Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

actualités Ardennes - Page 4

  • Centre Hospitalier de Vouziers : le retour ?

    Il avait bel et bien disparu le Centre Hospitalier de Vouziers (CHV), depuis la création du GHSA en 2005. Ce Groupement Hospitalier Sud-Ardennes a fusionné les sites de Rethel et de Vouziers, avec une direction unique.

    Et voilà que l'ARS Grand Est labellise le Centre Hospitalier de Vouziers comme "hôpital de proximité". Il s'agit bien du CHV identifié en tant que structure, au sein d'une identité juridique qu'est le GHSA, sur la liste postée le 28 janvier 2022  sur le site de l'ARS (qui représente l’État dans le domaine de la santé).

    Voici comment l'ARS définit un hôpital de proximité ;

    "Ce nouveau label appelle ces hôpitaux à être le trait d’union entre les acteurs libéraux, hospitaliers et médico-sociaux du territoire, autour de projets communs capables de répondre aux besoins de santé des populations locales."

    Et l'ARS décline les missions qui leur seraient données :

    "Un hôpital de proximité maintient une offre de soins rapide au plus proche possible du domicile des patients. Cette prise en charge se fait en articulation avec les autres acteurs de santé que ce soit des médecins libéraux, les EHPAD voire les établissements sociaux.

    Ces 24 hôpitaux proposeront une offre polyvalente en médecine, des consultations de spécialités complémentaires à l'offre libérale existante et organiseront l’accès à un plateau technique d’imagerie et de biologie (via des conventions avec des radiologues par exemple). Leur périmètre d’action comprendra également la médecine d’urgence, des centres périnataux de proximité, des soins de suite et de réadaptation (SSR), des soins palliatifs…"

    On peut comprendre qu'il n'y a plus d'inquiétude à avoir sur le maintien du service d'urgences ou de celui de médecine. Il devrait plutôt y avoir un renforcement de l'offre avec cette évolution. L'ARS cite comme autres avantages à cette labellisation :

    • Une offre de soins davantage structurée et des parcours de soins plus fluides pour les patients ;
    • Un appui des professionnels du premier recours (médecins, infirmiers, kinés…) via les communautés professionnelles territoriales de santé (CPTS) ;  
    • Un rôle plus déterminant dans la prévention et le maintien à domicile en lien avec les médecins traitants ;
    • Une ouverture sur la médecine de ville, le secteur médico-social et social. Par exemple, les professionnels de santé libéraux orienteront leurs patients vers l’hôpital.

    Des annonces, nous en avons connu beaucoup sur le territoire, nous savons qu'il faut rester prudent pour leur mise en place concrète sur le terrain. Le nerf de la guerre reste toujours le financement des actions ; à ce sujet, l'ARS propose "un modèle de financement adapté":

    "En contrepartie de ces engagements, ces établissements seront accompagnés pour engager ces évolutions. Les nouvelles missions des hôpitaux de proximité, ainsi que leur fonctionnement au quotidien, sont confortés par un financement sécurisé :  

    • leur activité de médecine bénéficie d’une garantie pluriannuelle de financement pour détendre la contrainte de la seule tarification à l’activité ;
    • leurs projets renforçant l’accès aux soins seront accompagnés par la création d’une dotation de responsabilité territoriale.

    Ces modalités de financement pourront être complétées en fonction des projets portés par l'établissement : en effet, positionnés en « laboratoire de la coopération territoriale » suite aux concertations du Ségur de la santé, ces établissements ont toute légitimité à proposer et à s'engager dans des projets innovants et expérimentaux. Une attention particulière sera portée au soutien de ces initiatives."

    Lire la suite

  • Enquête sur les Quêquês.

    Un article de L'Union, paru en ligne ce jour nous indique que le canton de Vouziers gagne des habitants. Les chiffres sont tirés de la publication de l'INSEE qui officialise et actualise tous les ans les populations légales des collectivités locales.

    Pour la ville de Vouziers, l'Union fait le même constat que celui que nous avons établi dans notre note du 29 décembre dernier . Malgré la fusion avec Vrizy et Terron, la commune perd des habitants.

    Par ailleurs, pour les principales communes du canton, on note également une diminution des habitants : c'est le cas pour Bairon et ses environs, ainsi que pour Haraucourt, Raucourt, Remilly-Aillicourt. Seul Buzancy gagne 11 habitants, Vandy est stable.

    Une question se pose alors : comment le canton a-t-il pu gagner un peu plus de 300 habitants dans ces conditions ?

    Le mystère existe aussi pour le canton d'Attigny qui aurait, d'après ce même article du journal local, perdu environ 300 habitants.

    Il est curieux de retrouver ce même nombre en gain et en perte pour les deux cantons voisins. Une lecture attentive de la publication de l'INSEE nous apprend que le canton d'Attigny est passé de 80 à 79 communes entre l'an dernier et cette année.

    Cette différence est une conséquence de la création de la commune nouvelle de Vouziers : Vrizy faisait partie du canton d'Attigny lors de la fusion. La commune nouvelle se trouvait donc à cheval sur deux cantons, position difficile à tenir. Cette situation a récemment été rectifiée, et Vrizy fait désormais partie du canton de Vouziers.

    Et fort logiquement le canton d'Attigny perd les 315 habitants de cette commune, alors que le canton de Vouziers les récupère. A périmètre égal, il faut donc considérer que la population des deux cantons se maintient d'une année sur l'autre.

    Ce constat est valable pour l’arrondissement de Vouziers qui se stabilise à 22 216 habitants en 2019 pour 22 326 en 2018.

    Sacrés Quêquês, ils nous ont bien compliqué la lecture de la publication de l'INSEE, mais il faut remettre l'église au milieu du village, comme dit l'expression populaire !

    Lire la suite

  • Encore un réacteur arrêté, la France privée de 10 % de sa capacité nucléaire

    Extraits de l'article de Reporterre

    Et un troisième réacteur de 1 450 mégawatts (MW) en rade. Jeudi 6 janvier, EDF a indiqué qu’elle prolongeait de trois mois l’arrêt du réacteur n°2 de la centrale de Chooz (Ardennes). Ceci parce qu’elle y a détecté la même dégradation du circuit d’injection de sûreté que sur les réacteurs 1 et 2 de Civaux (Vienne).

    Cette série a débuté le 21 octobre, quand EDF a annoncé à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) avoir découvert un problème de corrosion et de fissuration sur la tuyauterie reliant le circuit d’injection de sûreté au circuit primaire du réacteur 1 de Civaux. Le circuit d’injection de sûreté est un dispositif de secours d’une importance extrême dans certaines situations accidentelles. « Le cœur du réacteur est normalement refroidi par l’eau qui circule dans le circuit primaire du réacteur. En cas de brèche sur le circuit primaire, celui-ci va progressivement se vidanger, et ne pourra à terme plus assurer sa fonction de refroidissement du cœur, avait expliqué l’ASN à Reporterre. Dans une telle situation, le circuit d’injection de sécurité permet d’injecter de l’eau borée dans le circuit primaire, afin de continuer à refroidir le cœur et, par l’effet du bore, d’étouffer la réaction nucléaire. » S’il ne fonctionne pas, la situation peut dégénérer jusqu’à la fusion du cœur — le scénario des pires accidents nucléaires jamais enregistrés à Fukushima au Japon en 2011, à Tchernobyl en URSS en 1986 et à Three Mile Island aux États-Unis en 1979.

    Lire la suite

  • Voie verte sud-Ardennes : les travaux progressent.

    La voie verte qui doit relier Pont-à-Bar à Brienne-sur-Aisne est réalisée par tronçons, les travaux s'étalant sur plusieurs années pour se terminer en principe en 2023.

    En voici une présentation ;

    Le Conseil départemental a lancé la création d’un nouvel itinéraire cyclable reliant Pontà-Bar à Brienne-sur-Aisne : la Voie verte voie_verte_sud_ardennes.jpgSud Ardennes, longue de 110 km.  
    Ce nouveau parcours sera relié à terme à la Voie verte Trans-Ardennes, un des sites touristiques les plus fréquentés du département.  
    La connexion entre ces deux grands axes permettra aux utilisateurs de relier Givet à la frontière axonaise. Après avoir quitté la Meuse à Vélo à Pont-à-Bar, l’usager empruntera cette nouvelle voie en longeant les canaux des Ardennes, de l’Aisne et de Vouziers.  
    Le parcours s’achèvera aux frontières du département de l’Aisne qui prévoit déjà de son côté de prolonger cette voie verte sur son territoire afin de la connecter à l’EuroVelo 3, créant ainsi une jonction avec la Meuse à Vélo (EuroVelo 19). 
    Avec ce tracé, le Conseil départemental valorisera une nouvelle partie du territoire, le Sud Ardennes, et l’ensemble des équipements touristiques qui le jouxtent : La Cassine, Lac de Bairon, Domaine de Vendresse, Parc Argonne Découverte.

     

    Entre Attigny et Rilly-sur-Aisne, l'aménagement est pratiquement terminé, en voici des illustrations ;

    P1550719.JPG

    La voie longe le canal, à l'emplacement de l'ancien chemin de halage.

    P1550718.JPG

    Un renforcement des berges du canal par enrochement.

     

    Lire la suite

  • La centrale nucléaire de Chooz à l’arrêt pour vérifier d’éventuels défauts

    Publié le jeudi 16 décembre 2021 par rtbf.be

    Electricité de France (EDF) va arrêter par précaution, à partir de jeudi, les deux réacteurs de la centrale nucléaire de Chooz, située dans les Ardennes françaises non loin de la frontière belge, pour vérification d'éventuels défauts sur son circuit de refroidissement de secours, après la détection de défauts dans une autre centrale de même modèle.

    "Par mesure de précaution, EDF a pris la décision d'arrêter les deux réacteurs de la centrale de Chooz afin de procéder à titre préventif" à des contrôles sur le circuit d'injection de sécurité, un circuit de refroidissement de sauvegarde utilisé en cas d'accident, indique un communiqué de l'électricien public français mercredi soir.

    Cette décision s'accompagne de la prolongation de l'arrêt des deux réacteurs de la centrale de Civaux (centre), décidée après la détection de défauts à proximité de soudures des tuyauteries du circuit d'injection de sécurité dans ses deux réacteurs. A Civaux, l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a été informée de la détection des défauts.

    Lire la suite

  • Marche pour la solidarité et contre les expulsions à l’école

    logo_resf_chaine2-2020.png?1618147926

    Madame N. est enseignante. Comme tant d’autres, elle a été recrutée dans les Ardennes avec un contrat précaire de professeure contractuelle pour pallier les suppressions de poste dans l’éducation nationale. Madame N. originaire du Gabon vit depuis deux ans en France. Elle avait un titre de séjour qui lui permettait de travailler. En janvier 2020, elle a porté plainte contre son mari qui la violentait. Au lieu de lui proposer une aide médicale et de constater ses blessures, elle a été placée dans un foyer destinée aux jeunes et aux familles immigré.es. A ce jour, sa plainte n’a toujours pas été traitée. Aujourd’hui, c’est son titre de séjour qu’on lui retire, lui interdisant désormais de travailler et l’assignant à quitter le territoire français. 
     
     Elle n’est malheureusement pas la seule à subir ce type de traitement cynique et injuste dans les Ardennes. Isabel est une collégienne de 15 ans, arrivée il y a un peu plus d’un an et scolarisée à CharlevilleMézières, à qui l’on ordonne de repartir avec ses petit·es frères et sœurs vers l’Angola, alors qu’elle a appris le français en un temps record. C’est également N., un élève mineur de Terminale, scolarisé depuis deux ans à Revin, à qui la Préfecture interdit de passer le baccalauréat pour le renvoyer en Géorgie avec sa petite sœur, alors même que tout·es leurs enseignant·es soulignent les efforts et les progrès extraordinaires réalisées depuis leur arrivée. 

    Lire la suite

  • Le Marché de Léon 2021 à Boult-aux-Bois

    Aujourd'hui, Noël est LE moment de l'année désigné pour offrir des cadeaux à ses proches. Et malheur à celui qui n'aurait rien à offrir!

    Alors faute de temps et/ou d'idées, on se tourne vers les grandes enseignes qui ont déjà préparé pour nous une montagne d'objets souvent produits dans des conditions peu raisonnables.

    Au Marché de Léon , ce sont des artisans LOCAUX qui vous feront redécouvrir la vraie magie de Noël au travers de produits aussi originaux que responsables.

    Au fil de ses stands, le Marché de Léon tient aussi à vous redonner le goût du PARTAGE et du FAIT MAISON.

    Ici, vous pourrez également faire le plein de nouvelles idées et activités ludiques à réaliser seul en famille ou entre amis pour faire des cadeaux à vos proches (ou à vous-mêmes), et tout ça sans assauts publicitaires ni surplus d'emballage.

    Le programme des ATELIERS, ANIMATIONS et ARTISAN.E.S sera diffusé tout au long des deux prochaines semaines!


    Comme toujours, des ateliers gratuits (ou à prix libre) de confection de cadeaux vous seront proposés sur le marché !

     Les Ateliers du Marché de Léon connus à ce jour :
    N°1. Nos super-Marsiennes Mélanie Ponsin Raguet et Audrey Joppe vous proposeront un atelier-réalisation de petits GNOMES, chevelus ou moustachus !

    N°2. Notre super vannier, Gilles Durmois, vous proposera de fabriquer des bougeoirs et boules de graisse pour les oiseaux !
    Une belle façon de prendre soin de nos petits amis à plumes...
    "Car comme dirait mon ami Karadoc : le gras, c'est la vie !"

    N°3. Atelier Feutrage : cet atelier multigénérationnel durera toute la journée du 12 décembre avec Juliette Cheriki-Nort! L'idée sera de feutrer de la laine en un immense lien, qui reliera symboliquement les participant-e-s!

    Lire la suite