Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

réfugiés

  • Acquarius – Lettre ouverte aux chefs d’Etats de L’UE

    Lettre ouverte commune envoyée à plusieurs chefs d’Etats de l’Union européenne, dont Emmanuel Macron

    Monsieur le Président de la République,

    Cinq ans, jour pour jour, après la tragédie de Lampedusa, qui a fait au moins 368 morts, les opérations de sauvetage en Méditerranée sont plus cruciales que jamais. Il est alarmant que le dernier navire de sauvetage en Méditerranée centrale puisse être contraint de cesser ses activités. Nous appelons les dirigeants européens à faire en sorte que l’Aquarius puisse continuer à sauver des vies en mer.
    La décision des autorités panaméennes de radier de son registre maritime l’Aquarius, navire de sauvetage non gouvernemental opéré par SOS Méditerranée et Médecins sans frontières (MSF), manifestement suite aux pressions du gouvernement italien, est un agissement répréhensible. Cela empêchera d’apporter une aide potentiellement vitale à des personnes vulnérables en danger, notamment des blessés, des femmes enceintes, des survivants de la torture, des personnes traumatisées par des naufrages et des mineurs non accompagnés.

    Lire la suite

  • Concert solidaire à Boult-aux-Bois

    La petite salle des fêtes de Boult-aux-Bois a accueilli ce samedi plusieurs dizaines de spectateurs qui ont pu écouter le groupe " Les Vagabonds".

    Ce groupe a pris naissance en décembre 2017 sur le Camp Saint John Perse de Reims où des réfugiés se sont installés dans leur infortune à leur arrivée dans la région. La musique a pu créer un lien entre les militants solidaires et les demandeurs d'asile ne maîtrisant pas la langue française . Ainsi, lors d'une soirée glaciale où la musique a pu réchauffer les esprits, quatre artistes se sont rencontrés : Agim, Shkelkim, Philippe et Léa.

    Ils se produisent toujours en solidarité avec les réfugiés, qu'ils soutiennent dans leur quotidien difficile et qu’ils accompagnent dans leurs démarches de régularisation.

    Pendant la soirée, ils ont pu annoncer une très bonne nouvelle : leur accordéoniste vient d'obtenir l'asile pour 10 ans.

    Lire la suite

  • Un an après, toujours pas de justice pour les Rohingyas

    Publié le 24.08.2018 par Amnesty International.

    L’absence de réaction de la part des dirigeants du monde ont permis aux responsables du massacre des Rohingyas d’être toujours en liberté.

    Plus de 700 000 femmes, hommes et enfants rohingyas ont fui le nord de l’État d’Arakan pour gagner le Bangladesh, après que les forces de sécurité du Myanmar ont lancé une vaste attaque systématique contre des centaines de villages rohingyas le 25 août 2017.

    L’offensive a été lancée en réponse à une série d’attaques menées contre des postes de sécurité par l’Armée du salut des Rohingyas de l’Arakan (ARSA), un groupe armé rohingya.

    Tant que leurs tortionnaires des forces de sécurité du Myanmar resteront en liberté, il est absurde de penser que les réfugiés rohingyas pourraient rentrer chez eux de manière sûre, digne et volontaire.

    Cet anniversaire est un jalon honteux. L’absence persistante d’action de la communauté internationale pour amener les responsables de crimes contre l’humanité à rendre des comptes risque de laisser entendre non seulement que l’armée du Myanmar restera impunie mais qu'elle pourra également librement commettre de nouveau de telles atrocités.

    Lire la suite

  • L’Aquarius appelle les gouvernements européens à indiquer rapidement un port sûr de débarquement après deux sauvetages en Méditerranée

    Vendredi 10 août l’Aquarius a secouru 141 personnes en Méditerranée. Malgré ses demandes au Centre de coordination des secours maritimes libyens, aucun port sûr de débarquement n’a été proposé.

    En réponse à la crise humanitaire en cours en Méditerranée centrale, 141 personnes ont été secourues hier par l’Aquarius, bateau de recherche et de sauvetage, géré en partenariat entre SOS MEDITERRANÉE et Médecins Sans Frontières (MSF). Les deux organisations appellent maintenant les gouvernements européens à accorder rapidement à l’Aquarius un port sûr, conformément au droit maritime international, afin qu’il puisse débarquer les personnes secourues et continuer à fournir une aide humanitaire urgente.

    Au cours des deux opérations de sauvetage, l'Aquarius a informé toutes les autorités compétentes de ses activités, notamment les centres de coordination des opérations de sauvetage maritime (MRCC) italiens, maltais et tunisiens, ainsi que le Centre conjoint de coordination des opérations de sauvetage libyen (JRCC), qui a confirmé être l'autorité de coordination pour ces sauvetages. Le JRCC libyen a informé l’Aquarius qu'il ne lui indiquerait pas de lieu de débarquement sûr et a demandé à l’Aquarius de demander un lieu sûr à un autre RCC. L'Aquarius se dirige maintenant vers le nord pour demander le lieu de sécurité le plus proche d'un autre RCC.

    Lire la suite

  • Retour de l’Aquarius en Méditerranée, où les besoins en secours sont plus nécessaires que jamais

    Le bateau de secours Aquarius, géré en partenariat par SOS MEDITERRANEE et Médecins Sans Frontières (MSF), appareille aujourd'hui de Marseille après une escale prolongée. L’Aquarius se dirige vers la Méditerranée centrale afin de venir en aide aux personnes en détresse en mer.

    « La route de la Méditerranée centrale est la plus meurtrière au monde, déclare Aloys Vimard, coordinateur de projet MSF à bord de l'Aquarius. Il n'y a presque plus de navires de sauvetage en Méditerranée centrale et aucune capacité de recherche et de sauvetage des États européens. Les secours humanitaires en mer sont désespérément nécessaires, maintenant plus que jamais. Sauver les personnes en détresse en mer reste une obligation légale et morale. Plus de 700 personnes se sont noyées ces dernières semaines. Ce mépris pour la vie humaine est terrifiant. »

    En plus de deux ans d'opérations ininterrompues de recherche et de sauvetage en Méditerranée centrale, c’est la première fois que l’Aquarius a passé plus d’un mois au port. Ce séjour prolongé a été la conséquence de l’évolution du contexte en Méditerranée centrale qui a gravement affecté les opérations de secours. Les conflits politiques à propos des ports de débarquement ont conduit à bloquer en mer des navires ayant secouru des migrants, pendant parfois des semaines. Les organisations humanitaires qui sauvent des vies en mer ont été criminalisées et empêchées d’entrer dans les ports italiens et maltais.

    Lire la suite

  • Projet de loi asile et immigration : un texte dangereux approuvé

    Communiqué d'Amnesty International le 23.04.2018

    Sanctions injustes, rétention des enfants, doublement de la durée de rétention … Les députés viennent de voter un texte qui met en péril les droits des réfugiés et migrants en France. État des lieux du projet de loi « asile et immigration » avant son passage au Sénat.

    Les enfants derrière des barreaux

    Lors des débats, les députés ont décidé de fixer la durée maximale de rétention à 90 jours au lieu de 135 jours comme initialement prévue dans le projet de loi. C’est une victoire qui n’en est pas une. Cela représente toujours un doublement de la durée de détention.

    Pire encore, les députés ont approuvé la possibilité de détenir des enfants dans des centres qui seraient plus « adaptés ». Pourtant, aucune personne migrante, et surtout pas un enfant, ne doit être détenue. Ces personnes n’ont commis aucun crime.

    Les effets traumatisants de la détention, notamment sur des enfants, ont été prouvés à maintes reprises. Faisant preuve d’une grande complaisance, les députés ont raté l’occasion de mettre fin à la détention des enfants en France.

    Lire la suite

  • Une autre politique migratoire est possible : la société civile se mobilise

    Hier, mercredi 21 février, le Conseil des ministres a adopté le projet de loi « asile et immigration ». Aux côtés des organisations engagées dans les États Généraux des Migrations, nous dénonçons les choix que fait le Gouvernement : ces choix mettent en danger les droits des personnes qui demandent l'asile en France ou de celles qui sont éloignées du territoire.

    En novembre dernier, des centaines d’associations et de collectifs citoyens ont décidé de lancer sur l’ensemble du territoire des concertations destinées à poser les bases d’une politique migratoire alternative. Les principes et les propositions qui en émergeront seront présentés à l’occasion d’une première session nationale des États Généraux, prévue les 26 et 27 mai prochains.

    Lire la suite