Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

fege

  • Vœux 2014 à Vouziers : deux pour le prix d'un.

    Le mois de janvier voit se dérouler à tous les échelons du territoire national des cérémonies des vœux.

    Cette tradition permet  de faire un bilan de l'année écoulée et de se projeter dans les dossiers de l'année qui débute. A  Vouziers, le Maire invite à cette cérémonie les élus, les corps constitués et les représentants de la société civile. Le Sous-préfet de l’arrondissement est présent de manière presque constante, et la parole lui est donnée en tant que représentant de l'Etat.

    Cette année son intervention s'est transformée en un véritable bilan, en particulier au sujet du redécoupage de la carte cantonale.

    voeux maire 2014 007.jpg

    Claude Ancelme, le Maire de Vouziers avait pris la parole en premier, faisant le bilan des réalisations municipales de ces derniers 12 mois. Il a surtout insisté sur deux dossiers qui lui tienne à cœur :

    L'entreprise AMI, dernière grande usine de la ville, qui connaît des problèmes avec son bâtiment depuis la reprise de son activité. Celle-ci semble bien se porter, avec des carnets de commandes satisfaisants et un effectif qui va croissant, bien que très inférieur à ce que comptait la SEMIAC il y a 20 ans. Le liquidateur d'APM (entreprise qui occupait précédemment le site), a refusé de céder le bâtiment à un prix raisonnable, et la ville aidée par les services de l'Etat a fini par demander une expropriation par déclaration d'utilité publique (D U P). La procédure a suivi son cours de façon plutôt favorable pour la ville, mais le liquidateur d'APM a fait systématiquement appel des jugements. Concernant la DUP, le jugement définitif a été prononcé à l'automne. Concernant le montant de l'indemnisation, le jugement sera connu demain.

    Pour le deuxième dossier, le Maire a déclaré que les choses allaient pouvoir démarrer sérieusement. Le retour à l'équilibre financier du GHSA (Groupe Hospitalier Sud-Ardennes) devrait permettre de lancer le chantier de la reconstruction de l'Etablissement d'Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes (EHPAD) de Vouziers. Cet établissement est dans un état déplorable, et des projets de reconstruction  sont évoqués depuis des années sans que rien n'aboutisse.

    L'équilibre financier retrouvé, la nomination d'un nouveau directeur et l'accord de l'ARS(Agence Régionale de Santé) font dire au Maire que le bâtiment devrait être sorti de terre d'ici 5 ans.

    Le Maire a conclu son intervention en évoquant les vœux du député Jean-Luc Warsmann, cérémonie qui s'était déroulée à Vouziers la semaine dernière. En présence de Claude Ancelme, le député a qualifié le Maire de Vouziers d'élu non républicain. Celui-ci n'a pas eu l'occasion de répondre sur le moment, et il s'est presque excusé de devoir le faire à l'occasion de la cérémonie des vœux de la ville.

    C'est au sujet du redécoupage des cantons que cette remarque pour le moins inopportune a été prononcée par le député. Il semble que ce dossier très "clivant" entre les élus UMP et les élus PS du département ait fait perdre le sens de la mesure à Jean-Luc Warsmann.

    voeux maire 2014 021.jpg

    C'est donc le Sous-préfet qui a pris ensuite la parole. Il a lui aussi insisté sur les deux dossiers qu'il avait présentés comme importants lors des vœux 2013 : AMI et l'EHPAD public.

    Il a aussi voulu mettre en avant trois entreprises vouzinoises :

    Fège, "une pépite industrielle" qui vient d'être racheté par un groupe alsacien, dans la perspective  d'un développement local.

    ORPEA qui vient d'inaugurer son établissement de Condé, "qui embellit l'entrée nord de la ville".

    Leclerc qui a réalisé un agrandissement significatif de sa surface de vente et l'ajout d'une galerie marchande.

    Le Sous-préfet a surtout pris la parole pour expliquer le pourquoi et le comment du redécoupage cantonal. Il a rappelé que deux motivations avaient conduit à cette modification de la carte cantonale (qui datait de Napoléon). En premier la parité, puisque les nouvelles modalités de vote verront des binômes mixtes se présenter aux électeurs. Ensuite l'égalité des citoyens puisque les nouveaux cantons ne pourront varier que de + ou - 20% par rapport à la moyenne départementale. Il a rappelé que l'écart de population entre le canton actuel d'Omont et  celui de Mezières était difficilement acceptable.

    Il a voulu souligner que la carte proposée n'était que la traduction pratique des contraintes imposées par la loi. Par exemple la population de l’arrondissement de Vouziers ne permettait pas le maintien de deux cantons, sauf à rattacher le secteur de Raucourt. De même pour donner une taille suffisante au futur canton d'Attigny, il fallu détacher 5 communes  situées à l'ouest du canton de Vouziers.

    Les cantons se sont donc fortement invités à ces vœux municipaux, bousculant un peu la tradition vouzinoise. Mais, comme dit le proverbe, on ne fait pas de calculette (électorale) sans casser des vœux.

  • Reprise de l'entreprise Fège par le groupe NSC :c'est fait.

    Nous vous annoncions dans une note datée du 14 octobre dernier que Fège, entreprise familiale de Vouziers, était en négociation avec le groupe alsacien NSC qui souhaitait en  prendre le contrôle.

    La négociation a abouti puisque NSC acquiert  dès aujourd'hui 60% du capital de Fège. 30% de ce capital devrait être acheté en deux fois en 2015 puis 2016 par NSC, qui deviendrait alors propriétaire pratiquement unique de la société.

    entete1_02.jpg

    NSC possède une filiale (NSC Packaging) qui opère sur un créneau très semblable à celui de Fège, la robotique d'emballage.

    Le site "L'Usine Nouvelle" indique que Fège devrait investir 1,5 million d'euros dans un nouveau bâtiment d'entreprise, et envisage de passer de 40 à 80 employés"d'ici 2020". S'agit-il de créations de poste ou de transfert de la filiale de NSC ? Le nouveau bâtiment que désire construire Fège se situera-t-il à Vouziers? Ce sont des questions dont nous n'avons pas la réponse à ce jour, mais qui sont très importantes pour l'emploi sur l'Argonne ardennaise.

    FEGE_batiment.jpg

    L'entreprise Fège sur la zone de Vouziers

  • La société Fège de Vouziers reprise par le groupe NSC

    Parmi les quelques entreprises qui poursuivent leur activité à Vouziers, Fège occupe une place particulière.

    Cette PME est particulièrement innovante dans un domaine très pointu : les lignes d'emballage. Elle a des clients prestigieux comme des maisons de champagne, ou de taille internationale comme Nestlé. La société FEGE_batiment.jpgmontre aussi son dynamisme par un nombre de clients à l'export qui atteint 70%. (photo ci-contre : le site actuel de Fège sur la zone économique de Vouziers).

    L'innovation dont elle fait preuve repose sur la créativité de son patron et de l'équipe qui le seconde. Actuellement , l'effectif se compose d'une trentaine de personnes. L'attachement à Vouziers est familial, et jusqu'ici la société s'est développé sur place malgré les difficultés de recrutement de personnel spécialisé.

    Le  journal économique zonebourse.com publie ce jour l'information de l'entrée en négociation exclusive du groupe NSC pour l'acquisition de 100% du capital de la société FEGE. Le média affirme que l'opération devrait être bouclée pour fin 2013, donc à très court terme.

    Le groupe NSC possède une filiale spécialisé dans l'emballage (packaging, qu'ils disent). Dans NSC pakea_ss_logo.jpgPackaging, on trouve Pakea qui est présenté ainsi sur le site du groupe : "Plus qu’un fournisseur d’équipements de production dans le domaine de l’emballage et de la transformation de carton, Pakea, membre de NSC packaging, est depuis de nombreuses années, un partenaire innovant, à l’écoute du marché et propose des solutions industrielles à chaque problème."

    Il s'agit donc d'une activité tout à fait similaire à celle proposée par Fège à Vouziers. Cette absorption par un grand groupe constitue manifestement une évolution majeure . Cette société basée en Alsace est cotée en bourse pour une capitalisation de 33 millions d'€. Alors, quel sens peut-on donner à cette évolution?

    On peut analyser ce rachat de plusieurs façons

    Il y a la version optimiste, qui voit dans cette acquisition une possibilité de synergies et donc de croissance pour l'entreprise.

    Il y a la version pessimiste qui s’appuie sur la fin de la structure familiale et des liens forts avec le territoire.

    Pour aujourd'hui nous privilégierons la version prudente qui nous laisse le temps d'avoir des éclaircissements complémentaires avant de porter un jugement.