Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

hôpital

  • Syrie : halte aux attaques délibérées contre les hôpitaux

    Communiqué d'Amnesty International le 16/02/2016

    Les attaques contre au moins deux centres médicaux en Syrie le 15 février 2016 s'inscrivent dans une série de frappes selon toute apparence délibérées contre des hôpitaux, des cliniques et du personnel médical, commises en violation flagrante du droit international humanitaire. 

     Selon l'ONG humanitaire Médecins sans Frontières, un hôpital de campagne qu'elle soutient, situé à Maaret al Numan dans le gouvernorat d'Idlib, a été touché par quatre missiles lundi 15 février dans le cadre de frappes aériennes menées par la Russie dans le secteur. 

    L'hôpital est en ruines et au moins neuf civils auraient été tués, dont sept membres du personnel. 

    Lire la suite

  • La journée de mobilisation des fonctionnaires à Vouziers

    Une journée de mobilisation des fonctionnaires a eu lieu le 15 mai dans toute la France à l'appel des organisations syndicales, et à Vouziers elle a été relayée principalement par l'UNSA, implantée à l'hôpital.

    Les agents se sont réunis devant la Sous-préfecture, environ 25 personnes étaient présentes. Les principales revendications étaient la levée du blocage des salaires et des garanties pour les carrières. En effet de nombreux agents hospitaliers ne possèdent que le statut de contractuel, qui les protège très mal : pas de garanti d'emploi, pas de progression de carrière.

    Les manifestants ont ensuite formé un cortège qui s'est dirigé vers le centre-ville (photo ci-dessous).

    Manif fonctionnaires 15.05.2014.JPG

    Voici un extrait de leur appel à manifester :

    Après quatre années de gel du point d’indice et une baisse importante du pouvoir d’achat depuis dix ans, la perspective d’un blocage des salaires pendant deux années supplémentaires est totalement inacceptable.

    Nous exigeons :

    ·      Une revalorisation immédiate du point d’indice

    ·      La refonte de la grille pour une meilleure reconnaissance des compétences et des qualifications

    ·      Le renforcement de la part indiciaire dans la rémunération

    ·      l’égalité salariale entre les femmes et les hommes.

    Les perspectives de suppressions d’emplois pèsent sur les missions du service public, la qualité du service rendu aux usagers et sur les conditions de travail de tous les agents.

    Nous revendiquons :

    ·      des emplois statutaires pour faire face aux besoins

    ·      davantage de garanties pour les contractuels

    ·      des perspectives de carrière et de mobilité pour tous les agents

    ·      La possibilité d’exercer les missions de service public dans des conditions décentes.

  • La santé ne doit pas être privatisée

     A l'appel du collectif de défense de l'hôpital de Charleville Mézières, un débat sera organisé le 14 mai prochain sur la privatisation de la santé.

    Mélange public privé à l'hôpital accompagné d'une baisse de qualité de l'accueil dont les Ardennais se plaignent de plus en plus, accompagné d'un malaise des personnels, le tout entouré d'une profonde opacité : le collectif de défense de l'hôpital veut en savoir plus sur l'avenir !
    Car le plan régional de santé prévoit la collaboration entre les maternités de Charleville-Mézières et de Sedan. Que signifie dans ce cadre la fermeture d'un des étages de la maternité à l'hôpital Manchester ?
    Car le plan régional de santé évoque une seule autorisation de chirurgie à Charleville-Mézières : quel est l'avenir de la chirurgie publique ?

    Le Collectif de défense de l'hôpital a écrit au directeur de l'Agence Régionale de Santé. Le collectif de défense de l'hôpital s'est aussi rapproché du “Réseau Européen contre la privatisation et la commercialisation de la santé et de la protection sociale”. Celui-ci mène un combat contre le démantèlement des systèmes de santé et de protection sociale et ses conséquences pour les populations. Il regroupe des associations, des syndicats, des partis politiques et des plateformes sociales. A quelques jours des élections européennes, il nous a semblé utile d'organiser un débat sur ce sujet.

    Débat public
    mercredi 14 mai 2014 à 18 h
    Hôtel de ville de Mézières
    avec la participation d'Yves Hellendorf
    Membre du réseau européen
    contre la privatisation et la commercialisation

    de la santé et de la protection sociale


    Syndicaliste de la santé en Belgique

    5360352601_d770dab182_z.jpg

    L'hôpital de Manchester (photo l'An Vert, D R)

  • Le SMTI revient à Vouziers

    Ce samedi , le directeur et le personnel de l'hôpital accueillaient les Vouzinois qui venaient découvrir le nouveau service de soin au sein de l'établissement.

    Ce SMTI (Soins Médico-Techniques Importants) est prévu pour recevoir des personnes âgées dont l'état de santé nécessite une prise en charge médicale assez importante. Un EHPAD ne peut convenir dans ce cas, car le personnel soignant est restreint (pas d'infirmière la nuit, pas de médecin présent en permanence pour les soins).

    hôpital,vouziers,rethel,ghsa,smti,ehpad

    Les Vouzinois étaient venus assez nombreux, pour découvrir les locaux rénovés et entendre les explications du directeur et du médecin du service. Tout un étage a été remis à neuf, pour recevoir une vingtaine de personnes dans un cadre fonctionnel. Le premier étage est celui où se situait l'ancien service de chirurgie de l'hôpital, avant sa fusion avec celui de Rethel au sein du GHSA. L'ancien bloc opératoire a été transformé en salle d'activité pour les patients. Une salle de kinésithérapie et une d'ergothérapie complètent l'ensemble.

    Ce SMTI avait été programmé  en 2008 sur le site de Rethel, au grand mécontentement des élus vouzinois ( voir l'article de l'époque ). Cette relocalisation traduit les rapports de force au sein du GHSA, dont les responsables doivent également gérer les locaux sur 2 sites avec l'efficacité maximale.

    Le site de Rethel bénéficie d'un plateau médico-technique plus complet (scanner, bloc opératoire,...) mais doit faire face à des problèmes de locaux, alors que l'étage du bâtiment de Vouziers était inoccupé.

    Cette transformation est un signe du vieillissement de la population locale : les besoins d'EHPAD et SMTI se font ressentir alors que des services plus actifs ferment. L'ancienne maternité située dans l'enceinte de l'hôpital pourrait être démolie pour la construction du futur EHPAD public. Le directeur a indiqué 2019 comme  date de mise en service de la première tranche de cet EHPAD, soit 100 lits. Pour les autres lits, pas de date même indicative, il est vrai que la deuxième tranche est conditionnelle.

    Ce SMTI répond à un besoin sur le sud-Ardennes, il est installé dans des conditions matérielles très correctes. Son ouverture aux patients est programmée pour les jours prochains, nous pourrons alors juger de la qualité de la prestation fournie.

    hôpital 03..2014 027.jpg

  • Non à la privatisation de l'Hôpital public

    invitationcollectif.JPG

    hôpital,privatisation

    L'hôpital de Charleville (photo L'An Vert DR)

  • Comment fermer un service d'urgences en France

    Extraits d'un article de Patrick Pelloux  dans Charlie Hebdo.

    Wattrelos, l’Hôtel-Dieu à Paris et désormais Pont-à-Mousson, et d’autres à venir, comme Juvisy. Malgré les promesses des politiques, les structures d’urgences sont détruites les unes après les autres. La méthode est toujours la même, introduite par Mattei du temps de Chirac et conduite par Bachelot du temps de Sarkozy. Rien n’a changé. En voici la sordide recette : comment casser le service public.

    Sous la coupe des ARS

    Sournoisement, le 29 juillet dernier, la direction de l’hôpital de Pont-à-Mousson et l’agence régionale de santé (ARS) de Lorraine ont décidé de fermer tout simplement les urgences. Environ cinquante malades sont accueillis aux urgences chaque jour. Ils devront faire une heure de voiture pour aller consulter dans les services de Metz ou de Nancy, déjà saturés. Cette mesure montre combien les ARS sont devenues des dictatures technocratiques méprisant totalement les élus, les organisations sociales et les malades, afin de s’assurer des primes rondelettes qui récompensent les « économies » prétendument effectuées. Car le « surcoût » de la proximité est bien moindre que les frais engendrés par les transports en ambulance ou par les pompiers… Il n’empêche, une bonne ARS est une ARS qui ferme un maximum de structures.

    Il n’y a évidemment pas les bons d’un côté et les méchants de l’autre. Beaucoup de médecins embauchés dans ces agences donnent une caution médicale aux regroupements. Et il y a plus d’un directeur d’hôpital qui se bat contre ces agences. Il existe aussi des syndicats qui roupillent en facilitant la déconstruction sociale par leur attente stérile. Mais la plupart du temps, la partition est la même et elle est jouée par les mêmes musiciens. Pourtant, ils en ont fermé, des urgences : en 1988, tous les établissements de santé avaient un accueil et des services d’urgences, soit trois mille en France. En 2013, il nous en reste neuf cent cinquante. Où est passé l’argent de toutes ces économies? Nul ne sait.

    (...)

    1103-02-Charb-Hopital-c.jpg

  • Il ne reste plus que 3 ans à tenir ?

    Les personnes âgées qui sont hébergées aux "Tilleuls" ou à la "Résidence" ont eu des raisons de se réjouir en lisant la presse locale ce matin.

    Notre (toujours hospitalier) confrère "L'Union" annonce le retour à l'équilibre des comptes du GHSA pour fin 2014 et la reconstruction du bâtiment de l'EHPAD de Vouziers "dans les trois ans".

    Enfin de bonnes nouvelles ! Mais, car il y a souvent un mais, il faut lire cet article avec attention.

    En ce qui concerne la source de ces informations, il faut noter que se sont les directeurs par intérim qui sont questionnés par le journaliste. Et leur mandat vient d'être renouvelé pour trois mois, c'est à dire que fin 2014 et plus encore à l'échéance de trois ans, ils ne seront plus là pour rendre des comptes. On peut donc s'interroger sur la valeur de leurs engagements.

    En ce qui concerne l'hôpital de Rethel, ils semblent miser avant tout sur une coopération avec le CHU de Reims pour développer l'activité des services, et du bloc opératoire en particulier.  Il faut savoir que le CHU rémois connaît lui-même des difficultés. La construction d'une nouvelle "super-clinique" regroupant tous les établissements privés de la ville (et de la région) va faire naître une concurrence encore plus redoutable pour le CHU. L'idée d'insérer la direction de l'Hôpital au sein de celle du CHU signe-t-elle le début de la fin de l'existence du GHSA ?  Un commentaire à l'article de l'Union souligne ce risque.

    COURLANCY-510.jpg

    Courlancy demain :Première pierre en mars 2014 et inauguration début 2017, sur le site de Bezannes.

    En ce qui concerne l'EHPAD de Vouziers, l'article signale que "Le bâtiment, vétuste, sera entièrement reconstruit dans les trois ans." L'EHPAD de Vouziers  compte 4 sites qui occupent  4 bâtiments. Doit-on comprendre qu'un seul des 4 sera reconstruit ? Les directeurs ne s'engagent sur aucun chiffre concernant les lits à reconstruire : cette absence de précision est préoccupante.

    Ils sont par contre assez précis sur le calendrier : "entièrement reconstruit dans les 3 ans".

    Là aussi on est en droit de se montrer dubitatif. ORPEA n'a pas que des qualités, mais on peut reconnaître à cette société un certain savoir-faire et une expérience certaine dans le domaine des EHPAD. Pour son projet de Condé lès Vouziers, le permis de construire a été déposé fin 2010 et l'ouverture est prévue fin 2013. 3 ans pour un chantier de cette ampleur, c'est un délai raisonnable.

    Pour le futur EHPAD public, le permis n'est pas déposé, on en est encore loin. Le plan de financement lui non plus n'est pas finalisé. Et tout cela doit se faire dans le cadre des contraintes administratives et réglementaires qui s'attachent au secteur public. Alors simplement 3 ans pour passer toutes les étapes ? Cela fait plaisir à entendre, mais on voudrait voir le bâtiment achevé en 2016 pour y croire.