Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

palestine

  • Massacre près de Rafah : l’impérieuse nécessité de faire respecter le droit international

    Communiqué LDH

    Ce 26 mai 2024, l’armée israélienne a bombardé un centre pour personnes déplacées près de Rafah, 40 morts étant comptabilisés à cette heure, alors que le bilan pourrait dépasser les 100 victimes, selon un porte-parole de l’UNWRA.

    Ce nouveau massacre s’inscrit dans une politique mise en œuvre de façon systématique par les autorités israéliennes qui tue de façon indiscriminée. Cette action ne peut apparaître que comme une réponse à la déclaration de la Cour internationale de justice (CIJ) qui a ordonné à Israël, il y a deux jours de cela, d’arrêter immédiatement son offensive militaire à Rafah où sont réfugiées des centaines de milliers de personnes.

    Dans cette ordonnance du 24 mai 2024, la CIJ a également demandé l’arrêt de « toute autre action menée dans le gouvernorat de Rafah qui serait susceptible d’infliger au groupe des Palestiniens de Gaza des conditions d’existence capables d’entraîner sa destruction physique ou partielle », après avoir rappelé qu’il existait « un risque réel et imminent » que la situation soit irréparable, et « un risque accru » de génocide des Palestiniennes et des Palestiniens de Gaza.

    Lire la suite

  • Sortir de l’impasse pour la libération de Georges Abdallah

    Communiqué et lettre ouverte commune, adressée au président de la République

    Au mépris du droit, la France retient Georges Ibrahim Abdallah en détention depuis 37 ans. En détention depuis 1984, cela fait 25 ans qu’il aurait dû être libéré. Le 6 avril, il passera une nouvelle fois son anniversaire en prison. Il est aujourd’hui le prisonnier politique le plus ancien dans une prison française, et l’un des plus anciens en Europe. Cette situation est totalement contraire à la tradition de la France en matière de droits humains. Par deux fois, alors que la justice d’application des peines avait décidé la libération de Georges Ibrahim Abdallah, les ambassades des Etats-Unis et d’Israël, et même Hillary Clinton, alors secrétaire d’Etat des Etats-Unis, sont intervenues pour peser sur le cours de la justice de notre pays, et obtenir qu’il ne soit pas libéré et conduit au Liban. Nous le réaffirmons : ce n’est ni aux Etats-Unis ni à Israël de dicter la justice en France. Le 8 juin dernier, Georges Ibrahim Abdallah a déposé une nouvelle demande de mise en liberté. Le 29 juin, nos 14 organisations ont écrit au président de la République, pour lui demander de faire prendre sans tarder, par le ministre concerné, son arrêté d’expulsion vers le Liban. Nous lui avons demandé de prendre cette décision bien avant le jugement du tribunal de l’application des peines, en la mettant à l’abri de toute pression, et en rétablissant ainsi son caractère purement technique. Une fois ces conditions réunies, c’est à la Justice qu’il appartiendra, en toute responsabilité, en toute indépendance et de manière pleinement effective, de se prononcer sur sa libération comme elle l’a déjà fait à deux reprises. Nous n’avons toujours pas reçu de réponse à ce courrier. La durée de la détention de Georges Ibrahim Abdallah, et le blocage des décisions de justice par le pouvoir exécutif, sont une honte pour la France. Il est urgent d’y mettre fin. Il est grand temps que Georges Ibrahim Abdallah soit enfin libéré, et puisse rejoindre sa famille au Liban ! À l’occasion de son anniversaire le 6 avril, nous tenons à rappeler ce déni de justice et envoyons de nouveau notre courrier au président de la République.

    Lire la suite

  • Le dernier des juifs

    Le film projeté lors de la soirée ciné-rencontre du 12 mars avait pour sujet la vie d'une famille juive dans un quartier d'une ville de banlieue parisienne. Une mère et son grand fils sont les derniers représentants de la communauté juive locale. La mère, jouée par Agnès Jaoui, est en mauvaise santé, et elle souhaite partir de son logement et de cette ville.

    La synagogue est désertée et le fils, joué par Michael Zindel, semble peu respecter les prescriptions de sa religion : il achète un poulet chez l'épicier arabe quand l'épicerie casher ferme. Il entretient de bons rapports avec les jeunes du quartier. Il est pris comme représentant de la communauté juive par les élus municipaux qui tentent de montrer une bonne cohabitation entre les religions.

    La mère finit par décéder de sa maladie, et des voisines arabes apportent des plats de nourriture à son fils pour le réconforter.

    Celui-ci quitte alors l'appartement et la ville, pour une destination qui n'est pas précisée.

    Fabienne Messica, spécialiste des questions d’immigration au sein de la LDH, était présente à Vouziers pour animer le débat. En P1650354.JPGtant que sociologue, elle a étudié ces questions liées à l'immigration, et elle a également un parcours personnel qui lui a fait vivre des situations semblables à celles montrées dans le film.

    Pour elle, la question de l'antisémitisme dans les quartiers de banlieue n'est pas aussi simpliste que certains le voudraient.

    Il existe bien des actes antisémites, mais il existe aussi une communauté de vie, et même une solidarité qui peut s'exprimer à travers des actes individuels ou collectifs. De même, elle pense que la raison du départ de Juifs de certains quartiers ne peut se résumer à la question de l'antisémitisme.

    La petite salle des Tourelles était bien remplie pour cette soirée, et un débat s'est déroulé avec les personnes présentes.

    Lire la suite

  • L’antisémitisme attisé par la guerre au Moyen-Orient

    Depuis maintenant un mois d’une nouvelle guerre tragique entre Israël et le Hamas, la communauté juive du monde entier fait face à une vague inédite d’antisémitisme, notamment aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Allemagne et en France. Au Brésil, deux hommes ont été arrêtés ce 8 novembre pour projet d’attaque contre la communauté juive de Rio.

    La Commission européenne s’en alarme dans un communiqué : « La recrudescence des incidents antisémites à travers l’Europe ces derniers jours atteint des niveaux exceptionnellement élevés, rappelant certaines des périodes les plus sombres de l’histoire ». Israël en vient même à dissuader ses ressortissants de voyager à l’étranger.

    En France, où plus de 1000 incidents à caractère antisémite ont été recensés en un mois, une marche contre l’antisémitisme aura lieu dimanche 12 novembre à Paris. La participation à cette « grande marche » du Rassemblement National, parti d’extrême-droite fondé par Jean-Marie Le Pen, notoirement négationniste, n’est pas sans susciter quelques remous…

    Lire la suite

  • Le drame humanitaire de la bande de Gaza

    08-Kroll-Belgique-e1697707395112.png

    Dessin de Kroll (Belgique )

  • Hommage à Dominique Bernard à Vouziers

    Ce jeudi, la section de Vouziers de la Ligue des Droits de l'Homme a organisé un rassemblement en hommage à Dominique Bernard. Ce professeur à Arras a été assassiné en voulant défendre les élèves de son établissement d'une attaque terroriste.

    Il s'agissait également de montrer son refus de l'escalade de la terreur à Gaza, depuis l'attaque terroriste du Hamas et le choix de la vengeance par des bombardements destructeurs de la part du gouvernement israélien.

    Malgré un appel à la mobilisation très rapide, une quarantaine de personnes étaient présentes devant l'arbre de la liberté su parc Bellevue.

    Un chant contre la guerre a été interprété, avec un accompagnement à l'accordéon. Il s'agit d'une chanson récente du groupe Kate Me, texte et musique de Sylvain Girault. Elle parle de la guerre en général, mais on sent le contexte syrien à travers quelques mots.

    Ensuite, une minute de silence a été respectée en mémoire de Dominique Bernard.


    Puis, le texte publié par la LDH dénonçant l'escalade de la violence contre les civils, a été lu par la présidente du groupe local.

    Rappelons que la LDH demande :

    • la libération immédiate, sans condition, de tous les otages israéliens et d’autres nationalités actuellement détenus par le Hamas ;
    • un cessez-le-feu immédiat, avec la fin des bombardements et du déplacement forcé de la population ;
    • la protection de toutes les personnes civiles quelle que soit leur nationalité ;
    • la mise en place d’un corridor humanitaire permettant d’acheminer les produits de première nécessité ;
    • la levée complète du blocus.

    Lire la suite

  • Rassemblement hommage à Dominique Bernard et pour la paix entre les peuples d'Israel et de Palestine

    La section de Vouziers de la Ligue des Droits de l'Homme appelle à un rassemblement demain, jeudi 19 octobre, en écho au communiqué de la LDH que nous avons publié hier.

    Dans ce texte, la LDH condamne l'attaque du Hamas :  "Ces actes de terrorisme révulsent en nous l’Humanité. Injustifiables, ils portent en eux le pire et n’annoncent que le pire pour tous les autres."

    Le communiqué déclare également : "Le droit d’Israël à se défendre à la mesure de l’attaque qu’il a subie est incontestable. Mais les gouvernants israéliens ont choisi de riposter en mobilisant une énorme capacité de destruction et de mort."

    La déclaration de la LDH réaffirme que : "Le choix de la vengeance plutôt que de la justice a déjà été fait à de multiples reprises, sans jamais assurer à quiconque ni la sécurité, ni la paix, ni la justice."

    Ce rassemblement sera aussi l'occasion de rendre hommage à Dominique Bernard , professeur à Arras, assassiné en voulant défendre les élèves de son établissement d'une attaque terroriste.

    Rassemblement demain jeudi 19 octobre devant l'arbre de la liberté au parc Bellevue à Vouziers.

    EHOFC5JQCBBMRGOOSMD46KMV2Y.jpg

    Dominique Bernard

    Lire la suite