Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Actualité vouzinoise - Page 5

  • Place Carnot : un réaménagement en peau de chagrin ?

    Ce lundi, un conseil municipal s'est tenu dans le salon d'honneur de la mairie de Vouziers. L'ordre du jour comportait la présentation du projet de réaménagement de la place Carnot, le gros dossier de ce deuxième mandat pour Yann Dugard et son équipe.

    Pour ce qui concerne la place elle-même, peu de modifications ont été apportés depuis les présentations faites début 2022.

    Par contre, il n'a pas été question de la place de la Paix ou du parc Beluriez. Pourtant, le premier objectif donné lors de la présentation du projet était "Travailler la liaison place de la Paix-Champ de foire pour y favoriser le parking longue durée".

    Cet objectif numéro un, n'est-il plus d'actualité ? Le coût du chantier envisagé au départ dépasse-t-il les capacités de la ville ?

    On ne le saura pas ce soir, puisqu'aucune explication n'a été donnée, et qu'aucune question n'a été posée sur ce point.

    Concernant donc la place elle-même, plusieurs points ont été confirmés, et des précisions ont été apportées sur diverses questions.

    Le principe général est maintenu, avec deux espaces piétonniers en haut et en bas de la place, avec une allée centrale. Les voitures ne pourront donc plus circuler en haut de la place, voici le schéma du nouveau plan de circulation.

    P1630849.JPG

    Les places de parking sont de ce fait réduites en nombre, mais agrandies en largeur. La végétalisation est prévue, avec plantation de 25 arbres et implantation de massifs. La question du maintien des tilleuls n'est pas tranchée : une étude phytosanitaire est demandée, avec un passage de l'expert en hiver puis au printemps. Cette végétalisation sera limitée, puisqu'il faut maintenir la possibilité de l'installation de la fête foraine sur la place, c’est ce qu'a indiqué le secrétaire général de la ville.

    La récupération des eaux de pluie sera traitée avec deux bassins, et un revêtement de surface adapté. Le revêtement des places de stationnement sera réalisé en enrobés, la possibilité d'utiliser un matériau plus clair n'ayant été retenue. (car moins résistant à l'usage).

    Le planning des travaux a été validé, après une réunion avec les commerçants. Il y aura deux phases pour traiter successivement la parie est et la partie ouest de la place. Ceci entraînera une diminution de 60% des capacités de stationnement lors du chantier.

    P1630853.JPG

    Le budget prévisionnel se monte à 1 995 000 euros, il devrait bénéficier d'un subventionnement à 60%. Ce montant ne comporte pas les coûts de maitrise d’œuvre, et se limite au périmètre présenté. C'est une somme importante pour la ville, qui semble représenter un maximum possible, puisqu'un plan d'eau envisagé en bas de la place apparaît tout à fait hypothétique, en fonction du budget réel.

    P1630854.JPG

    Suite à cette présentation, des questions ont été posées, ce qui a donné l'occasion de passer en revue les différents membres de l'opposition.

    Jean-Baptiste Machinet s'est interrogé sur le diagnostic phytosanitaire des tilleuls, et sur la pertinence du maintien de la fête foraine sur la place.

    Geneviève Cosson est revenue sur la problématique de ces arbres. Elle a rappelé que lors de la présentation précédente, c'était surtout le problème des racines qui se posait. Il lui a été répondu que ce point serait tranché lors des travaux, et que ceux-ci pourraient occasionner des dégâts notables à ces racines.

    Eva Dervin a demandé des précisions sur les places de parking. Il lui a été répondu que leur nombre passerait de 83 à 50, avec deux emplacements PMR et deux bornes de recharge électrique (soit 4 places).

    Valentine Dion a posé le problème de la circulation à vélo, et donc de la création de pistes cyclables. Le Maire a précisé en réponse qu'il préfère aménager des espaces partagés, afin de ne pas devoir supprimer d'autres places de stationnement.

    Frédéric Courvoisier-Clément est revenu sur la problématique du traitement des eaux pluviales. Il a insisté sur la difficulté à mettre en œuvre une solution pertinente, et sur le coût à supporter. Le directeur des services lui a répondu que ces aménagements étaient indispensables si on voulait bénéficier des subventions de l'agence de l'eau.

     

    Lire la suite

  • L’abbaye de Chéhéry : une histoire, un présent, un projet.

    P1630835.JPGCe vendredi, une conférence organisée par l'ASPV (Association pour la Sauvegarde du Patrimoine du Vouzinois) nous a fait (re)découvrir l'abbaye de Chatel-Chéhéry. C'est son actuel copropriétaire, Guillaume Ull, qui a présenté l'évolution de ce site remarquable.

    Un rappel historique s'imposait, bien qu'il soit difficile de résumer tous les événements des siècles passés en quelques minutes.

    Rappelons quelques moments importants pour ce monument :

    Il a été fondée au XIIe siècle, par des moines venant de l'abbaye de La Chalade, qui découlait elle-même de l'abbaye de Clairvaux. L'abbaye a prospéré jusqu'au XIVe siècle, avec une activité agricole prédominante, mais aussi avec une activité industrielle (forges et verreries). La guerre de Cent Ans et les guerres de religion mettront fin à ce développement, le site étant victime de pillages et de destructions.

    Il a été rebâti au XVIIIe siècle dans un style classique, mais l'abbaye subit une baisse P1630841.JPGd'influence avec une raréfaction des vocations. Avec la Révolution, les bâtiments sont vendus comme biens nationaux. Ils deviennent une résidence de plaisance au début du XIXe siècle, le propriétaire faisant détruire deux ailes du cloître. L'ensemble a peu évolué depuis cette date, mais a subi de gros dégâts suite à plusieurs tempêtes.


    Mais le présent de cette abbaye est également riche en événements et fort intéressant :

    En 2019, le «château» et ses hectares de terrain sont rachetés par Charles du Jeu, et Guillaume Ull, architecte du patrimoine. Ils entament des travaux d'urgence dans un bâtiment qui le nécessitait, stoppant les infiltrations d'eau, mais souhaitent rénover davantage, relancer une production de légumes, de fruits et de miel et ouvrir le site au public. (source Wikipédia).

    Pour cela, ils s'appuient sur une association, les amis de l'abbaye de Chéhéry. Les bénévoles forment une grande famille, et donnent de leur temps pour aider à la rénovation de la demeure. Ils s'investissent également dans la réalisation de journées artistiques, qui permettent à un large public de découvrir le site.

    Les archéologues s'intéressent de près à ce site riche d'histoire. Des fouilles ont permis de retrouver les traces des bâtiments détruits, en particulier au niveau de l'ancienne église abbatiale.

    Cette entreprise pour la restauration de l'abbaye nécessite de gros moyens financiers. Heureusement la qualité du travail et les résultats déjà obtenus ont permis d'obtenir des soutiens multiples, notamment par des fondations ainsi que par l'obtention de prix.

    Et cette mobilisation prend tout son sens quand on connaît les projets pour demain et après :

    Les propriétaires veulent bien entendu restaurer le bâti. Mais il leur tient à cœur de redonner vie à l'abbaye, en particulier en faisant démarrer une activité économique, qui s'inspire de celle existante dans les siècles passés.

    Déjà, une partie du jardin a été remise en culture, et un laboratoire de transformation des produits récoltés est prévu dans le bâtiment des communs, récemment restauré.

    Une vigne a été plantée non loin du site, une première récolte a eu lieu cette année. La vinification est prévue, le réchauffement climatique peut contribuer à en tirer un breuvage fort correct.

    756330_419554.pngUne grande serre  a été acquise, sa restauration demande des moyens financiers importants. Mais elle prendra sa place près du jardin actuel, permettant de diversifier la production.

    D'autres domaines d'activités sont envisagés, en s'appuyant sur la qualité du bâtiment. Des événements culturels continueront à se dérouler à Chéhéry, mais aussi des rassemblements familiaux sont envisagés (mariages, fêtes familiales) aussi bien que de nature professionnelle ou tout autre registre.

    Les locaux de l"abbaye étaient prévus afin d'accueillir des personnes pour des retraites de durée variable. Les chambres sont toujours présentes dans la partie préservée du bâtiment, il sera donc possible de créer des séjours touristiques, dès que la rénovation sera suffisamment avancée.

    Vous pouvez aider ces projets en adhérant à l'association des amis de l'abbaye, ou en faisant un don défiscalisé à 66%, pour cela rendez vous sur le site dédié : https://www.chehery.com

     

    Lire la suite

  • Prochaine séance du conseil municipal : 27 novembre

    La prochaine séance du conseil municipal de Vouziers se déroulera le lundi 27 novembre à 19 h dans le salon d'honneur de l'hôtel de ville.

    Ordre du jour :

    INFORMATIONS DU MAIRE

    POINT INFORMATIF

    • Présentation du projet de réaménagement de la place Carnot

    POINTS DELIBERATIFS

    1. ADMINISTRATION GENERALE :
      1. Approbation du procès-verbal de la séance du conseil municipal du 16/10/2023
      2. Approbation de la convention de location de la Licence IV
      3. Avis du conseil municipal sur un dossier de demande d’enregistrement d’une installation classée pour la protection de l’environnement (ICPE)
    2. RESSOURCES HUMAINES : Instauration de la prime de pouvoir d'achat exceptionnelle (Décret n° 2023-1006 du 31 octobre 2023)
    3. CULTURE : Proposition d’attribution de subvention à l’association Chorale Cecilia
    4. FINANCES :
      1. Proposition d’attribution de subvention à l’amicale des sapeurs-pompiers de Vouziers
      2. Décision modificative budgétaire – Assainissement – Régularisation du chapitre 67
      3. Fixation du mode de gestion des amortissements et des immobilisations pour le Budget Principal et son budget annexe le Lotissement
      4. Adoption du Règlement Budgétaire et Financier (RBF) pour le Budget Principal et son budget annexe le Lotissement
      5. Autorisation de dépôt de demandes de subvention au titre de la DETR/DSIL 2024 :
    • Demande de subventions pour les travaux de modernisation des ateliers municipaux
    • Demande de subventions pour la création d’une passerelle
    • Demande de subventions pour des travaux de restauration de murs et toitures
    • Demande de subventions pour le plan d’investissement global de voirie

    Lire la suite

  • Formation à la plantation de haies

    Pourquoi planter des haies ? Quelles essences choisir ? Quelles règles respecter ? Quand et comment les entretenir ? Venez en apprendre plus sur les haies grâce à cette formation sous forme de chantier participatif.

    Dans le cadre du programme « Restauration de la Trame Verte et Bleue en Argonne Ardennaise », réponse à l’AAP 2022, animé par la Communauté de Communes de l’Argonne Ardennaise en partenariat avec le ReNArd, le RBA, la Maison de la Nature et le CEN Champagne-Ardenne.

    Samedi 25 novembre 2023
    Rendez-vous : Brieulles-sur-Bar
    Horaires : 8h30-12h30
    Chantier nature
    Inscription : Argonne Ardennaise — mahaie@argonne-ardennaise.fr — 03.24.30.23.94

    Lire la suite

  • Joséphine et forte.

    Ce jeudi, Sophia Naït a fait revivre sur scène la carrière et les combats de Joséphine Baker. Devant une salle bien remplie, l'artiste a pu démontrer tous ses talents de danseuse, chanteuse et comédienne. Les Tourelles accueillaient ce spectacle en collaboration avec la section de Vouziers de la Ligue des Droits de l'Homme. En effet, au-delà de l’interprète mondialement reconnue, Joséphine Baker était aussi une militante engagée dans le combat anti-raciste.

    Et il lui a fallu faire preuve de courage et de force de caractère pour s'imposer dans un univers ségrégationniste, tel que le vivaient les noirs dans l'Amérique d'avant-guerre. La France paraissait libérer de ce fléau, et elle en a fait sa deuxième patrie.

    La petite noire de Saint-Louis a connu bien des désillusions avant d'être reconnue comme une grande vedette sur scène. Mais sa force de caractère lui a permis de surmonter tous les obstacles et tous les chagrins. Elle a poursuivi ses combats et maintenu ses convictions en entrant dans la résistance, puis en adoptant 12 enfants venus du monde entier.

    Sophia Naït n'a pas (encore ?) acquis la même célébrité, mais ses qualités incontestables d'artiste lui promettent un bel avenir professionnel. Elle a pu déclarer reconnaître dans son propre parcours des similitudes avec celui de Joséphine Baker (le racisme n'est pas mort). Son talent, et cette expérience de vie sont deux éclaircissements à la magie de sa prestation. Il n'était pas du tout évident de recréer, seule en scène, l'ambiance d'une revue à grand spectacle, pas plus que de retracer une vie si riche et complexe en quelques tableaux.

    Une telle soirée nous a permis de découvrir un talent et de redécouvrir le parcours d'une grande artiste, tout en faisant passer "en douceur" un message toujours d'actualité contre le racisme.

    Lire la suite

  • L’abbaye de Chéhéry : une histoire, un projet.

    Le vendredi 24 novembre à 20 heures, dans la salle du CPR rue de l’agriculture à Vouziers, Guillaume Ull, copropriétaire actuel et historien de l’abbaye de Chéhéry, vous racontera la riche histoire de cette fondation datée de 1147 des moines cisterciens de Lachalade, abbaye–fille de Cîteaux. En 1147, l’abbaye de Lachalade compte 300 moines occupés à défricher des forêts jusque là inaccessibles, sous l’autorité de l’Abbé Gontier.

    C’est à cette date que les frères de l’église NotreDame de Reims font don de la terre de Chéhéry qu’ils possédaient de longue date « au seigneur Gontier, abbé de Lachalade et à ses frères servant pieusement Dieu en ce lieu sous la règle de Saint-Benoît […] pour y construire une abbaye de son ordre ». L’abbaye de Chéhéry est née. Quelques quarante ans plus tard, en 1189, elle sera rattachée directement à Trois-Fontaines.

    Suit la longue histoire, brillante et aussi chaotique de l’abbaye jusqu’à la vente de tous ses biens, le 28 février 1792 à un avocat parisien, Gérard de Melcy. L’avocat fait démolir l’église abbatiale et la partie du cloître abritant sans doute les cellules les plus simples. Il la transforme en une grande demeure bourgeoise, dont la propriété restera au sein de la famille jusqu’au début du XXème siècle. Les propriétaires se succèdent ensuite au XXIème siècle jusqu’à cette renaissance récente portée par un projet audacieux que Guillaune Ull aura à cœur de vous présenter.

    Lire la suite

  • Sous la peau de Joséphine

    Tract recto.jpg

    Lire la suite