Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

procès

  • PROCÈS DU 17 JUIN 2015 : MOBILISONS-NOUS !

    Communiqué de la Confédération paysanne.

    Pas facile de poursuivre un projet dont personne ne veut… C'est pourtant ce que tente de faire Michel Ramery, promoteur des 1000 vaches. Il cherche à s'agrandir et à trouver des débouchés à son lait, mais la mobilisation de la Conf' et de ses partenaires lui met clairement des bâtons dans les roues !

    Fin mars, une demande d'agrandissement pour passer des 500 vaches actuelles à 880 a été déposée. C'est à partir de 900 l'enquête publique devient obligatoire. Avant, elle est optionnelle, à discrétion de la préfète. Nous avons exigé que les citoyens soient consultés, ce sera chose faite selon le ministre de l'Agriculture et le sous-préfet.

    Mais pour s'agrandir, il faut aussi pouvoir vendre son lait et, là aussi, la situation se complique. Après le retrait de Biocoop puis de Senoble à l'automne, c'est désormais Agrial, sous la pression de la Conf' (notamment action en mars à Moyon) et des distributeurs, qui ne transforme plus le lait des 1000 vaches. Pas facile d'être un pionnier du libéralisme…

    La résistance se poursuit donc et porte ses fruits, sur les plans administratif, économique et en mobilisation.
    Le 17 juin, le procès en appel des neuf militants de la Conf' poursuivis pour des actions de démontage sur le chantier des 1000 vaches sera l'occasion d'un grand rassemblement de convergence !

    Lire la suite

  • Justice est faite

    Il y a au moins une chose dont on peut être certain au terme de ces mois de feuilleton judiciaire : tous les protagonistes  sont perdants.

     

     

    Nafissatou Diallo a perdu cette manche, même si elle mise plus sur le procès civil, elle a eu un comportement qui  a conduit le procureur a ne plus lui faire confiance. Pourra-t-elle convaincre au civil, où l'unanimité n'est pas nécessaire ? Il faudra probablement de longs mois pour que le jugement soit rendu, à moins que les deux clans signent un arrangement avant .

     

    Dominique Strauss-Kahn a perdu sa place à la tête du FMI, sa place de candidat favori à la primaire du images?q=tbn:ANd9GcQCESHpSmMsS4_OqkJlTr1PlW0wfj3EXm5_dSSVkGYiIscG9_5wPS et encore plus important, il a perdu une image d'homme "responsable" et à l'avenir brillant. S'il peut reconstruire une relation de confiance avec l'opinion publique, cela risque de prendre des années.


    Le procureur Cyrus Vance a perdu en crédibilité, en présentant l'accusé comme un pervers, puis en étant le premier à mettre en doute la parole de son propre témoin. Il avait intérêt à stopper l'affaire dès maintenant, un procès tel qu'il se déroule aux E-U aurait été très difficile pour N. Diallo et donc pour l'accusation : il est certain que les avocats de D. Stauss-Kahn auraient été encore moins tendres pour la plaignante.

     

    Est-ce que la justice est gagnante ? Cela dépend du point de vue dans lequel on se place. Le système judiciaire américain est ce qu'il est, et il a fonctionné . Un des hommes les plus puissants de la planète a été mis en accusation et traité sans ménagement. Il a cependant pu se défendre, et l'accusation a  montré qu'elle pouvait changer d'avis.

    Ceux et celles qui voulaient faire de ce procès un exemple pour le combat contre les violences faites aux femmes sont déçus. La parole de la plaignante n'a pas suffi, il faut dire qu'elle a beaucoup fait pour se décrédibiliser elle-même. Il est sûr que beaucoup de viols ou d'agressions sexuelles restent inconnus ou impunis. Mais si N. Diallo a reconnu avoir inventé un viol pour obtenir son visa, comment ne pas garder un doute sur sa version des faits ?

     

    Avec ou sans procès, on ne saura jamais exactement ce qui s'est passé dans cette chambre d'hôtel de New-York. En fonction de ses critères personnels, chacun peut se faire une opinion. Mais dans un pays démocratique, c'est à la justice de trancher.  Si la justice américaine est loin d'être parfaite,  elle n'est pas celle d'une dictature. En fonction de sa logique ( l'unanimité sans doute raisonnable pour condamner quelqu'un) la conclusion de ce jour était inévitable.

  • Ardennes : le procès des 8 reporté

    Pour des raisons de forme, le procès des 8 inculpés n'a pas eu lieu.

     

    Dés 13 heures, 300 personnes environ  étaient réunies sur le parvis du Palais de Justice de Charleville-Mézières à l'appel des UD syndicales et du comité de soutien.

    ManifTribunal 27.01.2011.JPGLes 8 inculpés ont été appelés à la barre du tribunal à 14 heures30 devant une salle d'audience pleine  de sympathisants qui sur le parvis avaient affiché leur volonté d'être "Tous des inculpés".

    Après une courte suspension de séance la Juge a annoncé répondre positivement à la demande de plusieurs avocats de la défense des inculpés en reportant le jugement au 24 février à 14h30. Aucune demande de report ne sera plus  prise en compte.

    Les  personnes présentes sur le parvis ont été déçues par l'absence de toute communication: aucune prise de parole, pas de présentation des ouvriers inculpés, pas d'incitation à prendre ou non  une initiative comme celle d'entrer dans la salle d'audience par exemple. Cet " étrange vide " dans l'organisation n'est sûrement  pas incitatif  pour la  mobilisation à l'audience du 24 février.

    Et pourtant il faudra y être à nouveau, c'est important!

  • Ardennes : les huit inculpés ne doivent pas rester isolés.

    C'est le 27 janvier prochain que doit se dérouler le procès des huit inculpés pour la casse de la vitrine de l'UMP.


    Comme chacun, ils ont droit à la présomption d'innocence, bien qu'ils soient déjà présentés comme 55218166.jpgcoupables. Il faut se rappeler le formidable mouvement de colère et de solidarité qu'ont été les journées de cet automne. L'arrestation  très médiatique des huit syndicalistes démontre que les autorités veulent faire un exemple de ce procès. La solidarité qui existait dans les rangs des cortèges doit se maintenir en faveur des huit. Malgré les différences de jugement sur l'action elle-même, les gens de gauche et leurs organisations, ainsi que les différents syndicats doivent montrer à l'UMP et au patronat ardennais qu'ils ne feront pas ce  qu'ils veulent sans réaction unitaire.

    Voici un appel à la création d'un collectif de défense que nous relayons du site d'ATTAC 08.

     



    Réunion du collectif de résistance ouvrière (C.R.O.)


    L’arrestation musclée de huit manifestants, qui, selon la police, ont participé aux actions entraînant le bris des vitres de la permanence de l’UMP, a suscité de vives émotions.

    Nul doute que le pouvoir en place souhaite faire un exemple de répression syndicale en désignant des boucs émissaires.

    Les organisations syndicales ne s'y sont pas trompées en appelant à une grande manifestation pour le 27 janvier, date du jugement.

    Au C.R.O., nous pensons que c’est dès maintenant qu’il faut organiser le soutien a nos camarades. Soutien moral, financier et juridique mais soutien actif aussi dans les différentes actions que nous déciderons.

    C’est pourquoi dans le but de créer un collectif de défense des manifestants du 28 octobre, le C.R.O. organise une réunion vendredi 7 janvier à 18h30 dans l’ancienne salle de l’union locale CFDT de Bogny sur Meuse (place de la République).

    Au-delà des convictions politiques ou syndicales, il nous faut organiser la défense de nos camarades, qui ne peuvent être assimilés à des casseurs de banlieue.