Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

bio

  • La France, championne d’Europe de l’agriculture bio en circuit court, mais plus pour longtemps ?

    Nous publions de larges extraits d'un article de Sophie Chapelle pour Bastamag

    Une fois n’est pas coutume, la France est en pointe en Europe dans le développement de circuits courts, qui associent agriculteurs et consommateurs pour des produits de qualité vendus au prix le plus juste pour chacun. L’agriculture biologique poursuit également son essor : 21 nouvelles fermes en bio se créent ou s’y convertissent chaque jour. Mais ce mouvement, porté par des agriculteurs pionniers et des consommateurs engagés reste peu soutenu politiquement, et est menacé par une vision rétrograde de l’agriculture portée par la droite.

    Les paniers de produits agricoles, souvent bio, distribués directement du producteur au consommateur, ont le vent en poupe. La France est même championne d’Europe en la matière, loin devant la Suisse, les Pays-Bas et l’Allemagne qui la suivent en nombre de consommateurs concernés. Deux mille associations de maintien de l’agriculture paysanne (Amap) y ont été recensées en 2015 par le mouvement Miramap. Elles fournissent fruits et légumes « équitables » en circuits courts à environ 320 000 personnes. C’est davantage que partout ailleurs en Europe, et dix fois plus qu’en Allemagne ou en Italie.

    « Il s’agit d’un modèle de vente directe contractualisée, s’appuyant sur une relation directe entre le producteur et ses consommateurs, rappelle Jocelyn Parot, secrétaire général d’Urgenci, qui tente de structurer ce mouvement à l’échelle européenne . « Les partenaires fondent leurs échanges sur la relation humaine, en partageant les risques, les responsabilités et les fruits de l’activité agricole, à travers un engagement mutuel de long terme. »

    bandeau_don2014-3.png?1444141740

     

    Lire la suite

  • Un boulanger bio sur le marché de Vouziers

    Un petit peu de pub, cela ne peut pas faire de mal, surtout quand c'est pour la "bonne cause".

    Marché 06.2012 008.jpg


     

    Depuis un mois, un nouvel étal a pris place parmi les commerçants installés le samedi matin sur la place Carnot.

    Il s'agit de Jean-Marc Gobert de Cornay qui propose de la boulangerie bio traditionnelle. Cette offre était attendue semble-t-il, puisqu'il vend tout son stock avant la fin du marché.

    Il faut dire que le nombre de fournée qu'il peut produire dans une journée est limité, et que bien entendu il ne propose que des produits frais. Il utilise un levain traditionnel bio et la farine possède la même certification.

    Il est donc basé à Cornay, sous l'enseigne "L'île logique".

    Il propose une découverte de son travail les 28 juillet et 25 août, à partir de 16 heures pour une participation de 4€. Vous pourrez avoir des explications sur le pain au levain et sur l'utilisation du four à bois.

    Le 12 août, il sera possible de participer toute la journée à l'élaboration du pain, du pétrissage au défournement. Repas compris il vous sera demandé une participation de 55€ (5 personnes maximum, sur réservation au 03 20 71 21 11 ).

    Il ne vous reste plus qu'à goûter ses fabrications pour vous faire votre propre avis.

     

  • Du bio à la cantine de Vouziers

    853251-0107.jpg?t=5448Le"Bio" fait son entrée cette année au restaurant scolaire de la ville de Vouziers.

     

    C'était une promesse électorale, cela devient une réalité. Le restaurant scolaire de la ville, qui se situe dans les locaux de l'école Dodeman, va servir des repas bio cette année.

    Pour démarrer, cette innovation portera sur un repas par semaine. Les approvisionnements seront en priorité régionaux. Ce choix permet de privilégier les agriculteurs du secteur, et se situe en cohérence avec un développement durable, qui demande des circuits d'approvisionnement courts.

    En fin d'après-midi s'est tenue une conférence sur le bio,avec la présence d'un technicien de la filière  et deux producteurs locaux.

    Il a été rappelé les principes de l'agriculture bio.Les producteurs de la région commencent à s'organiser pour répondre à la demande, en particulier pour les collectivités qui ont des exigences spécifiques. Les quantités et la qualité à livrer à un restaurant scolaire sont différents de celles destinées à des particuliers.

    Le rôle éducatifs des restaurants scolaires a été souligné, sur le plan du goût, de la diversité, de l'équilibre alimentaire en particulier.

    C'est un premier pas de la ville dans un domaine où la filère commence à se développer et à se structurer, avec des perspectives de croissance à moyen terme.

    A noter que cette innovation se fera sans surcoût pour les familles.

    027155-0108.jpg?t=1456
    Le maire de Vouziers accueille les conférenciers