Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

politique locale - Page 4

  • Les nouveaux adjoints au maire de Vouziers

    Les adjoints au maire sont élus par le Conseil municipal sur une liste, mais leur délégation est fixée par un arrêté du maire. Voici ses choix, tels qu'ils sont présentés sur le site de la ville :

    Françoise PAYEN, 1ere adjointe
    Déléguée aux affaires scolaires et périscolaires, aux affaires sociales, à l’insertion, à la prévention et la solidarité et à l’état civil.

    Dominique CARPENTIER, 2e adjoint
    Délégué aux sports, au patrimoine et à la gestion des salles communales.

    Nathalie MAROTEAUX, 3e adjoint
    Déléguée au cadre de vie et environnement (propreté en ville, fleurissement et illuminations, signalétique hors signalétique routière), aux logements communaux et aux fêtes et cérémonies (fêtes communales, réceptions, animation, lien avec les associations d'animation).

    Francis BOLY, 4e adjoint
    Délégué aux travaux (Vouziers, Chestres et Condé), à la gestion des cimetières, aux bâtiments communaux, aux relations avec les assurances (sinistres, déclaration des plaintes en gendarmerie).

    Nadège LAMPSON, 5e adjoint
    Déléguée à l’information et l’expression (publications municipales, site Internet…) et aux affaires culturelles (politique culturelle, relation avec les associations et les organismes à but culturel, suivi de l’animation de la bibliothèque et de la ludothèque).

    Le nombre d'adjoints est volontairement réduit, le nombre d'élus de Vouziers permet de prendre jusque huit adjoints. Ce choix permet de faire des économies pour le budget municipal. Mais cela implique également de disposer de moins de responsables pour assumer la gestion de domaines en délégation du maire.

    Rien n'oblige le maire à déléguer une de ses charges sur un adjoint, on remarque que personne n'a de délégation aux finances. La responsabilité du budget communal représente le poste le plus important de la vie d'une commune. Tous les autres domaines ne se développeront réellement qu'en fonction des moyens financiers qu'ils auront à disposition.

    Lire la suite

  • Une autre entreprise vouzinoise en grande difficulté

    Avec l'annonce de la mise en redressement judiciaire de NSC Packaging (ex Fege), nous avons appris une information plutôt inquiétante pour le tissu industriel local. Le groupe alsacien NSC en avait pris le contrôle il y a peu de temps, mais il traverse des difficultés financières et préfère se séparer de Fege qu'il juge le plus fragile parmi ses filiales.

    Le jugement du tribunal de commerce de Sedan date du 30/04/2020, mais les responsables politiques et les médias locaux ont mis du temps pour réagir à cette annonce. S'agit-il d'un manque d'information de leur part, ou d'une volonté d'occulter les événements négatifs pour le territoire ? S'il est normal et logique pour un élu de mettre en avant les atouts et les avancées de sa collectivité, il n'est pas sain de ne pas réagir devant d'autres événements du fait de leur aspect négatif : il en va de la crédibilité de chacun.

    Nous avons appris incidemment la mise en liquidation judiciaire du garage Renault de Vouziers. Notre ville comptait il y a quelques années de nombreux concessionnaires automobiles (Peugeot, Ford, Volkswagen, Citroën, Renault), cette liquidation réduirait au minimum d'un l'effectif encore en activité.

    Dès 2019, la société "Garage Vives Sylvie ", société par actions simplifiée, avait déclaré une " poursuite d’activité malgré un actif net devenu inférieur a la moitie du capital social", montrant ainsi sa fragilité.

    Voici l'annonce légale parue au bulletin officiel des annonces civiles et commerciales (BODACC).

    Lire la suite

  • Yann Dugard élu maire de Vouziers

    Il aura fallu attendre jusqu'à ce soir pour assister à l'installation du Conseil municipal élu le 15 mars dernier. La nouvelle équipe a siégé dans la salle des fêtes, permettant de respecter la distanciation rendue nécessaire par la pandémie actuelle.

    Très peu de public a été admis dans la salle pour les mêmes raisons, seules 11 personnes ont pu s'asseoir sur les chaises installées à l'entrée de la salle.

    P1500552.JPG

    La doyenne de l'assemblée a présidé le début de la séance, permettant l'élection du maire. Seul candidat, Yann Dugard a été élu à bulletins secrets par 22 votes pour et 7 votes blanc.

    Il a pris la présidence de l'assemblée, et il a déclaré que les circonstances ont obligé à réduire cette réunion au minimum. De ce fait, il n'a pas prononcé de discours de remerciement, et on est passé rapidement à la suite de l'ordre du jour.

    Celui-ci comportait l'élection des maires délégués de Blaise, Terron, Vouziers et Vrizy. Chaque scrutin s'est tenu à bulletin secret, obligeant à 4 nouveaux votes avec appel nominatif et passage à l'isoloir des 29 présents. Il a fallu plus qu'une heure pour en venir à bout, et déclarer les résultats : Martine Baudart pour Blaise, Marie-Claude Bergery pour Terron, Yann Dugard (bis) pour Vouziers et Hubert Renollet pour Vrizy.

    Le nombre des adjoints a été fixé à 5, heureusement l'élection s'est faite sur une liste unique. Sans liste d'opposition déclarée, les 5 candidats ont été élus avec 22 voix et 7 votes blanc.

    Le taux des indemnités des élus reste inchangé, mais avec un adjoint en moins, ce poste de dépense baisse  de 10% pour le budget de la ville.

    Les élus sont Françoise Payen, Dominique Carpentier, Nathalie Maroteaux, Francis Boly et Nadège Lampson. On remarque que seuls les deux premiers nommés conservent leur poste du mandat précédent.

    Cette séance a été un peu particulière du fait des circonstances, il reste du chemin à faire avant le retour à la normale : la fin de l'épidémie bien entendu, mais également le résultat de l'appel au tribunal administratif, et aussi l'installation du conseil communautaire.

    Lire la suite

  • SAS NSC Packaging (ex Fege ) en redressement judiciaire : c'est tout le groupe qui connaît des difficultés

    Dans notre note publiée hier, nous nous interrogions sur l'origine des difficultés rencontrées par l'entreprise Fege, qui s'appelle désormais NSC Packaging. Cette appellation découle de l’intégration de l'usine vouzinoise dans le groupe NSC, basé en Alsace.

    Nous avons pu prendre connaissance du rapport financier et des résultats consolidés 2019 du groupe. L'année dernière a été difficile, avec un chiffre d'affaire en baisse de 16 % et un résultat d'exploitation négatif à hauteur de 3 Millions d'€.

    Les perspectives pour 2020 ne semblent pas encourageantes,  avec un chiffre d'affaire attendu à nouveau en baisse, et l'attente d'un résultat négatif supérieur à celui de 2019.

    Des dividendes ont été versés aux actionnaires les années précédentes, il n'est pas prévu d'en distribuer cette année.

    logo-fege.png?crc=4207342858Cette situation délicate a amené les dirigeants du groupe à demander la mise en redressement judiciaire de NSC Packaging (ex Fege), pour "limiter l'impact sur la trésorerie du groupe des pertes financières de cette filiale attendues pour 2020."

    Lire la suite

  • SAS NSC Packaging (ex Fege ) en redressement judiciaire

    Si l'Argonne Ardennaise compte relativement peu d'entreprises industrielles, certaines ont réussi à se construire une très bonne réputation dans leur secteur d'activité. C'est le cas de l'entreprise Fege, implantée à Vouziers depuis plusieurs décennies.

    Voici comment le site Ardennes-développement présentait la société Fege en novembre 2017 :

    "Ce qui fait la force de cette entreprise, c’est la capacité à proposer des solutions novatrices et adaptées aux besoins de ses clients grâce à un bureau d’études interne. Experte en ingénierie, Fege maîtrise en interne tout le processus d’industrialisation, de la conception à la production. Réputé pour sa fiabilité et sa résistance, le fabricant ardennais équipe les industriels de robots (palettisation, emboxage, encaissage…) ou de machines de manutention (répartiteur, table d’accumulation…), en intégrant les différentes normes d’hygiène, de sécurité ou environnementales.

    Entreprise dynamique et innovante de l’Argonne Ardennaise, Fege mise sur les compétences de ses salariés, et favorise la convivialité et les échanges propices à la création et au bien-être de ceux-ci (notamment dans son espace rétro, style années 60). Fege est d’ailleurs actuellement à la recherche de nouveaux talents.

    Dans les Ardennes, le cadre verdoyant et préservé est aussi source d’innovation et de savoir-faire industriels reconnus."

    En 2013, NSC groupe, société alsacienne cotée en bourse, a fait l’acquisition de 60% des parts de la société Fege. Ce groupe comporte un pôle Packaging qui œuvre dans le même secteur que Fege, l'activité des deux unités était présentée comme complémentaire.

    fege_bureau_d_etudes_00849000_102514812

    Lire la suite

  • Raymond

    Cela fera 15 ans à la fin de cette année que Raymond Goury nous a quittés. Tous ceux qui l'ont connu savent la place qu’il a tenue dans la vie vouzinoise et ardennaise, aussi bien sur le plan syndical que politique ou associatif.

    Il a dirigé la section locale du P.S.U. ( qui rejoindra L'A.R.E.V et ensuite "Les Alternatifs"), puis le groupe Ecologie-Solidarité. L'An Vert a été le journal de ce groupe, sous forme papier au départ, avant de devenir le blog que vous connaissez.

    En hommage au militant convaincu et au personnage solidaire qu'il était, ses amis se recueillent devant sa tombe chaque premier mai, en compagnie de Jeannette son épouse. Cette année, les circonstances n'ont pas permis la tenue de ce rassemblement. Un bouquet de fleurs a cependant été déposé ce jour sur sa tombe au cimetière de Vouziers.

    IMG_20200501_120246.jpg

    Vous trouverez ci-dessous le texte lu le jour de ses obsèques au nom de ses camarades.

    Lire la suite

  • COVID-19 : désinfecter les rues est inutile et dangereux

    Communiqué de FNE le vendredi 17 avril 2020

    En France, de nombreuses municipalités partent à la traque du Covid-19 en pulvérisant dans l’espace public des produits biocides dilués. Si l’inquiétude des populations et le souhait de limiter au maximum la transmission du virus est bien légitime, recourir à des pulvérisations de ce type est inefficace et non sans risques.

    Des pratiques inefficaces pour protéger la population

    Pour vivre le coronavirus a besoin d’infester une cellule vivante (homme ou animal), Il ne peut pas exister à l’air libre, ainsi, faute de trouver un hôte, il meurt.

    Le Haut Conseil de la Santé Publique (HCSP) a réalisé une analyse relative au risque de contamination de la population par les espaces publics (voirie et mobilier urbain) ainsi qu’au risque lié à l’utilisation de produits détergents et désinfectants sur l’écosystème et l’environnement urbain. Dans son avis du 4 avril 2020, il recommande de ne pas mettre en œuvre une politique de nettoyage spécifique ou de désinfection de la voirie et autres lieux publics de plein air, du fait de l’absence d’argument scientifique de l’efficacité d’une telle mesure sur la prévention de la transmission du virus.

    Cette mesure ne contribuerait donc pas à la diminution de la transmission virale interhumaine, qui est ce contre quoi il faut précisément lutter. Les gestes barrières préconisés par le gouvernement sont la meilleure solution pour limiter cette transmission.

    Des déversements dangereux pour l’environnement

    Dans son avis, le HCSP précise par ailleurs qu’il est préférable, par mesure de précaution, de proscrire toute application de produits à proximité des milieux aquatiques. Il met en garde sur les effets de certains produits reconnus toxiques.

    Quoi qu’il en soit, lors des pulvérisations, les eaux chargées en produits désinfectants ruissellent et s’écoulent par le biais des avaloirs de rue pour aller se déverser dans les stations d’épuration urbaines, ou directement dans les cours d’eau.

    L’apport de ces produits dans les stations d’épuration peut entraîner des altérations de leur fonctionnement et donc de la qualité de l’eau épurée qui en ressort et est rejetée au milieu naturel. En effet, la quasi-totalité des stations d’épuration traitent les eaux usées grâce à l’action de communautés de bactéries. L’afflux de produits biocides en quantité peut altérer l’action de ces bactéries, entraînant un risque important de dysfonctionnement du système de traitement des eaux.

    Lire la suite