Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

société - Page 2

  • Pas de fréquence pour les chaînes de la haine, C8 et CNews

    Alors que l'Arcom a entamé une série d’auditions pour l’attribution ou le renouvellement de 15 fréquences de TNT, nous publions une lettre ouverte afin d'obtenir le non-renouvellement des fréquences publiques de CNews et C8, deux chaînes de télévision mises au service de l'extrême droite par leur propriétaire, le milliardaire Vincent Bolloré.

    À M. Roch Olivier-Maistre et aux membres du collège de l'ARCOM,

    Le 7 juillet, nous avons été nombreuses et nombreux à exprimer notre soulagement de voir le Rassemblement National, régulièrement annoncé grand gagnant des législatives anticipées, échouer à obtenir la majorité des sièges à l'Assemblée nationale. Pour autant, le péril demeure : le parti d'extrême droite poursuit sa progression, avec plus de 10 millions de voix et plus de cinquante élu·es supplémentaires, et il accentue son enracinement social.

    Pour arriver aux portes du pouvoir, le RN a notamment bénéficié du soutien indéfectible d’un empire médiatique : celui de Vincent Bolloré. Lors de la campagne législative, les chaînes possédées par le milliardaire, C8 et CNews, ainsi que leurs animateurs et animatrices vedettes ont soutenu le RN au mépris de la légalité et de l’éthique, laissant libre cours aux idées réactionnaires et racistes de l'extrême droite.

    Selon ses statuts, l'Arcom, autorité de régulation des médias, veille au respect de l'expression pluraliste des courants de pensée et d'opinion par les éditeurs de services audiovisuels et à la représentation de la diversité de la société française ; elle veille également au respect des droits des femmes, et à la lutte contre les discriminations de toutes natures. 

    Alors que se déroule une série d’auditions pour l’attribution ou le renouvellement de 15 fréquences TNT, nous demandons solennellement à l’Arcom, au nom des principes énoncés dans ses statuts, de refuser de renouveler les fréquences publiques des chaînes C8 et CNews. 

    Lire la suite

  • Ne relâchons pas nos efforts pour faire reculer l’extrême droite : un autre monde est possible !

    Communiqué d'Alternatiba

    La victoire d’une majorité relative du Nouveau Front Populaire aux élections législatives écarte le danger d’une prise de pouvoir par l’extrême droite à cette heure. Le sursaut de la société civile, fortement mobilisée depuis trois semaines pour déjouer les pronostics, a payé !

    La progression du Rassemblement national et de ses idées dans la société est cependant considérable, et marque un grave recul des valeurs démocratiques, de justice sociale, de tolérance et d’écologie dans une large partie de la population. Avant de progresser dans les urnes, l’extrême droite a d’abord remporté une grande victoire dans la bataille culturelle, et a fait fortement augmenter les propos et agressions racistes et xénophobes, notamment ces dernières semaines. C’est un assombrissement dramatique de notre société dans une période déjà très critique où le dérèglement climatique détruit chaque jour davantage les conditions d’habitabilité de la planète.

    Même avec un résultat du RN bien en-dessous des prévisions, nous appelons le plus grand nombre à ne pas relâcher sa vigilance, et faire preuve d’une solidarité sans faille avec les personnes qui sont les plus ciblées par les propos, comportements et agressions racistes et discriminantes, exacerbés par les discours d’extrême droite : personnes racisées, immigrées, LGBTQIA+, précaires, juives, musulmanes, féministes, militantes, en situation de handicap, etc.

    Pour un combat radical contre l’extrême droite, nous devons également désamorcer les ressorts du vote RN, et devenir ou redevenir audibles des personnes qui ont cru voir dans ce parti une solution à leurs problèmes, notamment dans beaucoup de milieux populaires, dans de nombreux villages, moyennes et petites villes, dans une grande partie des classes ouvrières, partout où le vote RN a fortement progressé.

    La montée de l’extrême droite s’est nourrie des dégâts dramatiques causés par la politique néo-libérale brutale et injuste d’Emmanuel Macron depuis sept ans. Le système capitaliste et l’idéologie d’extrême droite forment un cercle vicieux, dont on ne peut sortir qu’en construisant une majorité culturelle et politique nette en faveur d’une société juste, solidaire, tolérante et écologiquement soutenable.

    Lire la suite

  • Répondre à l’urgence sociale, environnementale et démocratique

    Nous, organisations syndicales et associatives, avons dénoncé sans relâche le danger mortel que représenterait pour la démocratie un gouvernement rassemblement national (RN). Nous nous sommes organisées, nous nous sommes mobilisées et avons contribué aux côtés d’une majorité d’électrices et électeurs à faire barrage à l’extrême droite. Mais ce sursaut républicain sera seulement un sursis s’il ne s’inscrit pas dans le long terme et ne répond pas au besoin profond de justice sociale.

    Les forces politiques progressistes doivent dès maintenant se situer à la hauteur de ces attentes pour démontrer à toutes celles et ceux qui vivent sur le territoire, quel que soit leur statut, que la démocratie fonctionne pour elles et eux, qu’elle répond aux besoins légitimes qu’elles et ils expriment pour bénéficier de l’effectivité des droits.

    Les attentes de la population sont immenses, des mesures porteuses d’espoir sont nécessaires.

    Cet espoir est intrinsèquement lié à la poursuite de nos mobilisations et de nos luttes. Nous resterons solidaires dans la période qui s’ouvre et nous nous emploierons ensemble à reconsolider l’Etat de droit, les libertés publiques et l’indépendance de la justice.

    Par fidélité aussi aux aspirations émancipatrices qui se sont exprimées dans la société, par nécessité face au péril environnemental et climatique, nous voulons continuer de peser ensemble pour une alternative démocratique, sociale et écologique, qui garantisse enfin tous les droits pour toutes et tous, sous le contrôle continu des citoyennes et des citoyens.

    Lire la suite

  • Il est temps d’agir en faveur des solidarités !

    Les 35 associations du Collectif ALERTE font part de leur soulagement suite aux résultats exprimés par les citoyens hier. Cependant, ces évènements imposent aux pouvoirs publics d’opérer un sursaut démocratique, social et républicain : un « choc de solidarité » s’impose pour permettre à chacun de vivre dignement et donner un coup d’arrêt à la paupérisation en France.

    Comme de nombreux acteurs de la société civile, les associations du Collectif se sont opposées à l’arrivée du Rassemblement national au gouvernement. Les mesures défendues par ce parti, dont la préférence nationale, sont en parfaite opposition avec les valeurs et actions que nous portons.

    La mobilisation de la société civile a permis de faire barrage. Elle doit être entendue car la question sociale n’a jamais été aussi forte. Ce vote inédit en faveur de l'extrême droite est en effet symptomatique des fractures territoriales et sociales existantes en France.

    Lire la suite

  • Un espoir s’est levé

    Communiqué LDH

    Les électrices et électeurs ont tranché : le Rassemblement national (RN) est battu. Ce résultat s’explique par un front républicain mis en œuvre grâce à la mobilisation des actrices et acteurs politiques, associatifs, syndicaux, et de millions de citoyennes et citoyens. La participation électorale massive acte de façon indiscutable le rejet de la société d’exclusion que prône le RN. Le Nouveau Front Populaire (NFP) est en tête, suscitant un immense espoir pour les forces progressistes.

    La séquence ouverte par la dissolution n’est cependant pas close. La réponse électorale écarte le péril imminent, mais elle ne résout pas les défis économique, écologique, social et démocratique.

    Il faut que cessent immédiatement toutes les formes de violences et d’intimidation commises par les extrêmes droites. Il faut que cessent immédiatement les attaques visant les contre-pouvoirs institutionnels, sociaux et citoyens, et les atteintes à l’Etat de droit.

    Lire la suite

  • Le 7 juillet, pas une voix ne doit manquer à la défaite du RN.

    Dimanche, pour le deuxième tour des élections législatives, les choix sont restreints. Avec le nombre de désistements qui se sont produits, le scrutin se résume le plus souvent à un duel.

    C'est le cas pour notre circonscription, mais sans qu’il y ait eu de désistement, puisque la candidate du NFP a été éliminée au premier tour. Il ne reste donc que deux candidatures, celle du RN et Jean-Luc Warsmann.

    Comme le rappelait la tribune des associations et syndicats publiée le 30 juin dernier, il est compréhensible que certains rechignent à voter pour un adversaire politique.: " Nous entendons toutes les raisons qu’il y aurait pour ne pas voter pour celui-ci ou pour celle-là. Ce peut être le rejet de député-e-s sortant-e-s d’une majorité qui a mené des politiques ayant, dans les faits, renforcé l’extrême droite. Ce peut être un rejet de partis politiques dont on ne partage pas l’ensemble des priorités, les méthodes, des politiques."

    Mais ce qui se joue dimanche dépasse radicalement ce qui nous divise. Ce n’est pas une question de droite ou de gauche. C’est une question encore plus essentielle qui va se jouer, celle de la possibilité de vivre toutes et tous ensemble en France. A cette question, le RN répond par un projet politique raciste et violent, celui de la destruction progressive des libertés et plus généralement de la République, qui a toujours été sa cible première. Il s’agit de l’arrivée au pouvoir d’un parti dont le programme est construit autour de la négation de l’égalité en droit des êtres humains proclamée par l’ONU en 1948. 

    Votez Warsmann.

    Le député sortant n'est pas de gauche, il n'a pas de positionnement clair pour l'écologie, et on peut lui faire bien d'autres reproches sur ses choix politiques. Mais l'urgence et la priorité du moment sont là ! Il faut battre les candidats du RN partout en France. Et pour notre circonscription cela veut dire qu'il faut voter pour Jean-Luc Warsamann. Celui-ci a au moins le mérite de n'avoir pas eu de comportement ambigu vis-à-vis de l'extrême droite.

    Ce vote ne représente pas une approbation des choix politiques du député sortant, loin de là. S'il est réélu, Jean-Luc Warsmann pourra soutenir des textes contraires à nos convictions. Et nous pourrons nous opposer si besoin à ses choix, comme nous l'avons toujours fait.

    Comme concluait la tribune citée plus haut : " Celles et ceux qui refusent la société que nous annonce l’extrême droite sont donc devant un choix simple : toute dispersion des votes au second tour offrirait le pouvoir au RN du fait du mode électoral, alors même que ses idées inégalitaires sont minoritaires dans la société. Les votes doivent converger autour d’un seul objectif : défaire le RN."

    Lire la suite

  • Urgence démocratique et écologique : mobilisation citoyenne contre l’extrême-droite

    Publié par DNE le 01.07.2024.

    En ce moment critique pour notre démocratie, nos valeurs républicaines et notre environnement, nous lançons un appel solennel à l’ensemble des citoyens et citoyennes, associations, syndicats, et partis politiques à se mobiliser contre l’arrivée du Rassemblement National (RN) au pouvoir. Un tel scénario serait un recul majeur pour les principes fondamentaux de liberté, égalité et fraternité qui définissent notre nation, pour la démocratie, ainsi que pour les défis écologiques qui nécessitent une réponse urgente. 

    L’histoire a montré que les idéologies extrémistes et xénophobes promues par le RN sont en totale contradiction avec les valeurs démocratiques et humanistes de notre République. Tant les votes au Parlement que les prises de positions du Rassemblement National sur les questions environnementales montrent que son accession au pouvoir conduirait à des reculs très importants. En pleine urgence climatique et environnementale, l’arrivée au pouvoir d’un parti ouvertement climatosceptique signerait l’abandon de la lutte contre le réchauffement climatique avec des effets négatifs immédiats et durables et constituerait un crime pour les générations futures. Les politiques de division et de stigmatisation prônées par ce parti présentent le risque de fracturer notre société et remettre en cause les droits fondamentaux de nombreux citoyens et citoyennes, entraver la société civile, tout en passant par pertes et profits la protection de notre environnement.

    Lire la suite