Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

biodiversité - Page 4

  • Frelon asiatique, l’envahisseur qui file le bourdon

    Avec la mondialisation des échanges, de nouvelles espèces sont arrivées en Europe, avec parfois des conséquences pour les espèces autochtones, les activités humaines et la santé. Le Frelon asiatique illustre bien ce phénomène.

    L'affaire des poteries chinoises

    C’est dans des poteries importées de Chine par un producteur de bonzaïs du Lot-et-Garonne que le Frelon asiatique est arrivé involontairement en France en 2004. Dans le Sud-Ouest, Vespa velutina a trouvé des conditions climatiques proches de sa contrée d’origine. Il en a essaimé pour occuper aujourd’hui toute la moitié ouest d’une ligne allant de la Seine-Maritime aux Alpes-Maritimes. Observé dans le Nord, il n’y est pas encore implanté et il est absent de Corse.

    Lire la suite

  • Conférence régionale de la biodiversité au parc Argonne découverte

    Cet après-midi, la région avait invité des élus, des  enseignants, des représentants d’associations de protection de la nature, de syndicats agricoles, d’entreprises, de sociétés de chasse, bref des acteurs de terrain concernés par la biodiversité a une réunion de réflexion et d’échange sur la biodiversité.

    Une cinquantaine de personnes a participé à cette conférence coprésidée par Frédéric Mathias, vice président de la communauté de communes de l’Argonne ardennaise et par Raymond Joannesse, vice président du conseil régional de Champagne-Ardenne, en charge du développement durable.

    biodiversité,champagne-ardenne,2c2a


    La démarche engagée par le conseil régional.
    En ouverture de la réunion, la charte de la biodiversité a été présentée. Alors que la biodiversité régresse dramatiquement, rendant les territoires plus vulnérables aux catastrophes naturelles, la Région Champagne-Ardenne a décidé de renforcer ses moyens d’intervention depuis 2011.Les programmes d’intervention biodiversité, parcs naturels régionaux et éducation à l’environnement sont dorénavant coordonnées dans le nouveau programme charte régionale de la biodiversité, qui bénéficie de moyens financiers renforcés. En 2012, la charte de la biodiversité en Champagne-Ardenne, élaborée avec les acteurs du territoire, a été adoptée par le Conseil régional. Elle s’inscrit dans une dynamique de développement durable et coordonne  un plan d’actions :
    -le schéma régional de cohérence écologique
    -le film « la biodiversité en Champagne-Ardenne » qui illustre en s’appuyant sur des réalisations relevées dans les 4 départements-dont l’opération « chouettes verges de la 2C2A »- comment il est possible de préserver voire d’améliorer  la riche biodiversité de notre région
    -l’agenda des rendez-vous Nature
    -la campagne « À l’école de la biodiversité »
    - Les newsletters « Charte de la biodiversité »
    -en cours, l’étude de faisabilité d’un observatoire de la biodiversité
    Pour en savoir plus : cliquer ici, lien avec la page biodiversité du site du conseil régional

    L’homme et la nature : « De nouvelles relations à la nature pour de nouvelles relations sociales »
    biodiversité,champagne-ardenne,2c2aCe thème très intéressant a été présenté, de façon pédagogique, par Madame Anne-Caroline Prévot-Julliard, chercheuse du C.N.R.S. en sciences de la conservation.
    Nous vivons une époque de profonds changements  et de crises sociales liés à une dégradation de nos relations à la Nature.
    L’expérience Nature est en voie d’extinction car beaucoup d’enfants ne sont plus en contact directe avec la Nature qui ne fait donc plus partie de leur identité profonde. D’où une moindre appétence pour la Nature et la biodiversité. Cette dernière est en crise : diminution de 28% en 20 ans des oiseaux  attachés à des activités agricoles ; réchauffement climatique avec une remontée en 20 ans de 250km vers le nord des zones climatiques ; ces décalages engendrent des dysfonctionnements, des déséquilibres.
    Cette crise de la biodiversité devient aussi humaine et sociale. Des urgences apparaissent :
    -1) réaliser, révéler l’existence des relations avec la nature et les provoquer dans la vie quotidienne. Tout cela pour engendrer une identité environnementale.
    -2) redonner des occasions d’enrichir ces relations avec la nature, par des observations formalisées par exemple (dénombrer  régulièrement les papillons dans son jardin, les oiseaux) ; en remettant de la nature dans les lieux de vie (plantes vivaces dans les massifs et jardins) ; en diversifiant et harmonisant les différents usages de la nature.
    Ces objectifs nécessitent des changements de posture et questionnent sur la toute puissance du décideur et du gestionnaire. La place des scientifiques et des experts, la formation des citoyens, les relations entre les acteurs sociaux peuvent être durablement modifiées.
    Un débat dense a suivi cet exposé. Comment passer d’une attitude de conflit, de confrontation en matière environnementale à une concertation, à une communication positive entre tous les acteurs sans exception ? Comment envisager une politique globale d’aménagement sans la décliner  séparément  suivant des thèmes cloisonnés (économie, urbanisme, éducation, biodiversité, etc.) Quelle est la place du loup dans la biodiversité. Est-elle contestable ?

    Opération « Chouettes vergers »
    Frédéric Mathias après avoir rappelé  l’historique et les finalités de cette action pilotée par la 2C2A a biodiversité,champagne-ardenne,2c2acédé la parole à Aurélien Musu, coordonnateur de cette opération qui en fit une présentation détaillée et illustrée.

    Si les plantations, en 3 ans, de 2446 arbres constituent l’aspect le plus spectaculaire de l’action, bien d’autres volets ont servi la biodiversité à travers des rencontres multiples avec la Nature (formations diverses, animations pédagogiques, suivis écologiques, points d’écoute et recensement de chouettes chevêches).

    Cette opération « Chouettes vergers » illustre de façon très concrète, les recommandations affirmées par la scientifique, dans son exposé.

    Un débat sur les suites possibles et souhaitables à donner à cette action exemplaire a conclu  la conférence régionale.

    Affiche_Chouettes_Vergers.jpg

  • L’ONU franchit une étape cruciale pour la protection de la biodiversité en haute mer

    Communiqué de Greenpeace

    En 2004, Greenpeace commençait à alerter les gouvernements à travers le monde et les interpellait sur la nécessité de créer un réseau global de réserves marines, couvrant 40% des océans.

    Les éléments scientifiques existants démontrent que, pour préserver les écosystèmes marins, il est impératif que 20% à 50% des océans soient déclarés réserves marines. Au sein de ces aires préservées, aucune dégradation, extraction, exploitation n’est possible.

    Le dernier Far West

    Mais le problème qui se posait alors était de taille : comment la création d’un tel réseau peut être rendue possible alors qu’il n’existe aucun instrument juridique permettant de protéger les zones maritimes de la haute mer de manière globale, contre toutes les dégradations liées à l’activité humaine. La haute mer, ces zones qui couvrent près de la moitié de la planète et s’étendent au-delà des 200 miles nautiques, est aussi appelée le dernier Far West.

    Les Nations-Unies, en décidant qu’il était temps d’ouvrir les discussions, viennent de faire le premier pas vers la création d’un instrument juridique international pour protéger les écosystèmes marins en haute mer, après des années de négociations.

    109474_178703.jpg

     

    C’est maintenant que tout commence

     L’avancée peut sembler minime mais représente une étape indispensable et couronne plusieurs années de débat et négociations durant lesquelles de nombreux pays tels que les Etats-Unis, le Japon ou encore la Russie ont fait front, s’opposant à la création de ce texte.

    Le groupe de travail des Nations-Unies s’est finalement mis d’accord pour créer un texte juridiquement contraignant qui permettra de protéger la biodiversité au-delà des juridictions nationales.
    Le comité préparatoire commencera prochainement à travailler sur les éléments qui seront présents dans le texte, et, à la fin de la 72ème Assemblée générale des Nations-Unies, la date de démarrage de la Conférence intergouvernementale devrait avoir été choisie.
    Les Nations-unies ont reconnu que la protection des océans ne reposait pas uniquement sur la gestion de l’exploitation des ressources. Nous avons ici une occasion en or pour définir des standards globaux pour préserver les écosystèmes marins !

    Le futur accord sera la base légale qui permettra de protéger la biodiversité en haute mer.
    Les ONG ont joué un rôle important dans le processus de négociations, notamment les membres de l’Alliance de la haute mer, dont fait partie Greenpeace.

    Cette décision est le résultat d’un effort collectif mondial, de la part de tous les amoureux des océans. Ils ont réussi à faire entendre aux différentes délégations présentes à New York que le monde les observait et attendait un engagement fort de leur part pour la protection des océans.

    Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préfé
  • Loup : la position de la Confédération paysanne

    La réintroduction du loup en France pose des problèmes quotidiens et perturbe le travail des éleveurs, en particulier les bergers.

    Ces perturbations sont-elles inévitables et doivent-elles être acceptées au nom de la biodiversité. La ligne de partage entre les partisans du loup et les éleveurs ne peut se confondre avec celle qui séparerait les "bons" des "méchants".

    Voici un texte du "responsable loup" à la Confédération paysanne, texte qui a le mérite de lancer le débat sans anathème. (tribune tirée de "Politis")

    La Confédération paysanne est un syndicat de défense des paysans qui lutte, avec d’autres, pour construire une agriculture paysanne. Nous nous retrouvons parfois aux côtés des écologistes, mais cela ne fait pas de nous une association environnementaliste. Sur la question des loups, nos positions sont le fruit de débats, d’échanges, d’engueulades parfois. Les témoignages des éleveuses et des éleveurs confrontés à la prédation, pour certains depuis vingt ans, ont mis en évidence, pour tous, l’urgence de clarifier notre position en affirmant « l’impossible cohabitation entre loups et pastoralisme ». Le choix de cette formule permet d’affirmer que, dans la situation actuelle, avec près de 350 loups en France, c’est l’élevage paysan en système herbager et pastoral qui est en danger. Cela ne devrait-il pas interpeller les compagnons de route de la Confédération paysanne ?

    Affirmer que nous sommes, nous les plus radicaux (sic) de la Conf’, des « néos » sur des fermes aux « terroirs difficiles » et à « l’équilibre socio-économique précaire » paraît bien caricatural. C’est par choix, par passion, que nous avons voulu être paysans, éleveurs sur ces terroirs difficiles. Pour la plupart d’entre nous, nos fermes nous permettent de vivre grâce au choix de productions de qualité, parfois en bio et pour certains en circuits courts. Nous vivons de cette agriculture paysanne pour laquelle nous nous battons et que nous voulons laisser à nos enfants. Cela ne devrait-il pas interpeller les compagnons de route de la Confédération paysanne ? L’été, en alpage, nous gardons des troupeaux de 1 000, voire 2 000 moutons, mais cela ne fait pas de nous des Ramery – le promoteur de la ferme-usine des mille vaches. C’est méconnaître le métier de berger et d’éleveur que de laisser croire cela.

    Certains nous accusent de nous tromper de combat, de ne pas être du bon côté ou, pire encore, d’être populistes. Pourtant, une rencontre de travail a eu lieu avec France nature environnement (FNE), des visites d’alpages s’organisent, la Conf’ participe à des débats sur les moyens de protection et à des discussions avec les écologistes politiques en région. Nous débattons, nous écoutons, nous invitons les partisans de la cohabitation à venir sur nos alpages, sur nos fermes, pour découvrir nos réalités, loin des idées reçues et des débats rhétoriques stériles. Et nous portons nos revendications : défendre les éleveuses et les éleveurs confrontés aux attaques de loups malgré la mise en place de moyens de protection. Nous n’avons cessé de contester le « plan loup » actuel en rappelant que les quotas de tirs ne changeraient rien. Alors, oui, être pour ou contre les loups n’est pas la question, mais défendre les éleveuses et les éleveurs en systèmes herbagers et pastoraux, c’est bien notre rôle de syndicat agricole. Cela ne devrait-il pas interpeller les compagnons de route de la Confédération paysanne ?

    loup,réintroduction du loup,berger, biodiversité,confédération paysanne

    Loup au Parc Argonne Découverte (Photo L'An Vert DR)

  • Atlas de la Biodiversité dans les Communes : Un outil d’avenir pour les élus

    La Ministre de l’Écologie a annoncé, lors de la réunion du comité national de la stratégie nationale pour la biodiversité, la publication du document national de référence pour la réalisation d’un Atlas de la Biodiversité dans les Communes (ABC). Réactions de la fédération France Nature Environnement (FNE), de Humanité & Biodiversité (H&B) et de la Ligue pour la protection des Oiseaux (LPO).

    L’ABC : un outil de connaissance et de pédagogie…
    La réalisation d’un atlas de la biodiversité communale permet d’acquérir une connaissance fine de la nature présente sur le territoire mais aussi de mener des actions pédagogiques et participatives avec la population.

    … pour construire et guider l’action !
    Mais plus qu’un inventaire de la biodiversité sur le territoire communal ou inter-communal, c’est un outil de diagnostic et dynamique des enjeux biodiversité du territoire étudié, ouvrant la porte de l’action.

    logo_big-001be65276d3ed8e50a69295fc19b45c.pngL’ABC est au final un outil d’aide à la décision pour les élus et de l’ensemble des acteurs de la commune, qui permet d’intégrer dans un projet de territoire, les questions de biodiversité. Il concourt ainsi activement à la construction d’un développement soutenable et au service de la population.

    FNE, H&B et la LPO saluent la publication du document de référence pour aider à la réalisation des atlas de la biodiversité dans les communes et incitent vivement les élus à recourir à cet outil.

    Un besoin de financement pour cet outil d’avenir
    S’il existe des sources de co-financement comme certains conseils régionaux, le Fonds européen de développement régional (FEDER) ou encore le fonds de soutien aux ABC du Fond de Dotation de la Biodiversité, les sommes disponibles restent trop disparates et insuffisantes pour faire face à l’ensemble des besoins.

    FNE, H&B et la LPO demandent qu’une partie du programme d’investissement d’avenir annoncé par l’Etat en faveur de la biodiversité concernent les ABC.
    Agir localement pour protéger la biodiversité des territoires est essentiel pour assurer la transition écologique de nos sociétés et les ABC constituent bien à ce titre un investissement d’avenir.

    1092

  • La biodiversité vaut bien une loi

    Communiqué de la FNE à Paris le 10 juin 2014. L’examen du projet de loi relatif à la biodiversité débute aujourd’hui par une discussion générale en Commission du développement durable de l’Assemblée nationale, en présence de la ministre en charge de l’Écologie. Cet examen doit conforter et consolider l’ambition de ce texte, essentiel pour la réussite de la transition écologique de notre pays. Explications.

    La France possède un patrimoine naturel d’une grande richesse, outre-mer bien sûr, mais également en métropole. Pourtant, comme dans la plupart des pays dans le monde, cette biodiversité se dégrade sous l’action de l’homme. Notre pays a donc une responsabilité importante en matière de préservation de la biodiversité, véritable socle pour un développement durable.

    Nos structures se réjouissent que la biodiversité fasse l’objet d’une loi spécifique plus de 45 ans après la loi de 1976 sur la protection de la nature. La France a en effet besoin d’une nouvelle impulsion pour atteindre les objectifs fixés à la Conférence de Nagoya en 2010 et déclinés dans la stratégie nationale pour la biodiversité.

    Ce projet de loi aborde heureusement la biodiversité sous un angle dynamique et fonctionnel et revisite l’arsenal juridique existant afin qu’il soit plus efficace. Il met également en place une nouvelle gouvernance et de nouveaux outils

    Parmi ceux-ci l’Agence française pour la biodiversité et le régime d’accès aux ressources génétiques et de partage des avantages découlant de leur utilisation nous paraissent essentiels. Il appartient aujourd’hui aux parlementaires d’en confirmer les fondations et de les renforcer, en intégrant notamment l’Office national de la chasse et de la faune sauvage dans l’Agence, et en associant pleinement les communautés d’habitants au régime d’accès. Par ailleurs, nos structures proposent au législateur d’offrir aux élus de quoi réussir la trame verte et bleue en créant l’espace de continuité écologique.

    En revanche, certaines dispositions prévues dans ce projet de loi ne sont pas compatibles avec l’ambition affichée, et notamment plusieurs mesures dites de « simplification » qui risqueraient d’affaiblir le dispositif français de protection de nos espaces naturels et paysagers, comme la proposition de suppression des sites inscrits.

    Enfin, pour réellement faire face aux enjeux, le Gouvernement doit accompagner cette nouvelle loi de moyens humains et financiers, insuffisamment identifiés à ce jour. A cet égard, le plan d’investissement d’avenir doit abonder cette nouvelle impulsion en faveur de la biodiversité, conformément aux engagements pris.

    Nous avons besoin d’une loi moderne et ambitieuse pour faire de la biodiversité l’affaire de tous : notre futur est dans la diversité !

    1308600_5_e1cf_le-consensus-qui-prevaut-chez-les_d949c7c00880229a9e9c707c52e03999.jpg

  • Protéger les zones humides menacées

    Les zones humides sont des milieux riches en biodiversité qui rendent gratuitement de nombreux services. Pourtant leur destruction continue. Pour mieux comprendre leur rôle, leur fonctionnement et les enjeux de leur protection, France Nature Environnement (FNE) et ses associations vous proposent de partir à leur découverte à l’occasion de la Journée internationale des zones humides qui a lieu ce dimanche 2 février .


    Les zones humides, toujours en mauvais état

    En 1971, face au constat de la dégradation et de la disparition des zones humides, plus de 150 pays ont signé la Convention de Ramsar avec comme objectif la sauvegarde de ces milieux. Force est de constater, plus de quarante ans plus tard, que les dégâts se poursuivent : pollutions, comblements, drainages… Le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes ou encore le projet de déviation routière de Canapville dans le Calvados sont l’illustration même de la non prise en compte de la richesse de ces milieux.

    Bien connaître les zones humides

    jmzh2.jpgCette journée internationale des zones humides est l’occasion de rappeler que la préservation de ces milieux passe par leur identification et la connaissance de leur fonctionnement. Souvent perçus comme de simples marécages, ils abritent pourtant une richesse extraordinaire, tant en nombre d’espèces de plantes que d’animaux qui ne peuvent survivre en d’autres endroits. Cette diversité est parfois impressionnante, notamment dans les zones humides côtières, comme les mangroves, les récifs coralliens ou encore les estuaires.

    De plus, les zones humides apportent gratuitement de nombreux services en régulant les crues, en rechargeant les nappes, en épurant les eaux… Ces services, s’il fallait les recréer, représenteraient des coûts faramineux. Il convient donc de poursuivre l’inventaire des zones humides, petites et grandes, afin de mieux identifier les enjeux de leur protection.

    Mieux les préserver : passer à l’action

    Aujourd'hui, de nombreux outils de protection des zones humides sont prévus par les lois européennes et françaises, mais FNE constate au quotidien que ces réglementations sont encore trop peu respectées.

    Il y a de réelles opportunités à saisir pour protéger des zones humides menacées. Ainsi, le Marais de rale_des_genets_l.-m._preau_2_0.jpgKaw en Guyane, plus grande zone humide de France et longtemps menacé par un projet de mine d’or, pourrait être classé en parc national. Des communes riveraines en ont la volonté. L’Etat doit saisir cette chance, sans toutefois oublier les petites zones humides, dont la multiplicité contribue puissamment à l’atteinte du bon état des eaux.

    Bruno Genty, président de FNE : « notre fédération sera également vigilante quant à la mise en œuvre de la Trame verte et bleue qui doit intégrer la préservation et la restauration des zones humides. Nous veillerons à ce que le nouveau plan d’action pour les zones humides issu de la feuille de route de la conférence environnementale de 2013 soit à la hauteur des enjeux. »

    Des animations pour découvrir les zones humides, tout le mois de février

    Pour comprendre les enjeux de protection des zones humides, des animations sont organisées tout le mois de février. Retrouvez celles organisées près de chez vous à cette adresse : http://www.zones-humides.eaufrance.fr/agir/ramsar-et-la-journee-mondiale-des-zones-humides/espace-visiteurs

    concours-photo-12-actu.jpg

    Entre mare et ruisseau à Boult aux Bois

    Date(s)
    22 Février, 2014
    Localisation
    Boult-aux-Bois - Ardennes
    Lieu de rendez-vous :
    5, rue de la Héronnière
    08240 Boult-aux-bois
    Complément d'information
    En cas d'intempéries majeures, le guide responsable de l'animation se tient de prévenir de l'annulation ou non de celle-ci auprès des participants ayants réservés.
    Horaires :
    Début : 14h00 - Durée : 3h00
    Horaires/Précisions : Samedi 22 Février de 14h00 à 17h00
    Animation
    Sortie nature
    Public
    Tout Public
    Age du public : Tout âge
     
    Tarif : Gratuit

    Résumé de l'animation

    Cette animation aux approches pédagogiques variées,(pêche à l´épuisette, détermination d´espèces, jeux...) permettra aux petits comme aux plus grands de découvrir simplement la complexité de deux milieux de vie bien différents mais si fragile : la mare et le ruisseau.

    Nom/prénom de l'animateur
    Geoffrey Bourgain
     
    Réservation obligatoire avant le 20 Février, 2014
    Téléphone : 0324302498
    Nombre de personnes maximum : 20
    Reconnaissance(s) et protection(s) du site
    Espace Naturel Sensible -
    Découvrir les différentes protection des espaces naturels français

    logo.jpg?t=1391020355