Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

changement climatique - Page 6

  • Elections 2022 : 7 axes pour le climat

    Pour les élections présidentielle et législatives, le Réseau Action Climat et ses organisations membres proposent un ensemble de mesures ambitieuses pour réduire nos émissions de gaz à effet de serre dans les secteurs des transports, de l'agriculture, de l'industrie, de l'énergie, de l'international, du bâtiment et de la fiscalité verte.

    Le changement climatique est l’une des préoccupations les plus fortes des Français1, avec le pouvoir d’achat et la santé. Proposer un projet fédérateur répondant à ces trois enjeux est le défi des élections à venir, alors que les Français se détournent de plus en plus des urnes.

    Utiliser une voiture moins polluante, tout en se déplaçant davantage à vélo ou en transport collectif, vivre dans un logement bien isolé, équilibrer
    ses repas pour donner davantage de place aux protéines végétales et consommer de la viande locale et de qualité, c’est bénéfique pour la santé
    et pour le climat. C’est aussi un gain de pouvoir d’achat, à condition de soutenir les ménages en situation de précarité dans l’investissement de départ pour un nouveau véhicule ou la rénovation de leur logement.

    Agir pour le climat, c’est aussi respecter les engagements pris dans l’Accord de Paris. Le tribunal administratif, dans le cadre de l’Affaire du Siècle initiée par quatre ONG membres du Réseau Action Climat, a enjoint l’Etat à prendre de nouvelles mesures pour rattraper d’ici fin 2022 le retard pris par la France dans la baisse de ses émissions de gaz à effet de serre.

    Lire la suite

  • Le candidat Emmanuel Macron fait le choix du fiasco nucléaire

    Communiqué de Greenpeace  le 10 février 2022.

    Jeudi 10 février à Belfort, Emmanuel Macron a déclaré vouloir construire 6 nouveaux EPR, puis possiblement 8 supplémentaires.
    Ce déplacement fait suite à une allocution à l’automne dernier lors de laquelle le Président-candidat s’était prononcé en faveur d’une relance du nucléaire français sans donner plus de détails.

    Pour Greenpeace France, ces déclarations ne sont pas celles d’un président soucieux de l’urgence climatique et de la transition énergétique mais celles d’un président en campagne pour sa réélection.

    Emmanuel Macron tente de marquer l’agenda politique en s’alignant sur la surenchère des candidat.es de droite et d’extrême droite sur le nucléaire.

    S’engager sur la construction de 6 voire 14 EPR à deux mois de l’élection présidentielle est totalement insensé ! Alors que l’avenir de l’EPR de Flamanville reste incertain, ces premiers réacteurs, s’ils sont un jour construits, ne rentreront pas en service avant 2040 au mieux, avec un coût exorbitant [1]. Une décision unilatérale, un calendrier aberrant, un financement absent, le tout sur une technologie incertaine, voilà le résumé de cette annonce irresponsable” commente Nicolas Nace, chargé de campagne transition énergétique à Greenpeace France. 

    Lire la suite

  • Marché carbone : un Ministre de l’agriculture au service du secteur privé

    Communiqué de la Confédération Paysanne le  07.02.2022

    Dans la lutte contre le changement climatique, l'agriculture est aux avant-postes. Le travail avec la nature étant la clé, elle a la capacité d'avoir une influence néfaste ou positive. Si les orientations qui lui sont données et le soutien qui lui est accordé vont dans le bon sens, l'agriculture peut alors jouer un rôle majeur dans la lutte contre le changement climatique ; à la fois en réduisant ses émissions de gaz à effet de serre et en développant des pratiques qui permettent d'atténuer les effets des bouleversements climatiques.

    Pourtant, pour répondre aux enjeux climatiques de l'agriculture, le gouvernement français n'a d'autre mot à la bouche que le marché carbone et la compensation. Il en a fait « une des deux priorités de la Présidence Française de l'Union Européenne » et Julien Denormandie l'a mis au menu du conseil informel des ministres européens de l'agriculture qui s'ouvre aujourd'hui.

    Lire la suite

  • Présidentielle : un positionnement d’extrême-droite dangereux (aussi) pour le climat

    Samedi 5 février, la candidate du Rassemblement national Marine Le Pen présentera son programme pour l’élection présidentielle tandis que l’autre candidat principal d’extrême droite, Eric Zemmour, sera en meeting, après un déplacement à Fessenheim jeudi 3  février.

    Pour Greenpeace France, dont les valeurs sont aux antipodes de celles portées par les deux candidats, l’instrumentalisation de la question écologique et leur positionnement rétrograde dans le débat autour du futur énergétique de la France, sont extrêmement problématiques.

    A ce stade, ni l’une ni l’autre ne se sont prononcé·es sur la rehausse de notre ambition climatique, alors que la crise climatique ne fera qu’aggraver la crise sociale en frappant en premier lieu les plus précaires, le monde paysan, les mal-logés etc.. 

    Rien non plus sur la nécessaire transformation de notre appareil productif et de nos modes de consommation et de déplacements vers plus de sobriété.
    Les deux passent notamment à côté de mesures structurantes qui ont pourtant trouvé leur place dans le débat public et sur lesquelles d’autres candidat·es se sont positionné·es, comme la mise en place d’un ISF climatique ou le développement d’une sécurité sociale de l’alimentation.

    Lire la suite

  • Le plus grand Festival climat en juillet 2022 à Lyon

    La lutte contre le dérèglement climatique a désormais son festival : du 8 au 10 juillet 2022, les mouvements de mobilisation citoyenne Alternatiba et ANV-COP21 organisent le « Festival Alternatiba » , plus grand festival climat en France. L’objectif : réunir des dizaines de milliers de participants autour d’une programmation musicale grand public et d’un vaste village des alternatives associatif, afin de montrer les solutions pour mettre fin aux causes du dérèglement climatique et d’inciter chacun à passer à l’action. 

    Des dizaines de milliers de festivaliers venus de toute la France se retrouveront du 8 au 10 juillet 2022 au Grand Parc Miribel Jonage à Lyon. À l’affiche : des concerts bien sûr, pour tous les publics, sur les deux grandes scènes principales, auxquels s’ajouteront une centaine d’ateliers et de conférences sur les enjeux de la crise climatique et ses solutions, mais aussi danse, arts de rue, expositions, projections et même formations à l’action non-violente. Un grand village des alternatives invitera les têtes de réseau et acteurs du monde associatif, syndical, intellectuel ou de l’entreprenariat social et solidaire à présenter pendant les trois jours leurs solutions pour une transition écologique et sociale. 

    Lire la suite

  • Les portraits d’Emmanuel Macron mazoutés devant le Parlement européen pour dénoncer son bilan climatique

    Strasbourg, 19 janvier 2022. Alors qu’Emmanuel Macron inaugure la présidence française de l’Union européenne, des activistes d’Action non-violente COP21 ont plongé des portraits officiels du président dans du simili-pétrole aux abords du Parlement européen pour dénoncer son bilan climatique et social désastreux. Soutenus par Greenpeace France et les Amis de la Terre, ils pointent le sabotage climatique du quinquennat d’Emmanuel Macron et le scandale de ses pratiques de greenwashing au service des lobbies et de la finance. Une douzaine d’actions similaires ont lieu en ce moment partout en France.

    Ce matin à Strasbourg aux abords du Parlement européen, peu avant le discours d’inauguration de la présidence française de l’Union européenne (PFUE), les portraits présidentiels d’Emmanuel Macron sont réapparus, près de trois ans après les premiers décrochages dans les mairies par le mouvement Action non-violente COP21 [1]. Les activistes les ont brandis tête en bas et plongés dans un fût de simili-pétrole. Des banderoles “Sabotage climatique : Macron coupable” en français et en anglais ont été déployées pendant que les porte-paroles ont dressé le bilan désastreux d’Emmanuel Macron en matière de lutte contre le dérèglement climatique. L’action s’est terminée juste avant l’intervention des forces de l’ordre qui ont évacué les activistes. Les portraits mazoutés ont été abandonnés sur place.

    Lire la suite

  • Le destin du monde reste entre nos mains

    Tribune de Malik Salemkour, président de la LDHpubliée sur Mediapart le 26.11.2021.

    Les conclusions de la COP26, conférence internationale sur les changements climatiques, qui se tenait à Glasgow du 1er au 13 novembre 2021, étaient très attendues après la sortie en août dernier d’un sixième rapport du Giec (1), très alarmant. De façon très détaillée, il confirme une accélération du réchauffement global de la planète dont est responsable l’activité humaine, avec des phénomènes météorologiques extrêmes et des effets déjà irréversibles comme la fonte des glaces et une élévation du niveau de la mer. La nécessité de maintenir la hausse des températures en dessous de 1,5 °C à l’horizon 2100 est fortement réaffirmée par les experts, alors que la poursuite des tendances actuelles verrait ce niveau dépassé dès 2030, pour atteindre + 2,4 °C à la fin du siècle.

    La déclaration finale de la COP26 est plus que décevante avec des gouvernements qui, par cyniques intérêts économiques de court terme ou sous l’influence de puissants lobbies conservateurs, ne sont pas à la hauteur des enjeux de l’urgence d’agir. Les engagements pris en 2015 par les cent-quatre-vingt-seize Etats signataires de l’accord de Paris ont certes été formellement confirmés, particulièrement l’appel à réduire de 45 % les gaz à effet de serre (GES) d’ici 2030, mais les conditions précises pour y parvenir restent dans l’incantation, sans mesures plus ambitieuses pour faire face à une trajectoire constatée en dessous des objectifs fixés. La maîtrise de la déforestation ou la sortie des énergies carbonées (charbon, gaz et pétrole) demeurent sans calendrier cohérent ni moyens concrets pour gérer cette nécessaire transition énergétique. La promesse des pays riches de verser cent-milliards de dollars par an pour l’adaptation des pays en développement à partir de 2020 n’a pas été respectée, et aucun rattrapage n’est programmé. Pourtant, les besoins financiers des pays les plus vulnérables sont dès aujourd’hui nécessaires car ils subissent déjà à plein les effets des dérèglements climatiques. Ces Etats sont volontaires aux changements mais ils ne peuvent seuls, sans risques économiques et sociaux majeurs, s’engager dans les efforts attendus sans une solidarité mondiale effective. Les gouvernements réunis à Glasgow prennent ainsi le risque de jouer dangereusement avec l’avenir de toute l’humanité.

     

    Lire la suite