Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

liberté d'expression

  • Charlie, c'est reparti !

    Le prochain numéro de Charlie-Hebdo sera en vente mercredi prochain, le 25 février.

    Si vous n'êtes pas abonné, vous devriez pouvoir le trouver à la vente, car le tirage est prévu à 2,5 millions d'exemplaires. (le dernier numéro, celui post-attenta avait été tiré à 8,5 millions).

    Vous pouvez toujours vous abonner par ce lien .

    La une de ce prochain numéro a été dévoilée (si on ose dire) et dénonce tous les intégrismes et tous les réactionnaires qui veulent la peau de l'insolente liberté de pensée et de caricature.

    Lire la suite

  • Russie : harcèlement et intimidation des manifestants opposés à la guerre

    Communiqué d’Amnesty International

    En Russie, la liberté d’expression pâtit des graves événements se déroulant dans la péninsule ukrainienne de Crimée. Le harcèlement et l’intimidation des manifestants sont cautionnés par l’Etat.

    L'arrestation de centaines de manifestants opposés à la guerre, au cours du weekend des 1er et 2 mars, est une nouvelle preuve de l’intensification de la répression de la liberté d’expression et de réunion en Russie.

    Lundi 3 mars, un tribunal de Moscou a par ailleurs déclaré deux manifestants coupables d’infractions administratives et ordonné leur placement en détention pour cinq jours.

    "Les mesures répressives adoptées par le gouvernement contre les manifestants opposés à la guerre sont très alarmantes. Dans diverses villes, les autorités s’en sont prises à des personnes ayant participé à des manifestations. Il s’agit là de manœuvres de harcèlement et d’intimidation cautionnées par l’État"

    Sergueï Nikitine
    Directeur du bureau d’Amnesty International à Moscou.

    kiev0203.jpg

    Les autorités russes sont tenues de respecter les droits à la liberté de réunion et d'expression. Elles doivent libérer immédiatement et sans condition les deux manifestants incarcérés, qu’Amnesty International considère comme des prisonniers d’opinion.

    Des centaines de manifestants protestant contre l’intervention militaire russe en Ukraine ont été appréhendés devant le ministère de la Défense, sur la place Manejnaïa. Des dizaines d’entre eux ont passé la nuit en garde à vue.

    Selon certaines informations, plusieurs dizaines de personnes ont par ailleurs été arrêtées à Saint-Pétersbourg.

    "Le tour que prennent actuellement les relations entre la Russie et l’Ukraine ne doit pas servir de prétexte pour entraver de quelque manière que ce soit la liberté d’expression et de réunion, ni pour porter atteinte aux autres droits fondamentaux".

    Sergueï Nikitine