Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

extradition

  • Appel de Paris pour Julian Assange

    Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste.

    Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan.

    Les médias du monde entier ont utilisé ces informations. Certains se sont même associés à WikiLeaks.

    Les journalistes français et leurs hiérarchies sont ici interpellés puisque trop de grands médias font preuve d’un silence suspect face au sort de Julian Assange.

    Celui-ci est persécuté par les États-Unis depuis douze ans, avec l’aide de leur allié britannique. Poursuivi, harcelé, sali dans son honneur, il a déjà été privé de liberté pendant plus de onze ans au Royaume-Uni (une année en résidence surveillée avec un bracelet électronique, sept ans réfugié politique dans les locaux exigus de l’ambassade d’Equateur à Londres et depuis trois ans dans la prison de haute sécurité de Belmarsh).

    Lire la suite

  • Julian Assange au bord de l’extradition

    Julian Assange, fondateur de WikiLeaks, détenu depuis 3 ans au Royaume-Uni, se rapproche un peu plus de l’extradition vers les États-Unis où il serait jugé pour espionnage : Assange est accusé depuis 2010 pour la diffusion de 750 000 documents classés confidentiels sur les activités militaires américaines.
    La justice britannique a autorisé, mercredi 20 avril, son extradition et seule la décision de la ministre de l’intérieur britannique, Priti Patel, pourrait faire pencher la balance en sa faveur.

    Lire la suite

  • Revirement inquiétant de la France pour les réfugiés italiens

    A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci.

    Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République.

    S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent dans notre pays depuis plus de 40 ans pour des faits encore plus anciens, jugés en Italie dans des conditions dictées par les contingences de l’époque, ce n’est pas faire acte de justice, c’est raviver des plaies que le temps avait commencé de refermer.

    La LDH dénonce cette décision du président de la République.

     

    Lire la suite

  • L’extradition de Julian Assange rejetée par la justice britannique

    Julian Assange, le fondateur de WikiLeaks, ne sera pas extradé vers les États-Unis. La justice britannique a estimé que son extradition serait dangereuse en raison de sa santé mentale.

    Nous nous réjouissons de cette décision, mais pour autant, nous regrettons que le Royaume-Uni se soit impliqué dans ce processus, motivé uniquement par des raisons politiques.

    Refus d’extradition

    Le tribunal britannique a reconnu que les conditions de détention auxquelles Julian Assange pourrait être soumis aux Etats-Unis, seraient terriblement néfastes sur sa santé mentale. Après avoir été réfugié pendant sept ans à l’ambassade d’Equateur à Londres, il est incarcéré depuis 2019 dans la prison anglaise de Belmarsh. Son état de santé s’est aggravé : Julian Assange souffre d’un état dépressif et de pulsions suicidaires.

    Lire la suite