Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

pollution

  • Révélations inquiétantes sur la pollution de Sanofi à Lacq

    Pointée du doigt il y a quelques années lors du scandale de la Dépakine*, l’entreprise Sanofi fait de nouveau parler d’elle. Cette-fois, ce sont les colonnes de son site chimique de Mourenx, dans le bassin industriel de Lacq, qui posent question : un rapport met en évidence des rejets de matières dangereuses à des taux astronomiques, bien loin des seuils autorisés. La santé des riverains est directement menacée, tout comme l’environnement. France Nature Environnement et la Sepanso 64 demandent l’arrêt immédiat des pollutions, quitte à envisager la fermeture administrative du site

    Pollution massive de l’air et manquements graves de l’industriel

    Le bassin industriel de Lacq regroupe des industries chimiques, dont une vingtaine d’installations Seveso qui émettent plus de 140 polluants dans l’air. Sanofi, premier industriel à s’être implanté sur la plateforme de Mourenx dès sa création en 1975, a l’autorisation de rejeter 5 composés organiques volatils (bromopropane, toluène, isopropanol, valéonitrile et propène) dans l’air dans la limite globale de 110 mg/m3. Or, il en émet en réalité 770 000 mg/m3… soit 7 000 fois plus que la norme autorisée.

    Parmi ces 5 substances, le bromopropane, qui entre dans la fabrication du Valporate de Sodium (Dépakine), se démarque dangereusement. Sa valeur limite d’émission est fixée à 2mg/m3, mais en octobre dernier ce sont 180 000 mg/m3 qui ont été envoyés dans l’air. La situation a empiré en mars, avec un rejet de 380 000 mg/m3. Ces deux contrôles ponctuels ont révélé un dépassement de 90 000 fois et 190 000 fois la norme sur deux colonnes d’abattages (qui traitent les gaz avant de les rejeter dans l’air).

    Lire la suite

  • Écotaxe : un très bon documentaire sur les coulisses du fiasco

    Dans son documentaire « Autopsie d’un scandale politique : l’écotaxe », Ella Cerfontaine revient pour France 5 sur l'émergence et la fin de l'écotaxe, un projet particulièrement bien pensé. Depuis les débuts, France Nature Environnement soutenait fortement cette mesure, bénéfique pour notre santé, les finances de chacun et le développement des transports alternatifs. Ce film retrace avec brio son histoire et nous interpelle sur le rôle de l'état, du citoyen et la place de l'intérêt général. Intervenante dans ce reportage que nous trouvons très fidèle aux faits, France Nature Environnement vous encourage à le (re)voir sans modération.

    870x489_maxnewsworldthree531362.jpg

    Lire la suite

  • En un clic, faites naitre une plateforme de signalement des atteintes à l'environnement

    Votez pour le projet Sentinelles de la nature sur le site 1 % pour la planète. L'objectif des Sentinelles ? Développer une plateforme en ligne permettant à chacun de signaler les atteintes à l’environnement et trouver les moyens de les résorber. Après le succès de la plateforme développée par la FRAPNA en région, le mouvement France Nature Environnement souhaite étendre le dispositif à toute la France. Pour financer le projet, nous avons besoin de vos votes, alors jusqu'au 12 octobre à vos clics !

    Pour aider le mouvement France Nature Environnement à financer le développement de ce site et sonimages?q=tbn:ANd9GcRDdCw1_hIlOGvSFMF6QrMB7KAIOV6sb4bhZyoCanaY8nI8-ya6GQ application mobile, il suffit de découvrir et voter pour notre projet sur la plateforme 1 % pour la planète puis d'inviter vos amis, votre famille, vos colocataires, vos collègues, vos voisins et autres personnes sympathiques à en faire de même jusqu'au 12 octobre. Par avance, mille mercis pour ce soutien.

    Je vote par ici

     

    Lire la suite

  • Diesel : L’enfumage continue

    Communiqué de FNE

    Italian_traffic_signs_-_icona_diesel.svgLe journal Libération a publié aujourd’hui un article contenant des informations issues du rapport transmis par la Direction Générale de la Concurrence de la Consommation et de la Répression des Fraudes (DGCCRF) au Parquet de Paris sur l’affaire Renault. La stratégie de Renault, qui consiste à faire fonctionner le système de dépollution uniquement entre certaines températures est considérée comme une tromperie passible d’amende par la DGCCRF. Les véhicules incriminés doivent être rappelés au plus vite pour correction et pour que leur homologation soit retirée lorsque ces derniers ne passent même plus le test d'homologation officiel.

    Lire la suite

  • Champagne-Ardenne : un épisode de pollution de l'air prévu jeudi 1er décembre

    LogoAtmo09_0K.jpgRecommandations mises en place conjointement par les services des préfectures concernées, l'Agence Régionale de Santé et Atmo Champagne-Ardenne.

    Les conditions météorologiques très stables favorisent l’accumulation des polluants. Les températures sont très basses le matin et les vents faibles : des conditions non propices à la dispersion des poussières. Le tout associé à une émission importante de polluants provenant des modes de chauffage dans le secteur résidentiel et tertiaire, ainsi que du secteur agricole ont pour conséquence une augmentation des teneurs en poussières fines dans l’air ambiant.

    Lire la suite

  • Il n'est jamais trop tard pour s'engager !

    ENVIRONNEMENT-181.jpg

    Dessin de Schvartz(France)pour Cartooning for peace

  • Diesel : des résultats consternants

    Communiqué de FNE

    La Commission d’enquête mise en place par Ségolène Royal, dont sont membres le Réseau Action Climat et France Nature Environnement, a publié jeudi 28 avril les résultats des tests effectués sur les 52 premiers véhicules diesel. Dans la continuité des révélations précédentes, ces résultats montrent une des dépassements quasi généralisée chez les constructeurs automobiles. Nos associations appellent à des réponses fermes et structurelles de la part des autorités nationales et européennes, mais également à des investigations plus poussées afin d’éclaircir les responsabilités des différentes parties prenantes.

    Des résultats très préoccupants pour la santé publique et la protection du climat

    Et les pires élèves sont… Renault-Nissan, Opel et Ford

    Les premiers résultats sont tombés. Et, dans le classement des pires élèves, les « champions » sont : Renault-Nissan, Opel puis Ford. Ce sont notamment eux qui dépassent les normes de façon la plus significative pour les émissions du polluant atmosphérique NOx, en conditions réelles de conduite. À l’origine de ces défaillances : un dispositif de commande qui bride le système de dépollution EGR à certaines températures.

    Lire la suite