Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

biodiversité - Page 4

  • Agriculture : pour nourrir tout le monde, changer de modèle

    Communiqué de Greenpeace

    Ancrée dans l’inconscient collectif : l’idée selon laquelle l’agriculture écologique ne pourrait pas nourrir le monde. Nous pensons au contraire qu’elle est la solution, la seule alternative pour sortir d’un modèle agricole destructeur qui ne répond plus aux besoins d’aujourd’hui. Nous publions un rapport qui démontre en 7 principes-clé que l’agriculture écologique peut nourrir la planète tout en replaçant l’humain au centre du système alimentaire.

    Lire la suite

  • Chouette, un serpent dans mon jardin !

    Une silhouette glisse dans l’herbe, une petite tête apparaît entre les pierres. Pas de doute, c’est un serpent. Gardez votre sang froid, laissez tomber vos préjugés et écoutez les conseils des associations de France Nature Environnement qui se mobilisent pour sauver ces animaux mal considérés.

    Qui est-ce ? Est-il dangereux ?

    Les serpents font partie de la faune sauvage de notre pays : la France abrite en effet 12 espèces de serpents, toutes protégées par la loi. On distingue deux grandes catégories. Les couleuvres et coronelles, dépourvues de venin, sont reconnaissables à leurs pupilles rondes et aux grandes écailles régulières formant des plaques sur leur front. L’œil aguerri remarquera aussi l’unique rangée d’écailles entre l’œil et la bouche. En revanche, si ses pupilles sont fendues, si sa tête est pourvue de multiples petites écailles placées irrégulièrement et s’il y a plusieurs rangées d’écailles entre l’œil et la bouche, on est en présence d’une vipère, la seconde catégorie de serpents. Venimeuses, elles sont bien moins dangereuses qu’on ne le pense car elles économisent leur venin, long à fabriquer (une dizaine de jours). Toutes les morsures ne sont pas envenimées. Ce venin est avant tout un outil pour se nourrir et se défendre uniquement en cas d’extrême nécessité. Zéro à trois décès par an sont recensés en France suite à une morsure envenimée alors qu’on compte 50 décès en moyenne suite à des piqûres d’abeilles, de guêpes ou de frelons, et 500 000 personnes victimes chaque année de morsures de chien.

    Lire la suite

  • Nouveaux arrêtés ministériels pour détruire des loups : la coexistence intelligente nécessiterait autre chose que de la démagogie…

    Communiqué commun FNE, LPO, Humanité et Biodiversité.

    Les récents arrêtés ministériels organisant les autorisations de tirs de destruction du loup pour la saison 2015/2016 (Journal Officiel du 2 juillet 2015) confirment malheureusement la mauvaise gestion de ce dossier par les ministères en charge de l’écologie et de l'agriculture. FNE, Humanité et Biodiversité et la LPO constatent que, au lieu de travailler à l’organisation d’une future coexistence qu’elles appellent de leurs vœux, l’État choisit la fuite en avant par la simple destruction d’un nombre croissant de loups, sans exiger toutes les garanties de déploiement de moyens de protection des troupeaux.

    Lire la suite

  • Frelon asiatique, l’envahisseur qui file le bourdon

    Avec la mondialisation des échanges, de nouvelles espèces sont arrivées en Europe, avec parfois des conséquences pour les espèces autochtones, les activités humaines et la santé. Le Frelon asiatique illustre bien ce phénomène.

    L'affaire des poteries chinoises

    C’est dans des poteries importées de Chine par un producteur de bonzaïs du Lot-et-Garonne que le Frelon asiatique est arrivé involontairement en France en 2004. Dans le Sud-Ouest, Vespa velutina a trouvé des conditions climatiques proches de sa contrée d’origine. Il en a essaimé pour occuper aujourd’hui toute la moitié ouest d’une ligne allant de la Seine-Maritime aux Alpes-Maritimes. Observé dans le Nord, il n’y est pas encore implanté et il est absent de Corse.

    Lire la suite

  • Conférence régionale de la biodiversité au parc Argonne découverte

    Cet après-midi, la région avait invité des élus, des  enseignants, des représentants d’associations de protection de la nature, de syndicats agricoles, d’entreprises, de sociétés de chasse, bref des acteurs de terrain concernés par la biodiversité a une réunion de réflexion et d’échange sur la biodiversité.

    Une cinquantaine de personnes a participé à cette conférence coprésidée par Frédéric Mathias, vice président de la communauté de communes de l’Argonne ardennaise et par Raymond Joannesse, vice président du conseil régional de Champagne-Ardenne, en charge du développement durable.

    biodiversité,champagne-ardenne,2c2a


    La démarche engagée par le conseil régional.
    En ouverture de la réunion, la charte de la biodiversité a été présentée. Alors que la biodiversité régresse dramatiquement, rendant les territoires plus vulnérables aux catastrophes naturelles, la Région Champagne-Ardenne a décidé de renforcer ses moyens d’intervention depuis 2011.Les programmes d’intervention biodiversité, parcs naturels régionaux et éducation à l’environnement sont dorénavant coordonnées dans le nouveau programme charte régionale de la biodiversité, qui bénéficie de moyens financiers renforcés. En 2012, la charte de la biodiversité en Champagne-Ardenne, élaborée avec les acteurs du territoire, a été adoptée par le Conseil régional. Elle s’inscrit dans une dynamique de développement durable et coordonne  un plan d’actions :
    -le schéma régional de cohérence écologique
    -le film « la biodiversité en Champagne-Ardenne » qui illustre en s’appuyant sur des réalisations relevées dans les 4 départements-dont l’opération « chouettes verges de la 2C2A »- comment il est possible de préserver voire d’améliorer  la riche biodiversité de notre région
    -l’agenda des rendez-vous Nature
    -la campagne « À l’école de la biodiversité »
    - Les newsletters « Charte de la biodiversité »
    -en cours, l’étude de faisabilité d’un observatoire de la biodiversité
    Pour en savoir plus : cliquer ici, lien avec la page biodiversité du site du conseil régional

    L’homme et la nature : « De nouvelles relations à la nature pour de nouvelles relations sociales »
    biodiversité,champagne-ardenne,2c2aCe thème très intéressant a été présenté, de façon pédagogique, par Madame Anne-Caroline Prévot-Julliard, chercheuse du C.N.R.S. en sciences de la conservation.
    Nous vivons une époque de profonds changements  et de crises sociales liés à une dégradation de nos relations à la Nature.
    L’expérience Nature est en voie d’extinction car beaucoup d’enfants ne sont plus en contact directe avec la Nature qui ne fait donc plus partie de leur identité profonde. D’où une moindre appétence pour la Nature et la biodiversité. Cette dernière est en crise : diminution de 28% en 20 ans des oiseaux  attachés à des activités agricoles ; réchauffement climatique avec une remontée en 20 ans de 250km vers le nord des zones climatiques ; ces décalages engendrent des dysfonctionnements, des déséquilibres.
    Cette crise de la biodiversité devient aussi humaine et sociale. Des urgences apparaissent :
    -1) réaliser, révéler l’existence des relations avec la nature et les provoquer dans la vie quotidienne. Tout cela pour engendrer une identité environnementale.
    -2) redonner des occasions d’enrichir ces relations avec la nature, par des observations formalisées par exemple (dénombrer  régulièrement les papillons dans son jardin, les oiseaux) ; en remettant de la nature dans les lieux de vie (plantes vivaces dans les massifs et jardins) ; en diversifiant et harmonisant les différents usages de la nature.
    Ces objectifs nécessitent des changements de posture et questionnent sur la toute puissance du décideur et du gestionnaire. La place des scientifiques et des experts, la formation des citoyens, les relations entre les acteurs sociaux peuvent être durablement modifiées.
    Un débat dense a suivi cet exposé. Comment passer d’une attitude de conflit, de confrontation en matière environnementale à une concertation, à une communication positive entre tous les acteurs sans exception ? Comment envisager une politique globale d’aménagement sans la décliner  séparément  suivant des thèmes cloisonnés (économie, urbanisme, éducation, biodiversité, etc.) Quelle est la place du loup dans la biodiversité. Est-elle contestable ?

    Opération « Chouettes vergers »
    Frédéric Mathias après avoir rappelé  l’historique et les finalités de cette action pilotée par la 2C2A a biodiversité,champagne-ardenne,2c2acédé la parole à Aurélien Musu, coordonnateur de cette opération qui en fit une présentation détaillée et illustrée.

    Si les plantations, en 3 ans, de 2446 arbres constituent l’aspect le plus spectaculaire de l’action, bien d’autres volets ont servi la biodiversité à travers des rencontres multiples avec la Nature (formations diverses, animations pédagogiques, suivis écologiques, points d’écoute et recensement de chouettes chevêches).

    Cette opération « Chouettes vergers » illustre de façon très concrète, les recommandations affirmées par la scientifique, dans son exposé.

    Un débat sur les suites possibles et souhaitables à donner à cette action exemplaire a conclu  la conférence régionale.

    Affiche_Chouettes_Vergers.jpg

  • L’ONU franchit une étape cruciale pour la protection de la biodiversité en haute mer

    Communiqué de Greenpeace

    En 2004, Greenpeace commençait à alerter les gouvernements à travers le monde et les interpellait sur la nécessité de créer un réseau global de réserves marines, couvrant 40% des océans.

    Les éléments scientifiques existants démontrent que, pour préserver les écosystèmes marins, il est impératif que 20% à 50% des océans soient déclarés réserves marines. Au sein de ces aires préservées, aucune dégradation, extraction, exploitation n’est possible.

    Le dernier Far West

    Mais le problème qui se posait alors était de taille : comment la création d’un tel réseau peut être rendue possible alors qu’il n’existe aucun instrument juridique permettant de protéger les zones maritimes de la haute mer de manière globale, contre toutes les dégradations liées à l’activité humaine. La haute mer, ces zones qui couvrent près de la moitié de la planète et s’étendent au-delà des 200 miles nautiques, est aussi appelée le dernier Far West.

    Les Nations-Unies, en décidant qu’il était temps d’ouvrir les discussions, viennent de faire le premier pas vers la création d’un instrument juridique international pour protéger les écosystèmes marins en haute mer, après des années de négociations.

    109474_178703.jpg

     

    C’est maintenant que tout commence

     L’avancée peut sembler minime mais représente une étape indispensable et couronne plusieurs années de débat et négociations durant lesquelles de nombreux pays tels que les Etats-Unis, le Japon ou encore la Russie ont fait front, s’opposant à la création de ce texte.

    Le groupe de travail des Nations-Unies s’est finalement mis d’accord pour créer un texte juridiquement contraignant qui permettra de protéger la biodiversité au-delà des juridictions nationales.
    Le comité préparatoire commencera prochainement à travailler sur les éléments qui seront présents dans le texte, et, à la fin de la 72ème Assemblée générale des Nations-Unies, la date de démarrage de la Conférence intergouvernementale devrait avoir été choisie.
    Les Nations-unies ont reconnu que la protection des océans ne reposait pas uniquement sur la gestion de l’exploitation des ressources. Nous avons ici une occasion en or pour définir des standards globaux pour préserver les écosystèmes marins !

    Le futur accord sera la base légale qui permettra de protéger la biodiversité en haute mer.
    Les ONG ont joué un rôle important dans le processus de négociations, notamment les membres de l’Alliance de la haute mer, dont fait partie Greenpeace.

    Cette décision est le résultat d’un effort collectif mondial, de la part de tous les amoureux des océans. Ils ont réussi à faire entendre aux différentes délégations présentes à New York que le monde les observait et attendait un engagement fort de leur part pour la protection des océans.

    Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préfé
  • Loup : la position de la Confédération paysanne

    La réintroduction du loup en France pose des problèmes quotidiens et perturbe le travail des éleveurs, en particulier les bergers.

    Ces perturbations sont-elles inévitables et doivent-elles être acceptées au nom de la biodiversité. La ligne de partage entre les partisans du loup et les éleveurs ne peut se confondre avec celle qui séparerait les "bons" des "méchants".

    Voici un texte du "responsable loup" à la Confédération paysanne, texte qui a le mérite de lancer le débat sans anathème. (tribune tirée de "Politis")

    La Confédération paysanne est un syndicat de défense des paysans qui lutte, avec d’autres, pour construire une agriculture paysanne. Nous nous retrouvons parfois aux côtés des écologistes, mais cela ne fait pas de nous une association environnementaliste. Sur la question des loups, nos positions sont le fruit de débats, d’échanges, d’engueulades parfois. Les témoignages des éleveuses et des éleveurs confrontés à la prédation, pour certains depuis vingt ans, ont mis en évidence, pour tous, l’urgence de clarifier notre position en affirmant « l’impossible cohabitation entre loups et pastoralisme ». Le choix de cette formule permet d’affirmer que, dans la situation actuelle, avec près de 350 loups en France, c’est l’élevage paysan en système herbager et pastoral qui est en danger. Cela ne devrait-il pas interpeller les compagnons de route de la Confédération paysanne ?

    Affirmer que nous sommes, nous les plus radicaux (sic) de la Conf’, des « néos » sur des fermes aux « terroirs difficiles » et à « l’équilibre socio-économique précaire » paraît bien caricatural. C’est par choix, par passion, que nous avons voulu être paysans, éleveurs sur ces terroirs difficiles. Pour la plupart d’entre nous, nos fermes nous permettent de vivre grâce au choix de productions de qualité, parfois en bio et pour certains en circuits courts. Nous vivons de cette agriculture paysanne pour laquelle nous nous battons et que nous voulons laisser à nos enfants. Cela ne devrait-il pas interpeller les compagnons de route de la Confédération paysanne ? L’été, en alpage, nous gardons des troupeaux de 1 000, voire 2 000 moutons, mais cela ne fait pas de nous des Ramery – le promoteur de la ferme-usine des mille vaches. C’est méconnaître le métier de berger et d’éleveur que de laisser croire cela.

    Certains nous accusent de nous tromper de combat, de ne pas être du bon côté ou, pire encore, d’être populistes. Pourtant, une rencontre de travail a eu lieu avec France nature environnement (FNE), des visites d’alpages s’organisent, la Conf’ participe à des débats sur les moyens de protection et à des discussions avec les écologistes politiques en région. Nous débattons, nous écoutons, nous invitons les partisans de la cohabitation à venir sur nos alpages, sur nos fermes, pour découvrir nos réalités, loin des idées reçues et des débats rhétoriques stériles. Et nous portons nos revendications : défendre les éleveuses et les éleveurs confrontés aux attaques de loups malgré la mise en place de moyens de protection. Nous n’avons cessé de contester le « plan loup » actuel en rappelant que les quotas de tirs ne changeraient rien. Alors, oui, être pour ou contre les loups n’est pas la question, mais défendre les éleveuses et les éleveurs en systèmes herbagers et pastoraux, c’est bien notre rôle de syndicat agricole. Cela ne devrait-il pas interpeller les compagnons de route de la Confédération paysanne ?

    loup,réintroduction du loup,berger, biodiversité,confédération paysanne

    Loup au Parc Argonne Découverte (Photo L'An Vert DR)