Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

manifestation - Page 6

  • Ardennes : 5000 manifestants à nouveau mobilisés

    Encore un gros cortège ce matin entre la place Ducale et la préfecture.

     

    La police annonce de son côté 3000 personnes, il s'agit d'un nouveau succès pour  le combat contre la réforme des retraites de Sarkozy. Il y avait plus de monde dans les rues du chef-lieu que le samedi précédent.

    A noter le soutien des élus d'Unimair, qui étaient en réunion à Charleville ce jour.

    CIMG2384.JPG

    Le 16 octobre à Charleville (photo CGT CG08)

     

    Il n'y a pas eu d'incidents pendant la manifestation, une délégation a été reçue en préfecture à la fin du défilé.

    La prochaine étape se situe lundi, où sera validé le mot d'ordre de grève reconductible après les assemblèes générales dans les différentes entreprises.

    A Paris et en province, de gros cortèges se sont également déroulés.

    Pour Paris la police annonce 50.000 participants, la CGT 310.000 manifestants, au même niveau que le 2 octobre.

     

    defile-parisien-contre-la-reforme-des-retraites-paris-le-16-octobre-10328169nuapa_1713.jpg?v=1

    La manifestation de Paris (photo AFP)

     

     

     

  • Dans les Ardennes aussi, on continue samedi

    Entêté le gouvernement Fillon, aux ordres de Sarkozy.

     

    fillon-sarkozy.jpgC'est aussi bien pour se convaincre eux-mêmes de tenir, que pour décourrager les opposants que Fillon et Sarkozy annoncent qu'il n'y aura plus de concessions sur la réforme des retraites.

    On sait que la décision de céder du terrain est politique, et dépendra du rapport de forces qui existera dans le pays.

    Les deux compères sont bien en train de revenir sur le bouclier fiscal, ne pouvant plus soutenir cette mesure symbole d'injustice (c'est ce que déclare le ministre du budget). Il s'agissait pourtant d'un pilier des réformes du président, sur laquelle il construisait son image.  Mais quand le danger est trop grand, l'instinct de survie prend le dessus (en n'oubliant pas de continuer à protéger les plus riches, par la suppression envisagée de l'impôt sur la fortune).

     

    Le rapport de force, le mouvement social est entrain de le faire pencher en sa faveur. La mobilisation ne faiblit pas, au contraire elle s'amplifie, et le soutien de l'opinion est grandissant.

    La prochaine journée de manifestations est prévue samedi.

     

    Pour les Ardennes rendez-vous

    Samedi 16 octobre à 10heures

    Place Ducale

  • Les Ardennes mobilisées : près de 10.000 à Charleville

    Dans tout le pays, les manifestations ont regroupé un nombre considérable de participants.

     

    Le premier ministre annonce qu'il maintiendra sa réforme des retraites malgré tout, faisant preuve d'une incapacité à entendre ce qui se dit dans la France "d'en bas".

    Cet immobilisme, il pense que c'est une qualité, une preuve de fermeté.

    Devant la montée en puissance des mobilisations, son pari est risqué.

    Les syndicats ont également une partie difficile à jouer, ne pouvant lancer un mouvement plus radical sans espérer une bonne chance de succès.

    L'épreuve de force risque de durer, avec une prochaine étape le samedi 16 octobre. A un moment donné un des deux camps va de voir céder, car un compromis semble désormais improbable.

    Cette journée montre qu'aucun signe de faiblesse ne vient du camp syndical, en sera-t-il de même dans le camp gouvernemental ?

     

    A Charleville, la mobilisation est à la hausse : la police annonce 7000 personnes, les syndicats 10.000

    Ces chiffres sont supérieurs à ceux des journées précédentes.

    Le soleil était cette fois-ci au rendez-vous, on notait la présence de jeunes dans le cortège, mais les lycéens avaient manifesté de manière autonome plus tôt dans la journée.

    Les Vouzinois étaient à nouveau plusieurs dizaines dans le cortège, une bonne partie étant venue par le car affrété par la section PS locale.

    Les lycéens se sont aussi mobilisés ce jour: les cours ont été fortement perturbés à Masaryk. Les élèves ont parcouru les rues de la ville à plus de cent le matin, ils ont renouvelé un cortège dynamique dans l'après-midi.

    Voici quelques clichés de la manifestation de Charleville.

     

    138367-0011.jpg?t=4871

    Au pont des deux villes

     

     

    739216-0014.jpg?t=9944

     

    Un cortège très fourni

     

     

    244694-0019.jpg?t=8507

     

    Devant le siège local de l'UMP, bombardé d'oeufs et de tomates.

     

     

    555072-0022.jpg?t=1772

    La tête du cortège des hospitaliers

     

     

    255555-0025.jpg?t=9155

    L'arrivée place Ducale

     

     

     

     

  • Contre la réforme des retraites proposée par Sarkozy

     

    MANIFESTATION DE DEMAIN 12 OCTOBRE A CHARLEVILLE

    Restauration possible à partir de 12h30 au carrefour des deux villes
    13H rassemblement au carrefour des deux villes
    13h30 prises de parole
    14h manifestation. Parcours : avenue De Gaulle ; blocage de la voie rapide ; puis le cortège prendra la rue jean-Jacques Rousseau, l'avenue Boutet avant une dislocation Place Ducale.

     

    Rappel pour les Vouzinois :départ possible en car à 13 heures derrière la mairie (arrivée à Charleville pour le démarrage du cortège).

     

    6a00d8341cdf0d53ef013481b5db5f970c-pi

  • 2 octobre : ce n’est pas le jour de battre… en retraite !

    Communiqué de la LDH.

    La LDH appelle à participer aux côtés des organisations syndicales rassemblées à la journée d’action du 2 octobre pour une retraite solidaire pour tous.

    La Ligue des droits de l’Homme, parce qu’elle a toujours agit pour une indivisibilité des droits, qu’ils P1060052.jpgsoient politiques et civiques ou économiques, sociaux et culturels a appelé à participer à toutes les actions initiés par les organisations syndicales. Elle se félicite d’une unité d’action, de nature elle seule à rappeler au gouvernement que la retraite par répartition est le seul système de nature à permettre une égalité d’accès au droit à une pension décente.

    Si une réforme est nécessaire, ce ne peut être celle actuellement proposée qui ne change rien aux inégalités existantes par exemple entre femmes et hommes, qui aggrave les celles qui sont issues des places différentes sur le marché du travail, qui condamne les vieux précaires à la pauvreté, qui ne tient aucunement compte des travaux les plus durs, effectués par les plus pauvres, les moins qualifiés.

    Dire aujourd’hui que la baisse du montant des retraites est tout aussi inévitable que l’augmentation de la durée de la vie de travail est clairement une affirmation de la volonté de ne pas tenir compte de l’effrayante inégalité des revenus et des patrimoines. C’est aussi refuser de répartir différemment des richesses toujours aussi concentrées dans les mains de quelques ultra riches dont l’avarice n’a d’égal que la cupidité.

    Sur la base de sa contribution politique au débat sur les retraites, comme elle l’avait fait dans ses communiqués du 27 mai, du 24 juin, du 7 septembre et du 23 septembre, la LDH appelle à être le 2 octobre dans les rues de France aux côtés des salariés et de leurs organisations syndicales pour défendre un système de retraite solidaire.

  • Mobilisation contre la réforme des retraites : on continue

     

     

    Deux nouvelles journées d'action sont programmées au niveau national.


    Voici un extrait du communiqué intersyndical (CFDT, CFE/CGC, CFTC, CGT, FSU, UNSA)

    (Les sigataires) invitent leurs organisations à poursuivre ensemble, à tous les niveaux, la mobilisation unitaire par des initiatives dans les territoires et les entreprises en interpellant les sénateurs et en utilisant (pétitions, tracts…) très largement cette lettre ouverte.

    Sachant que le texte de loi sera à l’examen du Sénat à partir du 5 octobre et que la procédure parlementaire pourrait se poursuivre jusqu’au 20 octobre, elles décident :

    • D’une grande journée de rassemblements et de manifestations dans le pays le samedi 2 octobre pourretraite-humour3.jpg conforter la mobilisation et permettre l’engagement de nouveaux salariés dans l’action.

    • De faire du mardi 12 octobre une nouvelle journée massive de grèves et de manifestations pendant le débat au Sénat. Cette journée trouvera toute sa place pour amplifier la mobilisation dans le cas où les parlementaires ne prendraient pas en compte ce qui s’est exprimé dans l’action et si le Gouvernement restait intransigeant. Le Gouvernement porterait l’entière responsabilité des suites que les salariés et leurs organisations entendront donner au 12 octobre.

     

    Pour les Ardennes, le rassemblement se fera à Charleville, comme habituellement.

    D'après le blog de la CGT du Conseil Général, le rendez-vous est programmé à 10 h 30, place Ducale.

     

    Voici leur texte :

    Après le succès du 23 septembre, la CGT et les autres organisations syndicales ont décidé de continuer l’action. LA MOBILISATION ne doit pas faiblir. Deux nouveaux rendez-vous sont fixés. Le premier est : LE SAMEDI 02 OCTOBRE A 10H30 PLACE DUCALE A CHARLEVILLE MEZIERES Cette nouvelle journée doit nous permettre de sensibiliser les citoyens et les salariés et les convaincre de se joindre à nous le 12 octobre ou sera organisé une grande manifestation. LA DETERMINATION DOIT SE RENFORCER Le gouvernement doit comprendre, NOUS NE CEDERONS PAS. Ce projet de réforme est inacceptable. La CGT va porter une nouvelle fois ses revendications sur les retraites le 2 Octobre. Le verre de la mobilisation et de la résistance sera offert à l’issue de l’action. L’AVENIR DES RETRAITES C’EST VOUS !

  • Une très grosse mobilisation dans les Ardennes

    Pour cette journée du 23 septembre, les syndicats avaient misé sur un succès.

     

      Ils avaient décidé de faire partir le cortège du parc des expositions et de changer l'horaire pour l'après-midi.

    Pari gagné, puisque on compte plus de manifestants que pour les précédentes journées : pour prendre une même référence, 7000 ce jour pour "L'Union", soit 2000 personnes de plus par rapport à la dernière précédente journée du 07 septembre.

    Pour la France entière, la plupart des villes confirment cette augmentation des chiffres des manifestants.

    Pour certains rassemblements, il semble que l'on retrouve juste le niveau du début du mois.

    Au total, les chiffres des personnes mobilisés restent impressionnant, plusieurs millions. La querelle des chiffres a déjà lieu entre les organisateurs et le gouvernement, mais elle est assez secondaire.

    La question centrale est de savoir quoi faire de ce nouveau succès: attendre 2012 pour le traduire dans les urnes ? Cela apparaît plutôt démobilisateur dans l'immédiat, et fait reporter tout l'espoir sur une élection. Le passé récent nous enseigne qu'une victoire électorale ne suffit jamais pour répondre à toutes les revendications.

    Alors continuer sur la même lancée : il devient de plus en plus visible que ces journées ont leur limite.

    Il ne sera pas possible de les répéter indéfiniment si un résultat concret ne se fait pas sentir.

    Les organisateurs sont donc face à une très grosse responsabilité : il n'est pas toujours plus facile de gérer une victoire qu'une défaite.

     

    4110.JPG

    Photo tirée du site de la CGT du CG des Ardennes