Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

inondations

  • Les zones humides, véritables alliées face aux crues

    Communiqué de FNE le 31.01.2018

    Près d’un millier d’experts viennent de placer les risques environnementaux liés aux conditions météorologiques extrêmes en première position des risques mondiaux globaux en 2018. Les fortes crues actuelles nous le rappellent une fois de plus : les effets des changements climatiques sont aujourd’hui indéniables. Pour lutter contre ces événements extrêmes, certains milieux naturels, les zones humides, sont nos meilleurs alliés. Alors que la Journée Mondiale pour les zones humides se tiendra le 2 février prochain, France Nature Environnement rappelle que celles-ci ont un rôle primordial à jouer, et ce également en milieu urbain, et qu’il est nécessaire de les préserver.

    Lutter contre les inondations grâce aux zones humides

    Dans les espaces urbains[1], les zones humides prennent différentes formes : mares, marais, tourbières, étangs, lagunes, estuaires, prairies humides, boisements humides, bords des cours d’eau... Ces milieux naturels peuvent être artificialisés, aménagés par l'Homme. C’est le cas par exemple des mares dans les parcs et jardins urbains. Regorgeant de bienfaits, les zones humides sont pourtant encore trop souvent considérées comme inutiles : en France, 67 % d'entre elles ont disparu entre 1960 et 1990.

    Lire la suite

  • De l'utilité des barrages de retenue en cas d'inondation.

    Les fortes pluies de ces dernières semaines entraînent des crues importantes des principaux cours d'eau de notre région. Ce phénomène est parfaitement naturel, et n'atteint pas un stade exceptionnel type crue centennale. En 1910, une crue historique a provoquée de nombreux dégâts, et s'est prolongée plusieurs semaines. La cote de 8 mètres a été dépassée à Paris lors de cet épisode, pour environ 6 mètres actuellement.

    Les_inondations_%C3%A0_Paris_1910.jpg

    (Faire un clic droit sur l'image pour l'afficher agrandie .)

    Depuis cette date, l'urbanisation a fortement progressé, augmentant les risques. Des zones inondables ont été utilisées pour des constructions, et les infrastructures souterraines se multiplient (métro, réseaux, garages, ...). Pour diminuer les conséquences prévisibles de ces inondations, trois grands lacs réservoirs ont été créés en amont de Paris.

    Leur utilité est rapidement remise en cause, comme on peut le voir sur le point de situation fait ce jour par le gestionnaire de ces lacs.

    Lire la suite

  • L'Entente Aisne-Oise s'adapte mais ne change pas de stratégie

    La lutte des habitants de Savigny contre le projet de barrage sur l'Aisne a été un moment important pour notre territoire. Elle a constitué une prise de conscience locale et régionale des buts poursuivis par l'Entente Aisne-Oise. D'autres se sont aussi révoltés contre la vision de cet Établissement Public Territorial de Bassin (EPTB), chargé de la lutte contre les inondations dans les bassins de l'Aisne et de l'Oise. Sa stratégie repose prioritairement sur des barrages (ouvrages d’écrêtement des crues, comme ils disent) comme celui prévu à Savigny. Cette stratégie est vouée à l'échec en cas de crue majeure, ces retenues ne pouvant qu'éventuellement retarder ou écrêter une crue décennale. En cas d'une crue majeure (centennale), aucun barrage ne serait utile en face du volume d'eau et de la durée de la crue. Cette évidence a déjà été démontrée dans le bassin de la Seine. D'immenses barrages-réservoirs ont été créés (lac du Der-Chantecoq, lac de la Forêt d'Orient, ...), ils ont marqué leur limite lors des dernières inondations : une fois remplis au maximum, ce qui arrive fréquemment en fin d'hiver, ils ne sont plus d'aucune utilité. D'ailleurs, la région parisienne vient de réévaluer toutes les mesures nécessaires en cas de crue centennale : des secteurs entiers seraient submergés, et seules des actions ciblées localement auraient une utilité.

    Pourtant l'Entente Aisne-Oise continue d'offrir ses offres de service. Son président déclare sur le site officiel de l'établissement : "Au nom de la solidarité de bassin, l’EPTB Oise-Aisne trouve ainsi toute sa légitimité à réaliser sur les bases d’une stratégie globale des ouvrages sur certains territoires moyennant l’indemnisation occasionnelle des dégâts aux cultures au profit de populations sinistrées distantes. " Cette pseudo-solidarité au profit des populations distantes sonne faux : l'Aisne déborde également dans notre secteur, mais le bon sens a empêché la multiplication des constructions en zone inondable. De plus comme nous venons de le montrer, la construction de plusieurs "petits" barrages ne mettrait pas à l'abri les populations de l'aval.

    L'Entente Aisne-Oise est en demi-sommeil depuis quelque temps, du fait d'un transfert de compétence.

    Lire la suite

  • Barrage de Savigny : l'Entente Aisne-Oise ne désarme pas

    Le projet de barrage a suscité une forte réaction des habitants de Savigny.

     


    L'Entente Aisne-Oise est constituée par les départements concernés (dont les Ardennes ) par ces rivières. Sur son site, elle continue à faire la "promotion" du site de Savigny. Voici ci-dessous ce qui y est écrit:

     

    La cuvette de Savigny-sur-Aisne

    Situé en aval de la confluence entre l’Aisne amont et l’Aire, le site de Savigny-sur-Aisne est une pièce majeure de la stratégie de lutte contre les inondations. La rivière Aisne apporte 2/3 du débit à la confluence avec l’Oise, ce qui en fait un axe prioritaire de la lutte contre les inondations. Prenant le relais de l’ouvrage de Varennes-en-Argonne situé sur l’Aire dans le département de la Meuse, l’ouvrage permettrait d’atteindre un débit de l’Aisne régulé au décennal à Attigny, procurant sur ce secteur un gain d’environ 34 cm pour une crue analogue à celle de décembre 1993. L’agglomération de Rethel, très touchée par les inondations, bénéficierait d’un gain d’environ 20 cm sur le même événement et Soissons bénéficierait d’un abaissement d’environ 30 cm. L’aménagement projeté se compose d’une digue enherbée, d’un ouvrage central muni d’un système de vannage dans le lit mineur permettant la transparence en temps normal avec une consigne de gestion automatisée de type décennale (la probabilité de fonctionnement sur une année serait de 1/10). La localisation proposée est en effet très propice au ralentissement dynamique des crues permettant de réduire significativement le risque d’inondation sur les zones urbanisées à l’aval : son potentiel est de 4 millions de m3 de surstockage avec une économie de dommages évaluée 40 M€ à chaque fonctionnement, voire 140 M€ une fois les protections rapprochées effectuées en complément. La phase conception-concertation se poursuivra en 2011. Inscrite au CPIER 2007-2013, la phase conception-concertation de ce projet bénéficie également d’un soutien financier du FEDER.

     

    Pas un mot sur la réaction des habitants, sur le vote négatif du Conseil Général, sur la position de la Préfecture des Ardennes.

    Pourtant la mobilisation locale avait abouti à un gel de ce projet, et à un réexamen des choix possibles.Savigny-sur-Aisne.JPG

    Cette nouvelle étude vient de se terminer et nous donnerons très bientôt des nouvelles à ce sujet.

    Il reste malgré tout choquant que la communication de l'Entente ne tienne pas compte de tout ce qui s'est passé et des remises en questions, validées par l'Etat et le Département.

  • L'urgence, c'était hier.

    Comme souvent en matière de sécurité, l'Etat agit dans l'urgence, quand un événement se produit. Cette façon de procéder montre un manque d'anticipation chronique, et pousse à l'utilisation de solutions prises sans concertation.

     

    Voici l'analyse de la FNE sur la réaction du gouvernement, suite aux inondations de la côte atlantique.

     

    Hier, le Gouvernement a rendu public le tracé des « zones noires », zones déclarées inhabitables où les habitations seront détruites. FNE souligne les failles de ce zonage et avance des solutions pour que le drame ne se reproduise plus.




    L’Etat oublie les zones rouges et bleues
    Ce mécanisme des « zones noires » est un mécanisme nouveau. Or il existe déjà des mécanismes pour délimiter les zones non constructibles : les zones « rouges » et « bleues » incluses dans les plans de préventions des risques naturels prévisibles (PPRNP). L’Etat est tenu de créer ces plans, qui contiennent notamment des plans de préventions des risques d’inondation et de submersion (inondation par la mer).

    l_tempete-xynthia-inondation-intemperies.jpgEt à la différence des « zones noires », décidées par le Préfet, donc l’Etat, seul, les plans de prévention des risques naturels prévisibles sont élaborés à partir d’une concertation avec les communes et la population, notamment via des enquêtes publiques.

    Certes, un zonage est urgent. Mais il existe des procédures accélérées pour créer des plans de prévention des risques naturels prévisibles. Pour des décisions aussi sensibles, FNE s’étonne que l’Etat ait préféré créer un nouvel outil, plutôt que d’utiliser ceux existants dans un esprit d’urgence bien sûr, mais aussi de concertation.

    Et le reste des côtes ?
    Benoit Hartmann, coordinateur du pôle Aménagement Durable du Territoire de FNE, pointe une autre faille : « La tempête Xynthia aurait pu frapper 10 kilomètres plus haut ou plus bas. Protéger les seules zones sinistrées n’est pas suffisant, il faut anticiper les dégâts humains et matériels tout le long du littoral, et également dans les zones de submersion moins évidentes, plus à l’intérieur des terres ! »

    Etendre la loi Littoral
    Si la loi Littoral est essentielle pour protéger la nature et préserver la diversité des activités liées à l’agriculture et aux activités marines, elle a aussi pour objectif moins connu la protection de la population contre les risques naturels.

    « Le 1er mars, Xynthia est venue cruellement rappeler l’extrême vulnérabilité des communes de bord de mer. Aujourd’hui, la loi Littoral doit photo_1270747379106-9-0.jpgêtre transformée pour lui donner de nouveaux moyens pour protéger la population, explique Raymond Léost, administrateur et responsable du réseau juridique de FNE. Il est notamment urgent d’étendre la loi Littoral aux berges des rus, des étiers et des chenaux. En cas de tempête et de remontée du niveau marin, les inondations s'étendent via ces ruisseaux et canaux. L’eau de mer ravage des terres loin à l’intérieur du littoral. »

    Les demandes de FNE :
    - Il faut supprimer tout droit à construire sur les rives des chenaux et étiers, voies de pénétration des eaux marines à l’intérieur des terres.
    - La bande littorale de 100 mètres inconstructible à partir du bord de mer doit être étendue pour prévenir les risques de submersion marine.
    - Les documents d’urbanisme doivent délimiter les espaces non urbanisés soumis à des risques de submersion marine et y interdire toute urbanisation

    Saisir l’opportunité du Grenelle II
    FNE demande donc aux députés et au Gouvernement de tirer toutes les conséquences du drame et de profiter du vote du Grenelle II en mai pour prendre deux mesures :
    1. Intégrer dans la loi Littoral un troisième pilier, la prévention des risques naturels
    2. Généraliser les plans de préventions des risques sur l’ensemble du territoire, DOM-COM compris, dans un délai de deux ans, faute de quoi des sanctions financières devront être prises.

  • Conférence de"Nature et Avenir"

    Ce jour se tenait à Rethel une réunion-débat sur le thème des inondations.

     

     

    Cette soirée qui s'est déroulée à la mairie devant une bonne cinquantaine de personnes. Elle a été animée par deux conférenciers, dont Jean-Michel Cornet directeur de l'Entente Aisne-Oise.  (Photo ci-dessous).

    204432-0002.jpg?t=1332

    C'est par erreur que "L'An Vert " avait annoncé la présence d'un représentant du bassin Seine-Normandie (Pan sur le bec).

    Le directeur de l'Entente a fait un exposé très technique sur les inondations, leurs causes, leur coût, leur histoire.

    Il a  expliqué la stratégie qui a été validée, c'est à dire retarder au maximum les crues de l'Aisne pour que celles-ci soient décalées de celles de l'Oise.

    La zone à protéger se situe après le confluent des deux rivières, c'est la partie la plus urbanisée. Les zones d'Attigny et de Rethel apparaissent secondaires par rapport à celles des agglomérations de Compiègne, Creil ou Nogent sur Oise.

    Les dégâts estimés pour une crue centennale (qui a une chance sur cent de se produire dans une année donnée) sont de 2 milliards d'euros. La proportion relative à la vallée de l'Aisne ne serait que de 14% de cette somme (285 millions d'euros).

    Les techniciens estiment que leur stratégie serait efficace jusqu'au niveau d'une crue qui risque de se reproduire tous les 30 ans. Au-delà de cette taille de crue, aucune mesure réaliste n'aurait d'impact : les volumes d'eau en jeu sont trop importants.

     

    Pour notre secteur, il s'agit donc de retenir la montée de l'Aire et de l'Aisne, qui représentent respectivement 2/3 et 1/3 des volumes.

    Le projet de Savigny entrait dans ce cadre, et le coup d'arrêt qui vient de lui être donné pose problème à l'Entente.

    Son directeur semble mettre beaucoup d'espoir dans l'expertise demandée par le préfet pour trouver un nouveau site. Les propos tenus ce soir laissent supposer qu'une croix a été faite sur la possibilité de conserver le site envisagé. Ce qui importe pour l'Entente c'est d'avoir deux retenues dans le secteur(la première étant à Varennes en Argonne), pour obtenir le volume qui valide la stratégie adoptée.

    Il a été à peine question de l'aménagement des bassins versants, même si une opération de ce type est prévue sur le territoire de la communauté de communes des crêtes pré ardennaises.

     

    814391-0005.jpg?t=4606Probablement un peu assommés par tant de chiffres et de tableaux, les auditeurs présents n'ont pas posés de questions à l'intervenant.

    Ce n'est qu'après la présentation d'un représentant du service de prévision des crues qu'un débat eut lieu, avec des remarques pertinentes sur l'origine des crues (modification du milieu naturel, drainage, urbanisation,...). Mais le directeur de l'Entente était déjà reparti.

     

    Une soirée malgré tout intéressante, que l'on aurait aimé voir se dérouler à Savigny en temps utile.

     

    Photo ci-contre : Jean-Paul Davesne de Nature et Avenir, organisateur de la soirée.

     

     

  • Prévention des inondations

    Réunion-débat Par "Nature et Avenir".

     

    La dynamique association de Rethel organise la semaine prochaine une conférence dont le thème est en pleine actualité.

    logo.gifLa question de la prévention des inondations sera abordée de manière générale. Un représentant du bassin "Seine Normandie" sera présent. Il s'agit d'un établisement public, dont la mission est la gestion de l'eau sur un territoire cohérent.

    Voici comment elle se présente sur son site :

    L'Agence de l'eau Seine-Normandie est un Etablissement Public du ministère de l'écologie dont la mission est de financer les actions de protection des ressources en eau et de lutte contre les pollutions.

    Conformément à son programme d’intervention arrêté par le comité de bassin, elle accorde des aides financières sous forme de subventions et d’avances aux collectivités locales, industriels, agriculteurs, associations qui entreprennent des travaux pour mieux gérer les ressources et lutter contre les pollutions. Les aides proviennent des redevances qu’elle perçoit en application du principe de réparation des dommages à l'environnement.


    Nul doute que la question de la prévention des inondations dans le secteur de l'Aisne et de l'Oise sera abordée.

    Ce sujet a fait couler beaucoup d'encre ces derniers mois, en particulier en réaction à la propositions de l'Entente Aisne-Oise de construire un barrage à Savigny. Cette idée a été combattue par les habitants, et le préfet a demandé une nouvelle étude. Celle-ci devra tenir compte des remarques et inquiètudes qui ont été soulevées lors du débat récent.

     

    La réunion se tiendra à la

    Mairie de Rethel

    Mardi 02 mars à 18 heures

     

     

     

    729871-0111.jpg?t=1129