Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

SAS NSC Packaging (ex Fege ) en redressement judiciaire : c'est tout le groupe qui connaît des difficultés

Dans notre note publiée hier, nous nous interrogions sur l'origine des difficultés rencontrées par l'entreprise Fege, qui s'appelle désormais NSC Packaging. Cette appellation découle de l’intégration de l'usine vouzinoise dans le groupe NSC, basé en Alsace.

Nous avons pu prendre connaissance du rapport financier et des résultats consolidés 2019 du groupe. L'année dernière a été difficile, avec un chiffre d'affaire en baisse de 16 % et un résultat d'exploitation négatif à hauteur de 3 Millions d'€.

Les perspectives pour 2020 ne semblent pas encourageantes,  avec un chiffre d'affaire attendu à nouveau en baisse, et l'attente d'un résultat négatif supérieur à celui de 2019.

Des dividendes ont été versés aux actionnaires les années précédentes, il n'est pas prévu d'en distribuer cette année.

logo-fege.png?crc=4207342858Cette situation délicate a amené les dirigeants du groupe à demander la mise en redressement judiciaire de NSC Packaging (ex Fege), pour "limiter l'impact sur la trésorerie du groupe des pertes financières de cette filiale attendues pour 2020."

Les comptes publiés font apparaître que la situation de la filiale vouzinoise se détériore plus encore que celle des autres filiales du groupe.

Le rapport financier fait état d'un repli de commandes d'un de ses principaux clients, qui n'a pas été compensé par l’acquisition de nouveaux clients.

Pour 2020, le rapport indique que les entrées de commande se sont encore dégradées pour Fege.

La perte nette pour l'unité vouzinoise est chiffrée à 4,1 Millions d'€, elle était de 0.3 Million d'€ en 2018.

Le rapport signale que la crise sanitaire que nous traversons (et qui débutait lors de la rédaction du texte) aura un impact négatif difficilement chiffrable, sachant que 90% des salariés du groupe étaient en chômage partiel à la date du 31 mars 2020.

L'unité vouzinoise semble donc être lâchée par le groupe qui la possède, celui-ci étant en position délicate et ne voulant pas voir ses perspectives aggravées par les résultats négatifs d'une filiale récemment intégrée.

Tout ceci reste bien inquiétant, même s'il semble que l'on puisse exclure le scénario d'actionnaires jouant avec des acquisitions afin de récolter des dividendes. Si en 2019  la situation aboutit à un redressement judiciaire, où en sera-t-on en 2020 avec des perspectives plus sombres encore ?

convoyeur-bouteille-fege.jpg?crc=418813048

Convoyeur bouteilles

 

Écrire un commentaire

Optionnel