Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

handicap

  • Plaidoyer du Collectif pour une France accessible

    Le Collectif pour une France accessible  regroupe aujourd'hui près d'une quarantaine d'associations et organisations au-delà des seules personnes dites handicapées .

    Il appelle à venir manifester le 11 février dans toute la France et pour les Ardennes à Charleville Mézières, à 15h devant la Préfecture et le  le Conseil Général du département.

    Les associations membres du collectif dénoncent l’Ordonnance du 26 septembre 2014 en matière d'accessibilité qui annihile les ambitions initiales de la loi du 11 février 2005

    accessibilite.jpg

     

    3907798190.jpgSi l’accessibilité s’entend souvent et bien logiquement comme l’absence d’obstacles physiques à la mobilité et donc la possibilité d’aller et venir, de circuler librement en toute autonomie – droits fondamentaux que les pouvoirs publics doivent concrètement mettre en œuvre s’il en est -, elle ne saurait pour autant se limiter à cela.

    En effet, cette notion recouvre aussi le fait de pouvoir comprendre, disposer d’une information, d’un service, d’une prestation, d’un bien… et ce, à tous les âges de la vie, quelles que soient les capacités, les spécificités de chacun-e.

    Autant de situations qui concernent donc des millions de personnes

  • Accessibilité, ou comment déroger à la dérogation.

    La loi du 11 février 2005, qui concerne les personnes handicapées, avait fixé une date limite ( le premier janvier 2015) pour rendre les établissements accueillant du public accessibles à tous.

    Force est de constater qu'à cette date, seule une minorité d'établissements sont en conformité avec la loi. La date limite ayant déjà été repoussée une fois, le gouvernement n'a pas souhaité décaler à nouveau l'échéance, ce qui aurait fait réagir fortement les associations de personnes handicapées. Il était également difficile de sanctionner les gestionnaires d'établissements non-conformes, tellement leur nombre est élevé. Le gouvernement a donc mis en place un dispositif qui maintient en théorie la date limite de janvier 2015, mais permet d'y déroger sans sanction, sous réserve de déposer un calendrier de travaux. Ce dispositif qui prend le nom d'agenda d'accessibilité programmé, a été détaillé ce soir à la salle Bellevue de Vouziers.

    Une bonne centaine de personnes étaient présentes, avec une très grande majorité représentée par des maires ou élus communaux.

    Un exposé très technique a été présenté par des responsables de la direction des territoires à la Préfecture des Ardennes.  Les principales dispositions rendues nécessaires pour rendre accessibles les locaux ont été expliquées, et ce, en fonction des différents handicaps et en tenant compte des configurations des établissements concernés.

    La salle a semblé  prendre le plus souvent comme des contraintes nouvelles ces dispositions légales, qui ont rarement été vues sous l'angle d'une amélioration du service rendu à la population.

    Pourtant, des assouplissements divers ont été présentés par rapport aux obligations générales. Ces interprétations souples de la loi sont en particulier valables pour les établissements de 5e catégorie, ceux qui reçoivent moins de 100 personnes.

    Différentes dérogations existent pour repousser ou rendre caducs les agendas d'accessibilité programmée, en voici un tableau.

    réunion accessibilité 01.2015 013.jpg

    Lors de cette réunion de présentation, un décalage était perceptible entre l'attente de la salle et le message délivré. Les élus locaux qui constituaient la quasi-totalité du public attendaient plus un discours politique au sens large qui leur aurait expliqué ce que l'on attendait d'eux et les moyens que l'on mettait à leur disposition pour l'application de cette loi. Les modalités techniques détaillées qui ont été présentées ce soir auraient mieux été perçues si ce cadre général avait été reprécisé et mieux partagé par l'assistance.

    réunion accessibilité 01.2015 002.jpg

     

  • Courir pour Romain, écrire pour demain.

    Si la maladie de Huntington est assez  mal connue en France, cette journée du 3 décembre aura au moins permis qu'elle ne le soit plus à Vouziers et dans l’arrondissement.

    Les témoignages présentés ont concerné tous les aspects qui permettent de comprendre ce que vivent les personnes touchées par cette affection héréditaire. Ils ont surtout été l'occasion de mettre l'humain au premier plan, en insistant sur l'importance du relationnel non seulement pour soutenir les personnes malades, mais aussi pour améliorer l'effet des différentes thérapeutiques.

    La journée a débuté au cinéma "Les Tourelles" par la projection d'un film sur la prise en charge de de la maladie au sein d'un centre spécialisé au pays basque (il n'en existe que très peu en France)

    Courir pour Romain. 12.2013 016.jpg

    La grande salle des Tourelles était complètement occupée par les premières du lycée Masarik et les autres personnes venues assister à cette présentation. A la fin du film, les orateurs ont pris chacun leur tour la parole pour rapporter leur expérience avec la maladie.

    Courir pour Romain. 12.2013 054.jpg

    Emmanuel Petit avec Alice Rivières : concernée personnellement par la maladie de Huntington, elle a choisi l'écriture pour raconter son expérience et sa façon de vivre  positivement avec ce diagnostic. Elle a encouragé Romain à mettre par écrit son expérience et son vécu, s'engageant à l'aider si nécessaire.

    Courir pour Romain. 12.2013 102.jpg

    Romain est monté sur scène enfin de matinée, sollicité par Emmanuel Petit qu'il avait déjà rencontré chez ce dernier. L'échange entre eux deux a été plus qu'un moment d'émotion intense : ce fût une grande leçon de vie, un témoignage en direct de la place irremplaçable du lien humain et de ce qu'il apporte à la personne malade comme à celle qui le soutient.

    Courir pour Romain. 12.2013 277.jpg

    L'après-midi était consacrée à la course à pieds, autour du collège de Vouziers. Romain était tout à la joie de pouvoir pratiquer son activité favorite, sous le regard de la caméra d'une chaîne nationale. Un reportage a également été diffusé lors du journal FR3 Champagne-Ardenne du jour (voir leur site pour une vision de ce sujet, journal 19/20 du 03.12 à partir de 11 ').

    Courir pour Romain. 12.2013 431.jpg

    Beaucoup d'établissements scolaires s'étaient mobilisés pour cette cause, ici les plus petits du primaire, encadrés par les plus grands de terminale.

    Courir pour Romain. 12.2013 442.jpg

    Les marcheurs nordiques, à peine plus âgés que le groupe précédent, avaient aussi tenu à participer à cette action. Chaque kilomètre parcouru par les uns et les autres se transformait parallèlement en un don pour la recherche médicale

    Courir pour Romain. 12.2013 471.jpg

    Les jeunes présents n'ont pas manqué d'entourer chaleureusement Emmanuel Petit, qui s'est monté très disponible et particulièrement motivé pour soutenir l'action menée tout au long de cette journée.

    Courir pour Romain. 12.2013 374.jpg

    Romain a couru parmi ses condisciples de "Vouziers Oxygène" qui étaient venus nombreux pour montrer leur solidarité avec cet athlète hors du commun.

    (Photos L'An Vert D.R.)