Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

manifestation - Page 2

  • Loi Travail : à propos des interdictions de manifestations annoncées

    Communiqué d'Amnesty International le 15/06/2016

    Les déclarations du Président de la République et du Premier Ministre relatives à l'interdiction de manifestation font peser une épée de Damoclès sur une liberté fondamentale en France.

    Il est du devoir des autorités de mettre tous les moyens à disposition pour protéger la liberté de réunion. L’interdiction d’une manifestation doit rester une exception, justifiée par une menace à l'ordre public exceptionnellement grave auquel aucun dispositif policier ne peut répondre. 

     Les violences commises lors de ces rassemblements doivent faire l’objet d’une enquête indépendante et approfondie, et ne peuvent en aucun cas être imputées sans preuve aux organisateurs. 

    Lire la suite

  • Journée de grève le jeudi 31 mars 2016

    Appel à la manifestation du 31 mars (extraits) par l'union locale FO 08

    Les organisations syndicales (CGT, FO, FSU, Union syndicale Solidaires, UNEF, UNL, FIDL) confirment leur appel à la mobilisation par la grève et les manifestations le 31 mars pour obtenir le retrait de ce projet de loi et conquérir de nouvelles garanties et protections collectives.

    12h00 : début du rassemblement sur la Place Ducale (avec possibilité de restauration sur place)

    14h00 : prises de parole

    14h30 : départ de la manifestation (en attente de validation des instances compétentes, plan ci-dessous) menant à la préfecture des Ardennes, lieu de dispersion de la manifestation après audience par le préfet.

    Ce 31 mars 2016 doit s’inscrire dans une pleine réussite par la présence nombreuse de tous les salariés rejetant ce projet de loi EL-Khomri, c’est le seul moyen d’engager le rapport de force avec ce gouvernement acquis à la cause patronale.

    arton287.png

    Lire la suite

  • Communiqué des collectifs « Nous ne céderons pas » et « Stop état d’urgence »

     

    Communiqué des collectifs « Nous ne céderons pas » et « Stop état d’urgence »

    A l’appel des collectifs « Nous ne céderons pas » et « STOP état d’urgence », des manifestations ont eu lieu samedi 30 janvier dans plus de 80 villes en France.

    Plus de 40 000 personnes, dont 20 000 à Paris, ont marché pacifiquement contre l’état d’urgence et les différents projets de loi qui le renforcent : constitutionnalisation de l’état d’urgence et de la déchéance de la nationalité, reconduction de l’état d’urgence et durcissement des lois pénales.

    Cette journée de mobilisation est un premier succès, malgré les intempéries, qui appelle d’autres initiatives.

     

    Lire la suite

  • Vouziers est Charlie

    L'indignation soulevée par les assassinats au siège de Charlie-Hebdo a provoqué une vague de solidarité nationale, et les Vouzinois se sont associés en nombre à ce mouvement.

    Ce jeudi à 12 heures, ce sont plusieurs centaines de personnes qui ont répondu présent devant la mairie de Vouziers pour un des rassemblements les plus importants depuis des années dans notre cité.

    L'appel avait pourtant été lancé tardivement hier soir, mais une attente forte de montrer sa détermination et sa colère existait manifestement chez de nombreux Vouzinois. L'appel initial (voir notre note d'hier) a été relayé sur les réseaux sociaux, par le bouche à oreille, par la municipalité de Vouziers, au sein des établissements scolaires, et à l'intérieur des entreprises et établissements de la ville.

    Il s'est également retrouvé en phase avec les consignes officielles données par le gouvernement pour marquer la riposte dès ce jeudi.

    Voici des images de ce rassemblement, où l'émotion dominait à l'égal de celle ressentie dans tout le pays et au-delà.

    Rassemblement Charlie-hebdo 01.2015 004.jpg

    Un seul slogan, pour renforcer le sentiment d'unité.

     

    Rassemblement Charlie-hebdo 01.2015 017.jpg

    Entre 300 et 400 personnes mobilisées en quelques heures.

    Rassemblement Charlie-hebdo 01.2015 032.jpg

    Le Maire de Vouziers et Michel Coistia ont insisté dans leur prise de parole sur le caractère horrible de ces assassinats. Ils ont rappelé l'importance de préserver nos libertés et de savoir se mobiliser pour leur défense.

    Rassemblement Charlie-hebdo 01.2015 034.jpg

    Plus de 200 lycéens s'étaient déplacés, montrant ainsi que  les valeurs de la République gardent un sens pour la jeune génération.

     

  • Samedi 6 septembre : fête de solidarité à Vrigne aux Bois.

    Note reprise du Blog de Michèle Leflon

    photos_3190_t.jpgVous vous souvenez, les manifestations de l'automne 2010 contre la casse des retraites, les incidents le 28 octobre devant le siège de l'UMP.

    L'acharnement judiciaire n'a pas cessé et malgré la relaxe des manifestants qui avaient été inculpés, un nouveau procès en appel aura lieu le 2 octobre à Paris.

    La responsabilité du gouvernement actuel qui a repoussé une loi d'amnistie est considérable.

    Concrètement, les frais de justice s'accumulent et la solidarité est nécessaire.

    Au programme du 6 septembre, animations et musiques à partir de 14 h 30, se terminant pas un repas mexicain dansant (inscription obligatoire au 03 24 32 08 49.)

    3788294044.jpg

    manifestation,repression,trtraites,ardennes

     

  • Gaza : manifestation le samedi 9 août à Paris

    Communiqué du Collectif national pour une paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens

    Après un mois d’intervention militaire dans la bande de Gaza, le bilan des pertes humaines est considérable : plus de 1800 victimes dont 400 enfants. La situation humanitaire est très préoccupante : l’eau potable manque, les fournitures médicales sont épuisées, de nombreuses infrastructures sont détruites tandis que 250 000 Palestiniens de Gaza sont aujourd’hui déplacés. En Cisjordanie occupée la répression s’est accentuée.

    Une trêve est à l’œuvre, permettant de mettre un terme temporaire au massacre des Palestiniens de Gaza, le troisième en 6 ans. Mais l’arrêt des bombardements pour essentiel ne saurait suffire, le droit doit s’appliquer : le blocus de Gaza doit être levé, les prisonniers doivent être libérés.

    Le gouvernement français a pris dès le début de l’intervention armée israélienne une position scandaleuse totalement alignée sur la politique colonialiste, agressive et criminelle du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu. Celle-ci s’est accompagnée d’entraves inacceptables au droit de manifester et d’une volonté de criminaliser la solidarité avec le peuple palestinien. Suite à la mobilisation populaire massive, le gouvernement n’ose plus afficher aussi ouvertement son parti pris pro-israélien. Mais ses déclarations restent vides si elles ne s’accompagnent pas d’actes concrets permettant de faire appliquer le droit dans la région.

    Et pour faire appliquer le droit, des sanctions immédiates doivent être mises en œuvre. Il faut cesser immédiatement toute coopération militaire avec Israël, mettre un embargo total sur les armes à destination d’Israël. Dans le même temps, il faut agir pour la suspension de l’accord d’association entre l’Union Européenne et Israël, sur la base de son article 2. Il faut aussi s’en prendre directement à la colonisation en interdisant l’entrée des produits des colonies sur le sol français et en interdisant toute relation d’affaires en rapport avec la colonisation.

    La mobilisation citoyenne se poursuit pour que le gouvernement français agisse en ce sens. Notre solidarité avec la lutte du peuple palestinien ne faiblira pas.

     

    Manifestation le samedi 9 août 2014, à 15h00, à Paris, Place Denfert-Rochereau

    140718-gaza-strike-1230p_158da161c3e52ef866f9d4642042e3ce.jpg

  • Le droit d’exprimer ses opinions pacifiquement, une responsabilité des pouvoirs publics

    Le tribunal administratif de Paris, saisi par les organisateurs, a confirmé l'interdiction de la manifestation en faveur des droits du peuple palestinien.

    Le "risque de trouble de l'ordre public" invoqué est une notion très subjective, puisqu'elle tend à préjuger d'une situation à venir. Dans de nombreux pays, dont Israël, se déroulent des manifestations de protestation contre l'intervention à Gaza . D'après Libération, François Hollande a déclaré : «Il ne peut pas y avoir d’importation du conflit en France, il ne peut pas y avoir des manifestations qui se font face et des risques pour l’ordre public».

    Il vient d'assurer le premier ministre israélien de sa solidarité dans un communiqué repris par "L'Express" : François Hollande a eu ce soir un entretien téléphonique avec le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou. Selon un communiqué de l'Elysée, "il lui a exprimé la solidarité de la France face aux tirs de roquettes en provenance de Gaza". Il contribue ainsi à "importer le conflit", en désignant un camp qui serait l’agresseur et l'autre une simple victime. L'expérience a démontré à plusieurs reprises que les expéditions punitives d'Israel ne règlent en rien le problème du conflit avec les Palestiniens, mais qu'elles contribuent plutôt à attiser les haines.

    Le processus de paix qui était au point mort n'est pas prêt de se remettre en marche, mais qui souhaite vraiment la paix dans la région ?

    Voici ci dessous un communiqué de la LDH au sujet de l'interdiction de la manifestation, communiqué publié avant l'arrêt du Tribunal Administratif.

    smoke-and-flames-are-seen-following-what-police-said-was-an-israeli-air-strike-in-rafah-in-gaza-strip_4964737.jpg

    Communiqué LDH

    La décision du ministère de l’Intérieur d’interdire une manifestation en faveur des droits du peuple palestinien au motif « de ne pas importer le conflit israélo-palestinien en France », après avoir autorisé la précédente, constitue une entrave manifeste à une liberté constitutionnelle, et un déni de la réalité.

    Exiger la reconnaissance du droit du peuple palestinien à un Etat souverain aux frontières, aussi sûres et reconnues que celles de l’Etat d’Israël, ce n’est pas importer un conflit, c’est inscrire la politique française dans les principes qu’elle prétend défendre.

    Au moment où la liste des victimes civiles – même si le rappel de la prohibition absolue de tels actes envers toutes les populations civiles s’impose – s’allonge de manière effrayante, il ne sert à rien de tenter d’étouffer le sentiment de révolte que provoque l’intervention militaire israélienne contre la population de Gaza, sauf à vouloir un peu plus accréditer que le gouvernement a fait le choix partisan d’un camp.

    La LDH entend rappeler avec force que le conflit israélo-palestinien ne peut conduire à assigner à résidence communautaire telle ou telle partie de la population. A ce titre, s’en prendre à des lieux de culte et aux croyants est inadmissible et doit être sanctionné.

    En même temps, à en croire les comptes rendus de presse, les faits en cause ont fait l’objet d’un traitement judiciaire partial, en ne rendant pas compte du rôle de la Ligue de défense juive dans leur déroulement. La LDH a déjà eu l’occasion de s’étonner du traitement de faveur dont bénéficie cette organisation qui n’a jamais caché qu’elle se comporte, à l’encontre de la loi, en milice supplétive de certains partis politiques israéliens membres du gouvernement de M. Netanyahou.

    C’est sur les pouvoirs publics que pèse, avant tout, la responsabilité de faire respecter le droit de chacun à exprimer ses opinions pacifiquement et dans le cadre des lois de la République. La paix civile comme le libre débat démocratique ne peuvent être préservés que si les pouvoirs publics ont une attitude claire et impartiale.

    Paris, le 18 juillet 2014