Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

agriculture biologique

  • PAC 2018 : La trahison gouvernementale !

    Communiqué de la Confédération paysanne le 27.07.2017

    Après un simulacre de consultation des acteurs agricoles, le gouvernement a clairement laissé la FNSEA* arbitrer la PAC* 2018. Il fait donc le choix dangereux de léser la grande majorité des paysans au bénéfice d'une minorité. Il n'aura pas fallu longtemps pour que les promesses de campagne du candidat Macron soient enterrées par les lobbies !

    L'Etat français s'apprête en effet à porter un coup fatal à l'emploi agricole, en ne majorant pas davantage les 52 premiers hectares, et donc en défavorisant les fermes les plus pourvoyeuses d'emploi. Il met également en grand danger tous les paysans installés en zone de handicap naturel en n'anticipant absolument pas les besoins de financement de l'ICHN ( L'indemnité compensatoire de handicaps naturels) liés à l'extension prochaine du zonage. Il va ensuite sacrifier l'agriculture biologique en retirant ses financements à l'aide au maintien. Comme si cela ne suffisait pas, il compte laisser un trou budgétaire béant dans le financement des mesures agro-environnementales et climatiques, mettant en péril un dispositif qui permet concrètement aux paysans de s'engager progressivement dans la transition vers une agriculture plus écologique.

    Lire la suite

  • Transformer la Politique Agricole Commune pour aller vers l’agro-écologie : les 10 propositions de FNE

    En vue de l'élaboration de la Politique Agricole Commune 2020, France Nature Environnement se mobilise pour porter un modèle de PAC qui sache conjuguer agriculture avec protection de l'environnement et fourniture d’une alimentation durable. La Politique Agricole Commune influence fortement l’agriculture européenne. La fédération défend depuis de nombreuses années l’idée que cette influence doit s’exercer dans le bon sens, en promouvant et en accompagnant la transition agroécologique.

    Une politique européenne à réinventer

    France Nature Environnement propose de s’affranchir totalement du système existant pour une refonte complète de l’organisation de la PAC. Le système en vigueur n’est plus efficace pour répondre aux enjeux auxquels sont confrontés les territoires ruraux, les agriculteurs et la société dans son ensemble.

    L’ensemble des acteurs doivent être impliqués dans la conception de cette nouvelle PAC, dans sa mise en œuvre et dans son évaluation, à toutes les échelles territoriales.

    France Nature Environnement propose un système de primes allouées sur 10 critères de résultats, répondant à des enjeux environnementaux mais également économiques et sociaux, selon les principes de l’agro-écologie. Plusieurs primes peuvent être cumulées.

    L’argent public affecté à des prestations d’intérêt général

    Notre objectif est de construire une PAC qui rémunère les prestations d’intérêt général de l’agriculture, à commencer par une production alimentaire durable.

    La future PAC doit répondre à l’intérêt général tout en permettant à tous les agriculteurs d’obtenir un revenu suffisant. Il paraît essentiel de passer du principe d’aide au revenu au principe de rémunération de services à la fois pour ne pas placer les agriculteurs dans une position de dépendance et rendre à la PAC son caractère de politique d’intérêt général.

    France Nature Environnement propose de sortir de la logique actuelle des paiements compensateurs et d’instaurer un système de rémunération indexée sur des résultats qui s’inscrivent dans un accompagnement de la transition agroécologique.

    Au-delà de ces primes, des paiements spécifiques, conçus comme des surprimes, devront garantir une préservation effective de la biodiversité dans les zones à enjeux forts. La PAC doit aussi aider à financer l’animation territoriale, dans l’ensemble de l’espace agricole, cultivé ou non, et en particulier sur les zones à enjeux fort de biodiversité.

    Lire la suite

  • Pesticidophagie

    IND_16_10_04.png

    Dessin de Xavier Gorce pour "Le Monde"

  • Pesticides : le seul moyen de réduire l’impact c’est de réduire l’usage

    Le nouveau plan Ecophyto, rendu public le 26 octobre dernier par le ministère de l’agriculture et largement critiqué par la profession agricole, a été débattu ce matin en comité consultatif de gouvernance. FNE salue la réaffirmation par le ministre de l’agriculture de l’objectif de réduction de moitié de l’usage des pesticides et demande que l’indicateur de suivi de cet objectif, fondé sur le nombre de doses utilisées (NODU) et non sur la dangerosité des produits, comme le souhaite une partie de la profession agricole, soit maintenu.

    La réduction : un objectif sanitaire et environnemental essentiel

    Largement utilisés en agriculture mais aussi en zones non agricoles comme les parcs et jardins, les pesticides imprègnent aujourd'hui tous les milieux : l’eau que nous buvons, l’air que nous respirons, nos assiettes, avec des conséquences pour notre santé et celle des agriculteurs qui manipulent ces produits.

    Lire la suite

  • Pour une agriculture plus saine

    Une campagne de greenpeace

    L'échec de l'agriculture industrielle

    L'agriculture industrielle est un modèle toxique et dépassé. Monocultures, modifications génétiques, engrais chimiques et utilisation massive de produits phytosanitaires sont les principales caractéristiques de ce système contrôlé par une poignée d'entreprises de biotechnologie. La grande distribution, l'agro-industrie et les géants des biotechnologies tels que Syngenta, Bayer et Monsanto exercent un pouvoir énorme sur le marché. Ce système voué à l'échec détruit nos ressources naturelles et la faune (en particulier les pollinisateurs, essentiels au maintien de la biodiversité), nuit à la santé des êtres humains, empoisonne notre nourriture, nos cours d'eau, nos sols et appauvrit les agriculteurs. Sans parler de la diversité alimentaire, qui est chaque jour un peu plus mise en danger…Nous devons défier de toute urgence ce système dépassé et sortir de ce cercle vicieux!

    Lire la suite

  • Aides à l’agriculture biologique : FNE demande des garanties

    Les aides au maintien de l’agriculture biologique de l’année 2014 seront intégralement versées aux producteurs cet été.

    C’est ce qu’a fait savoir le ministre de l’Agriculture après avoir annoncé le 7 marsune coupe budgétaire de 25%, provoquant une large mobilisation des agriculteurs et des citoyens. FNE, qui s’est largement mobilisée aux côtés des producteurs bio, salue la réaction du ministre mais demande des garanties sur le long terme pour atteindre l’objectif gouvernemental de doubler les surfaces en bio d’ici 2017.

    Lire la suite

  • Soutenons la bio !

    France Nature Environnement encourage chaque citoyen à soutenir le développement de l'agriculture biologique.

    La fédération nationale des agriculteurs biologiques (FNAB) organise demain mardi 17 mars des événements partout en France (délégations ou rassemblements à la rencontre des préfets de départements et/ou de régions) pour protester contre la baisse du budget accordé aux aides pour le maintien de l'agriculture biologique.

    Lire la suite