Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Un repreneur pour Fege, avec la moitié de l'effectif conservé.

Nous vous avions informés des difficultés de l'entreprise Fege, prise dans la tourmente financière du groupe NSC, dans une note de mai dernier.

Le groupe alsacien avait fait l’acquisition de l'unité vouzinoise en 2013, en l'intégrant totalement en 2019. Quelques mois plus tard, NSC annonce mettre en redressement judiciaire Fege pour "limiter l'impact sur la trésorerie du groupe des pertes financières de cette filiale attendues pour 2020 ".

Cet épisode juridique vient de prendre fin avec la reprise se l'entreprise par la SAS Duguit Technologies. Cette société, basée à Épernay, travaille principalement pour des maisons de Champagne. Voici comment elle se présente sur son site :

Créée en 1957, la société CHAMPAGEL® invente le bac de congélation des cols de bouteilles pour le dégorgement à la glace et révolutionne l’élaboration du Champagne.
CHAMPAGEL® devient ainsi rapidement leader mondial dans ce domaine.

Compétence et expertise de ses techniciens, qualité, fiabilité et robustesse de ses matériels «sur-mesure», efficacité et réactivité de son service après-vente, font ainsi la renommée de la société.

Son secteur robotique est compétent dans des robots de même type que ceux conçus par Fege, en particulier pour la manutention de bouteilles en verre (vins et spiritueux) et palettisation de cartons.

 

D’après le site de la CCI, Timothée Duguit, dirigeant de l’entreprise a déclaré « Notre objectif est de redonner à Fege un esprit d’entreprise familiale tourné autour de l’humain et de l’innovation. Notre site d’Epernay étant très chargé, on a potentiellement des affaires à confier à notre consœur ardennaise qui doit se fixer le challenge de redonner confiance à sa prestigieuse clientèle et reconstruire son carnet de commandes ».

Reste à voir s'il s'agit d'une complémentarité ou d'une concurrence. Dans un premier temps, cette reprise s'accompagne d'une diminution importante de l'effectif, seuls 27 postes sont conservés sur un effectif de 53 salariés. C'est un coup dur pour l'économie locale, avec une perte d'emploi qui peut paraître relativement faible, mais qui est dramatique dans le contexte actuel.

8159-p1_article.jpg

 

 

alli4bis.jpg

Écrire un commentaire

Optionnel