quelques éléments qui bougent un peu", sur le chômage partiel, la formation et les allègements fiscaux.

    "Mais c'est beaucoup trop court", a-t-il aussitôt enchaîné, déplorant qu'il y ait "des oubliés".

    "Nous avons essuyé une fin de non-recevoir sur le Smic et les négociations salariales de branches (...) Pour faire bouger les lignes, il faut maintenir la pression (...) maintenir la journée du 19 mars", a conclu M. Mailly.

    Lien permanent Catégories : social Imprimer 1 commentaire Pin it!